Edition du 09-12-2021

Accueil » Médecine » Recherche

Maladie de Parkinson : cinq nouveaux facteurs de risque identifiés

Publié le jeudi 3 février 2011

Des chercheurs américains et européens, au sein d’un consortium international sur l’étude génomique de la maladie de Parkinson ont identifié 11 régions génomiques de susceptibilité à la maladie de Parkinson dont 5 nouvelles. Cette méta-analyse est publiée en ligne dans la revue The Lancet datée du 2 février 2011.

La maladie de Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative la plus fréquente, caractérisée par une perte progressive des neurones dopaminergiques et une accumulation de corps de Lewy. Bien que l’origine de cette maladie ait été longtemps considérée comme purement environnementale, l’identification, durant ces 10 dernières années, d’au moins 13 loci et 9 gènes (Parkine, PINK1, DJ-1, ATP13A2, SNCA, UCHL1, LRRK2, GIGYF2 et Omi/HTRA2) impliqués dans des formes rares monogéniques(*) de la maladie de Parkinson, ont permis de montrer l’importance des facteurs génétiques dans la survenue de ce désordre complexe.
De manière intéressante, certains des gènes impliqués dans les formes monogéniques de la maladie de Parkinson, tels que SNCA et LRRK2, sont aussi des facteurs de risque dans des cas sporadiques, formes les plus communes de la maladie.

Des nouveaux facteurs de risque pour la maladie de Parkinson
Depuis 2007, plusieurs études d’association à grande échelle menées chez des cas parkinsoniens et des témoins appariés, d’origines géographiques diverses, ont permis d’identifier au moins 6 régions chromosomiques contenant les gènes MAPT, SNCA, HLA-DRB5, BST1, GAK et LRRK2. Parmi elles, cinq études d’association indépendantes ont été réalisés aux Etats-Unis et en Europe, portant sur un total de 5333 patients parkinsoniens et 12 019 témoins et couvrant quelque 7,7 millions de variants génétiques.  L’ensemble des nombreuses données issues de ces études à large échelle ont fait l’objet d’une analyse combinée (méta-analyse). Les régions génomiques les plus significativement associées à la maladie de Parkinson ont été par ailleurs retrouvées dans une population indépendante de 7053 patients parkinsoniens et 9564 témoins, ce qui valide les données de la méta-analyse.

Ces travaux, fruit d’une collaboration internationale entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, l’Islande, ont été menés en France par Alexis Brice (Université Pierre et Marie Curie-Paris, CNRS UMR 7225, INSERM UMR_S975, Centre de Recherche de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière, Paris, France), Maria Martinez (Unité mixte Inserm 1043, Toulouse). Ils ont abouti à l’identification de 5 nouvelles régions chromosomiques (ACMSD, STK39, MCCC1/LAMP3, SYT11 et CCDC62/HIP1R), en plus de la confirmation des 6 régions génomiques déjà connues.

Les variants des gènes MAPT et SNCA expliquent à eux seuls, près de 30% du risque de survenue de la maladie de Parkinson. Les chercheurs ont également évalué dans la population générale la distribution et les effets cumulés des facteurs de susceptibilité associés aux 11 régions chromosomiques incriminées. Résultat : les 20% des individus qui portent le plus grand nombre de facteurs de susceptibilité ont 2,5 fois plus de risque de développer la maladie, comparés aux 20% d’individus porteurs d’un faible nombre de facteurs de susceptibilité.

Ces travaux précisent pour la première fois l’importance du rôle des facteurs de risque génétiques dans la survenue de la maladie de Parkinson dans la population générale. L’identification de ces facteurs génétiques impliqués dans les formes les plus communes de la maladie de Parkinson va permettre non seulement des avancées importantes dans la compréhension de la physiopathologie de cette maladie neurodégénérative, mais aussi le développement d’outils diagnostiques et pronostiques.

Note
(*) Une maladie est dite monogénique quand sa genèse est provoquée par la mutation d’un seul gène. On estime aujourd’hui qu’il en existe près de 6 000.

Source  : Communiqué Inserm

« Imputation of sequence variants for identification of genetic risks for Parkinson’s disease: a meta-analysis of genome-wide association studies »  ; International Parkinson Disease Genomics Consortium

The Lancet, parution on line le mercredi 2 février 2011








MyPharma Editions

TreeFrog Therapeutics annonce de nouveaux investissements industriels et 3,5M d’euros de financements supplémentaires

Publié le 8 décembre 2021
TreeFrog Therapeutics annonce de nouveaux investissements industriels et 3,5M d'euros de financements supplémentaires

TreeFrog Therapeutics, a annoncé avoir reçu Patrick Amoussou-Adéblé, secrétaire général pour les affaires régionales à la préfecture de Nouvelle-Aquitaine, et Alain Rousset, Président de la région Nouvelle-Aquitaine, le 7 décembre 2021 sur son site de Pessac, siège et centre R&D de la société. Cette visite s’est déroulée dans le cadre du troisième anniversaire de la création de TreeFrog Therapeutics. A cette occasion, les dirigeants ont annoncé le doublement de la surface de salles blanches pour atteindre près de 300m², ainsi que la livraison d’un second bâtiment de 900m² à Pessac comprenant un laboratoire de biophysique de 200m².

Medicago et GSK : résultats de Phase 3 positifs concernant l’efficacité et la sécurité du candidat vaccin COVID-19 végétal avec adjuvant

Publié le 8 décembre 2021
Medicago et GSK : résultats de Phase 3 positifs concernant l'efficacité et la sécurité du candidat vaccin COVID-19 végétal avec adjuvant

Medicago, société biopharmaceutique établie à Québec, et GlaxoSmithKline (GSK) viennent de présenter les résultats concluants en termes d’efficacité et d’innocuité de l’étude mondiale de Phase 3 contrôlée par placebo du candidat-vaccin COVID-19 à base de plantes de Medicago, combiné à l’adjuvant pandémique de GSK. L’étude a été menée auprès de plus de 24 000 adultes de 18 ans et plus, dans six pays.

Noxxon : recrutement d’un 1er patient dans la phase d’expansion de l’étude de phase 1/2 NOX-A12 dans le cancer du cerveau

Publié le 8 décembre 2021
Noxxon : recrutement d'un 1er patient dans la phase d'expansion de l'étude de phase 1/2 NOX-A12 dans le cancer du cerveau

Noxxon Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans le développement des traitements améliorés du cancer en ciblant le microenvironnement tumoral (MET), a annoncé que le premier patient a été recruté dans un bras d’expansion de l’étude GLORIA sur NOX-A12 dans le cancer du cerveau non méthylé MGMT (glioblastome, GBM). Le patient a reçu sa première semaine de traitement de NOX-A12 (600 mg/semaine) associé à de la radiothérapie et d’un inhibiteur de VEGF, bevacizumab.

Advicenne : des avancées significatives dans la commercialisation de son produit phare Sibnayal™ en Europe

Publié le 7 décembre 2021
Advicenne : des avancées significatives dans la commercialisation de son produit phare Sibnayal™ en Europe

Advicenne, société pharmaceutique spécialisée dans le développement et la commercialisation de traitements innovants pour les personnes souffrant de maladies rénales rares, a annoncé l’enregistrement d’avancées significatives dans la commercialisation et la distribution d’ADV7103 (Sibnayal™), le premier et unique médicament approuvé pour le traitement de l’acidose tubulaire rénale distale (ATRd) chez les adultes, les adolescents et les enfants âgés d’un an et plus.

Valneva commente les données de l’essai COV-Boost

Publié le 7 décembre 2021

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a commenté les données publiées dans le cadre de l’essai COV-Boost qui a étudié la réactogénicité et l’immunogénicité de sept vaccins contre la COVID-19, administrés dans différents dosages comme troisième dose, ou dose de rappel, à des personnes ayant reçu le vaccin Comirnaty de Pfizer ou Vaxzevria d’AstraZeneca.

Inventiva : résultats positifs de l’étude clinique « thorough » QT menée avec lanifibranor

Publié le 7 décembre 2021
Inventiva : résultats positifs de l’étude clinique « thorough » QT menée avec lanifibranor

Inventiva, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement clinique de petites molécules administrées par voie orale pour le traitement de la stéatohépatite non alcoolique (NASH), des mucopolysaccharidoses (MPS) et d’autres maladies avec un besoin médical non satisfait significatif, a annoncé les résultats positifs de son étude clinique mesurant l’intervalle QT/QTc1 et démontre l’innocuité de lanifibranor sur l’activité électrique cardiaque.

Quantum Genomics conclut un accord de licence et de production exclusif avec le laboratoire pharmaceutique Julphar

Publié le 6 décembre 2021
Quantum Genomics conclut un accord de licence et de production exclusif avec le laboratoire pharmaceutique Julphar

Quantum Genomics, entreprise biopharmaceutique spécialisée dans le développement d’une nouvelle classe de médicaments agissant directement sur le cerveau pour traiter l’hypertension artérielle difficile à traiter/résistante, a annoncé ce jour la signature d’un accord exclusif de licence et de production avec Julphar pour commercialiser et produire firibastat au Moyen-Orient, en Afrique, dans les CEI et en […]

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents