Edition du 06-12-2021

Maladies non transmissibles: l’OMS préconise des stratégies à moindre coût

Publié le lundi 19 septembre 2011

Une nouvelle étude de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) révèle que les pays à faible revenu pourraient instaurer un ensemble de stratégies essentielles pour prévenir et traiter les cancers, les cardiopathies, le diabète et les pneumopathies pour seulement 1,20 dollar par personne et par an.

«Les maladies non transmissibles sont l’une des principales menaces pesant sur la croissance économique et le développement à l’échelle mondiale. Dans les 15 prochaines années, elles coûteront aux pays à revenu faible ou intermédiaire plus de 7000 milliards de dollars, déclare Jean Pierre Rosso, Directeur administratif au Forum économique mondial (WEF), lors de la publication aujourd’hui des résultats d’une étude faite par le WEF et l’École de santé publique de Harvard. Lorsqu’une grande partie de la main d’œuvre tombe malade et meurt dans les années de productivité, les pertes de production se chiffrent en milliards de dollars pour les économies nationales, sans parler des millions de familles qui sont acculées à la pauvreté.»

Des interventions peu coûteuses
L’étude de l’OMS décrit comment aider les pays à revenu faible ou intermédiaire à trouver des interventions à faible coût pouvant aider à endiguer les MNT et à réduire leur impact économique. Ces interventions doivent avoir un très bon rapport coût-efficacité et avoir donné des preuves solides qu’elles évitent les maladies et sauvent des vies. La liste comporte des mesures qui ciblent l’ensemble de la population, comme les droits d’accise sur le tabac et l’alcool, les lieux de travail et les lieux publics non-fumeurs, les informations et mises en garde sanitaires, ainsi que des campagnes pour réduire la teneur en sel et remplacer les acides gras trans par des acides gras polyinsaturés, le tout s’accompagnant de programmes de sensibilisation du grand public à l’alimentation et à l’exercice physique.
D’autres tactiques sont axées sur l’individu. Il s’agit par exemple du dépistage, du conseil et du traitement médicamenteux des sujets ayant des maladies cardiovasculaires ou exposés à ce risque, du dépistage du cancer du col de l’utérus ou de la vaccination contre l’hépatite B en prévention du cancer du foie.

De 0,20 à 0,50 dollar par an et par personne
En mettant cet outil sur pied, l’OMS a pris en compte cinq éléments essentiels: la taille de la population; l’ampleur de la charge de morbidité; la proportion de la population appelée à être couverte par les stratégies; les ressources requises (personnel, médicaments, technologie); le coût unitaire, par exemple les salaires, les médicaments. Aucune intervention revenant à plus de 0,50 dollar par personne et par an n’a été incluse. Le coût total de l’adoption de ces stratégies dans tous les pays à revenu faible ou intermédiaire s’élèverait à 11,4 milliards de dollars par an.

L’’accès aux interventions à l’échelle des populations dans tous les pays à revenu faible ou intermédiaire coûterait 2 milliards de dollars par an, ce qui reviendrait à 0,20 dollar par personne et par an dans les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et à environ 0,50 dollar par personne et par an dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure.

L’accès aux interventions individuelles financièrement les plus intéressantes contre les MNT coûte environ 10 milliards par an pour tous les pays à revenu faible ou intermédiaire. Sur la période 2011-2025, le coût annuel par habitant sera de: 1 dollar dans les pays à revenu faible, 1,50 dollar dans les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et 2,50 dollars dans ceux de la tranche supérieure.

Une intervention ayant un très bon rapport coût-efficacité génère une année supplémentaire de vie en bonne santé pour un coût inférieur au revenu annuel moyen ou PIB par habitant dans le pays ou la région concernée. Par exemple: avec un revenu annuel moyen par personne en Inde d’environ 1000 dollars, on considère que toute intervention générant une année supplémentaire de vie en bonne santé pour un coût inférieur à cette somme a un très bon rapport coût-efficacité.

Les pays à revenu élevé dépensent 4000 milliards par an pour la santé et les États-Unis d’Amérique y consacrent à eux seuls 2000 milliards par an. Les maladies non transmissibles, comme les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux, les cancers, le diabète et les maladies respiratoires chroniques, sont à l’origine de plus de 63% des décès dans le monde. Chaque année, les MNT tuent 9 millions de personnes de moins de 60 ans et 90% de ces décès prématurés surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Les19 et 20 septembre, les dirigeants du monde entier se retrouvent à New York pour la réunion de haut niveau des Nations Unies sur les maladies non transmissibles, afin d’établir un nouveau programme international pour les combattre.

Source : OMS








MyPharma Editions

Quantum Genomics conclut un accord de licence et de production exclusif avec le laboratoire pharmaceutique Julphar

Publié le 6 décembre 2021
Quantum Genomics conclut un accord de licence et de production exclusif avec le laboratoire pharmaceutique Julphar

Quantum Genomics, entreprise biopharmaceutique spécialisée dans le développement d’une nouvelle classe de médicaments agissant directement sur le cerveau pour traiter l’hypertension artérielle difficile à traiter/résistante, a annoncé ce jour la signature d’un accord exclusif de licence et de production avec Julphar pour commercialiser et produire firibastat au Moyen-Orient, en Afrique, dans les CEI et en […]

Poxel : création d’un Conseil Scientifique dédié aux maladies métaboliques rares

Publié le 6 décembre 2021
Poxel : création d’un Conseil Scientifique dédié aux maladies métaboliques rares

Poxel, société biopharmaceutique au stade clinique développant des traitements innovants pour les maladies métaboliques chroniques, dont la stéatohépatite non alcoolique (NASH) et les maladies rares, a annoncé la création d’un Conseil Scientifique dédié aux maladies métaboliques rares. Le nouveau Conseil Scientifique se concentrera dans un premier temps sur le développement du programme de Poxel dans l’adrénoleucodystrophie liée au chromosome X (ALD).

Genopole annonce un nouvel appel à candidatures Shaker

Publié le 3 décembre 2021
Genopole annonce un nouvel appel à candidatures Shaker

Genopole lance du 1er décembre 2021 au 21 janvier 2022, un appel à candidatures pour constituer la 10e promotion de Shaker : un programme d’accompagnement de 6 mois destiné aux passionnés d’innovation biotech.

Aelis Farma : résultats positifs de la 1ère administration à l’homme de AEF0217, son candidat-médicament dans les troubles cognitifs du syndrome de Down

Publié le 3 décembre 2021
Aelis Farma : résultats positifs de la 1ère administration à l’homme de AEF0217, son candidat-médicament dans les troubles cognitifs du syndrome de Down

Aelis Farma, société de biotechnologie spécialisée dans le traitement des maladies du cerveau, a annoncé que AEF0217 a été administré à la première cohorte de volontaires sains, dans le cadre d’une étude clinique de phase 1 évaluant la sécurité, la tolérance et les caractéristiques pharmacocinétiques de son second candidat-médicament. L’administration de AEF0217, à une dose comprise dans la gamme thérapeutique anticipée, est bien tolérée et présente des profils de sécurité et d’exposition plasmatique favorables pour la suite du développement clinique.

Immuno-oncologie : Aqemia et Servier partenaires pour la découverte de médicaments à l’aide d’intelligence artificielle et de physique théorique

Publié le 3 décembre 2021
Immuno-oncologie : Aqemia et Servier partenaires pour la découverte de médicaments à l’aide d’intelligence artificielle et de physique théorique

Aqemia, start-up spécialisée dans la découverte de médicament accélérée par l’intelligence artificielle (IA) et la physique quantique, et Servier, groupe pharmaceutique international indépendant, ont annoncé avoir conclu un accord de partenariat pour accélérer la découverte de candidats-médicaments petites molécules pour une cible non divulguée, dans le domaine de l’immuno-oncologie.

Crossject : validation du lot clinique ZENEO® Midazolam

Publié le 3 décembre 2021
Crossject : validation du lot clinique ZENEO® Midazolam

Crossject, « specialty pharma » qui développe et commercialisera prochainement un portefeuille de médicaments combinés dédiés aux situations d’urgence, a annoncé la conformité du lot clinique destiné à la réalisation de l’étude de bioéquivalence de ZENEO® Midazolam 10mg (crises d’épilepsie).

Abivax reçoit la réponse de la FDA afin d’avancer le programme clinique de phase 3 d’ABX464 dans la rectocolite hémorragique

Publié le 2 décembre 2021
Abivax reçoit la réponse de la FDA afin d’avancer le programme clinique de phase 3 d’ABX464 dans la rectocolite hémorragique

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique développant de nouveaux médicaments modulant le système immunitaire afin de traiter les maladies inflammatoires, les maladies virales et le cancer, a annoncé que l’autorité réglementaire américaine (FDA) a récemment apporté sa réponse dans le cadre du « End-of-Phase-2 Meeting », utile à l’avancement du programme clinique de phase 3 d’ABX464 dans le traitement de la rectocolite hémorragique (RCH), et visant à obtenir potentiellement par la suite la demande d’autorisation de mise sur le marché et la commercialisation.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents