Edition du 04-03-2021

Médicament : la confiance des Français en hausse

Publié le vendredi 12 juin 2015

Selon les résultats de l’Observatoire sociétal du médicament (1) diffusés jeudi par le Leem, le niveau de confiance des Français dans le médicament en général remonte à 85 % (+ 10 points). Un niveau proche de celui des années précédentes, après la chute enregistrée en 2014 (- 12 points).

Ce sont les 60 ans et plus, davantage utilisateurs que les plus jeunes, qui affichent le capital confiance le plus solide avec 90 % contre 79 % chez les 18-24 ans et 80 % chez les 25-34 ans. Les niveaux de confiance les plus élevés sont atteints par les personnes les plus exposées aux maladies : 93 % pour les patients souffrant d’une affection longue durée et 93 % également pour ceux qui prennent des médicaments tous les jours.

Vaccins: la confiance des Français stagne
Selon l’Observatoire, tous les types de médicaments bénéficient de ce rebond de confiance à l’exception des vaccins, dont le niveau reste stable. Ainsi, les médicaments sur ordonnance enregistrent 93% de confiance (+ 5 points), les médicaments remboursés 92% (+ 6 points), les médicaments de marque 89% (+ 6 points). De même, la confiance est à la hausse pour les médicaments sans ordonnance (73 %, +7 points), les médicaments non-remboursés (75 %, +7 points) et dans une moindre mesure pour les génériques (68 %, + 2 points).
En ce qui concerne les vaccins, si la confiance reste très majoritaire (71 %), elle stagne « dans un contexte pourtant favorable à l’ensemble des médicaments. », souligne l’étude. Ainsi, près d’un Français sur trois (29 %) affirme toujours ne pas avoir confiance dans les vaccins. « Ce cas particulier de défiance est d’autant plus préoccupant qu’il touche toutes les catégories sociales et démographiques (âge, niveau d’éducation, niveau de revenu, profession…). », note le Leem.

Les Français, en attente d’information
Plus de six Français sur dix s’estiment mal informés sur le médicament, notamment en ce qui concerne les effets secondaires 62 % (+ 7 points). Néanmoins, même s’il reste minoritaire, le sentiment d’être bien informé progresse pour la sécurité des médicaments avec 30 % (+ 6 points vs 2014), la procédure d’autorisation de mise sur le marché : 20 % (+3 points), le fonctionnement de la recherche dans le domaine des médicaments : 20 % (+ 3 points).

C’est sur l’efficacité des médicaments que les Français se considèrent les mieux informés (39 %). A l’inverse, seuls 15 % s’estiment bien informée sur les essais cliniques avant la mise sur le marché d’un nouveau médicament et 11 % sur la manière dont le prix des médicaments est fixé.

Concernant l’information sur les médicaments, les professionnels de santé de proximité ont la confiance des Français :  les médecins traitants arrivent en tête (95 %), suivis par les infirmières (91 %) et les pharmaciens (90 %). Par ailleurs, 87 % des Français font confiance à la notice des médicaments +( 3 points vs 2014). C’est un outil de réassurance important quel que soit le type de médicament : avec ordonnance (90 %) ou sans ordonnance (91 %), princeps (91 %) ou générique (92 %).
En termes de crédibilité, les laboratoires pharmaceutiques se situent, quant à eux, à 49 % (+ 6 points vs 2014), au même niveau que les livres publiés sur les médicaments (49 %) et légèrement devant les lanceurs d’alerte (45 %).

Interrogés sur les risques qu’ils redoutent le plus, 65% des Français déclarent majoritairement avoir peur de souffrir un jour d’une maladie dont on ne connaît pas le traitement (65 %), 60 % s’inquiètent de la résistance aux antibiotiques, 61 % des interactions médicamenteuses et 50 % ont peur de mélanger des médicaments qui ne vont pas ensemble.

L’image des entreprises du médicament
61% des Français déclarent avoir confiance dans les entreprises du médicament. Une hausse de 4 points qui replace la confiance dans le secteur à son niveau de 2013 (62%). Le secteur du médicament conserve ainsi le 4ème rang dans le classement des principaux secteurs dans lesquels les Français ont confiance, derrière l’aéronautique (76 %), l’automobile (69 %) et le bâtiment (63 %), mais devant les télécommunications (52 %), la grande distribution et l’agro-alimentaire (42 %), le nucléaire (39 %), le pétrole et la banque (31 %).

Les entreprises du médicament sont perçues comme « utiles » (87 %, + 2 points), « à la pointe du progrès » (81 %, + 2 points) et « efficaces » (78 %).  En revanche, « dans un contexte d’accumulation de controverses sur le médicament en France depuis 2011 », seuls 37% des Français estiment que les entreprises du médicament sont éthiques et 18 % transparentes (18 %).

Enfin, quand ils regardent vers le passé, 72 % des Français estiment que les médicaments se sont améliorés au cours des 20 dernières années.

(1) Etude Ipsos pour le Leem, réalisée auprès de 1 010 personnes, interrogées par Internet entre le 23 février et le 31 mars 2015 (échantillon âgé de 18 ans et plus, représentatif de la population nationale).

Source et infographie : Leem

Selon les résultats de l'Observatoire sociétal du médicament (1) diffusés jeudi par le Leem, le niveau de confiance des Français dans le médicament en général remonte à 85 % (+ 10 points). Un niveau proche de celui des années précédentes, après la chute enregistrée en 2014 (- 12 points).








MyPharma Editions

Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 4 mars 2021
Iktos va collaborer avec Pfizer dans l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments

Iktos, la start-up française spécialisée dans le développement de solutions d’intelligence artificielle (IA) pour la recherche en chimie, et notamment en chimie médicinale, vient d’annoncer l’utilisation de sa technologie d’IA pour la conception de novo de médicaments dans une sélection de programmes Pfizer de découverte de petites molécules.

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€ pour son lancement

Publié le 4 mars 2021
Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, lève 50 M€  pour son lancement

Argobio, le start-up studio dédié aux sciences de la vie, vient d’annoncer son lancement avec une levée de fonds de 50 M€ réalisée auprès de Bpifrance, Kurma Partners, Angelini Pharma, Evotec et l’Institut Pasteur. Argobio aura pour mission l’incubation de projets hautement innovants au stade précoce de leur développement, dans des domaines thérapeutiques préalablement sélectionnés, jusqu’à la création de sociétés et leur financement par une série A.

Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Publié le 4 mars 2021
Sanofi : la FDA accepte d’examiner Dupixent® dans le traitement de l’asthme modéré à sévère de l’enfant

Sanofi a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté d’examiner la demande supplémentaire de licence de produit biologique (sBLA, supplemental Biologics License Application) relative à Dupixent® (dupilumab) comme traitement additionnel de l’asthme modéré à sévère non contrôlé des enfants âgés de 6 à 11 ans.

GeNeuro : approbation du DSMB pour la poursuite de son étude de Phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP

Publié le 4 mars 2021
GeNeuro : approbation du DSMB pour la poursuite de son étude de Phase 2 évaluant le temelimab dans la SEP

GeNeuro, société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements ciblant des facteurs clés de progression des maladies neurodégénératives auto-immunes, notamment la sclérose en plaques (SEP), a annoncé que le Comité de surveillance et de suivi (Drug Safety Monitoring Board, ou DSMB) a autorisé la poursuite, comme prévu et sans modification, de l’étude de Phase 2 évaluant le temelimab chez des patients atteints de sclérose en plaques (SEP).

MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Publié le 3 mars 2021
MEDSIR : l’Institut Gustave Roussy et l’Institut Curie participent à un essai clinique afin de traiter le cancer du thymus avancé

Entreprise mondiale consacrée à la recherche indépendante en cancérologie, MEDSIR a lancé l’essai clinique phase II PECATI, qui vise à explorer une nouvelle option de traitement pour les patients atteints de tumeurs thymiques avancées, un cancer peu fréquent. L’étude évaluera l’efficacité et la sécurité de l’association de pembrolizumab et de lenvatinib chez des patients atteints de carcinome thymique ou de thymome B3 métastatique.

CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

Publié le 3 mars 2021
CVasThera lève 1,3 million d’euros lors d’un premier tour de table

CVasThera, société biopharmaceutique spécialisée dans la R&D de médicaments innovants pour les pathologies cardiovasculaires et intestinales, vient d’annoncer une levée de fonds de 1,3 million d’euros lors d’un tour de table d’amorçage. Cette levée vient tripler l’apport en fonds propres et le capital de la société, sécurisant ainsi le financement nécessaire à la réalisation des études précliniques pour le composé CVT120165, un candidat médicament dans le traitement de la maladie de Crohn.

VIH : les chercheurs d’Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Publié le 3 mars 2021
VIH : les chercheurs d'Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Abbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable et ce, sans aucun traitement antirétroviral. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents