Edition du 30-11-2022

Assurance-maladie: à quelle sauce les laboratoires pharmaceutiques seront-ils mangés?

Publié le lundi 28 septembre 2009

Assurance-maladie: à quelle sauce les laboratoires pharmaceutiques seront-ils mangés?Le LIR (l’association des « Laboratoires internationaux de recherche », qui regroupe les principaux laboratoires pharmaceutiques étrangers en France) n’est pas disposé à « passer à la caisse ». Le prochain PLFSS (projet de loi de financement de la Sécurité Sociale) doit en effet être adopté le 14 octobre en Conseil des ministres.

 Les mesures de financement sont donc en cours d’arbitrage et les industriels du LIR n’ont pas l’intention de se laisser « plumer » pour renflouer la trésorerie de l’assurance maladie. Une habitude en effet populaire mais pas aussi pertinente qu’il y paraît.

Dans un entretien accordé au Quotidien du Médecin du lundi 28 septembre, le président du LIR , Dominique Amory (également président de Lilly France), estime que « depuis quatre ou cinq ans, l’industrie a déjà largement contribué aux efforts financiers en vue de redresser les comptes de l’assurance-maladie ». De 2005 à 2007, les économies sur le médicament ont rapporté plus de 3 milliards d’euros à l’assurance maladie, rappelle-t-il. « Et l’année 2008 a encore obligé ce secteur à mettre la main au porte-monnaie ». Les économies réalisées l’an passé s’élèvent à quelque 875 millions d’euros. Au LIR, on juge que la taxation spécifique qui pèse sur l’industrie pharmaceutique a encore alourdi la facture de 822 millions d’euros supplémentaires.

« Ajouter des mesures nouvelles serait dangereux et inutile, estime Dominique Amory, d’autant que la santé est un des moteurs de la croissance économique. Si on taxe encore, il n’y aura plus d’argent pour la recherche ». Le patron du LIR estime que l’industrie pharmaceutique est désormais « en état de survie ». « Il n’y a qu’à regarder la multiplication des plans sociaux pour s’en rendre compte », précise-t-il.  Selon Dominique Amory, « le casus belli serait qu’on nous impose des TFR par classe thérapeutique », c’est-à-dire l’instauration d’un prix de référence par classe thérapeutique, une mesure adoptée par l’Allemagne, qui avait provoqué une levée de boucliers dans l’industrie pharmaceutique. Connu sous le nom de système « Jumbo », il consiste à rembourser à tarif unique toutes les spécialités d’une même classe thérapeutique.

De toute évidence, le patron du LIR a quelque peu brûlé la politesse au Leem (Les Entreprises du Médicament) qui regroupe la plupart des industriels du secteur pharmaceutique : le Leem pense à peu de choses près la même chose, mais n’éprouve pas le besoin de le faire savoir, au moins tant que les décisions ne sont pas à peu près arrêtées. Les industriels savent bien qu’il leur faudra encore ouvrir leur porte-monnaie, au nom de la fameuse « contribution exceptionnelle » (qui n’a plus rien d’exceptionnel) ne serait-ce que pour financer tout ou partie le plan de lutte contre la grippe A/H1N1. Le Conseil stratégique des industries de santé (CSIS) que le Leem appelait d’ailleurs de ses vœux depuis fort longtemps, dont la réunion est prévue fin octobre, ne manquera pas de sujets pour alimenter son ordre du jour. Officiellement, ce CSIS devrait annoncer des mesures de soutien à l’industrie : il est d’autant plus attendu que Nicolas Sarkozy -qui le présidera- ne s’est jamais montré avare de promesses à l’égard des industriels.

Hervé Karleskind
© HKConseils








MyPharma Editions

Sanofi : des résultats positifs de phase II/III confirment le potentiel de l’acoziborole dans le traitement de la maladie du sommeil

Publié le 30 novembre 2022
Sanofi : des résultats positifs de phase II/III confirment le potentiel de l’acoziborole dans le traitement de la maladie du sommeil

Dans un article publié dans la revue médicale The Lancet Infectious Diseases, la Drugs for Neglected Diseases initiative (DNDi) et Sanofi rapportent avoir observé des taux de succès thérapeutique allant jusqu’à 95 % dans le cadre d’une étude de phase II/III portant sur la sécurité et l’efficacité d’une dose unique d’acoziborole, un médicament expérimental qui pourrait transformer le traitement de la maladie du sommeil. Cet essai clinique a été mené par la DNDi et ses partenaires en République démocratique du Congo (RDC) et en Guinée.

Découverte de médicaments : Qubit Pharmaceuticals crée avec NVIDIA « la plateforme de calcul la plus puissante au monde »

Publié le 30 novembre 2022

Qubit Pharmaceuticals, société deeptech spécialisée dans la simulation et la modélisation moléculaire grâce à l’utilisation de la physique quantique, a annoncé la création d’une plateforme visant à accélérer la découverte de médicaments par calcul hybride, classique et quantique sur le NVIDIA Quantum Optimized Device Architecture (QODA). Qubit Pharmaceuticals exploite l’un des supers ordinateurs GPU les plus puissants en France dédié à la recherche médicale avec pour objectif de construire un portefeuille de candidats médicaments dans les domaines de l’oncologie, des maladies inflammatoires et des antiviraux.

Sensorion : désignation de médicament orphelin de la FDA pour OTOF-GT pour le traitement de la perte auditive liée au gène de l’otoferline

Publié le 30 novembre 2022
Sensorion : désignation de médicament orphelin de la FDA pour OTOF-GT pour le traitement de la perte auditive liée au gène de l’otoferline

Sensorion, société biotechnologique pionnière au stade clinique dédiée au développement de thérapies innovantes pour restaurer, traiter et prévenir les pertes d’audition, annonce que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé la désignation médicament orphelin (ODD) au programme le plus avancé de thérapie génique de la Société, OTOF-GT, une thérapie génique pour le traitement de la perte auditive liée au gène de l’otoferline.

Pherecydes Pharma : recommandation positive du DSMB pour la poursuite de son étude clinique de phase II PhagoDAIR

Publié le 30 novembre 2022
Pherecydes Pharma : recommandation positive du DSMB pour la poursuite de son étude clinique de phase II PhagoDAIR

Pherecydes Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie de précision destinée à traiter les infections bactériennes résistantes aux antibiotiques et/ou compliquées, a annoncé que la société a reçu une recommandation unanime du Data Safety Monitoring Board (DSMB), pour la poursuite sans modification de l’étude clinique de phase II PhagoDAIR dans les infections ostéoarticulaires sur prothèses causées par le Staphylococcus aureus (S. aureus).

EverImmune : le Pr Laurence Zitvogel nommé à la présidence de son conseil scientifique

Publié le 29 novembre 2022
EverImmune : le Pr Laurence Zitvogel nommé à la présidence de son conseil scientifique

EverImmune, société de biotechnologie au stade clinique spécialisée dans le développement de produits biothérapeutiques vivants comme adjuvants à l’immunothérapie du cancer, a annoncé la mise en place de son conseil scientifique, présidé par le Pr Laurence Zitvogel, co-fondatrice de la société et directrice de recherche en immuno-oncologie à l’Institut Gustave Roussy.

Genomic Vision : son application de pointe TeloSizer® mise au service de la recherche sur le cancer

Publié le 29 novembre 2022
Genomic Vision : son application de pointe TeloSizer® mise au service de la recherche sur le cancer

Genomic Vision, société de biotechnologie cotée sur Euronext qui développe des outils et des services dédiés à l’analyse et au contrôle des modifications du génome, a annoncé une collaboration avec le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), organisme public de recherche, afin de lancer un programme de recherche d’une durée de quatre ans avec le Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM) pour le développement de tests compagnons utilisant l’application TeloSizer® de Genomic Vision.

Inventiva : un nouveau brevet élargissant la protection de la propriété intellectuelle de lanifibranor aux États-Unis

Publié le 29 novembre 2022
Inventiva : un nouveau brevet élargissant la protection de la propriété intellectuelle de lanifibranor aux États-Unis

Inventiva, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement clinique de petites molécules administrées par voie orale pour le traitement de patients atteints de stéatohépatite non alcoolique (NASH) et d’autres maladies avec un besoin médical non satisfait significatif, a annoncé aujourd’hui que le United States Patent and Trademark Office (USPTO) a délivré un brevet (U.S. Patent No. 11,504,380) qui protège l’utilisation de lanifibranor pour le traitement de patients cirrhotiques dont la maladie risque de progresser du stade compensé au stade décompensé. Ce brevet expirera le 8 novembre 2039.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents