Edition du 19-08-2018

Nosopharm renouvelle son partenariat avec l’Inra

Publié le mercredi 30 mai 2018

Nosopharm renouvelle son partenariat avec l’InraNosopharm, la société dédiée à la recherche et au développement de nouveaux médicaments anti-infectieux, a renouvelé son partenariat avec l’Institut National de la Recherche Agronomique (Inra). Ce partenariat avec le laboratoire Diversité, Génomes & Interactions Microorganismes-Insectes (DGIMI) vise à développer de nouvelles classes d’agents antimicrobiens pour le traitement des infections nosocomiales pharmaco-résistantes.

Les nouvelles classes d’agents microbiens qui seront découvertes feront par la suite l’objet de demandes de brevets et de publications scientifiques.

Selon les termes du partenariat, l’Inra donne à Nosopharm un accès exclusif à environ 100 souches uniques de Photorhabdus et Xenorhabdus. La collection de souches du laboratoire DGIMI est la plus importante et la plus variée au monde pour ces deux genres bactériens. Nosopharm tirera profit de l’expérience accumulée lors de la première campagne de criblage pour appliquer ses méthodes innovantes propriétaires aux souches afin de découvrir de nouveaux composés bioactifs.

L’objectif de cette campagne est de découvrir un nouvel agent antimicrobien systémique innovant ciblant les pathogènes à Gram négatif, y compris Pseudomonas aeruginosa, ainsi qu’un nouvel antifongique systémique novateur ciblant les pathogènes Candida spp.

La première campagne de criblage menée par Nosopharm sur une collection de souches uniques des genres bactériens Photorhabdus et Xenorhabdus appartenant au laboratoire DGIMI de l’Inra avait permis de :

. déposer trois demandes de brevets couvrant trois nouvelles classes d’antimicrobiens (EP2468718, WO2012085177, WO2016046409),
. publier trois articles dans des revues à comité de lecture (Mol. Cell, 2018, Genome Announc., 2014, J. Antibiot, 2013),
. faire une présentation orale lors de la 54e Conférence Interscience sur les Agents Antimicrobiens et la Chimiothérapie (ICAAC),
. découvrir les Odilorhabdines, une nouvelle classe antibiotique actuellement au stade préclinique pour le traitement des infections aux Enterobacteriaceae multirésistantes. Cette nouvelle classe a été sélectionnée pour rejoindre le consortium européen ND4BB ENABLE.

« Nous nous réjouissons de collaborer à nouveau avec l’Inra pour découvrir de nouvelles classes d’agents antimicrobiens. L’exclusivité qui nous est accordée nous confère un avantage concurrentiel majeur », déclare Philippe Villain-Guillot, président du directoire de Nosopharm. « Avec cette deuxième campagne de criblage, nous visons la découverte d’une nouvelle molécule antibactérienne contre Pseudomonas aeruginosa, ainsi qu’un nouvel antifongique novateur. A plus long terme, les agents microbiens découverts dans le cadre de cette collaboration pourraient être co-développés avec des sociétés de biotechnologies ou des laboratoires pharmaceutiques. »

« Les bactéries des genres Xenorhabdus et Photorhabdus sont à la fois pathogènes d’insectes et symbiotes de nématodes mais aujourd’hui elles sont aussi reconnues pour leur grande capacité à produire de nombreuses molécules bioactives à activité antimicrobienne (antibactérienne et antifongique). Notre Laboratoire (DGIMI-UMR INRA-UM1333) a entretenu depuis les années 80 une collection de ces bactéries qui regroupe actuellement 650 souches et dont l’origine couvre les cinq continents. Depuis 2016, cette collection est associée au pilier « environnement » du centre de Ressources Agronomiques pour la Recherche », déclare Alain Givaudan, directeur adjoint de l’unité DGIMI de l’Inra. « Avec Nosopharm, nous privilégions la recherche de petites molécules d’origine naturelle. Leur biosynthèse est réalisée chez la bactérie grâce à de larges complexes enzymatiques (appelés « non ribosomal peptide synthetase » ou NRPS) qui sont de véritables micro-usines biologiques codées par des gènes d’une longueur inhabituelle et très représentés dans les génomes de Xenorhabdus et Photorhabdus. »

Chaque année en Europe, les pathogènes hospitaliers multi-résistants aux antibiotiques sont responsables d’au moins 380 000 infections et de 25 000 décès directs. Le traitement annuel et les coûts sociaux sont estimés à 1,5 milliard d’euros. Au niveau mondial, la résistance aux antibiotiques pourrait tuer 10 millions de personnes dans le monde chaque année d’ici à 2050, pour un coût total de 94 trillions d’euros. En février 2017, l’OMS a publié une liste de bactéries pathogènes prioritaires pour le développement de nouveaux antibiotiques. Le pathogène Pseudomonas aeruginosa occupe le haut de cette liste, avec un niveau de priorité critique. P. aeruginosa est impliqué dans environ 10% des infections nosocomiales dans l’Union Européenne et aux États-Unis, avec une forte incidence dans les cas de pneumonies. En 2016, les taux de résistance combinée (résistance à trois ou plus classes antibiotiques parmi la piperacilline ± tazobactam, la ceftazidime, les fluoroquinolones, les aminoglycosides et les carbapénèmes) chez P. aeruginosa était de 10% en Europe. Le taux de résistance aux carbapénèmes, les antibiotiques de dernier recours, était de 15%. Les principaux champignons pathogènes hospitaliers sont les espèces des Candida qui sont impliquées dans environ 6% des infections nosocomiales dans l’Union Européenne et aux États-Unis. Il existe très peu de classes de médicaments antifongiques pour traiter ces infections : les azoles, les échinocandines, les polyènes et la flucytosine. Ceci est d’autant plus préoccupant que des espèces de Candida multirésistantes émergent rapidement comme Candida glabrata et Candida auris.

Source : Nosopharm








MyPharma Editions

Scientist.com parmi les dix sociétés privées à la croissance la plus rapide en Amérique

Publié le 17 août 2018

Scientist.com, la place de marché de services externalisés de recherche scientifique, a annoncé qu’elle avait été classée n° 9 dans la liste 2018 du magazine Inc. des 5 000 entreprises privées à la croissance la plus rapide en Amérique.

SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l’immunothérapie polyclonale de dernière génération

Publié le 17 août 2018
SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l'immunothérapie polyclonale de dernière génération

SAB Biotherapeutics a annoncé que son immunothérapie anti-Ebola (SAB-139) permettait de bénéficier d’« une protection à 100% contre une dose mortelle du virus Ebola », suite à une étude récente réalisée sur des animaux et dont les résultats ont été publiés dans la revue The Journal of Infectious Diseases.

Samsung Bioepis va initier l’essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Publié le 13 août 2018
Samsung Bioepis va initier l'essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Samsung Bioepis vient d’annoncer le lancement d’une étude de Phase 1 visant à évaluer SB26 chez des volontaires en bonne santé. SB26, également appelé TAK-671, est une protéine de fusion ulinastatine-Fc (UTI-Fc) destinée à traiter la pancréatite aiguë sévère. Des études de sécurité BPL non cliniques réalisées sur des singes et des rats ont appuyé des études antérieures sur l’homme avec SB26.

Merz : Bob Rhatigan nommé CEO pour les Amériques

Publié le 10 août 2018
Merz : Bob Rhatigan nommé CEO pour les Amériques

Merz, la société allemande spécialisée dans le domaine de l’esthétique médicale et des neurotoxines, a annoncé la nomination de Bob Rhatigan en tant que CEO pour les Amériques. Pour développer son leadership concernant ses activités en Amérique du Nord chez Merz, M. Rhatigan sera désormais responsable de l’Amérique latine et surpervisera la stratégie commerciale mondiale de cette nouvelle région des Amériques.

Genomic Vision accorde à European Equity Partners une licence de sa technologie du peignage moléculaire

Publié le 9 août 2018
Genomic Vision accorde à European Equity Partners une licence de sa technologie du peignage moléculaire

Genomic Vision vient de signer un contrat de licence avec European Equity Partners (EEP), une société d’investissement privée au Royaume-Uni spécialisée dans les investissements dans le secteur des sciences de la vie, pour l’utilisation de la technologie du peignage moléculaire dans le domaine de la biotransformation.

Celyad : Filippo Petti nommé Chief Financial Officer

Publié le 7 août 2018
Celyad : Filippo Petti nommé Chief Financial Officer

Celyad, la société biopharmaceutique spécialisée dans le développement des thérapies cellulaires CAR-T, a annoncé la nomination de Philippo Petti en qualité de « Chief Financial Officer », succédant à Patrick Jeanmart.

L’ANSM met en place trois RTU dans le traitement adjuvant du mélanome

Publié le 6 août 2018
L’ANSM met en place trois RTU dans le traitement adjuvant du mélanome

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a annoncé dans un point d’information avoir élaboré trois Recommandations Temporaires d’Utilisation (RTU) dans le traitement adjuvant du mélanome pour Opdivo (nivolumab), Keytruda (pembrolizumab) et l’association Mekinist-Tafinlar (trametinib-dabrafenib).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions