Edition du 22-04-2021

Leem : des vœux sous influence

Publié le lundi 31 janvier 2011

Le président des Entreprises du médicament, Christian Lajoux, a présenté lundi matin les vœux de l’institution : en pleine « affaire Mediator », le Leem s’efforce de garder son cap tout en reconnaissant qu’il est désormais engagé dans une véritable « Opération restauration ».

 Il s’en est plutôt bien tiré. L’exercice était délicat : en pleine affaire « Mediator », prononcer les vœux des Entreprises du médicament relevait de la haute voltige ou, comme on voudra, de la mission kamikaze. Un peu tendu, le patron, Christian Lajoux, s’est défendu lundi matin de trop parler de ce qu’il a lui-même qualifié de « déflagration », mais il n’a pas caché que les industriels du médicament étaient « très préoccupés par la perte de confiance réelle à l’égard des industriels et du système de santé ». « Nous constatons la déflagration et l’anéantissement des efforts qui ont été faits depuis des années » dans la réhabilitation du médicament dans l’opinion a sobrement commenté Christian Lajoux.

 L’  « affaire Mediator »
Dès lors, comment sortir de la crise ouverte par l’  « affaire Mediator » ? Tout d’abord en faisant le ménage : Servier est désormais, selon la formule du Vatican, « suspens a divinis », ce qui signifie que le laboratoire n’est pas exclu (c’est impossible), mais qu’il est suspendu, ce qui d’ailleurs n’est pas sans impacter les finances du Leem dont Servier était un important contributeur. Pour recoller la vaisselle cassée, -car selon Lajoux, « notre crédibilité est atteinte, et il nous faut la rétablir, non pas seulement en paroles, mais en actes »-, le Leem entend se doter d’un « Comité d’alerte » extérieur à l’institution, composé de membres non affiliés. Le Leem s’engage à « faire évoluer son Comité d’éthique et de médiation (le Cemip). Cette structure est aujourd’hui centrée sur les litiges commerciaux ou publicitaires; les industriels entendent réfléchir à de nouveaux organes d’alerte et de médiation propres à la profession, composés (et présidés) par des acteurs majoritairement extérieurs à l’industrie du médicament ». Bref, c’est l’aggiornamento. Pas facile pour une institution qui commençait tout juste à émerger d’une certaine obscurité qu’elle avait d’ailleurs longtemps elle-même entretenue. Mais il y a le feu dans la boutique. Christian Lajoux le sait bien qui n’a d’ailleurs pas voulu ou pu évaluer l’impact de l’ « affaire Mediator » sur le chiffres d’affaires (mais aussi sur l’emploi) des quelques 270 entreprises adhérentes. Pour sortir de cette crise, le Leem consulte : sociologues, sondagiers, spécialistes de l’opinion, « spin doctors ». Premier verdict : le Leem, avoue Lajoux, « est trop refermé sur lui-même ». Constat sans appel qui pose celui du champ de la légitimité  de l’institution : vaste programme… Pour l’heure, les Entreprises du médicament entendent « calmer le jeu, revenir à des fondamentaux lisibles et compréhensibles ».

Le Leem aurait-il pour autant succombé aux vertus de l’autoflagellation ? Pas tout à fait : d’un petit coup de griffe, Lajoux indiquait lundi matin que :  « nos entreprises ne se reconnaissent pas dans les pratiques évoquées dans le rapport de l’Igas remis le 15 janvier dernier au ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé. Le Leem, à l’unanimité de ses adhérents, défend la plus grande transparence dans les procédures d’évaluation du médicament, et promeut tout ce qui peut garantir la totale impartialité des décisions d’AMM et de pharmacovigilance ». En clair, il ne faudrait quand même pas pousser le bouchon trop loin : les industriels emploient quelques 103 000 personnes et les perspectives ne sont pas roses. Et il y a tout lieu de penser que les autorités de santé mettront tout en œuvre pour obtenir des baissses significatives de prix (voir le déremboursement total pour les spécialités à faible service médical rendu) : l’occasion est trop belle pour la laisser passer.

 Hervé Karleskind








MyPharma Editions

COVID-19 : Valneva initie une étude clinique de Phase 3 pour son candidat vaccin inactivé et adjuvanté

Publié le 22 avril 2021
COVID-19 : Valneva initie une étude clinique de Phase 3 pour son candidat vaccin inactivé et adjuvanté

Valneva, la biotech nantaise spécialisée dans les vaccins contre les maladies infectieuses, vient d’annoncer l’initiation d’une étude pivot de Phase 3 pour son candidat vaccin inactivé et adjuvanté contre la COVID-19, VLA2001. L’étude de Phase 3 « Cov-Compare », (VLA2001-301) va comparer lors d’une étude-pivot d’immunogénicité le candidat vaccin SARS-CoV-2 de Valneva, VLA2001, au vaccin Vaxzevria, qui a déjà reçu une autorisation conditionnelle de mise sur le marché.

COVID-19 : l’essai clinique mené par MedinCell confirme l’innocuité de l’ivermectine

Publié le 22 avril 2021
COVID-19 : l’essai clinique mené par MedinCell confirme l’innocuité de l’ivermectine

MedinCell, société qui développe plusieurs formulations injectables à action prolongée d’ivermectine dont la plus avancée vise à prévenir de l’infection par le Covid-19 et de ses mutants pendant plusieurs mois, a annoncé que son essai clinique valide l’innocuité de l’ivermectine en prise quotidienne sous forme orale, pour simuler la libération continue du principe actif par une injection longue action. Aucun effet indésirable n’a été observé avec les trois doses d’ivermectine testées allant jusqu’à 100 μg/kg.

Erytech sollicite une réunion auprès de la FDA en amont de sa demande de BLA afin d’évaluer une voie d’approbation dans la LAL

Publié le 22 avril 2021
Erytech sollicite une réunion auprès de la FDA en amont de sa demande de BLA afin d’évaluer une voie d’approbation dans la LAL

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé le lancement du processus de demande d’autorisation de mise sur le marché auprès de la FDA américaine pour son produit phare, eryaspase, chez les patients atteints de leucémie aiguë lymphoblastique qui ont développé des réactions d’hypersensibilité à la PEG-asparaginase, sur la base des résultats positifs de l’étude clinique de phase 2 conduite par NOPHO.

Myopathie de Duchenne : Généthon annonce le traitement d’un 1er patient dans le cadre de son essai clinique

Publié le 21 avril 2021
Myopathie de Duchenne : Généthon annonce le traitement d’un 1er patient dans le cadre de son essai clinique

Un premier patient a été traité à I-motion, la plateforme d’essais cliniques pédiatriques pour les maladies neuromusculaires situé à l’hôpital Trousseau, à Paris, dans le cadre de l’essai de thérapie génique mené par Généthon dans la myopathie de Duchenne.

COVID-19 : Valneva se tourne vers des discussions bilatérales pour la fourniture de son vaccin inactivé et adjuvanté

Publié le 21 avril 2021
COVID-19 : Valneva se tourne vers des discussions bilatérales pour la fourniture de son vaccin inactivé et adjuvanté

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre les maladies infectieuses générant d’importants besoins médicaux, a annoncé qu’elle se focaliserait maintenant sur des discussions bilatérales, pays par pays, pour fournir son candidat vaccin inactivé contre la COVID-19, VLA2001, et, en conséquence, ne donnerait plus la priorité aux discussions de fourniture centralisée actuellement en cours avec la Commission Européenne.

Inventiva : Martine Zimmermann nommée administratrice indépendante au Conseil d’Administration

Publié le 21 avril 2021
Inventiva : Martine Zimmermann nommée administratrice indépendante au Conseil d’Administration

Inventiva a annoncé la nomination de Martine Zimmermann comme administratrice indépendante de son Conseil d’Administration. A ce titre, elle remplacera Nawal Ouzren, qui a démissionné du Conseil d’Administration pour se consacrer pleinement à la croissance de Sensorion. La nomination de Martine Zimmerman sera soumise aux actionnaires pour ratification lors de la prochaine Assemblée Générale d’Inventiva.

Pierre Fabre et ValenzaBio : accord de licence et de commercialisation sur un anticorps anti-IGF-1R

Publié le 20 avril 2021
Pierre Fabre et ValenzaBio : accord de licence et de commercialisation sur un anticorps anti-IGF-1R

La société biopharmaceutique américaine ValenzaBio et le groupe pharmaceutique français Pierre Fabre ont annoncé la signature d’un accord de licence sur un anticorps antagoniste du récepteur du facteur de croissance de type 1 apparenté à l’insuline (IGF-1R), pour le traitement de l’orbitopathie dysthyroïdienne (TED), une maladie endocrinienne pour laquelle il n’existe actuellement pas de traitement spécifique.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents