Edition du 10-08-2022

VIH : InnaVirVax lance un essai clinique pour évaluer VAC-3S, une nouvelle immunothérapie

Publié le mardi 6 mars 2012

Cette étude clinique de phase I/IIa vise à évaluer l’innocuité et l’immunogénicité de VAC-3S chez des patients infectés par le VIH-1 et sous traitement antirétroviral. Les premiers patients ont été recrutés à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris. Cette étude reçoit le soutien d’OSEO à hauteur de 600.000 euros.

InnaVirVax, société biopharmaceutique basée à la pépinière Genopole®, vient d’annoncer avoir débuté l’étude clinique de Phase I/IIa de son immunothérapie VAC-3S dans le traitement des infections par le VIH. Cette immunothérapie « first-in-class » vise à préserver le système immunitaire des patients infectés par le VIH-1. Le début de cette étude clinique intervient seulement un peu plus de trois ans après le démarrage des activités d’InnaVirVax.

Cette étude clinique de Phase I/IIa, est réalisée dans deux centres cliniques parisiens : à l’hôpital Pitié Salpêtrière et à l’hôpital Cochin. Cette étude avec une escalade de doses du traitement, est menée sur 24 patients infectés par le VIH-1 contrôlant leur charge virale sous thérapie antirétrovirale.

L’objectif principal est d’évaluer l’innocuité de cette immunothérapie. L’immunogénicité de ce candidat médicament sera également étudiée ainsi que les effets positifs sur les marqueurs de suivi de l’infection (taux de lymphocytes T CD4, charge virale et activation cellulaire notamment). Les patients seront traités puis suivis pendant une année. Le critère principal de l’étude sera étudié 3 mois après le premier traitement de chaque patient.

Cette étude clinique a reçu le soutien d’OSEO, sous la forme d’une aide à l’innovation pour un montant de 600 000 euros. Cette reconnaissance par OSEO conforte InnaVirVax dans le développement de VAC-3S.

« Les données précliniques et les données de vaccination chez les singes suggèrent que cette immunothérapie puisse assurer une protection de la destruction des lymphocytes T CD4 durant la maladie ainsi qu’une diminution de l’activation cellulaire et l’inflammation. L’essai en cours va nous permettre aussi de mesurer le niveau des anticorps que l’on peut obtenir chez l’homme grâce à cette immunothérapie. Si ces résultats étaient transposés chez les patients, alors l’arsenal thérapeutique constitué par les anti-rétroviraux serait considérablement renforcé », a déclaré le Pr. Christine Katlama, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Hôpital Pitié Salpêtrière et Investigateur principal de l’étude clinique de Phase I/IIa

« Cet essai a été conçu pour étudier l’innocuité ainsi que l’immunogénicité de cette immunothérapie développée par InnaVirVax. C’est un premier pas avant de tester, lors d’une étude ultérieure la preuve de concept de l’activité de cette immunothérapie chez les patients », a déclaré le Pr. Odile Launay, Médecin coordonnateur du Centre d’Investigation Clinique de Vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin, et co-investigateur de l’étude clinique.

Joël Crouzet, Président Directeur Général d’InnaVirVax a conclu: « Toute l’équipe d’InnaVirVax est très heureuse de pouvoir débuter cette étude clinique. Nous nous sommes battus pendant plus de trois ans pour emmener en essai chez l’homme cette immunothérapie dont le potentiel dans la protection du système immunitaire des patients infectés par le VIH-1 est considérable selon toutes les données pré-cliniques et observationnelles recueillies à ce jour. Nous sommes par ailleurs ravis du soutien financier accordé par OSEO qui vient renforcer les moyens déployés pour cette étude dont les premiers résultats sont attendus pour la fin 2012-début 2013 ».

Rappelons que VAC-3S est issue d’une découverte de rupture permettant de développer une immunothérapie innovante pour le traitement des infections par le VIH. Cette immunothérapie vise à combattre la pathogénicité du virus en bloquant le mécanisme responsable de la perte des lymphocytes T CD4+. VAC-3S devrait protéger le système immunitaire et réduire l’activation immunitaire et l’inflammation. Ce candidat médicament est issu de travaux menés à l’hôpital Pitié Salpêtrière (AP-HP) par le Pr. Patrice Debré et le Dr. Vincent Vieillard (unité mixte INSERM et Université Pierre et Marie Curie UMRS 946). Ces recherches ont déjà fait l’objet de 7 publications dans des journaux internationaux.

Source : InnaVirVax








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents