Edition du 21-01-2022

Accueil » Industrie » Produits

Sanofi Pasteur : résultats encourageants de Phase II du candidat vaccin Clostridium difficile

Publié le mardi 20 mai 2014

Sanofi Pasteur, la division vaccins de Sanofi, présente les résultats de l’essai de Phase II (H-030-012) d’un candidat vaccin contre l’infection à Clostridium difficile (C. difficile), à l’occasion du 24ème Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID – European Congress of Clinical Microbiology and Infectious Diseases).

L’essai de Phase II a atteint son objectif principal : les réactions ont été en général bénignes et de courte durée et le vaccin candidat a induit une réponse immunitaire contre les toxines A et B de C. difficile. Ces toxines sont en grande partie responsables des manifestations de l’infection à Clostridium difficile (ICD), à savoir une inflammation de l’intestin et des diarrhées potentiellement mortelles.

Les résultats de l’essai de Phase II ont permis de sélectionner, pour l’évaluation de l’efficacité dans le cadre du programme international Cdiffense, le vaccin à dose élevée avec adjuvant, administré aux jours 0, 7 et 30. Cet essai de Phase III, actuellement en cours, a débuté en août 2013 et devrait impliquer jusqu’à 200 sites répartis dans 17 pays.

« L’infection à C. difficile menace les nombreuses personnes qui ont fréquemment recours aux antibiotiques, ainsi que les patients âgés hospitalisés ou résidant dans des institutions de soins de longue durée, a déclaré le Docteur Jamshid Saleh qui, après avoir participé à l’essai de Phase II, est actuellement le principal investigateur de l’essai de Phase III au Centre de recherche clinique de Californie du nord, à Redding (Etats-Unis). Ce serait formidable de pouvoir offrir aux patients un moyen de prévenir cette maladie contagieuse et invalidante, plutôt que de simplement la traiter une fois qu’elle est là. »

L’étude de Phase II était une étude randomisée, multicentrique, comportant deux étapes. La première, menée sur 455 volontaires, était une étude contrôlée contre placebo, en double aveugle, conçue pour sélectionner la formule et la posologie du vaccin. La seconde, portant sur 206 volontaires supplémentaires, avait pour but de comparer la formule et la posologie choisies lors de la première étape avec deux autres schémas posologiques. Les volontaires participant à cette étude étaient des adultes âgés de 40 à 75 ans, à risque d’ICD en raison d’une hospitalisation programmée ou d’un séjour de longue durée dans un centre de soins.

« Au cours de cet essai, nous avons constaté une augmentation significative de la production d’anticorps contre les toxines de C. difficile, dans tous les schémas posologiques et quel que soit l’âge des volontaires, a précisé Guy De Bruyn, docteur en médecine et diplômé en santé publique, Directeur du Développement clinique chez Sanofi Pasteur, lors de la présentation des données de l’étude à la Société américaine de microbiologie (ASM – American Society for Microbiology). Ces résultats fournissent une base solide pour le développement d’un vaccin permettant de prévenir l’apparition d’une première infection à C. difficile. »

Pour la première étape de l’essai, les volontaires ont été répartis par randomisation en cinq groupes : vaccin à dose élevée ou à faible dose, avec ou sans adjuvant, et placebo. Chaque vaccin a été administré aux jours 0, 7 et 30. Les réponses immunitaires ont été mesurées selon deux techniques : la méthode immuno-enzymatique ELISA, qui permet de doser les concentrations en immunoglobuline G (IgG) anti-toxine A et B, et le test fonctionnel de neutralisation, qui mesure la capacité à neutraliser les toxines A et B. Un score composite, fondé sur les résultats des tests ELISA, a permis de montrer que le vaccin à dose élevée avec adjuvant (Groupe 3) induisait la meilleure réponse sur une période de 60 jours. Les résultats des tests ELISA ont montré également que la réponse en anticorps détectables contre les deux toxines, A et B, était multipliée par quatre.

Le vaccin à dose élevée avec adjuvant a alors été choisi pour passer à la deuxième étape de l’essai, qui a consisté à comparer trois schémas d’administration : aux jours 0, 7 et 30 (Groupe 3, N=101) ; aux jours 0, 7 et 180 (Groupe 6, N=103), et aux jours 0, 30 et 180 (Groupe 7, N=103). L’analyse a été conduite aux jours 0, 7, 14, 30, 60, 180 et 210.
Les tests ELISA et les tests de neutralisation ont montré une augmentation des réponses immunitaires dans tous les groupes de sujets vaccinés et avec chacune des différentes doses. Globalement, le Groupe 3 a montré le meilleur profil immunitaire sur les périodes de 30, 60 et 180 jours, en particulier chez les volontaires âgés de 65 à 75 ans.

Le profil de sécurité de chacune des différentes doses de vaccin a été jugé acceptable tout au long de l’étude de Phase II. Les réactions indésirables, surveillées jusqu’au jour 210, étaient généralement de Grade 1 (réactions bénignes) et de courte durée ; elles n’ont entraîné aucune interruption de l’étude, et n’ont pas été considérées comme cliniquement significatives.

« Le candidat vaccin de Sanofi Pasteur stimule le système immunitaire contre les toxines de C. difficile, ce qui permet par la suite, en cas d’exposition, de prévenir la survenue d’une ICD, a expliqué le Dr Saleh. Ce vaccin, de même que les autres vaccins à base d’anatoxine – contre le tétanos, la diphtérie ou la coqueluche – cible les toxines responsables des symptômes de l’infection et pourrait représenter une mesure de santé publique importante pour protéger contre les infections à C.difficile. »

Les résultats de l’étude de Phase II seront également présentés lors de la 114ème réunion de l’ASM qui aura lieu cette semaine à Boston (Etats-Unis).

Source : Sanofi








MyPharma Editions

Ipsen : Karen Witts nomme nommée membre indépendant du Conseil d’administration

Publié le 21 janvier 2022
Ipsen : Karen Witts nomme nommée membre indépendant du Conseil d’administration

Le groupe Ipsen vient d’annoncer la nomination de Karen Witts en tant que membre indépendant du Conseil d’administration.

Pfizer prévoit d’investir plus de 520 millions d’euros pour soutenir la production et la recherche en France

Publié le 20 janvier 2022
Pfizer prévoit d’investir plus de 520 millions d'euros pour soutenir la production et la recherche en France

Pfizer vient d’annoncer son intention d’investir plus de 520 millions d’euros dans le cadre d’un plan d’investissement sur cinq ans en France dans le secteur de la science et de la santé, en renforçant notamment les capacités de production sur le territoire et en stimulant la recherche et l’innovation dans plusieurs aires thérapeutiques.

Valneva : son candidat vaccin inactivé montre une neutralisation du variant Omicron

Publié le 20 janvier 2022
Valneva : son candidat vaccin inactivé montre une neutralisation du variant Omicron

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé les résultats d’une étude préliminaire menée en laboratoire qui démontre que les anticorps provenant du sérum de personnes vaccinées avec trois doses du candidat vaccin inactivé de Valneva contre la COVID-19, VLA2001, neutralisaient le variant Omicron.

AB Science : autorisation de l’ANSM pour une étude de Phase II chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère

Publié le 20 janvier 2022
AB Science : autorisation de l’ANSM pour une étude de Phase II chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère

AB Science a annoncé avoir reçu l’autorisation de l’ANSM pour initier une étude de phase II (AB20006) chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère.

Sanofi : 2ème essai de phase III positif pour Dupixent® dans le traitement du prurigo nodulaire

Publié le 20 janvier 2022
Sanofi : 2ème essai de phase III positif pour Dupixent® dans le traitement du prurigo nodulaire

Sanofi a annoncé qu’un deuxième essai de phase III évaluant Dupixent® (dupilumab) chez des adultes présentant un prurigo nodulaire non contrôlé, une maladie chronique de la peau portant une signature inflammatoire de type 2, a atteint son critère d’évaluation primaire et ses principaux critères d’évaluation secondaires, et montré une diminution significative des démangeaisons et lésions cutanées comparativement à un placebo, après 24 semaines de traitement expérimental.

Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Publié le 19 janvier 2022
Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Transgene, société de biotechnologie qui développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, et PersonGen BioTherapeutics, société chinoise de biotechnologie qui développe des thérapies cellulaires CAR-T innovantes contre les cancers solides et hématologiques, ont annoncé une collaboration stratégique visant à évaluer la faisabilité et l’efficacité d’une combinaison thérapeutique associant l’injection de cellules CAR-T TAA06 de PersonGen à un virus oncolytique, issu de la plateforme Invir.IO™ de Transgene, administré par voie intraveineuse.

Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Publié le 19 janvier 2022
Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Biogen vient d’annoncer une nouvelle collaboration avec TheraPanacea, centrée sur plusieurs aires thérapeutiques en neurosciences et renforçant les liens existants entre les deux sociétés. L’objectif est de s’appuyer sur le machine learning (ML) et l’intelligence artificielle (IA) afin de tirer profit de l’imagerie médicale et d’autres sources de données cliniquement pertinentes

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents