Edition du 29-11-2021

Accueil » Industrie » Recherche » VIH

VIH : les chercheurs d’Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitements

Publié le mercredi 3 mars 2021

VIH : les chercheurs d'Abbott font une découverte qui pourrait faire avancer la découverte de futurs traitementsAbbott a annoncé le 2 mars qu’une équipe de scientifiques a découvert en République démocratique du Congo (RDC) un nombre inhabituellement élevé de personnes testées positives en anticorps VIH, mais dont la charge virale est faible ou non détectable et ce, sans aucun traitement antirétroviral. Ces personnes sont appelées contrôleurs d’élite du VIH. Ces découvertes révolutionnaires publiées aujourd’hui dans EBioMedicine (qui fait partie de la revue The Lancet), pourraient aider les chercheurs à découvrir de nouvelles caractéristiques biologiques au sein de cette population, ce qui conduirait à des avancées dans la découverte de traitements contre le VIH – et éventuellement de vaccins.

Les chercheurs d’Abbott, l’Université Johns Hopkins, l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses de l’Université du Missouri (Kansas City) et l’Université Protestante du Congo ont constaté que la prévalence des contrôleurs d’élite VIH était de 2,7 à 4,3% en RDC contre 0,1 à 2% dans le monde. Cette nouvelle recherche alimentera d’autres études visant à comprendre cette réponse immunitaire unique. Les résultats pourraient rapprocher les chercheurs de leur objectif d’éradication de la pandémie VIH en mettant en évidence des liens entre la disparition naturelle du virus et de futurs traitements.

« La découverte d’un grand groupe de contrôleurs d’élite du VIH en RDC est significative, étant donné que le SIDA est une maladie chronique qui dure toute la vie et qui progresse généralement avec le temps », a déclaré le docteur Tom Quinn, directeur du Centre Johns Hopkins et chef de la section de recherche internationale sur le VIH/SIDA de l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses et de l’Institut National de la santé, et l’un des auteurs de l’étude. « Il y a eu de rares cas où l’infection n’a pas progressé chez des individus antérieurement à cette étude, mais cette fréquence inhabituellement élevée implique qu’il se passe quelque chose d’intéressant à un niveau physiologique en RDC qui n’est pas sans raison ».

Depuis le début de la pandémie mondiale du SIDA, 76 millions de personnes ont été infectées par le VIH et 38 millions de personnes vivent aujourd’hui avec le virus. En tant que première société à avoir mis au point un test VIH approuvé par la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) il y a plus de trente ans, Abbott comprend l’importance de la recherche sur le VIH et a mis en place son programme mondial de surveillance virale pour identifier les mutations du VIH et des virus de l’hépatite – en veillant à l’évolution de ses tests de diagnostic. Les origines de la pandémie de VIH ont été établies en Afrique subsaharienne, plus précisément en RDC, cette région présente donc un intérêt particulier pour la communauté scientifique.3, 4 Ces nouvelles découvertes des chercheurs et partenaires d’Abbott s’inscrivent dans la continuité des efforts dans la chasse au virus qui ont permis d’identifier une nouvelle souche de VIH en 2019.

« Le travail de surveillance mondiale nous permet de garder une longueur d’avance sur les maladies infectieuses émergentes et ici, nous avons réalisé que nous avions trouvé quelque chose qui pourrait être un pas de plus vers la découverte d’un traitement contre le VIH », a déclaré Michael Berg, chercheur associé en maladies infectieuses chez Abbott et l’un des auteurs de l’étude. « La communauté mondiale de la recherche à encore du travail à faire, mais exploiter ce que nous apprenons de cette étude et le partager avec d’autres chercheurs nous rapproche des nouveaux traitements qui pourraient éventuellement éliminer le VIH ».

Les échantillons de plasma collectés en 1987, de 2001 à 2003 et de 2017 à 2019 en RDC (où ont été découvertes les plus anciennes souches de VIH connues) ont permis aux chercheurs d’écarter des causes d’une charge virale indétectable chez 10 457 patients de 2017 à 2019 : les faux positifs, les biais relatifs au site de collecte, la grande diversité génétique et le traitement antirétroviral. Les réactifs Abbott, ARCHITECT HIV Ag/Ab Combo et m2000 RealTime HIV-1 ont été utilisés dans l’étude pour détecter respectivement les anticorps anti-VIH et les charges virales chez les participants.

« Chaque nouvelle découverte du VIH est une pièce supplémentaire au puzzle de l’évolution que nous essayons de comprendre », a déclaré Carole McArthur, docteur en médecine, professeur au département des sciences orales et craniofaciales de l’université du Missouri (Kansas City), directrice de la recherche en pathologie au Centre Médical Truman, et l’un des auteurs de l’étude. « Chacune de ces pièces nous aide à voir un peu plus clairement où nous devons regarder ensuite et contribue à la banque de connaissances vers laquelle tous les chercheurs se tourneront dans la prochaine phase de notre travail ».

Source : Abbott








MyPharma Editions

Sanofi et BioLabs Global annoncent un nouveau partenariat stratégique en France

Publié le 29 novembre 2021
Sanofi et BioLabs Global annoncent un nouveau partenariat stratégique en France

Sanofi vient d’annoncer un nouveau partenariat stratégique pluriannuel avec BioLabs Global, un réseau d’incubateurs ouvert aux start-ups à haut potentiel acteurs dans la santé et implantées dans des écosystèmes d’innovation majeurs en Europe.

Lysogene obtient un financement non dilutif de 4,3 millions d’euros de Bpifrance pour accompagner son développement

Publié le 29 novembre 2021
Lysogene obtient un financement non dilutif de 4,3 millions d’euros de Bpifrance pour accompagner son développement

Lysogene, société biopharmaceutique de phase 3 s’appuyant sur une plateforme technologique de thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé avoir obtenu un financement non dilutif de 4,3 millions d’euros de la part de Bpifrance.

Bone Therapeutics et Link Health signent un accord non-contractuel pour les droits mondiaux d’ALLOB

Publié le 29 novembre 2021
Bone Therapeutics et Link Health signent un accord non-contractuel pour les droits mondiaux d’ALLOB

Bone Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie et dans d’autres pathologies, et Link Health ont annoncé la signature d’un accord non contractuel portant sur les droits mondiaux d’ALLOB, la thérapie osseuse allogénique de Bone Therapeutics. Bone Therapeutics et Link Health entendent, sous réserve de la réalisation des conditions préalables habituelles, conclure et exécuter l’accord final d’ici la fin 2021.

Pharnext : le Dr Burkhard Blank nommé Directeur Médical et Responsable de la Recherche et du Développement

Publié le 26 novembre 2021
Pharnext : le Dr Burkhard Blank nommé Directeur Médical et Responsable de la Recherche et du Développement

Pharnext, société biopharmaceutique à un stade clinique avancé, pionnière d’une nouvelle approche de développement de combinaisons de médicaments innovantes basée sur les Big Data génomiques et l’intelligence artificielle exploitant sa plateforme de PLEOTHERAPY(TM), a annoncé la nomination du Dr Burkhard Blank au poste de Directeur Médical et Responsable de la Recherche et du Développement (« R&D ») à compter du 1er janvier 2022.

Provepharm Life Solutions obtient l’autorisation FDA de produire ses principes actifs pour les États-Unis

Publié le 26 novembre 2021
Provepharm Life Solutions obtient l’autorisation FDA de produire ses principes actifs pour les États-Unis

Provepharm Life Solutions, laboratoire pharmaceutique indépendant français qui réhabilite des molécules connues, a annoncé avoir obtenu l’autorisation de la FDA (Food and Drug Administration) de produire ses propres ingrédients pharmaceutiques actifs (APIs), nécessaires à la fabrication de ses médicaments, à destination du territoire américain.

Sanofi et l’Université de Montpellier partenaires pour préparer les étudiants à la vie active

Publié le 25 novembre 2021
Sanofi et l’Université de Montpellier partenaires pour préparer les étudiants à la vie active

Sanofi et l’Université de Montpellier partenaires pour préparer les étudiants à la vie active Sanofi et l’Université de Montpellier signent une convention de partenariat dans le but de contribuer à la préparation des futurs diplômés, de mieux faire connaître les métiers émergents des industries du médicament et autres produits de santé auprès des étudiants. Ce partenariat a pour objectif de développer des actions de coopération participant à la formation des étudiants et à leur préparation à l’entrée dans la vie active.

Galapagos : Jyseleca® (Filgotinib) approuvé en Europe pour le traitement de la rectocolite hémorragique

Publié le 25 novembre 2021
Galapagos : Jyseleca® (Filgotinib) approuvé en Europe pour le traitement de la rectocolite hémorragique

Galapagos vient d’annoncer que la Commission Européenne a accordé une Autorisation de Mise sur le Marché pour JYSELECA® (filgotinib 200mg comprimés) pour le traitement des patients adultes atteints de RectoColite Hémorragique (RCH) modérément à sévèrement active.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents