Edition du 24-01-2021

Obésité: près de 7 millions de Français sont concernés en 2012

Publié le mardi 16 octobre 2012

L’enquête épidémiologique nationale ObÉpi-Roche montre en 2012 un ralentissement de la progression de l’obésité en France. Néanmoins, la fréquence actuelle de l’obésité en France en 2012 se situe à 15% de la population adulte, soit 6 922 215 obèses dont environ 3,3 millions d’obèses supplémentaires depuis 15 ans.

L’enquête nationale ObÉpi analyse tous les trois ans la prévalence du surpoids et de l’obésité en France. Cette enquête est conduite sous la direction d’un comité scientifique indépendant co-dirigé par des chercheurs de l’Inserm et un médecin de la Pitié-Salpêtrière.

En 2012, 15% des Français sont obèses contre 14,5 % en 2009. Cette différence correspondant à une augmentation relative de 3,4% du nombre de personnes obèses est significativement inférieure aux augmentations constatées les années précédentes : + 18,8% entre 1997 et 2000 ; + 17,8% entre 2000 et 2003, +10,1% entre 2003 et 2006 et 10,7% entre 2006 et 2009.

En 15 ans, le poids moyen des Français adultes a augmenté de 3,6 kg alors que leur taille moyenne a progressé de 0,7 cm. Leur tour de taille moyen a suivi la même évolution : il a augmenté de 5,3 cm, passant de 85,2 cm à 90,5 cm.

L’obésité augmente plus rapidement chez les femmes
En 2012, et ce depuis 9 ans, la prévalence de l’obésité est plus élevée chez les femmes (15,7%) que chez les hommes (14,3%). L’augmentation depuis 15 ans est plus nette chez les femmes notamment chez les 18-25 ans : +89,2% chez les femmes contre 62,5% chez les hommes. Cette tendance est particulièrement nette pour les obésités de classe II (IMC compris entre 35 et 39,9) : prévalence de 3,7 % pour les femmes versus 2,5% pour les hommes et pour les obésités de classe III (IMC≥40) : 1,6 % chez les femmes versus 0,6% chez les hommes. A l’inverse la prévalence du surpoids est toujours plus importante chez les hommes (38,8%) que chez
les femmes (26,3%).

Une augmentation plus franche de l’obésité chez les 18-24 ans
Chez les hommes comme chez les femmes, la prévalence de l’obésité augmente avec l’âge. Mais c’est dans la tranche des 18-24 ans que l’augmentation de l’obésité a été la plus franche entre 2009 et 2012 : + 35% alors que la variation dans les autres tranches d’âge se situe entre -1,5% et +4,5%.
Chez les hommes, on observe une augmentation de la prévalence de l’obésité après l’âge de 25 ans pour atteindre un pic dans la tranche 55-64 ans. Chez les femmes, l’augmentation concerne toutes les catégories d’âge.

Une relation inversement proportionnelle entre niveau de revenus et prévalence de l’obésité

Les disparités régionales et sociales présentes depuis1997 sont toujours présentes en 2012. Bien que moins nette dans les catégories supérieures, l’augmentation de la prévalence de l’obésité a touché depuis 1997 toutes les catégories de revenus ou d’instruction. L’édition 2012 de l’enquête ObEpi révèle également que la prévalence de l’obésité augmente avec la perception des difficultés financières. Le taux d’obésité est en-dessous de la moyenne nationale chez les individus se déclarant « à l’aise financièrement » et passe à 30% chez les individus disant « ne pas y arriver sans faire de dettes ».

A l’instar de l’obésité, le tour de taille des individus augmente avec les difficultés financières déclarées. L’enquête 2012 montre cependant que le ralentissement de la progression de l’obésité ne s’observe pas uniquement dans les catégories supérieures, cette tendance s’observe également dans les classes de revenus moyens et dans toutes les régions.

L’enquête ObEpi 2012 confirme également la présence d’un gradient décroissant Nord – Sud : 21,3% dans le Nord-Pas de Calais – région où la prévalence est la plus élevée en France et 11,6% dans la région Midi-Pyrénées (11,6 en Midi-Pyrénées) ; de même qu’un gradient décroissant Est – Ouest : 18,6% en Alsace ; 20, 9% en Champagne-Ardenne et 12% en Bretagne ; 11,8% en Pays de la Loire.

Globalement les régions dans lesquelles la prévalence de l’obésité était, en 1997, inférieure à la moyenne nationale, restent en dessous de la moyenne également en 2012 : Bretagne, Pays de la Loire, Midi-Pyrénées, PACA, Région Parisienne et Rhône-Alpes. Seule exception, la Franche-Comté : en dessous de la moyenne nationale en 1997, elle passe légèrement au-dessus en 2012 affichant l’une des plus fortes augmentations en 15 ans. Parmi les régions qui connaissent les plus fortes augmentations en 15 ans, on peut noter : l’Alsace, la Champagne-Ardenne et la Région Parisienne.

Près de 7 fois plus de diabète traité en cas d’obésité

En dehors du tabagisme, la proportion d’individus présentant des facteurs de risque cardiovasculaires associés augmente avec l’IMC. La probabilité d’avoir 3 facteurs de risque cardiovasculaires traités chez les obèses est 14 fois plus importante que chez les sujets de corpulence normale, et 5 fois plus en cas de surpoids.

En 2012, le risque d’être traité pour hypertension artérielle est multiplié par 2,3 chez les sujets en surpoids et par 3,6 chez les personnes obèses par rapport aux sujets dont l’IMC est inférieur à 25 kg/m2.

La prévalence des dyslipidémies traitées est multipliée par 2,2 en cas de surpoids et par 2,7 en cas d’obésité par rapport aux sujets dont l’IMC est inférieur à 25 kg/m2. On note près de 3 fois plus de diabète traité ou sous régime seul en cas de surpoids et 7 fois plus en cas d’obésité versus des sujets de corpulence normale.

Source : Roche








MyPharma Editions

Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

Publié le 23 janvier 2021
Vaccins COVID-19 : la Haute Autorité de Santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses

La Haute autorité de Santé (HAS) a préconisé samedi dans un communiqué d’élargir à 6 semaines le délai entre 2 doses de vaccin à ARN messager (vaccins de Pfizer et de Moderna). Objectif de la mesure : “protéger plus vite un plus grand nombre de personnes à risque d’hospitalisation ou de décès”.

Deinove renforce son équipe Business développement

Publié le 22 janvier 2021
Deinove renforce son équipe Business développement

Deinove, société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l’exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, a annoncé le renforcement de son équipe en charge du Business développement avec l’intégration d’Hervé Ansanay au poste de Directeur et de Corentin Chaboud au nouveau poste de Grant Officer.

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Transgene : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Publié le 21 janvier 2021
Transgene  : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, son immunothérapie individualisée innovante, a été administrée à un patient atteint d’un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac®, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Publié le 21 janvier 2021
Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Vect-Horus, une société de biotechnologies qui conçoit et développe des vecteurs permettant la délivrance de molécules thérapeutiques ou d’agents d’imagerie à des organes cibles, vient de clôturer sa série D. Un premier tour réalisé en septembre 2020 pour 6,7M€ vient d’être complété d’un second en décembre 2020 pour 5,3M€ auprès d’investisseurs privés portant ainsi le montant total de cette série à 12M€.

Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Publié le 20 janvier 2021
Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Ipsen a annoncé la nomination de Gwenan White en tant que Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques à compter de mars 2021. Basée à Boulogne (France), elle sera responsable de concevoir, mettre en oeuvre, diriger la stratégie et les activités de communication ainsi que les relations publiques d’Ipsen à l’échelle globale.

Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Publié le 20 janvier 2021
Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem a coopté, le 19 janvier 2021, deux nouveaux administrateurs : Denis Hello, Vice-Président, General Manager d’AbbVie France, dans la famille des laboratoires américains en remplacement de Pierre-Claude Fumoleau et Stéphane Lepeu, Directeur Général Délégué-Commercial de Delpharm, en remplacement de Sébastien Aguettant. Nouveau Président de CDMO France[1], il représente les façonniers dans le collège des organisations professionnelles.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents