Edition du 25-06-2021

Roche : Avastin réduit de moitié le risque de progression du cancer de l’ovaire récurrent

Publié le dimanche 5 juin 2011

Roche a annoncé samedi au congrès de l’ASCO les résultats de l’étude de phase III OCEANS évaluant Avastin (bévacizumab) d’abord associé à une chimiothérapie (gemcitabine et carboplatine), puis administré sans transition en monothérapie à des femmes souffrant de cancer de l’ovaire sensible au platine ayant déjà été traité (récurrent).

Par rapport aux femmes ayant uniquement été traitées par chimiothérapie, celles ayant reçu Avastin ont présenté une réduction de 52 pour cent du risque de progression de la maladie (HR = 0,48; p<0,0001). Les événements indésirables dans l’étude OCEANS ont été similaires à ceux constatés dans de précédentes études pivots sur Avastin utilisé contre différents types de tumeurs.

Ces données ont été communiquées samedi 4 juin lors d’un point de presse organisé dans le cadre du 47e congrès annuel de l’American Society of Clinical Oncology. Les résultats complets seront présentés lors de la session du congrès ASCO consacrée aux cancers gynécologiques par le Dr Carol Aghajanian, principal investigateur de l’étude OCEANS, M.D., Chief, Gynecologic Medical Oncology Service, [Memorial Sloan Kettering Cancer Center, New York] (abstract LBA5007, 4 juin, 16h15 CDT).

Hal Barron, M.D., Chief Medical Officer et responsable de Global Product Development: “Les femmes souffrant de cancer de l’ovaire récurrent ont besoin de nouvelles options thérapeutiques; aussi une réduction de moitié du risque de progression de ce cancer incurable doit-elle être considérée comme une avancée importante. Ces données viennent s’ajouter au faisceau grandissant d’éléments étayant le rôle potentiel d’Avastin lors de cancer de l’ovaire, qui comprend deux études cliniques de phase III menées chez des femmes avec cancer de l’ovaire de novo, présentées antérieurement.”

Chez les femmes souffrant de cancer de l’ovaire récurrent sensible au platine qui, dans l’étude OCEANS, ont reçu Avastin en association à une chimiothérapie, puis sans transition en monothérapie jusqu’à la progression de la maladie, on a enregistré les résultats suivants:
• une survie sans progression médiane (PFS, période pendant laquelle la maladie n’évolue pas) de 12,4 mois, contre 8,4 mois chez les femmes sous chimiothérapie seuleun rétrécissement de la tumeur (taux de réponse globale) chez 79 pour cent des femmes sous traitement à base d’Avastin, contre 57% des femmes sous chimiothérapie seule.

Des événements indésirables sélectionnés (grades 3-5) s’étant produits plus souvent dans le groupe Avastin que dans le groupe sous chimiothérapie seule ont consisté en hypertension (17 pour cent vs <1 pour cent), protéinurie (excès de protéine dans l’urine; 9 pour cent vs 1 pour cent) et hémorragie non localisée dans le système nerveux central (6 pour cent vs 1 pour cent). A noter que l’on n’a pas enregistré de perforations gastro-intestinales au cours de la période de recensement des événements indésirables de cette étude.

L’étude OCEANS
OCEANS est une étude de phase III multicentrique en double insu, randomisée et contrôlée contre placebo, menée chez 484 femmes souffrant de cancer de l’ovaire, cancer primitif du péritoine ou cancer primitif des trompes de Fallope sensibles au platine et récurrents. Les femmes de l’étude OCEANS avaient reçu tout au plus un traitement avant leur inclusion dans l’étude. L’étude était conçue pour évaluer Avastin (15 mg/kg toutes les trois semaines) associé à une chimiothérapie par le carboplatine et la gemcitabine, puis administré en monothérapie jusqu’à la progression de la maladie ou l’apparition d’une toxicité inacceptable, par rapport à un placebo associé à la chimiothérapie par le carboplatine et la gemcitabine, puis administré seul. Le critère d’évaluation primaire de l’étude était la survie sans progression. Les critères d’évaluation secondaires comprenaient la survie globale, le taux de réponse objective, la durée de la réponse et le profil d’innocuité.

Source : Roche








MyPharma Editions

SGS France : Stéphane Logassi nommé Responsable du laboratoire de Villeneuve-la-Garenne (92)

Publié le 25 juin 2021
SGS France : Stéphane Logassi nommé Responsable du laboratoire de Villeneuve-la-Garenne (92)

À 44 ans, Stéphane Logassi est nommé Responsable du site de Villeneuve-la-Garenne, laboratoire spécialisé en contrôle qualité et bioanalyse au service de l’industrie bio/pharmaceutique. En poste depuis fin avril il rapporte à Franck Picard, Business Manager, Health Science France and Global Head of Bioanalysis du Groupe SGS France. Le laboratoire compte 85 collaborateurs sur 2 500 m².

Nicox : approbation de VYZULTA® dans les Emirats arabes unis par son partenaire Bausch + Lomb

Publié le 25 juin 2021
Nicox : approbation de VYZULTA® dans les Emirats arabes unis par son partenaire Bausch + Lomb

Nicox, société spécialisée en ophtalmologie basée à Sophia Antipolis, a annoncé que son partenaire mondial exclusif Bausch + Lomb a reçu l’approbation de mise sur le marché dans les Emirats arabes unis de VYZULTA® (solution ophtalmique de latanoprostène bunod), 0,024%.

Sanofi : la Commission européenne approuve Libtayo® pour le traitement du carcinome basocellulaire au stade avancé

Publié le 25 juin 2021
Sanofi : la Commission européenne approuve Libtayo® pour le traitement du carcinome basocellulaire au stade avancé

La Commission européenne (CE) a approuvé l’inhibiteur de PD-1 Libtayo® (cemiplimab) de Sanofi et Regeneron pour le traitement du carcinome basocellulaire (CBC) métastatique ou localement avancé de l’adulte dont la maladie a progressé ou qui présente une intolérance à un inhibiteur de la voie Hedgehog.

Maladie de Parkinson : Bayer développe deux thérapies inédites

Publié le 24 juin 2021
Maladie de Parkinson : Bayer développe deux thérapies inédites

Bayer vient d’annoncer que BlueRock Therapeutics, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement clinique et filiale de Bayer AG, a administré la première dose de neurones dopaminergiques issus de cellules souches pluripotentes dénomé DA01 à un patient atteint de la maladie de Parkinson, dans le cadre de son étude clinique ouverte de phase 1. En parallèle un programme de thérapie génique visant à développer des traitements avancés pour la maladie de Parkinson est également développé par la société Asklepios BioPharmaceutical Inc.

Novasep investit 6,1 millions d’euros pour moderniser un atelier de production de principes actifs pharmaceutiques sur son site de Mourenx

Publié le 24 juin 2021
Novasep investit 6,1 millions d'euros pour moderniser un atelier de production de principes actifs pharmaceutiques sur son site de Mourenx

Novasep, l’un des principaux fournisseurs de services et de technologies pour l’industrie des sciences de la vie, a annoncé un investissement de 6,1 millions d’euros sur son site de Mourenx (Pyrénées-Atlantiques – France). Cet investissement va permettre de moderniser un atelier de production de principes actifs pharmaceutiques, et de renforcer sa compétitivité sur ses marchés, dans le monde entier.

Servier s’associe à BioLabs Global pour la gestion de l’incubateur intégré au sein du futur Institut de R&D Servier à Paris-Saclay

Publié le 24 juin 2021
Servier s'associe à BioLabs Global pour la gestion de l’incubateur intégré au sein du futur Institut de R&D Servier à Paris-Saclay

Le groupe pharmaceutique Servier et BioLabs, un développeur et opérateur de laboratoires de co-working de renom opérant sur le marché américain et en Europe, viennent d’annoncer avoir conclu un contrat de services pour la gestion de l’incubateur de start-up intégré au futur Institut de Recherche et Développement Servier à Paris-Saclay qui ouvrira ses portes en 2023.

GeNeuro et le CIRI renouvellent leur accord de collaboration et l’étendent aux syndromes post-COVID

Publié le 24 juin 2021
GeNeuro et le CIRI renouvellent leur accord de collaboration et l'étendent aux syndromes post-COVID

GeNeuro, une société biopharmaceutique développant de nouveaux traitements pour les maladies neurodégénératives et auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP), et le CIRI (Centre International de Recherche en Infectiologie), à Lyon, France, un institut de recherche de premier plan mondial contre les maladies infectieuses, ont annoncé la signature d’une extension de leur accord existant […]

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents