Edition du 01-12-2021

Accueil » Médecine » Recherche

Virus de la grippe : une piste de traitement inédite

Publié le mercredi 5 décembre 2012

Des chercheurs de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et de l’Inra, viennent de montrer l’action thérapeutique d’une molécule maitrisant les effets délétères de la réponse immunitaire et de l’inflammation dans le poumon suite à une infection par le virus de la grippe. Cette molécule cible directement les cellules de l’hôte infecté, et non le virus, ce qui permet à l’organisme de se défendre efficacement sans encourager la sélection de virus résistants à ce type de traitement. Cette découverte, publiée le 3 décembre 2012 dans Journal of Clinical Investigation, pourrait permettre le développement d’un traitement symptomatique efficace contre les virus de la grippe (dont H5N1 hautement pathogène et H1N1 pandémique) indépendamment de leur degré de virulence ou de leur capacité épidémique.

La grippe est une maladie contagieuse qui engendre des épidémies saisonnières voire des pandémies sporadiques chez l’homme et l’animal. Elle constitue un problème majeur de santé publique à l’échelle de la planète. En France, la grippe touche chaque hiver plusieurs millions de personnes, et on estime que près de 500 000 personnes en meurent chaque année dans le monde. Au-delà du coût sanitaire que représentent les épidémies de grippe (plusieurs centaines de millions d’euros en France pour une épidémie moyenne), l’émergence de souches résistantes aux traitements antiviraux actuels constitue un réel défi pour la recherche. L’émergence de ces virus résistants est essentiellement dû au fait que les traitements commercialisés ciblent des protéines du virus.

Afin de contourner ce problème, les chercheurs de l’Université Claude Bernard Lyon 1 et de l’Inra, en collaboration avec des équipes de recherche internationales ont développé une stratégie qui cible la cellule de l’hôte et non le virus. Parmi les différents types de grippes, les virus de type A (IAV) sont parmi les plus fréquents et les plus virulents, notamment responsables des épidémies saisonnières. Or, les modalités de pathogénicité de l’IAV ne sont à ce jour pas complètement élucidées. Cela implique à la fois des caractéristiques virales et la réponse immunitaire de l’hôte. Les deux composantes innées et adaptatives du système immunitaire sont activées peu de temps après l’infection virale, ce qui fournit une ligne de défense efficace contre l’IAV. Cependant, l’inflammation excessive qui s’en suit peut entraîner des troubles pulmonaires graves qui limitent la capacité respiratoire et qui pourraient expliquer la pathogénicité du virus chez l’homme.

Les scientifiques ont observé que chez des souris infectées par le virus, une protéine appelée PAR1 était responsable d’une cascade d’événements qui conduit à cette inflammation. Lorsque cette protéine est déficiente, l’animal s’avère plus résistant à l’infection par la grippe. Ils ont alors administré une molécule antagoniste de cette protéine à des souris infectées, et ont remarqué qu’elles survivaient à une infection qui autrement, leur aurait été fatale. Cette molécule maîtrise l’impact du virus sur l’inflammation du poumon. Aussi, l’administration de cet antagoniste fonctionne également 48 à 72 heures après inoculation du virus.

De manière plus remarquable, les chercheurs ont montré que cette stratégie de ciblage de la cellule hôte est aussi très efficace indépendamment de la souche de virus influenza. En effet, elle a prouvé son efficacité, chez l’animal, avec des virus de sous-type H1N1, H3N2 (virus retrouvés lors de la grippe saisonnière), des virus H5N1 hautement pathogènes ainsi que des virus pandémiques H1N1 qui sont devenus résistant à l’oseltamivir (Tamiflu). Cette étude confirme que la conception d’un traitement alternatif aux anti-viraux actuels et limitant l’émergence de virus résistants à ce traitement est possible.

Des molécules antagonistes de PAR1 sont actuellement en phase III d’essai clinique pour d’autres applications potentielles. Compte tenu que les effets, notamment secondaires, de cette molécule sont désormais connus, le développement d’un nouveau traitement contre la grippe devrait être d’autant plus rapide. Une stratégie favorisant l’action ciblée sur la réponse immunitaire de l’hôte plutôt que sur le virus lui-même représente une piste de traitement inédite face aux virus résistant aux traitements actuels ou aux virus fortement pathogènes.

Référence :

Khaled Khoufache*, Fatma Berri*, Wolfgang Nacken, Annette B. Vogel, Marie Delenne, Eric Camerer, Shaun R. Coughlin, Peter Carmeliet, Bruno Lina, Guus F. Rimmelzwaan, Oliver Planz, Stephan Ludwig, and Béatrice Riteau. PAR1 contributes to influenza A virus pathogenicity in mice. The Journal of Clinical Investigation, 3 décembre 2012. doi:10.1172/JCI61667
*co-premiers auteurs

Source : INRA








MyPharma Editions

Sanofi va acquérir Origimm Biotechnology

Publié le 1 décembre 2021
Sanofi va acquérir Origimm Biotechnology

Sanofi a annoncé la signature d’un accord portant sur l’acquisition d’Origimm Biotechnology GmbH, une entreprise de biotechnologie autrichienne à capitaux privés, spécialisée dans la découverte de composants virulents du microbiote cutané et le développement d’antigènes issus de bactéries à l’origine de maladies de la peau, comme l’acné.

AB Science : recrutement du 1er patient dans l’étude de phase 2 évaluant l’activité antivirale du masitinib contre le virus SARS-CoV-2

Publié le 30 novembre 2021
AB Science : recrutement du 1er patient dans l'étude de phase 2 évaluant l'activité antivirale du masitinib contre le virus SARS-CoV-2

AB Science a annoncé le recrutement du premier patient dans l’étude de phase 2 évaluant l’activité antivirale du masitinib chez les patients ayant un diagnostic confirmé de COVID-19.

Pherecydes Pharma renforce sa propriété intellectuelle avec le premier brevet accordé pour ses phages anti-Staphylococcus aureus en Israël

Publié le 30 novembre 2021
Pherecydes Pharma renforce sa propriété intellectuelle avec le premier brevet accordé pour ses phages anti-Staphylococcus aureus en Israël

Pherecydes Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie de précision destinée à traiter les infections bactériennes résistantes et/ou compliquées, a annoncé l’accord de l’office israélien des brevets pour la délivrance d’un brevet pour ses phages anti-Staphylococcus aureus et fait un point sur le calendrier de développement de ces phages.

Erytech obtient un brevet aux Etats-Unis pour l’utilisation de la méthioninase suivie de l’asparaginase dans les tumeurs solides

Publié le 30 novembre 2021
Erytech obtient un brevet aux Etats-Unis pour l’utilisation de la méthioninase suivie de l’asparaginase dans les tumeurs solides

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges (GR), a annoncé l’obtention du brevet américain 11,141,468, relatif aux traitements de tumeurs solides par l’administration de méthioninase et d’asparaginase. Le portefeuille de propriété intellectuelle d’Erytech comprend désormais au total 16 familles de brevets mondiales incluant plus de 310 brevets et 45 dépôts.

Sanofi et BioLabs Global annoncent un nouveau partenariat stratégique en France

Publié le 29 novembre 2021
Sanofi et BioLabs Global annoncent un nouveau partenariat stratégique en France

Sanofi vient d’annoncer un nouveau partenariat stratégique pluriannuel avec BioLabs Global, un réseau d’incubateurs ouvert aux start-ups à haut potentiel acteurs dans la santé et implantées dans des écosystèmes d’innovation majeurs en Europe.

Lysogene obtient un financement non dilutif de 4,3 millions d’euros de Bpifrance pour accompagner son développement

Publié le 29 novembre 2021
Lysogene obtient un financement non dilutif de 4,3 millions d’euros de Bpifrance pour accompagner son développement

Lysogene, société biopharmaceutique de phase 3 s’appuyant sur une plateforme technologique de thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé avoir obtenu un financement non dilutif de 4,3 millions d’euros de la part de Bpifrance.

Bone Therapeutics et Link Health signent un accord non-contractuel pour les droits mondiaux d’ALLOB

Publié le 29 novembre 2021
Bone Therapeutics et Link Health signent un accord non-contractuel pour les droits mondiaux d’ALLOB

Bone Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie et dans d’autres pathologies, et Link Health ont annoncé la signature d’un accord non contractuel portant sur les droits mondiaux d’ALLOB, la thérapie osseuse allogénique de Bone Therapeutics. Bone Therapeutics et Link Health entendent, sous réserve de la réalisation des conditions préalables habituelles, conclure et exécuter l’accord final d’ici la fin 2021.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents