Edition du 06-12-2019

Cigarette électronique: l’Afssaps recommande de ne pas en consommer

Publié le lundi 30 mai 2011

Selon leurs revendications ou leurs concentrations en nicotine, les cigarettes électroniques peuvent être considérées comme des médicaments ou des produits de consommation courante. « Cependant, aucune cigarette électronique n’a reçu d’autorisation de mise sur le marché (AMM) et ne peut en aucun cas être vendue en pharmacie car elle ne figure pas sur la liste des produits dont la délivrance y est autorisée », souligne l’Afssaps qui recommande de ne pas consommer ce produit.

La cigarette électronique reproduit la forme d’une cigarette classique. La partie « tabac » présente à son extrémité une diode simulant visuellement la combustion, et à l’autre extrémité une résistance qui plonge dans la partie & qu ot;filtre ». Des flacons de « e-liquides », composés de propylène glycol ou de glycérol, de divers arômes et éventuellement de nicotine, permettent de recharger la cartouche usagée. Lors de l’aspiration, la solution présente dans la cartouche s’échauffe et la vapeur produite est inhalée par l’utilisateur.

Quel est le statut des cigarettes électroniques ?
L’Afssaps a mené une évaluation pour déterminer le statut des cigarettes électroniques notamment selon l’objectif revendiqué et la concentration en nicotine contenue dans les cartouches. Les cigarettes électroniques et leurs recharges répondent à la règlementation du médicament lorsqu’elles présentent l’un des critères suivants :

– elles revendiquent l’aide au sevrage tabagique,
– la quantité de nicotine contenue dans la cartouche est supérieure ou égale à 10 mg,
– la solution de recharge « e-liquide » a une concentration de nicotine supérieure ou égale à 20 mg/ml.

Pour ces 3 situations, le dispositif électronique constituant la cigarette répond à la définition de dispositif médical et doit à ce titre disposer d’un marquage CE.

Les autres types de cigarettes électroniques ou solution de recharge sont considérés comme des produits de consommation courante. A ce titre, elles doivent répondre à l’obligation générale de sécurité conformément aux dispositions du code de la consommation.

Aucune cigarette électronique ne dispose d’une AMM en tant que médicament, aucun fabricant n’ayant déposé de demande en ce sens. Par ailleurs les cigarettes électroniques ne peuvent être vendues en pharmacie car elles ne sont pas inscrites sur la liste des produits dont la délivrance y est autorisée.

Quels peuvent être les risques ?
L’Afssaps rappelle que la nicotine est classée substance « très dangereuse » par l’OMS et que la réglementation du médicament encadre l’utilisation de produits de substitution nicotinique par une exposition à la nicotine limitée et contrôlée. Les solutions de recharge « e-liquides » contiennent des quantités de nicotine plus ou moins importantes et même pour les concentrations inférieures à 20 mg/ml, elles peuvent conduire à des effets indésirables graves, notamment chez les enfants, en cas d’exposition cutanée ou orale accidentelle.
En conséquence, l’étiquetage doit mentionner les précautions d’emploi et mises en garde, comme le requiert la règlementation européenne pour les substances dangereuses.

Par ailleurs, concernant le risque de toxicité des solvants utilisés dans les cigarettes électroniques, en particulier le propylène glycol, il est difficile de se prononcer en raison de l’absence de données qualitatives et quantitatives suffisantes. A ce jour, aucun effet indésirable ou cas d’intoxication en lien avec la présence de ces solvants dans les cigarettes électroniques n’a été rapporté.

Quel est le risque de dépendance ?
Comme pour la cigarette classique, consommer des cigarettes électroniques peut induire une dépendance, quelle que soit la quantité de nicotine présente. L’usage de ce produit peut donc exposer les utilisateurs qui n’étaient dépendants ni aux cigarettes, ni à la nicotine, à un risque de dépendance primaire, quelle que soit la quantité de nicotine contenue dans la cartouche. C’est pourquoi, l’Afssaps recommande donc de ne pas consommer ce type de produit.

Source : Afssaps








MyPharma Editions

Chiesi va investir 350 millions d’euros pour réduire l’empreinte carbone de ses aérosols-doseurs pour l’asthme et la BPCO

Publié le 4 décembre 2019
Chiesi va investir 350 millions d’euros pour réduire l’empreinte carbone de ses aérosols-doseurs pour l’asthme et la BPCO

Le groupe italien Chiesi a annoncé aujourd’hui à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP25) son projet de mise sur le marché d’ici la fin de l’année 2025 d’un inhalateur-doseur pressurisé (pMDI) révolutionnaire, respectueux de l’environnement pour les patients souffrant d’asthme et de Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Sanofi va céder Seprafilm à Baxter pour 350 millions de dollars

Publié le 4 décembre 2019
Sanofi va céder Seprafilm à Baxter pour 350 millions de dollars

Baxter a annoncé la signature d’un accord en vue de l’acquisition de Seprafilm, barrière anti-adhérences et de ses accessoires associés auprès du groupe pharmaceutique Sanofi. La transaction s’élèverait à 350 millions de dollars, sous réserve des ajustements de clôture habituels, et devrait être conclue durant le premier trimestre 2020 au plus tard, une fois remplies les conditions prévues par l’accord.

Cancérologie : une alliance stratégique public-privé pour dynamiser l’innovation sur le campus toulousain de l’Oncopole

Publié le 4 décembre 2019
Cancérologie : une alliance stratégique public-privé pour dynamiser l'innovation sur le campus toulousain de l'Oncopole

Un accord cadre pluriannuel vient d’être conclu entre 3 acteurs majeurs présents sur le campus toulousain de l’Oncopole : l’Institut de Recherche Pierre Fabre (IRPF), le Centre de Recherches en Cancérologie de Toulouse (CRCT-Inserm) et l’Institut Universitaire du Cancer de Toulouse (IUCT). Cet accord scelle une alliance stratégique public-privé axée sur l’exigence du résultat thérapeutique.

ImCheck lève 48 millions d’euros pour faire progresser son pipeline clinique d’anticorps

Publié le 4 décembre 2019
ImCheck lève 48 millions d'euros pour faire progresser son pipeline clinique d'anticorps

ImCheck Therapeutics, société de biotechnologie qui développe un anticorps first-in-class activant les lymphocytes T gamma delta dans diverses indications en oncologie et un portefeuille d’immunothérapies innovantes pour le traitement des cancers et des maladies auto-immunes, a annoncé une levée de fonds de série B de 48 millions d’euros ($53 millions). Partager la publication « ImCheck lève […]

Celyad : évolution de son Conseil d’Administration avec une nouvelle nomination

Publié le 3 décembre 2019
Celyad : évolution de son Conseil d’Administration avec une nouvelle nomination

Celyad, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement des thérapies cellulaires CAR-T, a annoncé que Filippo Petti, CEO de Celyad, rejoint le Conseil d’Administration de la société et succède au co-fondateur et ancien CEO Christian Homsy, M.D., qui a démissionné du Conseil d’Administration.

OSE Immunotherapeutics : résultats positifs de l’étude clinique de Phase 1 d’OSE-127

Publié le 3 décembre 2019
OSE Immunotherapeutics : résultats positifs de l’étude clinique de Phase 1 d’OSE-127

OSE Immunotherapeutics a annoncé des résultats positifs à l’issue de son étude clinique de Phase 1 d’OSE-127, un anticorps monoclonal humanisé antagoniste, au mécanisme d’action différenciant avec des propriétés purement antagonistes du récepteur CD127, la chaîne alpha du récepteur de l’interleukine 7 (IL-7R). Des études précliniques avaient montré un effet antagoniste puissant d’OSE-127 sur les lymphocytes T effecteurs, responsables de maladies auto-immunes.

Innate Pharma certifiée Great Place to Work®

Publié le 3 décembre 2019
Innate Pharma certifiée Great Place to Work®

Innate Pharma a annoncé aujourd’hui sa certification Great Place to Work®, par cet organisme indépendant, acteur de référence de la qualité de vie au travail. Cette certification a été attribuée notamment sur la base des résultats d’une enquête, anonyme, auprès des salariés d’Innate Pharma, dans laquelle il leur a été demandé d’évaluer le management, la culture d’entreprise et la confiance qu’ils ont dans l’organisation.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents