Edition du 25-03-2019

VIH : résultats à 96 semaines de phase 3 avec Biktarvy® de Gilead

Publié le jeudi 4 octobre 2018

VIH : résultats à 96 semaines de phase 3 de Biktarvy® de GileadGilead Sciences a annoncé les résultats à 96 semaines d’une étude de phase 3, randomisée, en double aveugle (étude 1489) évaluant la tolérance et l’efficacité du Biktarvy® (bictégravir 50 mg/emtricitabine 200 mg/ténofovir alafénamide 25 mg, comprimés ; BIC/FTC/TAF) pour le traitement de l’infection par le VIH-1 chez des adultes naïfs de traitement.

Dans cette étude en cours, l’association BIC/FTC/TAF s’est montrée statistiquement non-inférieure à l’association abacavir/dolutégravir/lamivudine (600/50/300 mg ; ABC/DTG/3TC) au cours des 96 semaines de traitement. Les données ont été présentées lors d’une session de « late breakers » à la conférence ID Week 2018, qui se tient actuellement à San Francisco.

« Les médecins qui prennent en charge les personnes vivant avec le VIH recherchent activement des traitements qui offrent une grande efficacité, une haute barrière contre les résistances aux traitements et un bon profil de tolérance à long terme », a déclaré le Dr David Wohl, Professeur de Médecine, Division des Maladies Infectieuses, Université de Caroline du Nord à Chapel Hill et auteur principal de l’étude. « Cette étude souligne le rôle de Biktarvy en tant que traitement de première ligne pour les adultes vivant avec le VIH pouvant en bénéficier et naïfs de traitement. En outre, il est établi que Biktarvy donne moins de nausées, avec un profil de tolérance osseuse et rénale similaire à celui du comparateur, après 96 semaines de traitement. »

En Europe, l’association BIC/FTC/TAF est indiquée comme traitement complet de l’infection par le VIH-1 chez les adultes ne présentant pas de résistance virale présente ou passée à la classe des inhibiteurs de l’intégrase, à l’emtricitabine ou au ténofovir. La posologie de l’association BIC/FTC/TAF ne requiert pas d’ajustement chez les patients dont la clairance de la créatinine (ClCr) estimée est supérieure ou égale à 30 ml/minute. L’association BIC/FTC/TAF offre un schéma de prise pratique, ne nécessite pas de test de recherche préalable du HLA-B5701 et ne présente pas de restrictions en termes de prise alimentaire, de charge virale initiale ou de nombre de cellules CD4.

Dans l’étude 1489, des adultes naïfs de traitement (n = 629) ont été randomisés en aveugle dans deux bras égaux (1/1), l’un recevant l’association BIC/FTC/TAF, l’autre l’association ABC/DTG/3TC. À la semaine 96, la noninfériorité était maintenue pour la mesure du critère principal à la semaine 48, avec 87,9% (n = 276/314) des patients prenant l’association BIC/FTC/TAF et 89,8% (n = 283/315) des patients prenant l’association ABC/DTG/3TC, présentant une charge virale (ARN VIH-1) inférieure à 50 copies/ml (différence : -1,9%, IC 95% : -6,9% à 3,1%, p = 0,45). Dans la population d’analyse de la résistance, aucun des participants à l’étude randomisés dans le bras BIC/FTC/TAF n’a développé de résistance au traitement.

Aucun événement indésirable rénal entraînant une interruption du traitement et aucun cas de tubulopathie rénale proximale ou de syndrome de Fanconi n’ont été observés dans le bras BIC/FTC/TAF. La variation médiane du débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe) entre l’inclusion et la semaine 96 était significativement plus faible dans le bras BIC/FTC/TAF que dans le bras ABC/DTG/3TC (-7,8 ml/min vs -9,6 ml/min, p = 0,01). Les variations médianes de la protéinurie étaient similaires dans les deux bras. De plus, les variations moyennes (%) de la densité minérale osseuse au niveau du rachis et de la hanche, par rapport aux valeurs initiales, étaient similaires dans les bras BIC/FTC/TAF et ABC/DTG/3TC (rachis : -0,71 vs -0,22, p = 0,14 ; hanche : -1,13 vs – 1,26, p = 0,59).

L’association BIC/FTC/TAF a été bien tolérée jusqu’à la semaine 96. Les interruptions de traitement dues aux événements indésirables étaient rares dans les deux bras (0,0% : n = 0 pour l’association BIC/FTC/TAF vs 2% : n = 5 pour l’association ABC/DTG/3TC). Les événements indésirables les plus fréquemment reportés (tous grades confondus) incluaient nausées (11% pour l’association BIC/FTC/TAF vs 24% pour l’association ABC/DTG/3TC), diarrhée (15% vs 1 %) et céphalées (13% vs 16%).

« Gilead est fortement engagé dans la recherche et le développement de traitements innovants tel que Biktarvy, qui contribuent à répondre aux besoins non satisfaits des personnes vivant avec le VIH », a déclaré le Dr John McHutchison, Directeur Scientifique chez Gilead Sciences. « Cette étude vient conforter le bon profil d’efficacité et de tolérance de Biktarvy au cours de 96 semaines de traitement. Nous avons hâte de pouvoir présenter des données additionnelles démontrant l’intérêt à long terme de Biktarvy lors de prochaines conférences scientifiques. »

L’étude 1489 est en cours et restera randomisée et en aveugle pendant 144 semaines.
L’association de BIC/FTC/TAF ne guérit pas l’infection par le VIH, ni le SIDA.

Source : Gilead Sciences








MyPharma Editions

Le Fonds de dotation AbbVie Santé & Perspectives lance deux appels à projets pour 2019

Publié le 25 mars 2019
Le Fonds de dotation AbbVie Santé & Perspectives lance deux appels à projets pour 2019

AbbVie France vient de créer le fonds de dotation AbbVie Santé & Perspectives pour favoriser et soutenir l’émergence de projets concrets et de travaux de recherche, scientifique ou dans les sciences sociales, afin de développer des solutions de santé innovantes sur l’ensemble du territoire dans les aires thérapeutiques de l’hépatite C, de l’onco-hématologie, de l’immunologie et des neurosciences.

Biosynex sélectionné pour intégrer le réseau Bpifrance excellence

Publié le 22 mars 2019
Biosynex sélectionné pour intégrer le réseau Bpifrance excellence

Reconnu par BPI France pour son fort potentiel de croissance, le groupe Biosynex, qui conçoit, fabrique et distribue des Tests de Diagnostic Rapide (TDR), a été sélectionné pour intégrer le réseau Bpifrance Excellence.

AlzProtect collabore avec Parexel pour la phase 2a de l’AZP2006

Publié le 22 mars 2019
AlzProtect collabore avec Parexel pour la phase 2a de l’AZP2006

AlzProtect , société biopharmaceutique engagée dans le développement de médicaments pour le traitement de la maladie d’Alzheimer, a annoncé que Parexel Biotech, une nouvelle division de Parexel International Corporation, a été sélectionnée pour réaliser le développement clinique de phase 2a de AZP2006 pour le traitement de la paralysie supranucléaire progressive (PSP), une maladie dégénérative rare du cerveau.

Santé animale : Hervé de Cidrac nommé à la tête de Zoetis France

Publié le 22 mars 2019
Santé animale : Hervé de Cidrac nommé à la tête de Zoetis France

Zoetis, l’entreprise américaine de santé animale, a annoncé la nomination de Hervé de Cidrac au poste de Président Directeur Général de Zoetis en France. Hervé de Cidrac prendra ses fonctions chez Zoetis le 1er Avril 2019.

Deinove reçoit 1,5 m€ de Bpifrance pour la 1ère étape du programme AGIR

Publié le 22 mars 2019
Deinove reçoit 1,5 m€ de Bpifrance pour la 1ère étape du programme AGIR

La société de biotechnologie française Deinove a annoncé avoir franchi avec succès la première étape clé du programme AGIR – Antibiotiques contre les Germes Infectieux Résistants – qui bénéficie du soutien du Programme d’Investissements d’Avenir. Ce passage d’étape a déclenché le paiement de 1,5 m€ à Deinove.

Maladies métaboliques : Servier collabore avec des chercheurs de Harvard

Publié le 21 mars 2019
Maladies métaboliques : Servier collabore avec des chercheurs de Harvard

Le laboratoire pharmaceutique Servier s’associe avec des chercheurs de l’Université de Harvard dans une étude collaborative pour explorer une nouvelle voie dans le traitement du diabète de type 2 et de la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD, Non-Alcoholic Fatty Liver Disease).

CNRS : Jean-Luc Moullet nommé directeur général délégué à l’innovation

Publié le 21 mars 2019
CNRS : Jean-Luc Moullet nommé directeur général délégué à l’innovation

Jean-Luc Moullet a été nommé directeur général délégué à l’innovation par Antoine Petit, président-directeur général du CNRS, à compter du 18 mars 2019. Cette fonction permet de renforcer le pilotage et la coordination de l’ensemble des activités de l’organisme en matière d’innovation, de valorisation et de transfert de technologies.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions