Edition du 09-12-2022

La start-up française Posos choisie comme sujet d’étude pour évaluer l’impact des outils de détection et de correction de la iatrogénie aux urgences

Publié le mercredi 23 novembre 2022

La start-up française Posos choisie comme sujet d'étude pour évaluer l'impact des outils de détection et de correction de la iatrogénie aux urgencesLa medtech française Posos, qui propose un outil d’aide à la décision médicale permettant de personnaliser la prise en charge médicamenteuse, a été sélectionnée par le Ministère de la santé comme sujet d’étude pour évaluer l’impact médico-économique de la détection de la iatrogénie (risques dans les prescriptions médicales) aux urgences.

L’étude a pour objectif de montrer l’intérêt de l’outil numérique pour la détection de problèmes médicamenteux et la correction par une prise en charge plus appropriée, pour le gain de temps et la réduction de la charge mentale du médecin. Unique sur le plan international, ce travail a notamment pour objectif d’aider le secteur hospitalier, en crise depuis maintenant plusieurs années, et plus particulièrement le personnel des urgences qui est surchargé.

Posos, accompagnée du Digital Medical Hub, a été sélectionnée, avec l’AP-HP et le CHU Amiens-Picardie, par le Ministère de la Santé pour mener la première étude française sur les bénéfices médico-économiques de la détection de la iatrogénie aux urgences. Le comité scientifique chargé de l’étude est dirigé par le Docteur Aurélien Mary, pharmacien clinicien du CHU Amiens-Picardie et du Docteur Laure Abensur Vuillaume, médecin urgentiste au CHR de Metz-Thionville et regroupe l’expertise de plusieurs centres hospitaliers dont l’AP-HP. Ce projet, qui doit permettre au personnel des urgences de détecter et corriger plus facilement les risques dans les prescriptions médicales, notamment grâce à l’IA, s’inscrit dans le cap fixé en 2017 par l’OMS de réduire de 50 % la iatrogénie, et fait de la lutte contre les prescriptions inadaptées une priorité en matière de santé publique.

L’objectif de cette étude est triple : diminuer le nombre de prescriptions à risque – la iatrogénie représente 10 000 décès par an*, et plus de 130 000 hospitalisations -, faciliter le quotidien des équipes des services d’urgence et réduire les coûts de l’hôpital associés aux risques d’erreurs médicamenteuses. A l’hôpital, un effet indésirable grave survient tous les cinq jours pour un service de 30 lits, et dans le contexte d’admission aux urgences, 40,6%*des ordonnances de patients comportent des risques médicamenteux évitables.* La moitié de ces risques sont évitables. Cette étude, menée sur 24 mois, sera déployée en deux phases dans les services d’urgence. La première, en phase de simulation, consistera à mettre en situation une équipe d’urgentistes équipée de Posos et une autre sans afin de déterminer les bénéfices cliniques de l’outil ; la seconde se déroulera en vie réelle dans des hôpitaux pendant un an afin d’évaluer les avantages cliniques et médico-économiques du dispositif médical Posos.

La situation aux urgences ne cesse de s’aggraver. En 2018, en France, les médecins étaient 72 %*à estimer manquer de temps pour accomplir leur travail. Aux urgences, c’est 60 % des urgentistes qui souffrent d’au moins un symptôme d’épuisement professionnel, un niveau de surmenage renforcé par la fermeture de lits et de services. Ces conditions rendent le travail des soignants particulièrement complexe, surtout dans cette spécialité médicale où le temps de consultation est limité et où les praticiens rencontrent une diversité importante d’antécédents et de pathologies. Les dispositifs médicaux numériques basés sur l’IA comme Posos ont pour mission de permettre aux équipes à la fois un gain de temps à l’admission des patients grâce à l’automatisation de la transcription et l’analyse des ordonnances et grâce à la recherche facilitée de solutions thérapeutiques adaptées au patient. Pour 66,5%*des médecins hospitaliers, elles contribuent aussi à alléger leur charge mentale.

____________________

*Rapport sur la surveillance et le bon usage des médicaments en France par B.Bégaud, D.Costagliola
*Rapport annuel HAS, 2018
*Recherche sur les MOAT par C. Geeson, L. Wei, B.D. Franklin
*Sondage Odoxa, 2018
*Baromètre Posos, réalisé sur plus de 2500 soignants, février 2022

Source : Posos








MyPharma Editions

Le Campus Biotech Digital noue un partenariat avec Oteci pour développer les modules de formation de la plateforme immerscio.bio

Publié le 9 décembre 2022
Le Campus Biotech Digital noue un partenariat avec Oteci pour développer les modules de formation de la plateforme immerscio.bio

La filière de bioproduction française, regroupée au sein du Campus Biotech Digital, consortium industriel de premier plan mené par bioMérieux, Sanofi et Servier, noue un partenariat avec Oteci (Organisation de la Transmission d’Expériences et de Compétences Intergénérationnelle), association d’experts seniors bénévoles. Ces derniers sont ainsi mobilisés afin de construire les modules de formation 100% digitaux de la plateforme immerscio.bio répondant aux critères de qualité et de conformité requis par l’industrie des biotechnologies.

PDC*line Pharma : 1ers résultats immunologiques de son essai de phase I/II avec PDC*lung01 présentés à l’ESMO-IO 2022

Publié le 9 décembre 2022
PDC*line Pharma : 1ers résultats immunologiques de son essai de phase I/II avec PDC*lung01 présentés à l'ESMO-IO 2022

PDC*line Pharma, une société de biotechnologie développant une nouvelle classe d’immunothérapies actives anti-cancéreuses, puissantes et facilement industrialisables, a annoncé les premiers résultats immunologiques de l’essai clinique de phase I/II PDC-LUNG-101 (NCT03970746) avec PDC*lung01, son candidat vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC).

Création d’une Graduate School dédiée aux maladies infectieuses émergentes

Publié le 8 décembre 2022
Création d'une Graduate School dédiée aux maladies infectieuses émergentes

Le projet « Maladies Infectieuses Émergentes 1H-EID », porté par Université Paris Cité, avec l’Institut Pasteur, l’École nationale vétérinaire d’Alfort, et Sorbonne Université, est lauréat de la deuxième vague de l’appel à manifestation d’intérêt « Compétences et Métiers d’Avenir » (AMI-CMA). Ce soutien de près de 5,9 M € pour 5 ans permettra de créer une Graduate School (École Universitaire de Recherche, EUR) offrant une formation multidisciplinaire d’excellence, basée sur la recherche, dans le domaine des maladies infectieuses émergentes.

Domain Therapeutics renforce son comité scientifique avec la nomination de deux spécialistes de l’immuno-oncologie

Publié le 8 décembre 2022
Domain Therapeutics renforce son comité scientifique avec la nomination de deux spécialistes de l’immuno-oncologie

Domain Therapeutics, société biopharmaceutique spécialisée dans la recherche et le développement de médicaments innovants ciblant les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) appliqués à l’immuno-oncologie, a annoncé aujourd’hui la nomination des Prof Antoine Italiano et Prof John Stagg à son comité scientifique.

COVID-19 : SpikImm reçoit un financement de 15 millions d’euros attribué par France 2030

Publié le 7 décembre 2022
COVID-19 : SpikImm reçoit un financement de 15 millions d’euros attribué par France 2030

SpikImm, entreprise de biotechnologie créée en 2021 par Truffle Capital en collaboration avec l’Institut Pasteur, se voit attribuer une participation du programme France 2030 à hauteur de 15 millions d’euros sur son projet « PROPHYMAB » soutenu dans le cadre de la Stratégie d’Accélération « Maladies Infectieuses Emergentes et Menaces NRBC ».

OmniSpirant et EVerZom annoncent le lancement du projet INSPIRE pour développer une thérapie génique inédite dans le cancer du poumon

Publié le 7 décembre 2022
OmniSpirant et EVerZom annoncent le lancement du projet INSPIRE pour développer une thérapie génique inédite dans le cancer du poumon

OmniSpirant, société biopharmaceutique irlandaise spécialisée dans le développement de thérapies géniques régénératives inhalées first-in-class, et EVerZom, société biopharmaceutique spécialisée dans la bioproduction de vésicules extracellulaires (ou exosomes), ont annoncé avoir obtenu un financement de 12,8 millions d’Euros dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon Europe pour faire progresser le développement d’une thérapie génique régénératrice comme nouveau traitement dans le cancer du poumon.

Apmonia Therapeutics annonce le lancement du programme THROMBOTAX avec le soutien de l’ANR

Publié le 7 décembre 2022
Apmonia Therapeutics annonce le lancement du programme THROMBOTAX avec le soutien de l’ANR

Apmonia Therapeutics, société de biotechnologie développant de nouvelles stratégies thérapeutiques basées sur des approches peptidiques avec des applications thérapeutiques notamment dans le domaine de l’oncologie, a annoncé le lancement d’un programme de recherche et développement soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents