Edition du 05-12-2022

Servier : les raisons d’un virage à 180°

Publié le lundi 10 janvier 2011

Virage à 180°. La directrice générale du laboratoire Servier Lucy Vincent a affirmé ce matin sur RTL et hier dans le « Journal du Dimanche » que « le Médiator a pu représenter un vrai risque pour certains patients ». Les raisons de cette volte-face ? Elles sont multiples et spectaculaires.

Rappel des faits : Jacques Servier, patron et fondateur du laboratoire qui porte son nom, commence l’année 2011 par réagir en contestant le nombre de décès attribués par les autorités sanitaires à son coupe-faim, en déclarant : « le Mediator, ce n’est que trois morts », selon ses propos rapportés par « Libération ». Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand se dit alors « stupéfait ».
Question : qui a pu amener Servier à changer radicalement sa stratégie de communication et passer ainsi de la dénonciation du « complot » au mea culpa ? Le gouvernement, sans nul doute, mais aussi le Leem (Les Entreprises du médicament » qui ne cachait pas sa « consternation » devant les propos de Jacques Servier. Bref, la « ligne Servier » était devenue indéfendable. Pour corser le tout, l’annonce vendredi dernier de l’ouverture d’une enquête préliminaire pour « blessures et homicides invonlontaires » a pesé un poids non négligeable dans la volte-face du laboratoire. Au point que la directrice générale Lucy Vincent affirmait ce matin même sur RTL : « Nous sommes contents d’aller jusqu’au bout pour que l’on voie bien notre bonne foi ». Et d’ajouter : « Servier prendra ses responsabilités » . En clair, Servier, qui a tout lieu de redouter les conclusions du rapport de l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales » confié à Aquilino Morelle, ancienne « plume » de Lionel Jospin quand il était à Matignon, tente de désamorcer la bombe à retardement. Comment ? En saisissant très probablement la perche tendue par le président de l’Association d’aide aux victimes des accidents de médicaments (http://www.aaavam.eu/) Georges-Alexandre Imbert qui, dans les colonnes du « Parisien », annonçait ce matin qu’il recherchait un accord avec le laboratoire. En clair, une négociation à l’amiable plutôt qu’un interminable procès à l’issue incertaine dans des délais considérables. Certes, l’addition sera lourde mais Servier peut faire face : le groupe est solide, qui affiche un chiffre d’affaires de l’ordre de 3,6 milliards d’euros. Cela signifierait-il pour autant la fin de l’  « affaire Mediator » ? Assurément non : le médicament est maintenant dans la spirale du déni de confiance. Il en était péniblement sorti, il y retombe de la façon la plus brutale et la plus spectaculaire qui soit.
Pour les industriels du secteur, c’est une véritable tuile : comment en effet imaginer obtenir désormais une AMM (Autorisation de mise sur le marché) dans des conditions de temps à peu près honorables, compte tenu du renforcement très probable de l’évaluation médico-économique des produits de santé ? Mission impossible ? Presque.

 Hervé KARLESKIND








MyPharma Editions

GSK France : le Comité de Direction se renouvelle avec 3 nominations depuis la rentrée de septembre

Publié le 5 décembre 2022
GSK France : le Comité de Direction se renouvelle avec 3 nominations depuis la rentrée de septembre

Avec l’intégration de 3 nouveaux membres depuis le mois de septembre – Rachida Saraka, Sara Leclerc et Jean-Marie Cotro – le Comité de Direction de GSK France compte aujourd’hui 14 membres, dont 8 femmes et 6 hommes.

Biogen : l’EMA va examiner la demande d’AMM de tofersen dans le traitement d’une forme génétique rare de SLA 

Publié le 5 décembre 2022
Biogen : l’EMA va examiner la demande d’AMM de tofersen dans le traitement d’une forme génétique rare de SLA 

Biogen annonce que l’Agence européenne du médicament (EMA) a accepté d’examiner la demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) de tofersen, candidat médicament pour le traitement chez l’adulte de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) liée au gène SOD1 (superoxide dismutase 1). La SLA- SOD1 est une maladie progressive dont l’issue toujours mortelle touche moins d’un millier de personnes en Europe.2 Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement pour les personnes atteintes de SLA-SOD1.3

Chikungunya : Valneva annonce des données positives à 12 mois sur la persistance des anticorps avec son candidat vaccin à injection unique

Publié le 5 décembre 2022

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé aujourd’hui des données positives sur la persistance des anticorps douze mois après la vaccination avec une seule dose de son candidat vaccin contre le chikungunya, VLA1553.

Shaker : un tremplin scientifique et entrepreneurial pour les bio-innovateurs

Publié le 2 décembre 2022
Shaker : un tremplin scientifique et entrepreneurial pour les bio-innovateurs

Genopole, biocluster qui regroupe 77 entreprises de biotechnologies et 19 laboratoires académiques, lance un appel à candidatures pour son programme Shaker, tremplin pour les porteurs d’innovations biotech accueillis dès l’idée pour valider scientifiquement leur projet et le transformer en startup. 

Lancement de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé

Publié le 2 décembre 2022
Lancement de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé

Quest for change, réseau de cinq incubateurs d’excellence (Innovact, Quai Alpha, Rimbaud’Tech, SEMIA et The Pool) labellisés par la région, implanté sur six territoires du Grand Est, vient d’annoncer la création de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé. Il bénéficie de l’appui et du soutien de nombreux partenaires institutionnels en France, en Suisse, en Allemagne et à Boston (Etats-Unis), ainsi que de l’écosystème de l’innovation du Grand Est, avec en premier lieu BioValley France et SATT Conectus, partenaires du Consortium DeepEst.

Livraison de médicaments à domicile : Sanofi apporte 1 million d’euros à Livmed’s, la start-up FrenchTech

Publié le 1 décembre 2022

Sanofi vient d’annoncer sa participation comme investisseur principal à la deuxième levée de fonds de Livmed’s, à hauteur de 1 million d’euros. Start-up de la FrenchTech accompagnée par l’accélérateur Future4care, Livmed’s a conçu et développé une application mobile de service de livraison de médicaments et produits de santé pour les patients à domicile 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Maladie de Lyme: Valneva et Pfizer annoncent des données à six mois sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes avec leur candidat vaccin

Publié le 1 décembre 2022
Maladie de Lyme: Valneva et Pfizer annoncent des données à six mois sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes avec leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva ont annoncé aujourd’hui des données sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes six mois après une vaccination avec trois doses (aux mois 0, 2 et 6) ou deux doses (aux mois 0 et 6) de leur candidat vaccin contre la maladie de Lyme, VLA15. Ces données sont les premières obtenues sur la persistance des anticorps dans des populations pédiatriques pour ce candidat vaccin.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents