Edition du 23-01-2021

Pas d’augmentation du risque de cancer avec Lantus selon une étude de la CNAMTS

Publié le mardi 24 juillet 2012

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) publie les résultats d’une étude réalisée par la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) dont « la principale conclusion est qu’il n’a pas été observé d’augmentation significative du risque de cancer avec la consommation d’insuline glargine ».

L’insuline glargine (Lantus) est notamment indiquée dans le diabète non insulinodépendant (dit de « type 2 »), lorsque celui-ci nécessite un recours à l’insuline. En 2009, la publication d’études observationnelles, évoquant un lien potentiel entre un traitement par Lantus et un risque de cancers, a amené l’Agence à placer ce médicament sous surveillance renforcée. En parallèle, elle a demandé à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) de réaliser une étude, dont le rapport final a été adressé au mois de juillet 2012 ; sa principale conclusion est qu’il n’a pas été observé d’augmentation significative du risque de cancer avec la consommation d’insuline glargine.

L’ANSM rappelle cependant que les recommandations de dépistage (1) du cancer du sein (2) et du cancer colo-rectal3 intéressent toute la population âgée de 50 ans ou plus et que, par conséquent, elles concernent la majorité des patients diabétiques de type 2, qu’ils soient ou non traités par insuline.

L’insuline glargine (Lantus) est indiquée dans le diabète de type 2 de l’adulte, de l’adolescent, et de l’enfant de plus de 6 ans. En effet, s’il est majoritairement traité par des mesures hygiénodiététiques associées à des antidiabétiques oraux, le diabète de type 2 (diabète non insulinodépendant) peut parfois nécessiter un recours à l’insulinothérapie.

En 2009, la publication de quatre études observationnelles européennes (4,5,6,7) aux résultats parfois contradictoires, a entraîné de vifs débats dans la communauté scientifique sur une possible relation entre un traitement par insuline humaine ou par analogues de l’insuline, en particulier Lantus, et le risque de survenue de tumeurs malignes chez les diabétiques de type 2.

Dans ce contexte, l’Agence a placé Lantus sous surveillance renforcée et a demandé à la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés (CNAMTS) de réaliser une étude portant sur les données du Système national d’informations inter-régimes de l’assurance maladie (SNIIRAM) afin d’apporter des éléments de réponse à la question « La consommation d’insuline glargine augmente-t-elle le risque de survenue de cancer ? ». Cette étude de type cohorte historique exposés/non exposés a ainsi porté sur plus de 70 000 diabétiques de type 2 suivis en moyenne un peu moins de 3 ans. Elle a exclusivement investigué le risque de survenue de cancer lors d’un traitement par insuline basale (c’est-à-dire dont la durée d’action permet de couvrir les besoins de base de la journée) et elle n’a pas été conçue pour comparer l’insuline aux autres traitements antidiabétiques.

La CNAMTS a adressé en juillet 2012 le rapport final de cette étude à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) dont l’intégralité des résultats est disponible dans le document en lien. Les principales conclusions de cette étude de cohorte sont :

 – il n’a pas été mis en évidence, durant la période d’observation, d’association significative entre la consommation d’insuline glargine et le risque de survenue de cancers, toutes localisations confondues.

– il n’a pas non plus été mis en évidence d’accroissement significatif du risque de survenue de cancer du sein, ni pour aucune des autres localisations également étudiées (prostate, côlon/rectum, foie, rein, vessie, poumons, cavité buccale ou pharynx).

La recherche d’un éventuel sur-risque de cancer lors d’expositions prolongées à Lantus a toutefois incité l’ANSM à demander à la CNAMTS de prolonger le suivi de cette cohorte pour disposer d’un historique plus long. Les résultats portant sur un suivi supplémentaire d’un an devraient être disponibles d’ici fin 2012.

Ces résultats seront d’autre part à mettre en perspective au niveau européen avec ceux d’autres études épidémiologiques demandées par l’EMA (Agence européenne du médicament) actuellement en cours d’évaluation ou en attente de soumission.

L’ANSM rappelle cependant que les recommandations de dépistage du cancer du sein et du cancer colo-rectal concernent toute la population âgée de 50 ans ou plus et que, par conséquent, elles concernent la majorité des patients diabétiques de type 2, qu’ils soient ou non traités par insuline.

1 Arrêté du 29 septembre 2006 relatif aux programmes de dépistage. JO du 21 décembre 2006
2 HAS. Recommandations en santé publique. La participation au dépistage du cancer du sein des femmes de 50 à 74 ans en France. Novembre 2011
3 HAS. Rapport d’orientation. Place des tests immunologiques de recherche de sang occulte dans les selles (iFOBT) dans le programme de dépistage organisé du cancer colorectal en France. Décembre 2008
4 Hemkens LG, Grouven U, Bender R et al. Risk of malignancies in patients with diabetes treated with human insulin or insulin analogues: a cohort study. Diabetologia 2009;52:1732-4
5 Colhoun HM; SDRN Epidemiology Group. Use of insulin glargine and cancer incidence in Scotland: a study from the Scottish Diabetes Research Network Epidemiology Group. Diabetologia 2009;52:1755-65
6 Currie CJ, Poole CD, Gale EA. The influence of glucose-lowering therapies on cancer risk in type 2 diabetes. Diabetologia 2009;52:1766-77
7 Jonasson JM, Ljung R, Talbäck M, Haglund B, Gudbjörnsdòttir S, Steineck G. Insulin glargine use and short-term incidence of malignancies-a population-based follow-up study in Sweden. Diabetologia 2009;52:1745-54 ANSM – Juillet 2012

La consommation d’insuline glargine augmente-t-elle le risque de survenue de cancer ? – Étude de cohorte sur 70 000 personnes réalisée à partir du SNIIRAM – Rapport CNAM (23/07/2012)

Source : Ansm








MyPharma Editions

Deinove renforce son équipe Business développement

Publié le 22 janvier 2021
Deinove renforce son équipe Business développement

Deinove, société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l’exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, a annoncé le renforcement de son équipe en charge du Business développement avec l’intégration d’Hervé Ansanay au poste de Directeur et de Corentin Chaboud au nouveau poste de Grant Officer.

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Transgene : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Publié le 21 janvier 2021
Transgene  : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, son immunothérapie individualisée innovante, a été administrée à un patient atteint d’un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac®, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Publié le 21 janvier 2021
Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Vect-Horus, une société de biotechnologies qui conçoit et développe des vecteurs permettant la délivrance de molécules thérapeutiques ou d’agents d’imagerie à des organes cibles, vient de clôturer sa série D. Un premier tour réalisé en septembre 2020 pour 6,7M€ vient d’être complété d’un second en décembre 2020 pour 5,3M€ auprès d’investisseurs privés portant ainsi le montant total de cette série à 12M€.

Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Publié le 20 janvier 2021
Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Ipsen a annoncé la nomination de Gwenan White en tant que Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques à compter de mars 2021. Basée à Boulogne (France), elle sera responsable de concevoir, mettre en oeuvre, diriger la stratégie et les activités de communication ainsi que les relations publiques d’Ipsen à l’échelle globale.

Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Publié le 20 janvier 2021
Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem a coopté, le 19 janvier 2021, deux nouveaux administrateurs : Denis Hello, Vice-Président, General Manager d’AbbVie France, dans la famille des laboratoires américains en remplacement de Pierre-Claude Fumoleau et Stéphane Lepeu, Directeur Général Délégué-Commercial de Delpharm, en remplacement de Sébastien Aguettant. Nouveau Président de CDMO France[1], il représente les façonniers dans le collège des organisations professionnelles.

Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Publié le 19 janvier 2021
Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l'étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Servier a annoncé les résultats actualisés de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil) + bevacizumab et capécitabine + bevacizumab (C-B) en première ligne pour les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique non résécable (mCRC) et non éligibles pour un traitement intensif.1 Ces données ont été présentées lors d’une présentation orale au Symposium sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO 2021 (ASCO-GI).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents