Edition du 06-03-2021

Maladie de Crohn : une économie de plus de 130 millions d’euros en France grâce au monitoring des biothérapies

Publié le mercredi 8 octobre 2014

Theradiag, société spécialisée dans le diagnostic in vitro et le théranostic, a annoncé les résultats d’une étude pharmaco-économique qui démontre que l’utilisation du dosage d’anti-TNF et d’anticorps anti-médicaments dans la prise en charge des patients atteints de la maladie de Crohn et traités par biothérapie, permet jusqu’à 25% d’économies du coût des traitements, soit 131 millions d’euros sur 5 ans en France uniquement.

Selon Michel Finance, Directeur Général de Theradiag, « les résultats de cette étude pharmaco-économique renforcent la valeur des tests de théranostic de Theradiag . « Les maladies auto-immunes représentent un important enjeu de santé publique et le coût d’utilisation des biothérapies pour la sécurité sociale est lourd, particulièrement pour les patients en perte de réponse. Les résultats de cette étude démontrent l’intérêt médico-économique de l’utilisation d’un test de monitoring dans le suivi des patients et de la prise en charge thérapeutique personnalisée. En répondant pleinement à ces besoins, nos tests de théranostic Lisa Tracker représentent un potentiel important pour mieux contrôler l’efficacité des biothérapies et pour réaliser des économies supérieures à 130 millions d’euros. »

Les anti-TNF : des biothérapies largement prescrites avec une efficacité démontrée mais se révélant souvent inadaptées et coûteuses

Les maladies avec dérégulation du système immunitaire telles que la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante ou les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) sont des pathologies chroniques qui affectent plus de 28 millions de personnes dans le monde. Les biothérapies, qui utilisent des molécules du vivant comme traitement, entraînent souvent des réactions de défense de l’organisme, rendant les médicaments inefficaces. Or, elles représentent 70% des nouveaux médicaments, d’où la nécessité de les monitorer pour permettre au clinicien d’évaluer la réponse du patient afin d’anticiper, d’optimiser et de ré-orienter le traitement.

« Compte tenu de l’utilisation de plus en plus fréquente des traitements par anti-TNF (en France, environ 85 000 patients dont 30 000 patients souffrant de MICI), de leur coût (de 14 000 à 16 000 euros par an et par patient) et de la sévérité des pathologies concernées, il apparaît indispensable de rationaliser leur prescription pour mieux contrôler leur efficacité et leur tolérance », souligne la société dans son communiqué.

L’étude a porté sur une double cohorte de patients (3 000 et 10 000) atteints de la maladie de Crohn, traités par anti-TNFα et sur une période donnée (1, 3 et 5 ans). Elle a été menée par le Pr Duru (Directeur de Recherche Honoraire au CNRS) et le Pr Lamure (Professeur, Université Claude Bernard, Lyon), responsables du modèle, et par 3 experts gastro-entérologues, le Dr Attar (Hopital Beaujon, Clichy), le Pr Peyrin-Biroulet (CHU, Nancy) et le Pr Roblin (CHU, Saint-Etienne). Les paramètres du modèle sont issus de la littérature, d’hypothèses et de calculs actuariels.

L’étude a permis de déterminer d’une part, l’estimation des coûts de traitement par anti-TNF pour chacune des 2 cohortes sur les périodes d’une année, de trois années et de cinq années et d’autre part, l’impact sur ces coûts de l’introduction d’un test biologique permettant d’optimiser l’utilisation de biomédicaments. Les résultats de l’analyse confirment que l’incidence financière de l’utilisation du dosage sur le budget de santé est très importante : jusqu’à 22% d’économies à 3 ans et 25% à 5 ans et ce, pour les seuls patients atteints de la maladie de Crohn et traités par biothérapie.

Les économies, pour les cohortes de 3 000 et 10 000 patients, sont présentées dans les tableaux suivants :
Maladie de Crohn : une économie de plus de 130 millions d’euros en France grâce au monitoring des biothérapies

Le Pr Roblin présentera ces résultats au Congrès international de Gastroentérologie, United European Gastroenterology Week, se tenant à Vienne (Autriche) du 18 au 22 octobre 2014.

« Si cette étude était extrapolée à l’ensemble des pays utilisant ces biothérapies dans la maladie de Crohn ainsi qu’aux malades atteints d’autres pathologies auto-immunes et traités par biothérapie, les économies pour les systèmes de santé se chiffreraient à des centaines de millions d’euros », indique enfin Theradiag.

Source : Theradiag








MyPharma Editions

C4Diagnostics : Thomas Tran nommé au poste de Managing Director

Publié le 5 mars 2021
C4Diagnostics : Thomas Tran nommé au poste de Managing Director

C4Diagnostics, société de biotechnologie qui développe des tests de diagnostic in vitro (DIV) innovants pour les maladies infectieuses, a annoncé la nomination de Thomas Tran, MBA, au poste de Managing Director. Ses 20 ans de carrière dans l’industrie du diagnostic in vitro sont un atout clé pour structurer les activités de C4Diagnostics, dans un contexte où la société accélère son développement et déploie son portefeuille de produits et de services.

Accure Therapeutics inclut le 1er patient dans son essai de phase II sur la névrite optique aiguë avec son candidat médicament ACT-01

Publié le 5 mars 2021
Accure Therapeutics inclut le 1er patient dans son essai de phase II sur la névrite optique aiguë avec son candidat médicament ACT-01

Accure Therapeutics, entreprise espagnole de R&D translationnelle dans le domaine du système nerveux central (SNC), vient d’annoncer avoir inclut le premier patient de son essai clinique de phase II (ACUITY), portant sur des personnes atteintes de névrite optique aiguë (NOA).

Nicox : feu vert pour le démarrage en Chine de l’étude en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470

Publié le 5 mars 2021
Nicox : feu vert pour le démarrage en Chine de l’étude en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470

Nicox, société spécialisée en ophtalmologie,vient d’annoncer que son partenaire Ocumension Therapeutics a reçu l’approbation des autorités réglementaires chinoises (Center for Drug Evaluation of the National Medical Products Administration) pour conduire la partie chinoise de l’étude clinique en cours de phase 3 Denali pour le NCX 470 pour la réduction de la pression intraoculaire (PIO) chez […]

Genfit : Jean-François Tiné rejoint le Conseil d’Administration

Publié le 5 mars 2021
Genfit : Jean-François Tiné rejoint le Conseil d’Administration

Genfit, société biopharmaceutique de phase avancée engagée dans l’amélioration de la vie des patients atteints de maladies hépatiques et métaboliques, a annoncé la cooptation de Jean-François Tiné en qualité d’administrateur indépendant.

Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 4 mars 2021
Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Iktos, la start-up française spécialisée dans le développement de solutions d’intelligence artificielle (IA) pour la recherche en chimie, et notamment en chimie médicinale, vient d’annoncer l’utilisation de sa technologie d’IA pour la conception de novo de médicaments dans une sélection de programmes Pfizer de découverte de petites molécules.

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€ pour son lancement

Publié le 4 mars 2021
Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€  pour son lancement

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, vient d’annoncer son lancement avec une levée de fonds de 50 M€ réalisée auprès de Bpifrance, Kurma Partners, Angelini Pharma, Evotec et l’Institut Pasteur. Argobio aura pour mission l’incubation de projets hautement innovants au stade précoce de leur développement, dans des domaines thérapeutiques préalablement sélectionnés, jusqu’à la création de sociétés et leur financement par une série A.

Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Publié le 4 mars 2021
Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté d’examiner la demande supplémentaire de licence de produit biologique (sBLA, supplemental Biologics License Application) relative à Dupixent® (dupilumab) comme traitement additionnel de l’asthme modéré à sévère non contrôlé des enfants âgés de 6 à 11 ans.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents