Edition du 11-08-2022

Journée mondiale de l’hépatite le 28 juillet 2013

Publié le dimanche 28 juillet 2013

La Journée mondiale de l’hépatite se déroule le 28 juillet 2013. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle à cette occasion les gouvernements à prendre des mesures contre les cinq virus de l’hépatite qui provoquent des infections graves du foie et font 1,4 million de décès chaque année.

En 2013, le thème général est le suivant: «C’est ça l’hépatite. Comprenez-la. Combattez-la». Cette campagne souligne le fait que la menace sanitaire que représente l’hépatite continue d’être largement ignorée dans le monde. La date du 28 juillet a été retenue pour la Journée mondiale contre l’hépatite en honneur à la date de naissance du professeur Baruch Samuel Blumberg, Prix Nobel et découvreur du virus de l’hépatite B.

Certains de ces virus, surtout les types B et C, sont aussi la cause de maladies chroniques débilitantes comme le cancer et la cirrhose du foie, à quoi s’ajoutent une perte de revenu et d’importants frais médicaux pour des centaines de millions de personnes dans le monde.

On parle d’«épidémie silencieuse» à propos de l’hépatite virale car la plupart des porteurs ignorent qu’ils sont atteints et l’infection évolue lentement, pendant plusieurs dizaines d’années, en maladie du foie. Nombre de pays ne mesurent que maintenant le fardeau que représente la maladie et cherchent des solutions pour y faire face.

«l’épidémie silencieuse»

Des millions de personnes vivent avec l’hépatite virale et des millions d’autres sont exposées à ce risque infectieux. La plupart des sujets atteints d’une infection chronique par l’hépatite B ou C ignorent qu’ils continuent d’être porteurs du virus. Ils s’exposent donc à un risque élevé de développer une maladie chronique sévère du foie et peuvent sans le savoir transmettre le virus à autrui. Environ un million de personnes meurent chaque année de causes liées à l’hépatite virale, cirrhose ou cancer du foie le plus souvent.

La Journée mondiale contre l’hépatite est l’occasion de se concentrer sur des mesures particulières, telles que le renforcement de la prévention, du dépistage et de la lutte contre l’hépatite virale et les maladies connexes ; le développement de la couverture par le vaccin contre l’hépatite B et son intégration dans les programmes de vaccination nationaux; la coordination d’une action mondiale contre l’hépatite virale.

Cette année, l’Organisation publie sous le titre WHO Global policy report on the prevention and control of viral hepatitis in WHO Member States [Rapport sur la politique mondiale en matière de prévention et de lutte contre l’hépatite virale dans les États Membres de l’OMS] sa toute première enquête sur l’hépatite dans 126 pays.

Ce rapport met en lumière les expériences concluantes et les lacunes au niveau des pays dans quatre domaines prioritaires: sensibilisation, données sur lesquelles fonder l’action, prévention de la transmission, et dépistage, soins et traitement.

D’après les résultats de cette enquête, 37% des pays appliquent une stratégie nationale contre l’hépatite virale, mais il faut faire davantage d’efforts en matière de traitement. Il ressort également que si la plupart des pays (82%) ont mis en place des programmes de surveillance de l’hépatite, la moitié d’entre eux seulement incluent dans ces programmes la surveillance des hépatites chroniques B et C, pourtant à l’origine de la plupart des pathologies graves et des décès.

L’OMS est en train de mettre au point de nouvelles lignes directrices en matière de dépistage, de prise en charge et de traitement de l’hépatite C, qui comprendront des recommandations dans sept domaines clés tels que les méthodes de test, les interventions comportementales (diminution de la consommation d’alcool), les méthodes atraumatiques de mise en évidence de la fibrose hépatique et la sélection d’associations médicamenteuses contre l’hépatite C.

«De nouveaux médicaments plus efficaces pour prévenir l’évolution des hépatites chroniques B et C sont en cours d’élaboration. Mais ils seront coûteux et le traitement nécessitera une surveillance au moyen de tests de laboratoire très élaborés. Pour guérir l’hépatite et limiter la propagation de ces virus, les médicaments doivent devenir plus accessibles», estime le Dr Stefan Wiktor, Responsable au Programme mondial OMS de lutte contre l’hépatite.

Source : OMS








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents