Edition du 26-01-2021

Le PLFSS 2010 a été adopté mercredi en Conseil des ministres

Publié le mercredi 14 octobre 2009

Le PLFSS 2010 a été adopté mercredi en Conseil des ministres Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour l’année 2010 a été adopté ce mercredi 14 octobre lors du Conseil des ministres. Le ministre du Budget, Eric Woerth, a rappelé que le déficit du régime général devrait atteindre 30,6 milliards d’euros l’an prochain. Le PLFSS doit être maintenant examiné au Parlement à l’automne.

Sous le poids de la crise, le déficit continue à se creuser. En 2010, il devrait progresser d’environ 7 milliards d’euros pour atteindre 30,6 milliards d’euros. « Sans ces mesures, le déficit atteindrait 33,6 milliards d’euros » a souligné Eric Woerth. La dégradation des comptes est due à l’impact de la crise sur les
recettes de la sécurité sociale. Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la masse salariale recule deux années de suite. En cumulé sur 2009 et 2010, la sécurité sociale perd ainsi plus de 21 milliards d’euros de recettes, par rapport à la croissance moyenne des années 1998-2007. Le « déficit de crise » représente ainsi 65% du déficit en 2009 et près de 75% du déficit en 2010.

Les comptes du régime général

les comptes du régime général - source ministère du budget
Quant à l’Ondam (objectif national des dépenses d’assurance-maladie), il s’avère globalement tenu en 2009 avec 3,4% de hausse contre 3,3% prévu. Pour 2010, ce dernier est fixé à 3% dont 2,8% pour l’hôpital et la médecine de ville et 5,8% pour le secteur médico-social.

Le plan de mesures
 Le gouvernement a annoncé un plan d’économies de 2,2 milliards d’euros comprenant notamment de  « nouveaux instruments de maîtrise médicalisée » (595 millions d’euros), la baisse des tarifs des biologistes et des radiologues (240 millions d’euros), des diminutions de prix des produits de santé (460 millions d’euros). Roselyne Bachelot a par ailleurs confirmé la hausse du forfait hospitalier de 16 à 18 euros en 2010, et de 12 à 13,5 euros en psychiatrie (160 millions d’euros).

La ministre de la Santé a annoncé que le taux de remboursement par l’assurance maladie de 110 médicaments au “service médical rendu faible”, baisserait de 35% à 15% en 2010 “dans toutes leurs indications”, ainsi que celui des médicaments restés à 35% alors que leur service médical a été jugé insuffisant. Objectif de la mesure : réaliser 145 millions d’euros d’économies. Les analgésiques comme l’aspirine ou le paracétamol restent quant à eux remboursés à 65%.

Médicament : « quatre taux de remboursement »
Le Gouvernement a en effet souhaité reprendre, mais en la modifiant dans ses modalités, la proposition de la Mutualité sociale agricole de diminuer le taux de remboursement de certains médicaments à 35%.

« Il faut bien voir que le taux de remboursement des médicaments ne dépend que d’un seul critère, qui est un critère exclusivement médical : c’est l’efficacité du médicament qui détermine le taux de remboursement », justifie la ministre de la Santé. « Avec cette mesure, nous aurons donc désormais quatre taux de remboursement : 100% pour les médicaments irremplaçables et très coûteux (anticancéreux, antirétroviraux), 65% lorsque le service médical rendu est jugé important, 35% lors qu’il est jugé modéré et donc 15% lorsqu’il est faible  » explique-t-elle.

 Les revenus du capital seront taxées
Autre mesures, les revenus du capital seront taxées. Le gouvermement part ainsi du « principe simple selon lequel toutes les catégories de revenu doivent être soumises à la CSG au même titre que les salaires. » Cela concerne en particulier les plus-values réalisées lors de la cession de valeurs mobilières seront désormais soumises aux prélèvements sociaux (12,1 %) au premier euro (110 millions d’euros de rendement) et l’exonération de prélèvements sociaux pour les contrats d’assurance vie multi-supports en cas de dénouement par succession sera supprimée (270 millions).

Le PLFSS 2010 prévoit également d’élargir le financement de la protection sociale aux revenus du travail qui complètent le salaire, avec l’augmentation à 4 % de la contribution dite « forfait social » sur les revenus accessoires aux salaires (380 millions d’euros). En effet, le taux de cette contribution est très faible au regard du niveau des cotisations patronales de sécurité sociale sur les salaires (30,38 %) et selon le gouvernement « le développement des outils d’association des salariés aux résultats de l’entreprise ne doit pas s’accompagner d’une érosion de l’assiette du prélèvement social. »

Enfin, le doublement des taux de la contribution sur les retraites chapeau est prévu (25 millions d’euros pour le FSV) afin de normaliser le régime social de ces dispositifs réservés, en pratique, aux cadres dirigeants.

La lutte contre les arrêts de travail injustifiés
Le PLFSS 2010 met aussi l’accent sur la lutte contre les arrêts de travail injustifiés. Deux axes sont privilégiés. Les contrôles sont renforcés par une mesure de lutte contre les arrêts de travail successifs abusifs et la généralisation de l’expérimentation de la « contre-visite » de l’employeur prévue par la LFSS 2008. Par ailleurs le projet prévoit une expérimentation du contrôle des arrêts de travail de la fonction publique par les caisses d’assurance maladie du régime général et un renforcement de l’efficacité du contrôle des arrêts maladie au sein du régime social des indépendants.








MyPharma Editions

NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d’intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 25 janvier 2021
NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d'intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

NovAliX, société de recherche sous contrat (CRO) spécialisée dans la recherche et le développement de médicaments, et Chemical.AI, une société d’intelligence artificielle (IA) associant expertise humaine et technologie de pointe en IA pour les industries chimique et pharmaceutique, ont annoncé un partenariat stratégique dans le domaine de l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments.

Dix sociétés biopharmaceutiques de premier plan annoncent la création d’Accumulus Synergy, une plateforme mondiale de partage de données

Publié le 25 janvier 2021

Dix des plus grandes sociétés biopharmaceutiques au monde (Amgen, Astellas, Bristol Myers Squibb, GSK, Janssen, Lilly, Pfizer, Roche, Sanofi et Takeda) ont annoncé la création d’une nouvelle société à but non lucratif, Accumulus Synergy, Inc., qui vise à soutenir les interactions entre les autorités des différents secteurs de l’économie et de la santé dans le monde entier afin de permettre une collaboration ainsi que la transmission et l’échange en temps réel des données.

OSE Immunotherapeutics obtient un financement de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour le développement d’OSE-127/S95011

Publié le 25 janvier 2021
OSE Immunotherapeutics obtient un financement de 1,3 million d’euros de Bpifrance pour le développement d’OSE-127/S95011

OSE Immunotherapeutics a annoncé avoir reçu un paiement d’étape de 1,3 million d’euros dans le cadre de l’aide aux projets d’innovation stratégique industrielle (ISI) de Bpifrance pour le projet collaboratif EFFIMab, dédié à l’évaluation d’OSE 127/S95011, antagoniste du récepteur à l’interleukine-7 (IL-7R), développé en partenariat avec Servier (1).

AB Science : une nouvelle publication indépendante confirme que le masitinib a une activité anti-virale contre le virus SARS-CoV-2 in vitro

Publié le 25 janvier 2021
AB Science : une nouvelle publication indépendante confirme que le masitinib a une activité anti-virale contre le virus SARS-CoV-2 in vitro

AB Science a annoncé la publication des résultats d’une étude préclinique avec le masitinib dans le COVID-19. Les recherches menées par les scientifiques de l’Institut de Virologie Humaine (Guangzhou, Chine) ont été publiées dans la revue à comité de lecture mBIO (une revue de la Société Américaine de Microbiologie).

Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

Publié le 23 janvier 2021
Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

La Haute autorité de Santé (HAS) a préconisé samedi dans un communiqué d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses de vaccin à ARN messager (vaccins de Pfizer et de Moderna). Objectif de la mesure : “protéger plus vite un plus grand nombre de personnes à risque d’hospitalisation ou de décès”.

Deinove renforce son équipe Business développement

Publié le 22 janvier 2021
Deinove renforce son équipe Business développement

Deinove, société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l’exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, a annoncé le renforcement de son équipe en charge du Business développement avec l’intégration d’Hervé Ansanay au poste de Directeur et de Corentin Chaboud au nouveau poste de Grant Officer.

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents