Edition du 20-08-2018

Leem : des vœux sous influence

Publié le lundi 31 janvier 2011

Le président des Entreprises du médicament, Christian Lajoux, a présenté lundi matin les vœux de l’institution : en pleine « affaire Mediator », le Leem s’efforce de garder son cap tout en reconnaissant qu’il est désormais engagé dans une véritable « Opération restauration ».

 Il s’en est plutôt bien tiré. L’exercice était délicat : en pleine affaire « Mediator », prononcer les vœux des Entreprises du médicament relevait de la haute voltige ou, comme on voudra, de la mission kamikaze. Un peu tendu, le patron, Christian Lajoux, s’est défendu lundi matin de trop parler de ce qu’il a lui-même qualifié de « déflagration », mais il n’a pas caché que les industriels du médicament étaient « très préoccupés par la perte de confiance réelle à l’égard des industriels et du système de santé ». « Nous constatons la déflagration et l’anéantissement des efforts qui ont été faits depuis des années » dans la réhabilitation du médicament dans l’opinion a sobrement commenté Christian Lajoux.

 L’  « affaire Mediator »
Dès lors, comment sortir de la crise ouverte par l’  « affaire Mediator » ? Tout d’abord en faisant le ménage : Servier est désormais, selon la formule du Vatican, « suspens a divinis », ce qui signifie que le laboratoire n’est pas exclu (c’est impossible), mais qu’il est suspendu, ce qui d’ailleurs n’est pas sans impacter les finances du Leem dont Servier était un important contributeur. Pour recoller la vaisselle cassée, -car selon Lajoux, « notre crédibilité est atteinte, et il nous faut la rétablir, non pas seulement en paroles, mais en actes »-, le Leem entend se doter d’un « Comité d’alerte » extérieur à l’institution, composé de membres non affiliés. Le Leem s’engage à « faire évoluer son Comité d’éthique et de médiation (le Cemip). Cette structure est aujourd’hui centrée sur les litiges commerciaux ou publicitaires; les industriels entendent réfléchir à de nouveaux organes d’alerte et de médiation propres à la profession, composés (et présidés) par des acteurs majoritairement extérieurs à l’industrie du médicament ». Bref, c’est l’aggiornamento. Pas facile pour une institution qui commençait tout juste à émerger d’une certaine obscurité qu’elle avait d’ailleurs longtemps elle-même entretenue. Mais il y a le feu dans la boutique. Christian Lajoux le sait bien qui n’a d’ailleurs pas voulu ou pu évaluer l’impact de l’ « affaire Mediator » sur le chiffres d’affaires (mais aussi sur l’emploi) des quelques 270 entreprises adhérentes. Pour sortir de cette crise, le Leem consulte : sociologues, sondagiers, spécialistes de l’opinion, « spin doctors ». Premier verdict : le Leem, avoue Lajoux, « est trop refermé sur lui-même ». Constat sans appel qui pose celui du champ de la légitimité  de l’institution : vaste programme… Pour l’heure, les Entreprises du médicament entendent « calmer le jeu, revenir à des fondamentaux lisibles et compréhensibles ».

Le Leem aurait-il pour autant succombé aux vertus de l’autoflagellation ? Pas tout à fait : d’un petit coup de griffe, Lajoux indiquait lundi matin que :  « nos entreprises ne se reconnaissent pas dans les pratiques évoquées dans le rapport de l’Igas remis le 15 janvier dernier au ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé. Le Leem, à l’unanimité de ses adhérents, défend la plus grande transparence dans les procédures d’évaluation du médicament, et promeut tout ce qui peut garantir la totale impartialité des décisions d’AMM et de pharmacovigilance ». En clair, il ne faudrait quand même pas pousser le bouchon trop loin : les industriels emploient quelques 103 000 personnes et les perspectives ne sont pas roses. Et il y a tout lieu de penser que les autorités de santé mettront tout en œuvre pour obtenir des baissses significatives de prix (voir le déremboursement total pour les spécialités à faible service médical rendu) : l’occasion est trop belle pour la laisser passer.

 Hervé Karleskind








MyPharma Editions

Scientist.com parmi les dix sociétés privées à la croissance la plus rapide en Amérique

Publié le 17 août 2018

Scientist.com, la place de marché de services externalisés de recherche scientifique, a annoncé qu’elle avait été classée n° 9 dans la liste 2018 du magazine Inc. des 5 000 entreprises privées à la croissance la plus rapide en Amérique.

SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l’immunothérapie polyclonale de dernière génération

Publié le 17 août 2018
SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l'immunothérapie polyclonale de dernière génération

SAB Biotherapeutics a annoncé que son immunothérapie anti-Ebola (SAB-139) permettait de bénéficier d’« une protection à 100% contre une dose mortelle du virus Ebola », suite à une étude récente réalisée sur des animaux et dont les résultats ont été publiés dans la revue The Journal of Infectious Diseases.

Samsung Bioepis va initier l’essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Publié le 13 août 2018
Samsung Bioepis va initier l'essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Samsung Bioepis vient d’annoncer le lancement d’une étude de Phase 1 visant à évaluer SB26 chez des volontaires en bonne santé. SB26, également appelé TAK-671, est une protéine de fusion ulinastatine-Fc (UTI-Fc) destinée à traiter la pancréatite aiguë sévère. Des études de sécurité BPL non cliniques réalisées sur des singes et des rats ont appuyé des études antérieures sur l’homme avec SB26.

Merz : Bob Rhatigan nommé CEO pour les Amériques

Publié le 10 août 2018
Merz : Bob Rhatigan nommé CEO pour les Amériques

Merz, la société allemande spécialisée dans le domaine de l’esthétique médicale et des neurotoxines, a annoncé la nomination de Bob Rhatigan en tant que CEO pour les Amériques. Pour développer son leadership concernant ses activités en Amérique du Nord chez Merz, M. Rhatigan sera désormais responsable de l’Amérique latine et surpervisera la stratégie commerciale mondiale de cette nouvelle région des Amériques.

Genomic Vision accorde à European Equity Partners une licence de sa technologie du peignage moléculaire

Publié le 9 août 2018
Genomic Vision accorde à European Equity Partners une licence de sa technologie du peignage moléculaire

Genomic Vision vient de signer un contrat de licence avec European Equity Partners (EEP), une société d’investissement privée au Royaume-Uni spécialisée dans les investissements dans le secteur des sciences de la vie, pour l’utilisation de la technologie du peignage moléculaire dans le domaine de la biotransformation.

Celyad : Filippo Petti nommé Chief Financial Officer

Publié le 7 août 2018
Celyad : Filippo Petti nommé Chief Financial Officer

Celyad, la société biopharmaceutique spécialisée dans le développement des thérapies cellulaires CAR-T, a annoncé la nomination de Philippo Petti en qualité de « Chief Financial Officer », succédant à Patrick Jeanmart.

L’ANSM met en place trois RTU dans le traitement adjuvant du mélanome

Publié le 6 août 2018
L’ANSM met en place trois RTU dans le traitement adjuvant du mélanome

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé dans un point d’information avoir élaboré trois Recommandations Temporaires d’Utilisation (RTU) dans le traitement adjuvant du mélanome pour Opdivo (nivolumab), Keytruda (pembrolizumab) et l’association Mekinist-Tafinlar (trametinib-dabrafenib).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions