Edition du 06-12-2022

Abivax : des résultats positifs pour son étude de phase 2a ABX464-005 sur l’infection par le VIH

Publié le mardi 3 juillet 2018

Abivax : des résultats positifs pour son étude de phase 2a ABX464-005 sur l'infection par le VIHAbivax, société de biotechnologie innovante ciblant le système immunitaire pour développer des traitements contre des maladies virales et inflammatoires ainsi que le cancer, a annoncé aujourd’hui des résultats positifs pour la deuxième cohorte de l’étude ABX464-005 de phase 2a sur l’infection à VIH. Les résultats et cette communication ont été discutés avec le Conseil Scientifique d’Abivax avant leur publication.

L’étude ABX464-005, essai clinique de Phase 2a, vise à étudier les effets d’ABX464 sur l’ADN du VIH (réservoirs) dans le sang et dans les tissus rectaux chez des patients atteints du VIH et immunodéprimés/déprimés.

L’étude a été menée à l’Hôpital Universitaire Trias i Pujol de Badalona (Barcelone, Espagne). Dans le cadre de la première cohorte de l’étude ABX464-005, 9 patients ont été traités par ABX464 avec des doses quotidiennes de 150 mg administrées pendant 28 jours. Huit patients sur neuf ont présenté, entre le jour 0 et le jour 28, une diminution de la quantité d’ADN du VIH contenu dans les lymphocytes T CD4+ du sang périphérique (allant jusqu’à 52%).

Dans la deuxième cohorte, un tiers de la dose ABX464 initialement utilisée lors de la première cohorte (soit 50 mg/jour) a été administrée à 12 patients sur une période de 3 mois. L’objectif était d’évaluer le potentiel de cette dose limitée à réduire le réservoir de VIH dans le sang et dans les tissus. A partir des données disponibles de la semaine 12 (huit patients ont pleinement terminé l’étude à ce stade), quatre patients ont montré une réduction pouvant aller de 2% à 85% de l’ADN VIH total dans les lymphocytes T CD4 + du sang périphérique. Les quatres autres patients ont, quant à eux, montrés une augmentation de l’ADN du VIH (5% à 36%).

Pour la première fois, des données ont pu être extraites et analysées à partir de biopsies de tissus rectaux. De façon spécifique, quatre des patients ont montré une réduction de l’ADN du VIH (16% à 71%) dans les cellules T CD45+ du tissu rectal, et quatre patients ont vu l’ADN du VIH augmenter au sein ces mêmes cellules (14% à 123%).

Les données complètes de cette cohorte seront présentées lors de prochaines conférences scientifiques.

« Ces résultats montrent, pour la première fois, qu’ABX464 a la capacité de réduire l’ADN du VIH dans les réservoirs contenus dans le sang et les tissus rectaux », a déclaré le Dr Jean-Marc Steens, Directeur Médical d’Abivax. « Cette durée de traitement plus longue avec ABX464 à 12 semaines s’est avérée sûre, généralement bien tolérée et permet une administration prolongée ».

«Les données de la deuxième cohorte de patients pour l’étude ABX464-005 sont aussi importantes qu’encourageantes», a déclaré Ian McGowan, professeur de médecine à l’École de médecine de l’Université de Pittsburgh et président du Conseil Scientifique d’Abivax. « Les résultats de l’étude démontrent que certains patients infectés par le VIH et recevant 50 mg de ABX464 présentaient une diminution significative d’ADN du VIH contenu dans le réservoir. D’autres études identifieront les caractéristiques des patients les plus susceptibles de bénéficier d’ABX464, que ce soit dans le cadre de différents schémas posologiques, d’administation seule ou encore en parallèle d’autres stratégies de guérison du VIH ».

Le professeur Hartmut Ehrlich, Directeur Général d’Abivax, a commenté: « Il est gratifiant de voir la justification scientifique d’ABX464 transparaitre dans ces données. Elle viennent notamment soutenir les plans de la société pour les études de phase 2b, tout en nous rapprochant un peu plus de l’élaboration d’une thérapie anti-VIH ».

Le mécanisme moléculaire d’ABX464 lui a permis de devenir un candidat thérapeutique capable de réduire le réservoir de VIH chez les patients infectés. Des données récentes apportent une nouvelle lumière sur son mécanisme d’action et la présentation « ABX464, by binding the CBC 80/20 complex, enhances pre-mRNA splicing, resulting in the generation of novel HIV-derived RNA species and in increased expression of the anti-inflammatory miR124 » a été acceptée en tant qu’abstract de dernière minute à la Conférence AIDS2018, qui se tiendra à Amsterdam du 23 au 27 juillet.

Le recrutement de patients pour l’étude clinique ABX464 de phase 2a dans la colite ulcéreuse est terminé et les derniers patients ont eu leur dernière visite médicale ce mois-ci. Les premiers résultats sont attendus pour automne 2018.

Source : Abivax








MyPharma Editions

GSK France : le Comité de Direction se renouvelle avec 3 nominations depuis la rentrée de septembre

Publié le 5 décembre 2022
GSK France : le Comité de Direction se renouvelle avec 3 nominations depuis la rentrée de septembre

Avec l’intégration de 3 nouveaux membres depuis le mois de septembre – Rachida Saraka, Sara Leclerc et Jean-Marie Cotro – le Comité de Direction de GSK France compte aujourd’hui 14 membres, dont 8 femmes et 6 hommes.

Biogen : l’EMA va examiner la demande d’AMM de tofersen dans le traitement d’une forme génétique rare de SLA 

Publié le 5 décembre 2022
Biogen : l’EMA va examiner la demande d’AMM de tofersen dans le traitement d’une forme génétique rare de SLA 

Biogen annonce que l’Agence européenne du médicament (EMA) a accepté d’examiner la demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) de tofersen, candidat médicament pour le traitement chez l’adulte de la sclérose latérale amyotrophique (SLA) liée au gène SOD1 (superoxide dismutase 1). La SLA- SOD1 est une maladie progressive dont l’issue toujours mortelle touche moins d’un millier de personnes en Europe.2 Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement pour les personnes atteintes de SLA-SOD1.3

Chikungunya : Valneva annonce des données positives à 12 mois sur la persistance des anticorps avec son candidat vaccin à injection unique

Publié le 5 décembre 2022

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé aujourd’hui des données positives sur la persistance des anticorps douze mois après la vaccination avec une seule dose de son candidat vaccin contre le chikungunya, VLA1553.

Shaker : un tremplin scientifique et entrepreneurial pour les bio-innovateurs

Publié le 2 décembre 2022
Shaker : un tremplin scientifique et entrepreneurial pour les bio-innovateurs

Genopole, biocluster qui regroupe 77 entreprises de biotechnologies et 19 laboratoires académiques, lance un appel à candidatures pour son programme Shaker, tremplin pour les porteurs d’innovations biotech accueillis dès l’idée pour valider scientifiquement leur projet et le transformer en startup. 

Lancement de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé

Publié le 2 décembre 2022
Lancement de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé

Quest for change, réseau de cinq incubateurs d’excellence (Innovact, Quai Alpha, Rimbaud’Tech, SEMIA et The Pool) labellisés par la région, implanté sur six territoires du Grand Est, vient d’annoncer la création de Quest for health, l’incubateur du Grand Est dédié aux start-up santé. Il bénéficie de l’appui et du soutien de nombreux partenaires institutionnels en France, en Suisse, en Allemagne et à Boston (Etats-Unis), ainsi que de l’écosystème de l’innovation du Grand Est, avec en premier lieu BioValley France et SATT Conectus, partenaires du Consortium DeepEst.

Livraison de médicaments à domicile : Sanofi apporte 1 million d’euros à Livmed’s, la start-up FrenchTech

Publié le 1 décembre 2022

Sanofi vient d’annoncer sa participation comme investisseur principal à la deuxième levée de fonds de Livmed’s, à hauteur de 1 million d’euros. Start-up de la FrenchTech accompagnée par l’accélérateur Future4care, Livmed’s a conçu et développé une application mobile de service de livraison de médicaments et produits de santé pour les patients à domicile 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Maladie de Lyme: Valneva et Pfizer annoncent des données à six mois sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes avec leur candidat vaccin

Publié le 1 décembre 2022
Maladie de Lyme: Valneva et Pfizer annoncent des données à six mois sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes avec leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva ont annoncé aujourd’hui des données sur la persistance des anticorps chez les enfants et les adultes six mois après une vaccination avec trois doses (aux mois 0, 2 et 6) ou deux doses (aux mois 0 et 6) de leur candidat vaccin contre la maladie de Lyme, VLA15. Ces données sont les premières obtenues sur la persistance des anticorps dans des populations pédiatriques pour ce candidat vaccin.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents