Edition du 15-01-2021

Allergies alimentaires chez l’enfant : les hospitalisations multipliées par sept en dix ans

Publié le lundi 18 juin 2012

L’Académie Européenne d’Allergie et d’Immunologie Clinique (EAACI) a lancé aujourd’hui sa campagne sur les allergies alimentaires. L’objectif de la campagne est de renforcer la prise de conscience sur la forte augmentation de l’anaphylaxie chez les enfants, une réaction allergique sérieuse et potentiellement mortelle. Elle vise à éduquer le public afin qu’il reconnaisse les symptômes et les déclencheurs et apprenne à utiliser un stylo d’adrénaline.

« Le premier élément de cette campagne est le lancement du document sur les Standards minimums internationaux pour l’enfant allergique à l’école, qui établit des exigences minimales pour la sécurité des enfants allergiques à l’école. Un tiers des réactions allergiques potentiellement mortelles se produisent à l’école où les enfants sont exposés à un environnement composé d’aliments nouveaux et courent le risquent de se retrouver au contact d’aliments déclencheurs. Notre objectif est d’établir des standards et de préparer à la publication la version pour les patients des Standards minimums internationaux pour l’enfant allergique à l’école d’ici les prochains mois », a annoncé le professeur Cezmi Akdis, président de l’EAACI.

Plus de 17 millions de personnes en Europe souffrent d’allergies alimentaires, dont 3,5 millions sont âgées de moins de 25 ans. La plus forte progression a été enregistrée chez les enfants et les jeunes adultes, particulièrement pour les réactions allergiques potentiellement mortelles chez les enfants. Le nombre d’hospitalisations pour des réactions allergiques sévères chez les enfants a été multiplié par sept les dix dernières années.

En Europe continentale, les allergies alimentaires les plus courantes chez les enfants sont l’oeuf, le lait de vaches et les noix, alors que chez les adultes ce sont les fruits frais, les noix et les légumes. Au Royaume-Uni, le plus grand danger est représenté par les noix, les noisettes et les cacahuètes qui provoquent 50% des réactions allergiques potentiellement mortelles.

Les allergies aux crustacés et à la morue prédominent dans les pays scandinaves et en Europe du Nord. Dans toute l’Europe, les allergies alimentaires sont la première cause d’anaphylaxie chez les enfants âgés de 0 à 14 ans.

Allergies alimentaires ou intolérances alimentaires

La campagne vise également à apprendre les différences entre intolérances alimentaires et allergies alimentaires. Les intolérances alimentaires n’impliquent pas directement le système immunitaire et donc elles ne peuvent être diagnostiquées avec des tests allergiques. L’intolérance au lactose est une hypersensibilité non-allergique et les réactions aux additifs alimentaires ne sont souvent pas d’origine allergique. D’une manière générale, les symptômes d’une hypersensibilité non-allergique sont moins forts et représentent donc rarement une réaction potentiellement mortelle.

L’objectif et d’améliorer l’étiquetage des aliments et de renforcer l’accès aux traitements contre l’anaphylaxie

La Campagne de l’EAACI contre les Allergies Alimentaires va également travailler avec les autorités européennes pour améliorer l’étiquetage des aliments et pour faciliter l’accès aux traitements de secours contre l’anaphylaxie.

Certains aliments ont l’indication « peut contenir des cacahuètes » ou « peut contenir du lait ». Cet étiquetage n’est pas réglementé et est utilisé à l’initiative de l’industrie alimentaire. Mais les producteurs utilisent des critères différents pour ce genre d’étiquetage. Les indications existantes représentent des niveaux de contamination différents et donc des niveaux de risques différents.

Le lancement est soutenu par une campagne d’affichage et sur internet, qui va être lancée lors du Congrès EAACI 2012 à Genève et sur www.stopanaphylaxis.com et sera étalée sur l’ensemble de l’année. Une annonce montre un enfant s’apprêtant à manger un aliment, afin de souligner le fait que « Des moments de douceurs peuvent mettre sa vie en danger ». L’annonce inclut un test anaphylaxique pour identifier rapidement « si vous même ou vos proches courent un risque ». Les documents de la campagne peuvent être téléchargés sur http://www.stopanaphylaxis.com/.

Source : EAACI








MyPharma Editions

DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

Publié le 15 janvier 2021
DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

DBV Technologies a annoncé la réception de réponses écrites de la part de la Food and Drug Administration (FDA) américaine aux questions figurant dans la demande de réunion de type A que la société a présenté en octobre 2020. La demande de réunion de type A a été formulée suite à la réception par la société d’une Lettre de Réponse Complète (CRL) en lien avec sa demande de licence de produits biologiques (BLA) pour Viaskin™ Peanut (DBV712), un patch épicutané expérimental, non invasif, à prise quotidienne unique, visant à traiter l’allergie aux arachides chez les enfants âgés de 4 à 11 ans.

Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Publié le 15 janvier 2021
Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé le recrutement du premier patient dans une étude clinique de phase 1, nommée rESPECT, conduite par un investigateur (IST), avec son produit phare, eryaspase, dans le traitement en première ligne du cancer du pancréas.

Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Publié le 15 janvier 2021
Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Biogen, entreprise pionnière en neurosciences, a annoncé une nouvelle étude en ligne, en collaboration avec Apple, pour étudier comment mieux surveiller ses capacités cognitives et dépister tout déclin cognitif, y compris l’apparition de troubles cognitifs légers (TCL), grâce à son Iphone ou son Apple Watch.

Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Publié le 15 janvier 2021
Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé la nomination de Gaëlle Stadtler au poste de Directrice des Ressources Humaines. Gaëlle rejoint le Comité de Direction et rapportera directement à Hedi Ben Brahim, Président-Directeur général de Transgene.

Thérapie cellulaire : Bone Therapeutics et Rigenerand signent un partenariat

Publié le 14 janvier 2021
Thérapie cellulaire : Bone Therapeutics et Rigenerand signent un partenariat

Bone Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires innovantes répondant aux besoins médicaux non satisfaits en orthopédie et dans d’autres pathologies graves, et Rigenerand, société de biotech qui développe et fabrique des produits médicinaux pour des applications dans la thérapie cellulaire, principalement en médecine régénérative et en oncologie, ont annoncé la signature d’un premier accord pour un partenariat de développement de processus.

Sanofi investit plus de 60 millions d’euros sur son site de Sisteron

Publié le 14 janvier 2021
Sanofi investit plus de 60 millions d’euros sur son site de Sisteron

Sanofi a annoncé un investissement de plus de 60 millions dans une Unité de Lancement de Petits Volumes (ULPV) sur son site de Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence, région Provence-Alpes-Côte d’Azur). Sanofi va ainsi créer un nouveau centre d’Accélération des Lancements et d’Innovation dans le domaine de la chimie destiné à anticiper le lancement des nouveaux principes actifs pharmaceutiques.

COVID-19 : Valneva en discussions avancées avec la Commission Européenne pour fournir jusqu’à 60 millions de doses de son candidat vaccin inactivé

Publié le 13 janvier 2021
COVID-19 : Valneva en discussions avancées avec la Commission Européenne pour fournir jusqu’à 60 millions de doses de son candidat vaccin inactivé

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre les maladies infectieuses générant d’importants besoins médicaux, a annoncé aujourd’hui être en discussions avancées avec la Commission Européenne (EC) pour la fourniture d’un maximum de 60 millions de doses de son candidat vaccin contre la COVID-19, VLA2001. VLA2001 est actuellement le seul candidat vaccin à virus inactivé contre la COVID-19 en développement clinique en Europe.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents