Edition du 19-09-2021

Accueil » Industrie » Produits

Sanofi : 1ers résultats positifs pour l’olipudase alfa pour le le traitement du déficit en sphingomyélinase acide

Publié le jeudi 30 janvier 2020

Sanofi : 1ers résultats positifs pour l’olipudase alfa pour le le traitement du déficit en sphingomyélinase acideSanofi vient d’annoncer que l’olipudase alfa, une sphingomyélinase acide humaine recombinante expérimentale, a donné des résultats positifs dans le cadre de deux essais cliniques distincts évaluant son apport dans le traitement du déficit en sphingomyélinase acide chez l’adulte et l’enfant.

L’olipudase alfa est la première et la seule enzymothérapie substitutive expérimentale au stade avancé de développement pour le traitement de cette maladie. Aucun traitement n’a encore été approuvé pour le déficit en sphingomyélinase acide.

« Les résultats significatifs obtenus avec l’olipudase alfa constituent un progrès scientifique majeur dans la prise en charge du déficit en sphingomyélinase acide et un grand pas vers la mise à disposition d’un traitement potentiel aux adultes et aux enfants qui ne disposent à l’heure actuelle d’aucune option thérapeutique approuvée contre cette maladie dévastatrice », a déclaré le Dr John Reed, Ph.D., Responsable Monde de la Recherche et Développement de Sanofi. « Nous sommes impatients d’échanger avec les autorités réglementaires pour pouvoir mettre ce nouveau traitement potentiel à la disposition des patients. »

Essai chez l’adulte présentant un déficit en sphingomyélinase acide (ASCEND)

L’essai randomisé de phase II/III a recruté 36 adultes porteurs d’un déficit en sphingomyélinase acide dans 24 établissements répartis dans 16 pays. Les patients ont reçu soit un placebo, soit de l’olipudase alfa par perfusion intraveineuse toutes les deux semaines pendant plus de 52 semaines, à une dose pouvant atteindre 3 mg/kg toutes les deux semaines (i).

L’essai comportait deux critères d’évaluation principaux indépendants se rapportant aux manifestations distinctes de la maladie, à savoir les manifestations pulmonaires évolutives et l’augmentation du volume de la rate — qui constituent les deux principales caractéristiques cliniques des patients présentant un déficit en sphingomyélinase acide. Le protocole de l’étude définit les résultats de l’essai comme positifs dès lors que l’un des critères d’évaluation principaux indépendants était atteint.

Le premier critère d’évaluation principal indépendant, correspondant à l’amélioration de la fonction respiratoire par la mesure de la capacité de diffusion du monoxyde de carbone (DLCO) prédite, a été atteint ; par conséquent l’essai ASCEND a été déclaré positif. À 52 semaines, l’amélioration relative de la fonction respiratoire par rapport aux valeurs de départ s’établissait à 22 % pour le groupe traité par l’olipudase alfa, contre 3 % pour le groupe placebo. La différence entre les deux groupes de traitement (19 %) était statistiquement significative (p=0,0004).

L’autre critère d’évaluation principal indépendant, à savoir l’effet de l’olipudase alfa sur le volume de la rate mesuré par les variations de son volume en multiples de la normale [MN] exprimés en pourcentage, par rapport aux valeurs de départ, a été atteint conformément au protocole de l’étude. Dans le groupe traité par l’olipudase alfa, le volume de la rate a diminué de 39,5 %, contre une augmentation de 0,5 % dans le groupe traité par placebo. La différence entre les deux groupes de traitement (40 %) était statistiquement significative (p<0,0001).

Aux États-Unis, le critère relatif au volume de la rate a été combiné au score des symptômes rapportés par les patients en lien avec l’hypertrophie de la rate ou score lié à la splénomégalie (SRS, Splenomegaly Related Score). Comparativement au score de départ, le score SRS a diminué de 8,0 points dans le groupe traité par l’olipudase alfa et de 9,3 points dans le groupe placebo (p=0,70). Ce critère d’évaluation combiné n’a donc pas été atteint.

« Il s’agit là de données importantes pour une maladie contre laquelle nous ne disposons à l’heure actuelle d’aucun traitement approuvé », explique le Dr Melissa Wasserstein, Chef de la Division de médecine génétique pédiatrique de l’Hôpital des enfants Montefiore, professeur de pédiatrie et de génétique à la faculté de médecine Albert Einstein et investigateur de l’étude ASCEND. « Le traitement par olipudase alfa a permis d’obtenir des améliorations cliniquement significatives de la fonction respiratoire et une réduction du volume de la rate, deux manifestations majeures de cette maladie évolutive. Ces constatations sont cohérentes avec celles observées dans le cadre des études cliniques menées sur l’olipudase alfa jusqu’à ce jour. L’absence d’effet sur le score SRS dans le cadre de cette étude doit être examinée plus avant, à la lumière de la réduction significative du volume de la rate. »

Pendant la période de traitement de 52 semaines, tous les patients des groupes placebo et olipudase alfa ont présenté au moins un événement indésirable. Le nombre d’événements indésirables a été inférieur dans le groupe olipudase alfa (242 événements) comparativement au groupe placebo (267 événements). Les événements indésirables graves ont été moins fréquents dans le groupe olipudase alfa (3 événements) que dans le groupe placebo (13 événements). Cinq événements indésirables graves ont été observés dans le groupe olipudase alfa et 11 dans le groupe placebo ; aucun d’entre eux n’étaient liés au traitement. Aucun événement indésirable n’a entraîné l’arrêt du traitement ou motivé le retrait de l’étude. Les événements indésirables les plus fréquents (définis par des événements supérieurs ou égaux à 2 % et un nombre de patients supérieur ou égal à deux parmi tous les patients traités par l’olipudase alfa ; observés chez un pourcentage supérieur de patients du groupe olipudase alfa comparativement aux patients du groupe placebo) observés dans le cadre de cet essai ont été les suivants : maux de tête, rhinopharyngite, infection des voies respiratoires supérieures, toux et arthralgie.

Essai mené chez l’enfant présentant un déficit en sphingomyélinase acide (ASCEND-Peds)

L’essai de phase II en ouvert, à un seul groupe de traitement, a recruté 20 enfants (de la naissance jusqu’à moins de 18 ans) porteurs d’un déficit en sphingomyélinase acide dans six pays différents. Les enfants présentant des atteintes neurologiques d’évolution rapide ont été exclus. L’objectif principal de l’essai était d’évaluer la sécurité et la tolérance de l’olipudase alfa à une dose pouvant aller jusqu’à 3 mg/kg administrée par voie intraveineuse toutes les deux semaines pendant 64 semaines (ii).

Pendant la période de traitement de 64 semaines, tous les patients ont présenté au moins un événement indésirable. Ces événements ont pour la plupart été d’une intensité légère à modérée, et un patient a présenté une réaction anaphylactique sévère et grave (voir ci-dessous) jugée en lien avec l’olipudase alfa. Cinq événements indésirables gaves liés au traitement ont été observés chez trois patients : deux cas d’élévation asymptomatique transitoire du taux d’alanine aminotransférase (ALAT) chez un patient, un cas d’urticaire et un cas d’éruption cutanée chez un patient et une réaction anaphylactique chez un patient. Aucun patient n’a dû interrompre définitivement le traitement en raison d’un événement indésirable. Les événements indésirables les plus fréquents (définis par des événements supérieurs ou égaux à 2 % et un nombre de patients supérieur ou égal à deux parmi tous les patients traités par l’olipudase alfa) observés dans le cadre de cet essai ont été les suivants : pyrexie, toux, vomissements, rhinopharyngite, diarrhée, maux de tête, infection des voies respiratoires supérieures, contusion, douleur abdominale, congestion nasale, éruption cutanée, urticaire, égratignure et épistaxis.

L’étude comportait également des critères d’évaluation secondaires comme les manifestations pulmonaires évolutives et la splénomégalie. Après un an de traitement (52 semaines), la DLCO prédite a augmenté en moyenne de 33 % chez neuf patients ayant été en mesure de réaliser le test au départ (les enfants de plus de cinq ans ont été évalués s’ils étaient aptes à réaliser le test). En outre, à 52 semaines, la diminution médiane du volume de la rate (évaluée en multiples de la normale [MN]) s’est établie à 49 % (avec des variations individuelles comprises entre 23 % et 61 %).

Les résultats de ces deux essais seront présentés dans le cadre de prochains congrès médicaux et formeront la base des demandes d’approbation que Sanofi entend présenter à l’échelle mondiale à partir du second semestre de 2021.

_______________

i www.clinicaltrials.gov; ClinicalTrials.gov Identifier: NCT02004691
ii www.clinicaltrials.gov; ClinicalTrials.gov Identifier: NCT02292654

Source :  Sanofi








MyPharma Editions

Median Technologies confirmé comme fournisseur privilégié d’un des laboratoires pharmaceutiques du Top 3 mondial

Publié le 17 septembre 2021
Median Technologies confirmé comme fournisseur privilégié d’un des laboratoires pharmaceutiques du Top 3 mondial

Median Technologies vient d’annoncer avoir été confirmé comme fournisseur privilégié d’un des laboratoires pharmaceutiques membre du Top 3 au niveau mondial et sélectionné pour mettre en œuvre la stratégie d’imagerie dans les essais cliniques de ce laboratoire pharmaceutique sur des indications phares en oncologie.

Transgene présente des données de Phase I confirmant le potentiel du virus oncolytique TG6002

Publié le 17 septembre 2021
Transgene présente des données de Phase I confirmant le potentiel du virus oncolytique TG6002

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé la présentation de données issues de l’étude de Phase I, combinant l’administration par voie intraveineuse (IV) du virus oncolytique TG6002 et la prise orale de 5-FC chez des patients atteints de carcinomes gastro-intestinaux au stade avancé. Ces données seront présentées à l’occasion du congrès virtuel de l’ESMO 2021 qui se tient à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 21 septembre 2021.

PharmaZell et Novasep entrent en négociations pour créer un leader technologique mondial

Publié le 16 septembre 2021
PharmaZell et Novasep entrent en négociations pour créer un leader technologique mondial

PharmaZell, le spécialiste allemand des principes actifs pharmaceutiques de spécialité, et Novasep, leader français de la sous-traitance de principes actifs (CDMO), ont annoncé être entrés en négociations exclusives afin de créer une plateforme européenne de premier plan dans le secteur attractif de fabrication de principes actifs pharmaceutiques et de CDMO. L’entité bénéficierait d’un ensemble de technologies complémentaires et d’un portefeuille diversifié de clients pharmaceutiques et biotechnologiques de premier ordre.

AB Science : de nouvelles autorisations portant sur la reprise des inclusions de ses études de phase 3 du masitinib

Publié le 16 septembre 2021
AB Science : de nouvelles autorisations portant sur la reprise des inclusions de ses études de phase 3 du masitinib

AB Science a annoncé avoir reçu l’autorisation reprise des inclusions de la part de l’ANSM (France) dans l’étude de phase 3 confirmatoire du masitinib (AB19001) dans la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et de la part du MHRA (Royaume-Uni) et de l’autorité néerlandaise dans l’étude de phase 3 confirmatoire du masitinib (AB15003) dans la mastocytose.

Clean Cells investit plus de 13 millions d’euros dans un nouveau site de production biopharmaceutique

Publié le 16 septembre 2021
Clean Cells investit plus de 13 millions d’euros dans un nouveau site de production biopharmaceutique

Clean Cells, filiale du groupe Clean Biologics offrant des prestations de services de contrôle qualité de produits biopharmaceutiques et la fabrication de starting materials, a annoncé un investissement de plus de 13 millions d’euros dans un nouveau site de production à Montaigu-Vendée, près de Nantes.

Biocorp et Merck signent un partenariat dans le domaine de l’hormone de croissance humaine

Publié le 16 septembre 2021
Biocorp et Merck signent un partenariat dans le domaine de l’hormone de croissance humaine

Biocorp, société française qui développe des dispositifs médicaux et des systèmes d’administration de médicaments injectables et le groupe Merck, ont annoncé un accord portant sur le développement d’une version spécifique de Mallya afin de surveiller l’observance du traitement dans le domaine de l’hormone de croissance humaine (HCH). Biocorp percevra un versement de 3 M€ pour ce développement, ainsi que des revenus supplémentaires issus des ventes à venir.

NFL Biosciences : l’étude clinique de Phase II/III de NFL-101 pour le sevrage tabagique approuvée en France

Publié le 16 septembre 2021
NFL Biosciences : l’étude clinique de Phase II/III de NFL-101 pour le sevrage tabagique approuvée en France

NFL Biosciences, société biopharmaceutique développant des médicaments botaniques pour le traitement des dépendances et addictions, annonce que son étude clinique de Phase II/III, destinée à évaluer l’efficacité et la sécurité de son traitement NFL-101 en tant que thérapie de sevrage tabagique, a été approuvée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), et a reçu l’avis favorable du Comité de Protection des Personnes (CPP).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents