Edition du 26-11-2020

Onxeo : publication dans le British Journal of Cancer des résultats finaux de DRIIV, étude à dose croissante de phase 1 d’AsiDNA™

Publié le lundi 31 août 2020

Onxeo : publication dans le British Journal of Cancer des résultats finaux de DRIIV, étude à dose croissante de phase 1 d’AsiDNA™Onxeo a annoncé aujourd’hui la publication dans le British Journal of Cancer des résultats finaux de DRIIV, étude à dose croissante de phase 1 d’AsiDNA™, son inhibiteur « first-in-class » de la réparation de l’ADN tumoral, administré par voie intraveineuse (IV). L’étude DRIIV a eu un rôle décisif pour démontrer le bon profil de tolérance et l’activité d’AsiDNA™ administré par IV. La dose active optimale pour le traitement d’association a été établie à 600 mg et est utilisée aujourd’hui pour l’évaluation d’AsiDNA™ en association avec des chimiothérapies (étude DRIIV-1b) et avec un inhibiteur de PARP (étude REVOCAN).

Cette étude ouverte à dose croissante a été menée dans 4 centres en France et en Belgique (Institut Curie —Paris, Institut Claudius Régaud IUCT—Oncopôle Toulouse, Centre Léon Bérard—Lyon et Institut Jules Bordet—Bruxelles).

« Je tiens à remercier chaleureusement les équipes d’Onxeo et celles des quatre centres d’oncologie renommés qui ont permis aux patients un accès le plus rapide possible à AsiDNA™ dans cette étude clinique qui constituait une étape clé pour Onxeo », a commenté Olivier de Beaumont, directeur médical d’Onxeo. « DRIIV a confirmé le profil de tolérance favorable d’AsiDNA™ et a validé son activité dans les cellules tumorales des patients au travers de l’activation marquée de ses cibles. De plus, la dose active optimale de 600 mg a été déterminée et est actuellement utilisée dans nos études en cours avec AsiDNA™ en association. Grâce à son mécanisme d’action unique de leurre agoniste, AsiDNA™ a à la fois la capacité d’agir en synergie avec divers agents endommageant l’ADN et d’abroger la résistance à des thérapies ciblées comme les inhibiteurs de PARP. Nous sommes impatients de pouvoir annoncer, dans les prochains mois, les résultats topline de DRIIV-1b, extension de DRIIV qui évalue l’intérêt clinique d’AsiDNA™ en association avec le carboplatine et le paclitaxel, et, début 2021, les premières données de REVOCAN, étude visant à démontrer que l’association d’AsiDNA™ à niraparib stoppe la résistance tumorale à cet inhibiteur de PARP dans le cancer de l’ovaire en récidive. »

La publication intitulée « A Phase 1 dose-escalation study to evaluate safety, pharmacokinetics and pharmacodynamics of AsiDNA, a first-in-class DNA repair inhibitor, administered intravenously in patients with advanced solid tumours » (Une étude à dose croissante de phase 1 évalue la tolérance, les caractéristiques pharmacocinétiques et pharmacodynamiques d’AsiDNA, un inhibiteur « first-in-class » de la réparation de l’ADN, administré par voie intraveineuse chez des patients présentant des tumeurs solides avancées) est disponible sur le site internet du British Journal of Cancer.

L’objectif principal de cette étude ouverte à dose croissante était d’établir les toxicités limitant la dose et de déterminer la dose maximum tolérée d’AsiDNA™ administré par voie intraveineuse. Elle avait aussi pour objectif d’évaluer le profil de tolérance du candidat-médicament, ses paramètres pharmacocinétiques et pharmacodynamiques, ainsi que les données préliminaires d’efficacité. Vingt-deux patients atteints de tumeurs solides avancées et en échec après plusieurs traitements anti-tumoraux ont reçu une dose de charge d’AsiDNA™ pendant trois jours consécutifs, suivis d’une perfusion hebdomadaire d’une heure au cours de cycles de 21 jours. Lors de chaque cycle suivant, AsiDNA™ a été administré chaque semaine et ce jusqu’à la progression de la maladie, ou jusqu’à un niveau de toxicité inacceptable, ou sur décision du patient.

L’activité biologique a été mise en évidence par l’augmentation de γH2AX et pHSP90, deux biomarqueurs intra-tumoraux de l’ADN-PK, l’une des protéines de réparation de l’ADN ciblées par AsiDNA™. Le profil de tolérance favorable du candidat-médicament a été confirmé, dans la mesure où 90% de tous les effets indésirables liés au produit sont des effets non spécifiques de grade 1 et 2. La dose maximale tolérée de 1 300 mg n’a pas été atteinte. La dose de 600 mg a été déterminée comme étant la dose biologique optimale pour le développement ultérieur du produit, compte tenu des profils de tolérance et pharmacocinétique favorables, ainsi que de la forte activation des cibles constatée à ce niveau de dose. La maladie a été stabilisée chez deux patients atteints d’un cancer colorectal avancé.

Source : Onxeo








MyPharma Editions

Medesis Pharma et Transgene prolongent leur accord de recherche collaborative

Publié le 26 novembre 2020
Medesis Pharma et Transgene prolongent leur accord de recherche collaborative

Medesis Pharma, société de biotechnologie pharmaceutique développant des candidats médicaments avec sa technologie propriétaire d’administration de principes actifs en nano micelles par voie buccale, annonce le renouvellement de son accord de recherche collaborative avec Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux.

Pierre Fabre et Y-Biologics mettent en place un partenariat de recherche pour développer de nouvelles immunothérapies à base d’anticorps monoclonaux

Publié le 26 novembre 2020
Pierre Fabre et Y-Biologics mettent en place un partenariat de recherche pour développer de nouvelles immunothérapies à base d'anticorps monoclonaux

L’entreprise de biotechnologie sud-coréenne Y-Biologics et le groupe pharmaceutique français Pierre Fabre ont annoncé un projet de partenariat stratégique dans le domaine de la recherche en immuno-oncologie. Ce projet a fait l’objet d’une lettre d’intention signée par les deux partenaires et sera confirmé dans les prochains mois à travers un accord détaillé. La collaboration s’étend sur une durée de trois ans qui pourra être étendue à cinq ans.

Aelis Farma : Anders Gersel Pedersen nommé Président du Conseil d’Administration

Publié le 26 novembre 2020
Aelis Farma : Anders Gersel Pedersen nommé Président du Conseil d’Administration

Aelis Farma, société de biotechnologie basée à Bordeaux, au sein du Neurocentre Magendie de l’INSERM, et spécialisée dans le traitement des maladies neurologiques, vient d’annoncer la nomination de Anders Gersel Pedersen en qualité de Président du Conseil d’Administration.

Abionyx : constatation de signaux thérapeutiques positifs dans les ATUn en France et en Italie pour une maladie rénale ultra-rare

Publié le 26 novembre 2020
Abionyx : constatation de signaux thérapeutiques positifs dans les ATUn en France et en Italie pour une maladie rénale ultra-rare

Abionyx Pharma, société biotech de nouvelle génération dédiée à la découverte et au développement de thérapies innovantes, a annoncé aujourd’hui la constatation de signaux thérapeutiques positifs dans les ATUn, utilisant CER-001 chez des patients atteints d’une maladie rénale ultra-rare.

Généthon : le Dr Mariya Pavlyuk nommée Directrice du Développement Clinique

Publié le 25 novembre 2020
Généthon : le Dr Mariya Pavlyuk nommée Directrice du Développement Clinique

Le Dr Mariya Pavlyuk, médecin et PhD, rejoint le laboratoire Généthon, dédié à la conception et au développement de produits de thérapie génique, et sera en charge du développement clinique, des affaires médicales et pharmacovigilance ainsi que des affaires règlementaires.

COVID-19 : Moderna signe une lettre d’intention avec Recipharm pour produire son vaccin en France

Publié le 25 novembre 2020
COVID-19 : Moderna signe une lettre d'intention avec Recipharm pour produire son vaccin en France

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie, a salué l’annonce ce mardi de la signature d’une lettre d’intention entre la biotech américaine Moderna et Recipharm, une entreprise de l’industrie pharmaceutique, pour produire en France le vaccin contre la Covid-19 développé par Moderna.

AlgoTherapeutix lève 12 M€ pour initier le développement clinique d’ATX01

Publié le 24 novembre 2020
AlgoTherapeutix lève 12 M€ pour initier le développement clinique d’ATX01

La biotech française AlgoTherapeutix qui développe un traitement topique innovant des neuropathies périphériques induites par la chimiothérapie (NPIC), réalise une levée de Série A de 12 millions d’euros auprès de Bpifrance, qui mène ce tour via son fonds InnoBio 2, et de Omnes. Des investisseurs privés historiques et nouveaux ont également participé à cette levée. Les fonds levés permettront d’amener le programme phare ATX01 à une preuve de concept clinique.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents