Edition du 24-09-2019

Transgene lance myvac™ , une immunothérapie individualisée contre les tumeurs solides

Publié le mardi 25 septembre 2018

Transgene lance myvac™ , une immunothérapie individualisée contre les tumeurs solidesTransgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies contre les cancers et les maladies infectieuses, lance myvac™ , une immunothérapie individualisée contre le cancer reposant sur un vecteur viral, qui entrera en clinique dès 2019.

myvac™ est une immunothérapie conçue pour stimuler et éduquer le système immunitaire des patients afin de reconnaître et détruire les cellules tumorales. Cette immunothérapie personnalisée est conçue pour chaque patient, sur la base des mutations identifiées dans sa tumeur. Ces mutations constituent des cibles particulièrement pertinentes puisqu’elles conduisent à l’expression de néoantigènes tumoraux. Ces néoantigènes sont connus pour susciter une réponse immunitaire plus forte que les antigènes tumoraux « classiques »2 et sont la pierre angulaire de la réponse antitumorale.

Une fois identifiés par séquençage et sélectionnés en utilisant des algorithmes d’intelligence artificielle, plusieurs néoantigènes sont intégrés dans le génome du vecteur viral (MVA) ; ainsi, lorsque myvac™ est administré au patient, il déclenche une cascade immunitaire contre un éventail de cibles présentes dans les cellules cancéreuses.

Cette approche diffère des traitements autologues puisqu’aucun matériel biologique du patient n’est utilisé dans la fabrication de cette immunothérapie, la rendant plus facile à fabriquer. Elle est aussi véritablement individualisée, car nous utilisons l’information propre aux caractéristiques de sa tumeur. Pour créer ce traitement prometteur, Transgene a associé son savoir-faire en matière de vecteurs viraux avec des technologies particulièrement innovantes.

myvac™ dispose de plusieurs atouts clés :

. Les avantages d’un traitement individualisé sans les inconvénients liés à la production des approches autologues (Transgene ne modifie pas les cellules du patient, mais intègre le panel de néoantigènes dans son virus) ;
. Une souche virale (MVA) dont la sécurité, la tolérance, l’immunogénicité et l’efficacité ont été démontrées par les essais cliniques déjà conduits pour TG4010 et TG4001 ;
. Le vecteur viral de myvacTM (MVA) a montré à plusieurs reprises qu’il induit une réponse immunitaire contre des antigènes tumoraux intégrés dans son génome. De plus, par sa nature virale et le ciblage de cibles multiples, il induit un élargissement du répertoire immunitaire antitumoral (epitope spreading) ;
. Une formule « tout-en-un », ne nécessitant ni adjuvant ni association de différents peptides.

Éric Quéméneur, PhD, Directeur Général Adjoint, Directeur Recherche et Développement de Transgene, explique : « Avec myvac™, Transgene est à la pointe de l’innovation en matière d’immunothérapie contre le cancer. En nous appuyant sur notre savoir-faire en virothérapie, nous avons réussi l’intégration des séquences codant pour des néoantigènes dans notre immunothérapie individualisée. En intégrant le séquençage et l’intelligence artificielle dans la conception du virus, myvac™ marque l’entrée des approches basées sur des vecteurs viraux dans l’ère de la transformation numérique. Nous avons mis en place une organisation capable de concevoir et fabriquer ce produit individualisé pour chaque patient dans des conditions de temps et de coûts très compétitives. Cette innovation est une évolution logique de nos expertises. Cette nouvelle option thérapeutique est la promesse d’une amélioration majeure par rapport aux thérapies existantes. myvacTM est aussi le résultat de notre politique d’ouverture vers des partenaires développant des technologies complémentaires de nos expertises, pour développer une approche pluridisciplinaire. Nous avons hâte de démontrer chez l’homme le potentiel transformant de myvac™ grâce aux essais cliniques qui démarreront en 2019. »

myvac™, un projet ambitieux qui entrera en clinique en 2019
myvac™ sera administré à des patients ayant des tumeurs solides. Deux essais cliniques sont en cours de préparation en Europe et aux États-Unis, notamment dans les cancers de la tête et du cou HPV-négatifs et dans le cancer de l’ovaire, pour un démarrage courant 2019. Les premiers résultats précliniques et translationnels seront présentés prochainement à des congrès d’immuno-oncologie.

Un réseau innovant qui combine bio-ingénierie et transformation numérique
Pour concevoir myvac™, Transgene et son réseau collaboratif ont relevé plusieurs défis scientifiques et techniques. Ils forment un réseau dont les expertises couvrent l’ensemble des métiers requis :

. L’Institut Curie (Centre d’Immunothérapie des Cancers, dirigé par le Pr Amigorena) intervient sur la génération de données translationnelles et la caractérisation du mécanisme d’action ;
. HalioDx étudie les biomarqueurs permettant de maximiser l’efficacité de la thérapie ;
. Traaser automatise, sécurise et gère les données génomiques, en intégrant notamment des algorithmes prédictifs fournis par un partenaire reconnu en intelligence artificielle ;

Transgene a mis au point une unité pilote de fabrication unique en France permettant de vectoriser les néoantigènes et de mettre à disposition myvacTM dans des délais compatibles avec la prise en charge clinique. Ce projet innovant a obtenu la labellisation de BioValley France, pôle de compétitivité santé du Grand Est, et d’Eurobiomed. Transgene détient la propriété intellectuelle de la plateforme virale myvac™, et travaille activement au développement translationnel de cette technologie innovante.

[1] Néoantigènes tumoraux : mutations génétiques des cellules tumorales propres au patient. Contrairement aux antigènes tumoraux « classiques » qui signent l’identité d’un type de tumeur, les néoantigènes sont uniques.  
[2] Chen DS, Mellman I., Elements of cancer immunity and the cancer-immune set point, Nature (2017) 541:321–30.10.1038/nature21349

Source : Transgene








MyPharma Editions

Deinove intègre la technologie CRISPR-cas9 pour accélérer la découverte et l’optimisation d’antibiotiques innovants

Publié le 24 septembre 2019
Deinove intègre la technologie CRISPR-cas9 pour accélérer la découverte et l’optimisation d’antibiotiques innovants

Deinove, société de biotechnologie française qui s’appuie sur une démarche d’innovation radicale pour développer des antibiotiques innovants et des ingrédients actifs biosourcés pour la cosmétique et la nutrition, a annoncé avoir étoffé sa plateforme technologique avec un outil génétique de pointe, le système CRISPR-cas9, pour renforcer ses capacités d’optimisation de microorganismes variés.

Biogen : avis favorable du CHMP pour l’utilisation des traitements à base d’interféron bêta, dont PLEGRIDY® et AVONEX® pendant la grossesse et l’allaitement

Publié le 23 septembre 2019
Biogen : avis favorable du CHMP pour l'utilisation des traitements à base d’interféron bêta, dont PLEGRIDY® et AVONEX® pendant la grossesse et l’allaitement

Biogen a annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) recommande une modification des autorisations de mise sur le marché des traitements à base d’interféron bêta disponibles, dont PLEGRIDY® (peg-interféron bêta-1a) et AVONEX® (interféron bêta-1a), afin de supprimer les contre-indications concernant la grossesse et, en cas de besoin clinique, d’autoriser leur utilisation pendant la grossesse et l’allaitement chez les femmes ayant une sclérose en plaques (SEP) récurrente-rémittente.

Celltrion Healthcare : avis favorable du CHMP pour sa formulation sous-cutanée du CT-P13 (infliximab biosimilaire)

Publié le 23 septembre 2019
Celltrion Healthcare : avis favorable du CHMP pour sa formulation sous-cutanée du CT-P13 (infliximab biosimilaire)

Celltrion Healthcare a annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a adopté un avis favorable pour le CT-P13 SC en vue d’une autorisation de mise sur le marché dans l’Union européenne (UE) pour les personnes atteintes d’arthrite rhumatoïde (AR). Le CT-P13 SC est la version sous-cutanée du Remsima® (infliximab biosimilaire, CT-P13).

Merck : avis favorable du CHMP pour l’utilisation de Rebif® pendant la grossesse et l’allaitement si nécessaire sur le plan clinique

Publié le 23 septembre 2019
Merck : avis favorable du CHMP pour l’utilisation de Rebif® pendant la grossesse et l'allaitement si nécessaire sur le plan clinique

Merck, le groupe de sciences et technologies, a annoncé que le Comité européen pour l’évaluation des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA), a émis un avis favorable pour la mise à jour du résumé des caractéristiques du produit (RCP) de Rebif®, un interféron bêta-1a (IFNß-1a), permettant ainsi aux femmes atteintes de Sclérose en Plaques Récurrente (SEP-R) de poursuivre leur traitement pendant la grossesse, si nécessaire sur le plan clinique, et pendant l’allaitement.

Sanofi : le CHMP recommande l’approbation de Dupixent® dans la polypose nasosinusienne sévère

Publié le 20 septembre 2019
Sanofi : le CHMP recommande l’approbation de Dupixent® dans la polypose nasosinusienne sévère

Le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments a rendu un avis favorable concernant une troisième indication de Dupixent® (dupilumab). Le CHMP a recommandé l’approbation de Dupixent en complément à une corticothérapie par voie intranasale pour le traitement de la polypose nasosinusienne (PNS) sévère de l’adulte inadéquatement contrôlée par une corticothérapie systémique et (ou) une chirurgie des sinus.

Nanobiotix : résultats encourageants de phase I pour le radioenhancer NBTXR3

Publié le 20 septembre 2019
Nanobiotix : résultats encourageants de phase I pour le radioenhancer NBTXR3

Nanobiotix vient d’annoncer les résultats encourageants de l’étude de phase I de la société évaluant le radioenhancer NBTXR3, premier représentant de sa classe, activé par radiothérapie stéréotaxique (RTS). Ces données ont été présentées par le Dr Enrique Chajon, investigateur de l’étude, au congrès annuel de l’ASTRO 2019.

Boehringer Ingelheim étend son Programme de recherche sur les cancers KRAS avec l’inhibiteur de MEK de Lupin

Publié le 20 septembre 2019
Boehringer Ingelheim étend son Programme de recherche sur les cancers KRAS avec l’inhibiteur de MEK de Lupin

Boehringer Ingelheim et Lupin ont annoncé le 4 septembre, un accord de licence, de développement et de commercialisation de l’inhibiteur de MEK actuellement développé par Lupin (LNP3794), une thérapie ciblée potentielle destinée aux patients atteints de cancers difficiles à traiter.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents