Edition du 15-11-2018

Accueil » Cancer » Et aussi » Médecine

Cancer : deux nouveaux rapports de l’INCa sur les tests de génétique

Publié le mardi 10 janvier 2012

L’INCa publie deux rapports : l’un fait la synthèse de l’activité globale 2010 des plateformes hospitalières de génétique moléculaire, l’autre se concentre sur les tests de génétique moléculaire déterminant l’accès aux thérapies ciblées. Depuis 2006, 28 plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers soutenues par l’INCa et la DGOS (Direction générale de l’offre de soins), permettent aux patients de bénéficier de tests moléculaires effectués sur leurs tumeurs, quel que soit leur lieu de prise en charge.

Ces tests visent, en identifiant d’éventuelles mutations génétiques dans les tumeurs des patients, à déterminer la possibilité pour un malade d’accéder à une thérapie ciblée, via l’identification de marqueurs spécifiques (biomarqueurs), ou à affiner le diagnostic ou établir un pronostic.

Le volume d’activité global des plateformes est en augmentation : en 2010, 278 000 tests ont été réalisés au bénéfice de 144 000 patients, contre 102 000 patients en 2009.

Parmi les 60 types de tests réalisés aujourd’hui par les plateformes de génétique moléculaire, 14 déterminent l’accès à des thérapies ciblées existantes ou en cours de développement. Les thérapies ciblées constituent des traitements « sur mesure » adaptés aux caractéristiques de la tumeur des patients. La caractérisation moléculaire de la tumeur est, à ce titre, déterminante dans le choix de la stratégie thérapeutique.

En 2010, 9 biomarqueurs conditionnaient l’emploi de 8 molécules bénéficiant d’une AMM (autorisation de mise sur le marché) dans 7 localisations tumorales dont la leucémie myéloïde chronique, le cancer du poumon, le cancer colorectal et le cancer du sein.

En 2010, 75 000 tests déterminant l’accès à ces traitements ciblés et leur suivi ont ainsi été réalisés, dont :

– 23 800 quantifications de BCR-ABL pour 11 000 patients atteints de leucémie myéloïde chronique (LMC) ;
– 16 600 examens pour la recherche de mutations de KRAS dans le cancer colorectal ;
– 16 800 examens pour la recherche de mutations d’EGFR dans le cancer du poumon.

Au total, 61 000 patients ont bénéficié de ces examens et se sont vu proposer une stratégie thérapeutique adaptée, contre 42 874 patients en 2009 et 31 965 en 2008.

L’évolution de l’activité est cependant très variable d’un marqueur à l’autre et doit être analysée au regard de l’estimation prévisionnelle des besoins à l’échelle nationale. Ainsi, la recherche des mutations activatrices de l’EGFR dans le cancer du poumon a fait l’objet d’une montée en charge importante : plus de 16 800 patients ont bénéficié de ce test en 2010 contre seulement 2667 en 2009. A l’inverse, la stabilisation du nombre de tests KRAS en 2010 était attendue et met en évidence l’atteinte d’une phase d’équilibre correspondant à la couverture des besoins sanitaires.

On constate, par ailleurs, une augmentation régulière d’une année sur l’autre pour plusieurs tests, comme la recherche de l’amplification de HER2 par hybridation in situ dans les cancers du sein ou la quantification de BCR-ABL dans les leucémies. L’augmentation du nombre de quantifications de BCR-ABL s’explique par la nécessité de réaliser un suivi régulier de ces patients qui restent sous traitement pendant plusieurs années.

Afin d’anticiper l’arrivée des nouvelles thérapies ciblées et de les rendre disponibles le plus rapidement possible, l’INCa a par ailleurs mis en place un programme de détection prospective de biomarqueurs émergents dans le cancer du poumon, le cancer colorectal et le mélanome. A cet effet, 3,5 M€ ont été alloués aux plateformes en 2010 et les premières données montrent la montée en charge de l’activité. Grâce à ce programme, les plateformes étaient déjà en mesure de réaliser la recherche de la mutation BRAFV600E dans le mélanome lorsque le vemurafenib a bénéficié, à l’été 2011, d’une ATU (autorisation temporaire d’utilisation) de cohorte pour les patients dont la tumeur porte cette mutation.

Enfin, un programme d’assurance qualité a été mis en place par l’INCa pour définir les bonnes conditions de mise en œuvre des tests moléculaires. Ceci implique notamment la mise en place d’un programme d’évaluation externe de la qualité pour les tests EGFR dans le cancer du poumon, KRAS dans le cancer colorectal et BCR-ABL dans les leucémies myéloïdes chroniques et les leucémies aiguës lymphoblastiques.

Synthèse de l’activité des plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers en 2010 (4.83 MB)
Les tests de génétique moléculaire pour l’accès aux thérapies ciblées en France en 2011 (3.48 MB)

Source : INCa








MyPharma Editions

Ipsen : feu vert européen pour Cabometyx® pour le traitement du carcinome hépatocellulaire

Publié le 15 novembre 2018
Ipsen : feu vert européen pour Cabometyx® pour le traitement du carcinome hépatocellulaire

Ipsen a annoncé aujourd’hui que la Commission Européenne (CE) a approuvé Cabometyx® (cabozantinib) 20, 40, 60 mg en monothérapie dans le traitement du carcinome hépatocellulaire (CHC) chez les adultes antérieurement traités par sorafénib. Cette décision va permettre l’accès au marché de Cabometyx® (cabozantinib) pour cette indication dans les 28 états membres de l’Union européenne, ainsi qu’en Norvège et en Islande.

Maladies rares et neurodégénératives : Servier soutient le projet de recherche d’une startup américaine

Publié le 14 novembre 2018

Le laboratoire Servier et LabCentral, célèbre incubateur américain de startups innovantes dans le domaine des sciences de la vie, ont annoncé l’attribution du Golden Ticket 2018 (Ticket d’or) à Amathus Therapeutics, une jeune pousse engagée dans le développement de nouveaux traitements pour les maladies neurodégénératives, telles que la maladie de Parkinson, et les troubles rares de stockage lysosomal.

Médicaments : 8 Français sur 10 ont confiance

Publié le 14 novembre 2018

Ipsos vient de publier les résultats de la 8e vague de l’Observatoire sociétal du médicament* du Leem. L’enquête dresse un bilan contrasté entre, d’un côté un regain de confiance dans le médicament et dans la place qu’occupent les entreprises du médicament au sein du système de santé, et d’un autre côté une détérioration des items […]

Alizé Pharma 3 : arrivée de Michael Culler au poste de Chief Scientific Officer

Publié le 14 novembre 2018
Alizé Pharma 3 : arrivée de Michael Culler au poste de Chief Scientific Officer

Alizé Pharma 3, une société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques pour le traitement de maladies endocriniennes et métaboliques rares, a annoncé aujourd’hui l’arrivée d’une personne clé dans son équipe de direction et la structuration de son portefeuille de produits pour accompagner son ambition de devenir un leader mondial dans le domaine des maladies rares.

Stallergenes Greer : feu vert de la FDA pour l’extension aux États-Unis de l’indication d’Oralair®

Publié le 14 novembre 2018
Stallergenes Greer : feu vert de la FDA pour l’extension aux États-Unis de l’indication d’Oralair®

Stallergenes Greer, société biopharmaceutique spécialisée dans le traitement des allergies respiratoires, a obtenu l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) pour l’extension aux États-Unis de l’indication thérapeutique d’Oralair® (extraits allergéniques de pollens de flouve odorante, dactyle, ivraie, pâturin des prés et fléole des prés), comprimé sublingual d’immunothérapie allergénique, aux patients âgés de cinq à neuf ans souffrant de rhinite allergique due aux pollens de graminées.

Homéopathie : 74% des utilisateurs jugent ces médicaments efficaces

Publié le 13 novembre 2018
Homéopathie : 74% des utilisateurs jugent ces médicaments efficaces

Dans un contexte médiatique actif concernant l’homéopathie, les laboratoires homéopathiques ont souhaité faire un état des lieux à date du rapport des Français aux médicaments homéopathiques. Ainsi, selon le sondage Ipsos – Weleda/Lehning/Boiron*, 74% des utilisateurs jugent les médicaments homéopathiques efficaces et 74% sont opposés à l’arrêt du remboursement des médicaments homéopathiques.

ASIT biotech franchit une étape clé dans le développement d’un nouveau médicament pour l’allergie à l’arachide

Publié le 13 novembre 2018
ASIT biotech franchit une étape clé dans le développement d’un nouveau médicament pour l’allergie à l’arachide

ASIT biotech, société biopharmaceutique belge spécialisée dans la recherche et le développement de produits d’immunothérapie innovants pour le traitement des allergies, a annoncé la finalisation de l’industrialisation du procédé de fabrication de lots cliniques de son produit candidat pnt-ASIT+™. Ceux-ci seront utilisés lors des premiers essais cliniques de phase I/II pour le traitement de patients allergiques à l’arachide.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions