Edition du 22-01-2019

Lutte contre les infections nosocomiales : le palmarès des hôpitaux

Publié le mercredi 21 janvier 2009

Lutte contre les infections nosocomiales : le palmarès des hôpitauxRoselyne Bachelot a dévoilé mercredi le palmarès des hôpitaux 2009 en matière de lutte contre les infections nosocomiales publié dans L’Express. La ministre de la Santé estime que « le plan de lutte a été un succès ». Avec son faible taux d’infections nosocomiales, la France se trouve aujourd’hui dans le peloton de tête des pays européens.

Pour la ministre  « l’effort de transparence a payé ».  Elle souligne par ailleurs à L’Express qu’avec la Grande-Bretagne, la France est « l’un des rares pays européens à rendre public un tel tableau de bord ». Une politique qui se traduirait dans les résultats : la prévalence des patients infectés était de 4,9 % en 2006 (soit une baisse de 12 % par rapport à 2001) contre 4,9 % à 8,5 % pour les autres pays d’Europe. «Curieusement, les Français pensent que le risque d’être contaminé à l’hôpital est en augmentation, ce qui est faux. Simplement, on parle davantage de ce problème », estime Roselyne Bachelot. Ainsi, selon elle, tous les indicateurs des tableaux de bord étaient cette année en nette amélioration en ce qui concerne les infections nosocomiales : plus de 85 % des établissements de santé ont « une bonne ou très bonne » implication dans la lutte contre ces infections. Tous indices confondus, la proportion des bons et très bons établissements a doublé, atteignant les 48 %. 

 Palmarès des hôpitaux
Le classement a été établi à partir du score général décerné aux établissements de soins dans la lutte contre les infections nosocomiales par le ministère de la Santé et résulte de l’addition de quatre indicateurs: l’indice Icalin qui mesure l’activité de lutte contre les infections nosocomiales, la consommation de solutés hydro-alcooliques par le personnel,  la consommation d’antibiotiques (20%) et la surveillance des infections du site opératoire (10%). Au premiers rang du classement arrive en tête l’hôpital Emile Roux de Limeil-Brévannes (Val de Marne), suivi de trois hôpitaux parisiens, l’hôpital européen Georges-Pompidou et le groupe hospitalier Bichat-Claude Bernard (ex-aequo), puis l’hôpital Cochin, pour les grands centres hospitaliers.

162 établissements hors classement
Au total, 162 hôpitaux et cliniques ont été exclus du classement. Selon la ministre, c’est « parce qu’ils ne se sont pas organisés pour surveiller si des infections surviennent à l’endroit où les patients ont été opérés. Nous ne les avons pas pris en traître. Cette exigence remonte à 2005. Les agences régionales de l’hospitalisation sont maintenant chargées d’identifier les difficultés que rencontrent ces établissements pour mettre en oeuvre la surveillance ».

Une journée « Hygiène des mains » le 5 mai 
Concernant les améliorations enregistrées, la ministre relève que près de 85 % des établissements surveillent désormais les infections du site opératoire. Elles ont ainsi diminué de 38 % entre 1999 et 2006.  Plus de la moitié des établissements accorde l’importance requise au bon usage des antibiotiques l’hygiène des mains a largement progressé. Les établissements obtenant une bonne ou une très bonne note est passée de 11 % en 2006 à près de 25 % en 2007. La ministre a annoncé par ailleurs une nouvelle opération journée « Hygiène des mains » le 5 mai prochain.

 Un plan de lutte contre les « infections associées aux soins »
« Si nous voulons continuer à progresser et faire face à l’évolution des risques, nous devons passer de la prévention des infections nosocomiales à la prévention de l’ensemble des infections associées aux soins tout au long du parcours de soins », a déclaré la ministre de la Santé qui a annoncé le lancement d’un plan stratégique national de prévention des infections associées aux soins (IAS).

Les actions envisagées se développeront sur quatre ans jusqu’en 2012.  Le plan s’articule autour de trois axes : renforcer l’organisation de la prévention des IAS ;  mieux structurer les actions de prévention ; agir sur les déterminants du risque infectieux. Roselyne Bachelot a précisé qu’elle souhaitait surtout mettre l’accent sur le premier de ces axes avec notamment un « objectif de mobilisation au niveau de chaque région, sous l’impulsion des agences régionales de santé (ARS) ».

Pour consulter l’intégralité du classement publié par l’Express








MyPharma Editions

Servier et Taiho Oncology présentent des données sur Lonsurf® au Symposium 2019 sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO

Publié le 21 janvier 2019
Servier et Taiho Oncology présentent des données sur Lonsurf® au Symposium 2019 sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO

Servier et Taiho Oncology, filiale de Taiho Pharmaceutical, ont annoncé conjointement que les données d’innocuité et d’efficacité, dans le sous-groupe de patients ayant subi une gastrectomie, de l’essai mondial de phase III TAGS évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil, TAS-102) chez des patients atteints d’un cancer gastrique métastatique (CGm), étaient cohérentes avec les résultats d’études globaux publiés dans The Lancet Oncology.

Sanofi : le comité consultatif de la FDA se prononce sur Zynquista™ dans le diabète de type 1 de l’adulte

Publié le 18 janvier 2019
Sanofi : le comité consultatif de la FDA se prononce sur Zynquista™ dans le diabète de type 1 de l'adulte

Le Comité consultatif des médicaments pour le traitement des maladies endocrinologiques et métaboliques (EMDAC, Endocrinologic and Metabolic Drugs Advisory Committee) de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis s’est prononcé dans le cadre de l’approbation de Zynquista™* (sotagliflozin), par 8 voix contre 8, sur la question de savoir si les bénéfices globaux l’emportaient sur les risques.

François Fournier nommé président-directeur général de Virbac Amérique du Nord

Publié le 18 janvier 2019
François Fournier nommé président-directeur général de Virbac Amérique du Nord

Virbac a annoncé l’arrivée de François Fournier au poste de président-directeur général de Virbac Amérique du Nord à compter du 7 janvier 2019. Il a pour mission principale de diriger et développer l’ensemble des activités nord-américaines de Virbac, en adéquation avec la stratégie globale du groupe Virbac.

Erytech présente un poster sur l’étude en cours TRYbeCA-1 lors de la conférence ASCO-GI 2019

Publié le 18 janvier 2019
Erytech présente un poster sur l'étude en cours TRYbeCA-1 lors de la conférence ASCO-GI 2019

Erytech, société biopharmaceutique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé que le poster intitulé « TRYbeCA-1 : une étude de Phase 3 randomisée avec eryaspase en association avec une chimiothérapie, comparée à une chimiothérapie seule, pour un traitement en seconde ligne chez des patients atteints d’un adénocarcinome du pancréas (NCT03665441) » sera présenté lors de la conférence annuelle de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) 2019 à San Francisco, aux États-Unis.

Janssen : feu vert européen pour Erleada® dans le cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique

Publié le 18 janvier 2019
Janssen : feu vert européen pour Erleada® dans le cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique

Janssen, la société pharmaceutique de Johnson & Johnson, a annoncé que la Commission européenne (CE) a accordé une autorisation de mise sur le marché pour l’Erleada® (apalutamide), un inhibiteur oral de prochaine génération des récepteurs androgéniques pour le traitement des adultes atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration non métastatique (CPRCnm) et qui présentent un risque élevé de développer une forme métastatique de la maladie.

Ipsen : résultats de la 1ère étude sur l’homme d’une neurotoxine recombinante présentés au Congrès TOXINS 2019

Publié le 17 janvier 2019
Ipsen : résultats de la 1ère étude sur l'homme d'une neurotoxine recombinante présentés au Congrès TOXINS 2019

Ipsen a annoncé que les résultats de la première étude chez l’homme d’une neurotoxine recombinante seront présentés lors de la conférence internationale TOXINS 2019 qui se tiendra à Copenhague (Danemark). La neurotoxine botulique recombinante de sérotype E (rBoNT-E) d’Ipsen a été étudiée dans le cadre d’une étude de phase I qui a caractérisé son profil de sécurité et de tolérance chez des volontaires sains (1).

Knopp Biosciences élargit son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children’s Hospital Medical Center

Publié le 17 janvier 2019
Knopp Biosciences élargit son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children's Hospital Medical Center

Knopp Biosciences, société américaine qui développe des médicaments visant à fournir des traitements révolutionnaires pour les maladies inflammatoires et neurologiques, a annoncé aujourd’hui l’élargissement de son partenariat de recherche avec le Cincinnati Children’s Hospital Medical Center afin d’examiner de plus près le mécanisme d’action du candidat-médicament phare de Knopp, le dexpramipexole, qui diminue le nombre d’éosinophiles.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions