Edition du 24-01-2022

Sclérose en plaques : résultats positifs pour Lemtrada de Genzyme

Publié le vendredi 2 mai 2014

Sanofi et sa filiale Genzyme ont annoncé de nouvelles données d’imagerie par résonance magnétique (IRM) du programme de développement clinique de Lemtrada (alemtuzumab). Chez les patients traités par Lemtrada dans deux essais cliniques de Phase III (patients naïfs de tout traitement et patients présentant une maladie active sous un autre traitement), les effets observés à l’IRM après deux ans se sont maintenus au cours de la 1ère année de prolongation de l’étude.

Ces données, présentées aujourd’hui au 66e Congrès annuel de l’American Academy of Neurology (AAN), sont les suivantes :

• Effets homogènes observés pour toutes les mesures clés de l’activité de la maladie (activité des lésions hypo-intenses en T1 et hyperintenses en T2 rehaussées au gadolinium) et maintien après trois ans des effets observés après deux années de traitement.
• Au cours de la troisième année du suivi, plus de 70 % des patients ne présentaient aucun signe d’activité à l’IRM laissant supposer une inflammation aiguë définie par des lésions rehaussées au gadolinium ou par de nouvelles lésions hyperintenses en T2 ou ayant augmenté de volume.
• Le volume des lésions en T2, qui reflète la charge combinée des lésions cérébrales permanentes et la formation de nouvelles lésions, a augmenté entre la deuxième année et la troisième année, mais est resté inférieur au volume de référence pré-traitement.
• Le taux d’atrophie, mesuré par la fraction du parenchyme cérébral, qui avait déjà diminué après deux ans, a continué de ralentir au cours de la troisième année du suivi.
• Environ 80 % des patients traités par Lemtrada n’ont pas reçu le troisième cycle de traitement au cours de la première année de l’étude de prolongation.

« Ces données sont remarquables car elles montrent que les effets positifs de Lemtrada à l’IRM se sont maintenus au cours de l’étude de prolongation, même si la plupart des patients n’ont pas reçu de traitement supplémentaire. Ces résultats n’ont encore jamais été observés avec les traitements actuels contre la sclérose en plaques », a indiqué le Dr Douglas Arnold, Recherche NeuroRx et Département de neurologie et de neurochirurgie de l’Institut neurologique de Montréal de l’Université McGill. « Ces nouveaux résultats d’IRM sont importants et complètent les données cliniques de l’étude de prolongation ayant démontré l’effet de Lemtrada sur les principales mesures de l’activité clinique de la maladie, y compris le taux de rechute annualisé et l’accumulation soutenue du handicap. »

Les effets indésirables les plus fréquents de Lemtrada sont des réactions liées à la perfusion (maux de tête, éruption cutanée, pyrexie, nausées, fatigue, urticaire, insomnie, prurit, diarrhée, frissons, vertiges et bouffées de chaleur), des infections (voies respiratoires supérieures et voies urinaires) et desleucopénies. Des maladies auto-immunes (thrombocytopénie immune, autres cytopénies, glomérulonéphrite et troubles thyroïdiens) et des infections graves peuvent survenir chez les patients traités par Lemtrada. Un programme complet de gestion des risques intégrant des actions d’éducation et de surveillance permettra la détection et la prise en charge précoces de ces risques. Les résultats de sécurité de la première année de l’étude de prolongation ont déjà été rapportés pour les patients traités par Lemtrada dans le cadre des études CARE-MS de Phase III. Aucun nouveau risque n’a été identifié. Comme indiqué précédemment, deux patients sont décédés pendant l’étude de prolongation, l’un par septicémie et l’autre pour des raisons accidentelles non liées au traitement à l’étude.

Les essais de Phase III de Lemtrada étaient des études randomisées de deux ans comparant un traitement par Lemtrada à de fortes doses d’interféron bêta-1a (Rebif®) administrées par voie sous-cutanée chez des patients atteints de sclérose en plaques récurrente-rémittente dont la maladie était active et qui étaient soit naïfs de tout traitement (CARE-MS I), soit avaient rechuté sous un traitement antérieur (CARE-MS II). Dans le cadre de ces études, les patients traités par Lemtrada ont reçu deux cycles de traitement, le premier administré par perfusion intraveineuse pendant cinq jours consécutifs et le deuxième pendant trois jours consécutifs, 12 mois plus tard.

Les patients traités par Lemtrada qui ont poursuivi le suivi sans interruption dans le cadre de l’étude de prolongation étaient éligibles à un nouveau traitement en cas de maladie active. L’analyse a inclus 349 patients traités par Lemtrada de l’étude CARE-MS I et 393 patients traités par Lemtrada de l’étude CARE-MS II ; respectivement 18 % et 20 % de ces patients ont reçu un nouveau traitement. Les examens IRM ont été réalisés au début des études CARE-MS, puis 12, 24 et 36 mois plus tard.

«Compte tenu de l’importance de l’IRM dans la mesure de l’activité de la SEP, les données sur Lemtrada annoncées aujourd’hui sont significatives », a déclaré le Dr David Meeker, Directeur Général de Genzyme. « Ces résultats montrent que Lemtrada est un traitement potentiellement transformateur pour les patients atteints de SEP.»

« Dans l’étude CARE-MS I, Lemtrada a montré une efficacité significativement supérieure à celle de l’interféron bêta-1a en termes de réduction du taux annualisé de rechute ; la différence observée dans le ralentissement de la progression du handicap n’a toutefois pas été statistiquement significative. Dans CARE-MS II, Lemtrada a montré une efficacité significativement supérieure à celle de l’interféron bêta- 1a en termes de réduction du taux annualisé de rechute et de ralentissement de l’accumulation du handicap », indique enfin Genzyme.

Source : Sanofi








MyPharma Editions

Ipsen : Karen Witts nomme nommée membre indépendant du Conseil d’administration

Publié le 21 janvier 2022
Ipsen : Karen Witts nomme nommée membre indépendant du Conseil d’administration

Le groupe Ipsen vient d’annoncer la nomination de Karen Witts en tant que membre indépendant du Conseil d’administration.

Pfizer prévoit d’investir plus de 520 millions d’euros pour soutenir la production et la recherche en France

Publié le 20 janvier 2022
Pfizer prévoit d’investir plus de 520 millions d'euros pour soutenir la production et la recherche en France

Pfizer vient d’annoncer son intention d’investir plus de 520 millions d’euros dans le cadre d’un plan d’investissement sur cinq ans en France dans le secteur de la science et de la santé, en renforçant notamment les capacités de production sur le territoire et en stimulant la recherche et l’innovation dans plusieurs aires thérapeutiques.

Valneva : son candidat vaccin inactivé montre une neutralisation du variant Omicron

Publié le 20 janvier 2022
Valneva : son candidat vaccin inactivé montre une neutralisation du variant Omicron

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé les résultats d’une étude préliminaire menée en laboratoire qui démontre que les anticorps provenant du sérum de personnes vaccinées avec trois doses du candidat vaccin inactivé de Valneva contre la COVID-19, VLA2001, neutralisaient le variant Omicron.

AB Science : autorisation de l’ANSM pour une étude de Phase II chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère

Publié le 20 janvier 2022
AB Science : autorisation de l’ANSM pour une étude de Phase II chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère

AB Science a annoncé avoir reçu l’autorisation de l’ANSM pour initier une étude de phase II (AB20006) chez les patients atteints du syndrome d’activation des mastocytes sévère.

Sanofi : 2ème essai de phase III positif pour Dupixent® dans le traitement du prurigo nodulaire

Publié le 20 janvier 2022
Sanofi : 2ème essai de phase III positif pour Dupixent® dans le traitement du prurigo nodulaire

Sanofi a annoncé qu’un deuxième essai de phase III évaluant Dupixent® (dupilumab) chez des adultes présentant un prurigo nodulaire non contrôlé, une maladie chronique de la peau portant une signature inflammatoire de type 2, a atteint son critère d’évaluation primaire et ses principaux critères d’évaluation secondaires, et montré une diminution significative des démangeaisons et lésions cutanées comparativement à un placebo, après 24 semaines de traitement expérimental.

Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Publié le 19 janvier 2022
Transgene et PersonGen collaborent pour l’évaluation d’une nouvelle combinaison thérapeutique contre les tumeurs solides

Transgene, société de biotechnologie qui développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, et PersonGen BioTherapeutics, société chinoise de biotechnologie qui développe des thérapies cellulaires CAR-T innovantes contre les cancers solides et hématologiques, ont annoncé une collaboration stratégique visant à évaluer la faisabilité et l’efficacité d’une combinaison thérapeutique associant l’injection de cellules CAR-T TAA06 de PersonGen à un virus oncolytique, issu de la plateforme Invir.IO™ de Transgene, administré par voie intraveineuse.

Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Publié le 19 janvier 2022
Neurosciences : Biogen annonce une nouvelle collaboration avec la start-up TheraPanacea

Biogen vient d’annoncer une nouvelle collaboration avec TheraPanacea, centrée sur plusieurs aires thérapeutiques en neurosciences et renforçant les liens existants entre les deux sociétés. L’objectif est de s’appuyer sur le machine learning (ML) et l’intelligence artificielle (IA) afin de tirer profit de l’imagerie médicale et d’autres sources de données cliniquement pertinentes

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents