Edition du 13-08-2022

Accueil » Cancer » Et aussi » Médecine

Radiothérapie : l’INCa publie un rapport sur la situation en France en 2011

Publié le jeudi 21 juin 2012

Ce rapport présente une analyse par l’INCa de la situation de la radiothérapie en France en 2011, ainsi que ses principales évolutions depuis 2007. Il vient compléter le rapport de l’Observatoire annuel de la radiothérapie et propose des recommandations et perspectives d’actions.

L’offre de soins en radiothérapie est, en France, avec 172 centres répartis sur le territoire national, parmi les plus importantes au niveau européen (2e avec l’Italie derrière l’Allemagne). Le parc national de radiothérapie est constitué de 426 accélérateurs, avec une croissance régulière de ces appareils de 3 % par an depuis 2006.

Qualité et sécurité des traitements

Les équipements exigibles au titre de la qualité et de la sécurité des traitements sont désormais tous disponibles dans les centres de radiothérapie en 2011. Toutefois, le taux de mise en œuvre de ces dispositifs diffère. Ainsi, la quasi-totalité des centres de radiothérapie disposent d’au moins un équipement de dosimétrie in vivo et d’un logiciel de double calcul des unités moniteurs fin 2010. En revanche, plus d’un centre sur quatre possède un logiciel de double calcul qui ne répond pas aux recommandations de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM, ex-Afssaps).

La radiothérapie conformationnelle tridimensionnelle, qui constitue aujourd’hui le standard de traitement, progresse avec en moyenne 88 % des traitements des centres délivrés par RTC 3D en 2010 (vs 80 % en 2009). Cette évolution devrait se confirmer en 2011. La diffusion des pratiques de haute technicité (radiothérapie par modulation d’intensité, stéréotaxie intra et extracrânienne) progresse également, mais de manière plus mesurée.

Prise en charge : le nombre de patients reste stable

Avec 174 000 patients ayant reçu un traitement de radiothérapie en 2010, le nombre de patients pris en charge reste stable. La moitié des traitements de radiothérapie concerne les deux cancers les plus fréquents, à savoir le sein chez la femme et la prostate chez l’homme. Les séances sont en moyenne de 20 par patient. Ce nombre est, pour la première fois depuis 2007, en diminution. Plusieurs études internationales confirment l’intérêt de nouveaux schémas thérapeutiques qui permettent de délivrer des doses moins importantes avec un nombre de séances réduit.

Quatre recommandations principales

A partir de ces données, quatre grandes recommandations ont été formulées afin de continuer à progresser en termes de qualité et de sécurité des traitements et de réduire les disparités régionales :

– Finaliser l’implémentation nationale de l’utilisation de la dosimétrie in vivo et de logiciels de double calcul marqués CE selon les recommandations de l’ANSM. Ces deux dispositions devraient être effectives mi-2012.

– Accentuer le déploiement de l’accès territorial aux techniques de RCMI, et encourager le développement d’une offre régionale pour les pratiques de haute technicité (AVMI, stéréotaxie intra et extracrânienne, radiothérapie peropératoire des cancers du sein, etc.) permettant d’accompagner la mise en œuvre de traitements comportant un nombre réduit de séances.

– Établir, en lien avec les professionnels, des recommandations relatives aux conditions techniques de fonctionnement pour aider, notamment, la mise en œuvre de pratiques de haute technicité.

– Soutenir le déploiement des traitements innovants avec un nombre réduit de séances en initiant les travaux permettant de faire évoluer les financements associés.

Situation de la radiothérapie en 2011 (2.73 MB)








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents