Edition du 17-10-2018

Pas d’augmentation du risque de cancer avec Lantus selon une étude de la CNAMTS

Publié le mardi 24 juillet 2012

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) publie les résultats d’une étude réalisée par la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) dont « la principale conclusion est qu’il n’a pas été observé d’augmentation significative du risque de cancer avec la consommation d’insuline glargine ».

L’insuline glargine (Lantus) est notamment indiquée dans le diabète non insulinodépendant (dit de « type 2 »), lorsque celui-ci nécessite un recours à l’insuline. En 2009, la publication d’études observationnelles, évoquant un lien potentiel entre un traitement par Lantus et un risque de cancers, a amené l’Agence à placer ce médicament sous surveillance renforcée. En parallèle, elle a demandé à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) de réaliser une étude, dont le rapport final a été adressé au mois de juillet 2012 ; sa principale conclusion est qu’il n’a pas été observé d’augmentation significative du risque de cancer avec la consommation d’insuline glargine.

L’ANSM rappelle cependant que les recommandations de dépistage (1) du cancer du sein (2) et du cancer colo-rectal3 intéressent toute la population âgée de 50 ans ou plus et que, par conséquent, elles concernent la majorité des patients diabétiques de type 2, qu’ils soient ou non traités par insuline.

L’insuline glargine (Lantus) est indiquée dans le diabète de type 2 de l’adulte, de l’adolescent, et de l’enfant de plus de 6 ans. En effet, s’il est majoritairement traité par des mesures hygiénodiététiques associées à des antidiabétiques oraux, le diabète de type 2 (diabète non insulinodépendant) peut parfois nécessiter un recours à l’insulinothérapie.

En 2009, la publication de quatre études observationnelles européennes (4,5,6,7) aux résultats parfois contradictoires, a entraîné de vifs débats dans la communauté scientifique sur une possible relation entre un traitement par insuline humaine ou par analogues de l’insuline, en particulier Lantus, et le risque de survenue de tumeurs malignes chez les diabétiques de type 2.

Dans ce contexte, l’Agence a placé Lantus sous surveillance renforcée et a demandé à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) de réaliser une étude portant sur les données du Système national d’informations inter-régimes de l’assurance maladie (SNIIRAM) afin d’apporter des éléments de réponse à la question « La consommation d’insuline glargine augmente-t-elle le risque de survenue de cancer ? ». Cette étude de type cohorte historique exposés/non exposés a ainsi porté sur plus de 70 000 diabétiques de type 2 suivis en moyenne un peu moins de 3 ans. Elle a exclusivement investigué le risque de survenue de cancer lors d’un traitement par insuline basale (c’est-à-dire dont la durée d’action permet de couvrir les besoins de base de la journée) et elle n’a pas été conçue pour comparer l’insuline aux autres traitements antidiabétiques.

La CNAMTS a adressé en juillet 2012 le rapport final de cette étude à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) dont l’intégralité des résultats est disponible dans le document en lien. Les principales conclusions de cette étude de cohorte sont :

 – il n’a pas été mis en évidence, durant la période d’observation, d’association significative entre la consommation d’insuline glargine et le risque de survenue de cancers, toutes localisations confondues.

– il n’a pas non plus été mis en évidence d’accroissement significatif du risque de survenue de cancer du sein, ni pour aucune des autres localisations également étudiées (prostate, côlon/rectum, foie, rein, vessie, poumons, cavité buccale ou pharynx).

La recherche d’un éventuel sur-risque de cancer lors d’expositions prolongées à Lantus a toutefois incité l’ANSM à demander à la CNAMTS de prolonger le suivi de cette cohorte pour disposer d’un historique plus long. Les résultats portant sur un suivi supplémentaire d’un an devraient être disponibles d’ici fin 2012.

Ces résultats seront d’autre part à mettre en perspective au niveau européen avec ceux d’autres études épidémiologiques demandées par l’EMA (Agence européenne du médicament) actuellement en cours d’évaluation ou en attente de soumission.

L’ANSM rappelle cependant que les recommandations de dépistage du cancer du sein et du cancer colo-rectal concernent toute la population âgée de 50 ans ou plus et que, par conséquent, elles concernent la majorité des patients diabétiques de type 2, qu’ils soient ou non traités par insuline.

1 Arrêté du 29 septembre 2006 relatif aux programmes de dépistage. JO du 21 décembre 2006
2 HAS. Recommandations en santé publique. La participation au dépistage du cancer du sein des femmes de 50 à 74 ans en France. Novembre 2011
3 HAS. Rapport d’orientation. Place des tests immunologiques de recherche de sang occulte dans les selles (iFOBT) dans le programme de dépistage organisé du cancer colorectal en France. Décembre 2008
4 Hemkens LG, Grouven U, Bender R et al. Risk of malignancies in patients with diabetes treated with human insulin or insulin analogues: a cohort study. Diabetologia 2009;52:1732-4
5 Colhoun HM; SDRN Epidemiology Group. Use of insulin glargine and cancer incidence in Scotland: a study from the Scottish Diabetes Research Network Epidemiology Group. Diabetologia 2009;52:1755-65
6 Currie CJ, Poole CD, Gale EA. The influence of glucose-lowering therapies on cancer risk in type 2 diabetes. Diabetologia 2009;52:1766-77
7 Jonasson JM, Ljung R, Talbäck M, Haglund B, Gudbjörnsdòttir S, Steineck G. Insulin glargine use and short-term incidence of malignancies-a population-based follow-up study in Sweden. Diabetologia 2009;52:1745-54 ANSM – Juillet 2012

La consommation d’insuline glargine augmente-t-elle le risque de survenue de cancer ? – Étude de cohorte sur 70 000 personnes réalisée à partir du SNIIRAM – Rapport CNAM (23/07/2012)

Source : Ansm








MyPharma Editions

Theranexus prévoit de renforcer son pipeline de phase 2 avec un troisième programme

Publié le 17 octobre 2018
Theranexus prévoit de renforcer son pipeline de phase 2 avec un troisième programme

À l’occasion de la Journée Mondiale contre la Douleur, Theranexus, société biopharmaceutique innovante dans le traitement des maladies neurologiques et pionnière dans le développement de candidats médicaments agissant sur l’interaction entre neurones et cellules gliales, annonce son objectif de lancer au premier semestre 2019 une étude clinique de phase 2 dans le traitement des douleurs neuropathiques avec son candidat médicament THN 101.

GeNeuro confirme le potentiel de nouveaux anticorps ciblant les HERV-K dans la maladie de Charcot

Publié le 17 octobre 2018
GeNeuro confirme le potentiel de nouveaux anticorps ciblant les HERV-K dans la maladie de Charcot

GeNeuro, a annoncé, suite aux données positives résultant de sa collaboration avec le NINDS, un organisme faisant partie du NIH (National Institutes of Health) aux États-Unis, sur des modèles précliniques de sclérose latérale amyotrophique (SLA), que la société a signé une licence exclusive mondiale portant sur un programme de développement d’anticorps bloquant l’activité des pHERV-K Env, une protéine d’enveloppe rétrovirale codée par un membre pathogène de la famille des rétrovirus endogènes humains HERV-K, jouant potentiellement un rôle clé dans la pathogénie de la SLA.

Sarepta et Lysogene signent un accord de licence exclusif pour la thérapie génique LYS-SAF302

Publié le 17 octobre 2018
Sarepta et Lysogene signent un accord de licence exclusif pour la thérapie génique LYS-SAF302

Sarepta Therapeutics, une société américaine leader dans la médecine de précision génétique pour traiter des maladies rares, a annoncé la signature d’un accord de licence avec Lysogene, une société biopharmaceutique pionnière spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), pour développer LYS-SAF302, une thérapie génique visant à traiter la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA).

Nanobiotix reçoit un versement initial de 16 millions d’euros au titre du prêt accordé par la BEI

Publié le 16 octobre 2018
Nanobiotix reçoit un versement initial de 16 millions d’euros au titre du prêt accordé par la BEI

Nanobiotix, société française pionnière en nanomédecine développant de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement du cancer, a annoncé avoir reçu le versement d’un montant initial de 16 millions d’euros au titre du prêt non-dilutif conclu avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI) annoncé le 26 juillet 2018.

Le Pr Michel Sadelain, Lauréat du Prix Pasteur-Weizmann / Servier 2018

Publié le 16 octobre 2018
Le Pr Michel Sadelain, Lauréat du Prix Pasteur-Weizmann / Servier 2018

Le prix Pasteur-Weizmann / Servier 2018* a été attribué le 16 octobre 2018 au Professeur Michel Sadelain, Directeur du centre d’ingénierie cellulaire au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center (New York).

Oncodesign : des résultats de l’étude clinique du radiotraceur 18F-ODS2004436 dans le cancer du poumon

Publié le 16 octobre 2018
Oncodesign : des résultats de l’étude clinique du radiotraceur 18F-ODS2004436 dans le cancer du poumon

Oncodesign et le Centre Georges François Leclerc (CGFL), centre de lutte contre le cancer de Bourgogne, ont annoncé aujourd’hui la présentation des résultats détaillés des deux premières étapes de leur étude clinique dans le cancer du poumon à l’occasion de la 31e édition de l’EANM1 qui se tient du 13 au 17 Octobre 2018 à Düsseldorf en Allemagne.

Inventiva annonce la dernière visite du dernier patient pour son étude de Phase IIb dans la SSc

Publié le 16 octobre 2018
Inventiva annonce la dernière visite du dernier patient pour son étude de Phase IIb dans la SSc

Inventiva, société biopharmaceutique qui développe des traitements innovants pour la stéatohépatite non alcoolique (NASH), la sclérodermie systémique (SSc) et les mucopolysaccharidoses (MPS), a annoncé la dernière visite du dernier patient inclus dans l’étude de Phase IIb FASST (For A Systemic Sclerosis Treatment), ainsi que la deuxième analyse positive du Data Safety Monitoring Board (DSMB) concernant son étude de Phase IIb NATIVE (NASH Trial to Validate IVA337 Efficacy), ces deux études étant menées avec le lanifibranor.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions