Edition du 23-03-2019

Accueil » Industrie » Management

RH : pourquoi évaluer les équipes dirigeantes ?

Publié le mercredi 24 octobre 2018

RH : pourquoi évaluer les équipes dirigeantes ?Les dirigeants de jeunes entreprises innovantes de santé évoluent dans un environnement qui à la fois sollicite fortement et encadre étroitement l’innovation thérapeutique ou médicale. Pris dans cette double exigence, il revient à l’équipe dirigeante de donner les bons messages et les bonnes impulsions qui créeront l’engagement, l’agilité, et la cohésion (opératoire et sociale) dont l’entreprise a besoin pour se développer.

Le recrutement d’un collaborateur est un acte stratégique de management.

Tout le monde conviendra que bien s’entourer est un acte fondateur pour un dirigeant. Choisir la bonne personne, pour le bon rôle et au bon moment est une décision qui impacte durablement la performance et le résultat de l’entreprise. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de recruter les membres d’une équipe de direction pharmaceutique, ou bien lorsqu’il s’agit de recruter à des fonctions clés, structurantes ou charnières des ingénieurs pour accompagner les étapes du développement d’une biotech. D’eux dépendent les organisations humaines de travail comme des organismes vivants ; une recherche perpétuelle et constante d’ajustement entre équilibre et déséquilibre.

Chaque recrutement doit être anticipé, muri et pensé à 360°. Une nouvelle personne (ou une nouvelle fonction) recompose autour d’elle toute l’organisation. Elle modifie les interfaces, casse des liens pour en tisser d’autres, plus complexes. Cet effet diruptif, pour reprendre un terme à la mode, modifie les relations internes mais aussi les rapports de l’entreprise avec le monde externe (clients, partenaires, actionnaires…). On ne l’entend pas assez :

La réussite d’un recrutement dépend pour beaucoup du niveau de préparation de l’entreprise à accueillir et intégrer.

On parle ici de la solidité du socle managériale, des qualités individuelles des dirigeants, mais aussi de la maturité et de la cohésion du « pack managérial ». Les résultats d’une entreprise sont directement liés aux capacités et aux aptitudes de ses dirigeants et de ses managers à attirer, sélectionner, intégrer et développer leurs collaborateurs.

L’inadéquation entre les hommes et la stratégie est majoritairement citée comme cause des échecs et de la sous-performance. On sous-estime souvent l’impact de mauvaises décisions RH ou managériales et l’on ne détecte pas assez tôt les capacités ou non d’une équipe de direction à créer la valeur.

Estimer les capacités des managers clés de l’organisation est pourtant un enjeu majeur.

Réaliser des évaluations du management permet d’obtenir des données objectives à la fois sur les individus et sur le fonctionnement de l’équipe managériale. Les individus ne sont plus uniquement jugés sur leurs compétences et leur expertise métier mais également sur leur capacité à équiper et préparer l’entreprise à relever ses défis à venir. Ces capacités relèvent souvent de dispositions personnelles au leadership. Vous êtes-vous déjà posé les questions : les bonnes personnes sont-elles aux bonnes places ? Quel collaborateur à quel poste dans ma nouvelle organisation pour des résultats rapides ?

Dans nos entreprises « verticalisées », on assiste depuis quelques années à l’émergence de fonctions, rôles et métiers nouveaux dont les dénominations, les missions et les interfaces sont aussi complexes que stratégiques. Ces nouveaux espaces fonctionnels sont souvent plus difficiles à définir et à situer dans les cases d’un organigramme. Le recrutement à ces fonctions en est, de fait, rendu plus délicat et sensible. Là encore, la personnalité et le potentiel du collaborateur (les soft skills) est le facteur clé de réussite.

Les professionnels du recrutement que nous sommes disposent d’outils, de méthodes et surtout d’expériences pour aider les dirigeants d’entreprises dans l’évaluation de leurs ressources et le recrutement de leurs futurs collaborateurs.

par Stéphane Chekroun – Selescope
https://fr.linkedin.com/in/stephane-chekroun-2b080ab








MyPharma Editions

Biosynex sélectionné pour intégrer le réseau Bpifrance excellence

Publié le 22 mars 2019

Reconnu par BPI France pour son fort potentiel de croissance, le groupe Biosynex, qui conçoit, fabrique et distribue des Tests de Diagnostic Rapide (TDR), a été sélectionné pour intégrer le réseau Bpifrance Excellence.

AlzProtect collabore avec Parexel pour la phase 2a de l’AZP2006

Publié le 22 mars 2019
AlzProtect collabore avec Parexel pour la phase 2a de l’AZP2006

AlzProtect , société biopharmaceutique engagée dans le développement de médicaments pour le traitement de la maladie d’Alzheimer, a annoncé que Parexel Biotech, une nouvelle division de Parexel International Corporation, a été sélectionnée pour réaliser le développement clinique de phase 2a de AZP2006 pour le traitement de la paralysie supranucléaire progressive (PSP), une maladie dégénérative rare du cerveau.

Santé animale : Hervé de Cidrac nommé à la tête de Zoetis France

Publié le 22 mars 2019
Santé animale : Hervé de Cidrac nommé à la tête de Zoetis France

Zoetis, l’entreprise américaine de santé animale, a annoncé la nomination de Hervé de Cidrac au poste de Président Directeur Général de Zoetis en France. Hervé de Cidrac prendra ses fonctions chez Zoetis le 1er Avril 2019.

Deinove reçoit 1,5 m€ de Bpifrance pour la 1ère étape du programme AGIR

Publié le 22 mars 2019
Deinove reçoit 1,5 m€ de Bpifrance pour la 1ère étape du programme AGIR

La société de biotechnologie française Deinove a annoncé avoir franchi avec succès la première étape clé du programme AGIR – Antibiotiques contre les Germes Infectieux Résistants – qui bénéficie du soutien du Programme d’Investissements d’Avenir. Ce passage d’étape a déclenché le paiement de 1,5 m€ à Deinove.

Maladies métaboliques : Servier collabore avec des chercheurs de Harvard

Publié le 21 mars 2019
Maladies métaboliques : Servier collabore avec des chercheurs de Harvard

Le laboratoire pharmaceutique Servier s’associe avec des chercheurs de l’Université de Harvard dans une étude collaborative pour explorer une nouvelle voie dans le traitement du diabète de type 2 et de la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD, Non-Alcoholic Fatty Liver Disease).

CNRS : Jean-Luc Moullet nommé directeur général délégué à l’innovation

Publié le 21 mars 2019
CNRS : Jean-Luc Moullet nommé directeur général délégué à l’innovation

Jean-Luc Moullet a été nommé directeur général délégué à l’innovation par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, à compter du 18 mars 2019. Cette fonction permet de renforcer le pilotage et la coordination de l’ensemble des activités de l’organisme en matière d’innovation, de valorisation et de transfert de technologies.

Infertilité humaine : Igyxos lève 7,5M€ pour financer le développement de son candidat médicament

Publié le 21 mars 2019
Infertilité humaine : Igyxos lève 7,5M€ pour financer le développement de son candidat médicament

Igyxos, société de biotechnologie spécialisée dans le développement d’un nouveau traitement contre l’infertilité féminine et masculine, a annoncé le succès de sa levée de fonds de 7,5 millions d’euros dans le cadre d’une Série A menée par Bpifrance, via le Fonds Accélération Biotechnologies Santé géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions