Edition du 22-09-2020

Accueil » Et aussi » Médecine » Recherche

Marcher lentement prédit le risque de décès cardiovasculaire

Publié le jeudi 12 novembre 2009

Marcher lentement prédit le risque de décès cardiovasculaireRéalisée sur des personnes de plus de 65 ans recrutées dans le centre de Dijon de l’étude des Trois Cités, les résultats d’une étude menée par Alexis Elbaz, chercheur d’une unité mixte Inserm/Université Pierre et Marie Curie sont publiés online dans le British Medical Journal. Sur une période de cinq ans, les chercheurs ont montré que les personnes marchant le plus lentement avaient une augmentation du risque de décès, en particulier d’origine cardiovasculaire.

 L’étude des Trois Cités (3C), qui se déroule à Bordeaux, Dijon et Montpellier vise à étudier la relation entre pathologie vasculaire et démence grâce au suivi d’une cohorte de plusieurs milliers de personnes âgées de plus de 65 ans. Outre l’étude des maladies cérébrales majeures (maladie d’Alzheimer et accidents vasculaires cérébraux) elle permet également d’aborder d’autres questions de santé publique en rapport avec le vieillissement (alimentation, consommation médicamenteuse, dépression, handicap et incapacités, etc.). Le recueil initial de données a eu lieu entre 1999 et 2000 puis les participants ont été revus à différentes reprises, avec détection systématique des cas de démence et des événements cardiovasculaires.

Dans le cadre de cette grande cohorte, une équipe de l’unité mixte Inserm-Université Pierre et Marie Curie UMRS 708 « Neuroépidémiologie » dirigée par Christophe Tzourio, a étudié la vitesse de marche en relation avec la mortalité. De précédentes recherches avaient suggéré qu’une vitesse lente de marche était associée à une plus grande mortalité mais sans que les causes spécifiques de décès n’aient été étudiées. Les chercheurs de l’U708 ont confirmé qu’il y avait une relation entre vitesse lente de marche et mortalité, et ont montré qu’il s’agissait d’une augmentation de la mortalité cardiovasculaire.

Les chercheurs ont basé leurs investigations sur des données collectées chez plus de 3200 personnes âgées de 65 à 85 ans recrutées dans le centre dijonnais de l’étude 3C et ne présentant, à l’entrée dans l’étude, aucun problème de santé pouvant influencer la vitesse de marche (maladies rhumatologiques, interventions chirurgicales, maladies neurologiques ou cardiaques, etc.).

La vitesse de marche de ces personnes a été mesurée sur une distance de 6 mètres à l’aide de cellules photoélectriques. Les chercheurs ont ensuite étudié la mortalité dans la cohorte et ses principales causes lors du suivi qui a duré 5 ans. Le risque de décès a ensuite été calculé suivant trois groupes définis en fonction de la vitesse de marche: les lents, les moyens et les rapides.

L’étude révèle que les sujets marchant le plus lentement ont un risque de décès, quelle que soit la cause, augmenté de 44% par rapport aux autres participants marchant plus vite. Cette augmentation est principalement due à un risque de décès d’origine cardiovasculaire multiplié par trois. Ces résultats sont observés chez les hommes comme chez les femmes, quel que soit l’âge, et indépendamment du profil cardiovasculaire.

Ces résultats n’étant pas expliqués par le niveau et l’intensité de l’activité physique habituelle des participants, les auteurs suggèrent que l’exposition chronique à des facteurs de risque vasculaire (hypertension, diabète, etc.), responsable de l’augmentation du risque de mortalité cardiovasculaire, serait également impliquée dans la diminution des performances motrices, probablement par le biais de leurs conséquences cérébrales.

Fait important, l’augmentation de la mortalité cardiovasculaire chez les personnes plus lentes ne commençait à être perceptible qu’au bout de 2 ans et demi de suivi sur les courbes de survie de Kaplan-Meier. Pour Alexis Elbaz et ses collègues « La vitesse de marche serait donc un prédicteur de la mortalité cardiovasculaire à moyen terme. En pratique clinique quotidienne, ces résultats permettent d’envisager l’inclusion d’un test simple et rapide à mettre en oeuvre, la mesure de la vitesse de marche, parmi les examens permettant d’évaluer l’état de santé, en particulier moteur et cardiovasculaire, des personnes âgées. »

Source : Inserm

“Slow walking speed and cardiovascular death in well functioning older adults:prospective cohort study”
Accès à l’article original : British Medical Journal, online November 11th 2009








MyPharma Editions

Advanced BioDesign : le Pr. Pierre Tambourin rejoint son conseil scientifique

Publié le 22 septembre 2020
Advanced BioDesign : le Pr. Pierre Tambourin rejoint son conseil scientifique

Advanced BioDesign, société française de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies innovantes contre les cancers résistants, vient d’annoncer que le professeur Pierre Tambourin rejoint la société en tant que membre du conseil scientifique.

Nicox : approbation de la demande d’autorisation d’étude clinique pour ZERVIATE en Chine

Publié le 22 septembre 2020
Nicox : approbation de la demande d’autorisation d’étude clinique pour ZERVIATE en Chine

Nicox, la société spécialisée en ophtalmologie, a annoncé que son partenaire Ocumension Therapeutics a reçu l’approbation des autorités réglementaires chinoises (Center for Drug Evaluation of the National Medical Products Administration) pour mener des études cliniques de phase 3 sur ZERVIATE™ (solution ophtalmique de cétirizine), 0,24% pour le traitement du prurit oculaire associé aux conjonctivites allergiques.

Neuraxpharm acquiert Buccolam® auprès de Takeda

Publié le 22 septembre 2020
Neuraxpharm acquiert Buccolam® auprès de Takeda

Le groupe Neuraxpharm, société pharmaceutique européenne de premier plan, spécialisée dans le système nerveux central (SNC), a annoncé l’acquisition du médicament de prescription, Buccolam® (midazolam, solution buccale) auprès du laboratoire japonais, Takeda. L’accord entre Neuraxpharm et Takeda comprend les droits mondiaux de Buccolam®. La transaction devrait se conclure d’ici fin 2020, conformément aux conditions légales et réglementaires habituelles.

Ceva Santé animale : Jean-Marcel Ciet nommé Chief Digital Officer

Publié le 21 septembre 2020
Ceva Santé animale : Jean-Marcel Ciet nommé Chief Digital Officer

Pour piloter sa nouvelle direction “Digital & Smart Solutions Accelerator”, Ceva Santé Animale, 5e laboratoire vétérinaire au monde et 1er français, vient de nommer Jean-Marcel Ciet, 33 ans, en qualité de Chief Digital Officer. Il rejoint à ce titre le Comité exécutif pour mener la transformation digitale interne et externe du Groupe.

LEO Pharma vend un portefeuille de quatre produits à Cheplapharm

Publié le 21 septembre 2020
LEO Pharma vend un portefeuille de quatre produits à Cheplapharm

LEO Pharma vient d’annoncer la vente d’un portefeuille de quatre produits non-stratégiques à la société Cheplapharm, une entreprise pharmaceutique familiale basée en Allemagne, pour un montant de 300 millions d’euros. Cet accord représente une étape importante dans le déploiement de la stratégie de LEO Pharma pour 2030, qui renforce l’orientation de la société vers de nouvelles solutions innovantes.

Oncologie : Precision BioSciences et Servier étendent leur collaboration de développement de CAR-T

Publié le 18 septembre 2020
Oncologie : Precision BioSciences et Servier étendent leur collaboration de développement de CAR-T

Servier et Precision BioSciences, une société biotechnologique développant des traitements par correction génique in vivo et à base de cellules CAR T allogéniques avec sa plateforme d’édition de génomes ARCUS®, ont annoncé que les sociétés avaient ajouté deux cibles supplémentaires pour le cancer hématologique au-delà de la protéine CD19 ainsi que deux cibles de tumeurs solides à son accord de développement et de licence commerciale concernant son traitement à base de cellules CAR T.

COVID-19 : Sanofi et GSK vont fournir jusqu’à 300 millions de doses de leur vaccin à l’UE

Publié le 18 septembre 2020
COVID-19 : Sanofi et GSK vont fournir jusqu'à 300 millions de doses de leur vaccin à l'UE

Sanofi et GSK ont signé le 18 septembre 2020 un accord définitif avec la Commission européenne (CE) en vue de la fourniture de jusqu’à 300 millions de doses d’un vaccin contre la COVID-19, dès lors que celui-ci sera approuvé. Le candidat-vaccin repose sur la technologie à base de protéine recombinante que Sanofi a employée pour produire un vaccin contre la grippe et sur l’adjuvant développé par GSK.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents