Edition du 10-08-2022

COVID-19 : Inotrem obtient le feu vert des autorités françaises, belges et américaines pour son étude clinique de Phase II évaluant nangibotide

Publié le jeudi 23 juillet 2020

COVID-19 : Inotrem obtient le feu vert des autorités françaises, belges et américaines pour son étude clinique de Phase II évaluant nangibotideInotrem, une société de biotechnologie spécialisée dans le développement d’immunothérapies qui ciblent la voie TREM-1, annonce avoir obtenu l’autorisation de lancer son étude clinique de Phase IIa en France, en Belgique et aux Etats Unis chez les patients atteint de la COVID-19.

Pour cette étude, Inotrem obtient un financement non-dilutif dans le cadre de l’appel à projets PSPC-Covid financé par le Programme d’investissements d’avenir (PIA) et opéré pour le compte de l’Etat par Bpifrance. Inotrem, avec ses partenaires du CHRU de Nancy et du CHU de Limoges, a été l’une des six entreprises de biotechnologie sélectionnées pour intégrer ce programme visant à renforcer les capacités nationales de recherche de solutions thérapeutiques pour les patients atteints de COVID-19.

L’objectif de cette étude exploratoire est d’évaluer la sécurité, la tolérance et les signes d’efficacité potentielle de nangibotide, le principal candidat-médicament d’Inotrem, chez les patients gravement atteints par la COVID-19 ayant des signes d’inflammation systémique. Ce projet doit permettre de diminuer la sévérité des défaillances respiratoires, réduire la durée de la ventilation mécanique, le temps d’hospitalisation en unité de soins intensifs et in fine, la mortalité. Soixante patients seront inclus dans l’étude conduite en Europe et aux Etats Unis. Cette étude intervient dans le prolongement d’une étude préliminaire sur 27 patients, conduite par le Pr. Sébastien Gibot au CHRU de Nancy, qui a démontré une surexpression de la voie TREM-1 chez les malades sévères COVID-19. TREM-1 est un immunorécepteur exprimé par des cellules de l’immunité innée qui amplifie et maintient la réponse inflammatoire.

Des études cliniques antérieures ont démontré la sécurité et la tolérance de nangibotide chez les patients atteints de choc septique, qui présentent aussi des réactions inflammatoires systémiques. Des modèles pré-cliniques ont montré que nangibotide pouvait inhiber l’amplification de la réponse immunitaire liée à l’activation de la voie TREM-1 et était capable de restaurer une réponse inflammatoire et vasculaire appropriées et accroître le taux de survie dans les modèles de chocs septiques. Inotrem conduit actuellement une étude de Phase IIb (ASTONISH) sur nangibotide pour traiter les patients atteints de choc septique dans six pays européens et aux Etats Unis. L’entreprise développe en parallèle avec Roche Diagnostic un test diagnostic compagnon pour identifier les patients les mieux à même de répondre au traitement nangibotide.

Le Coronavirus 2019 est une nouvelle pandémique résultant d’une infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2). A ce jour, la stratégie de traitement des patients gravement atteints par la COVID-19 continue d’évoluer, et en addition des traitements de soutien tels que la ventilation mécanique, les vasopresseurs et le remplacement rénal, elle pourrait inclure des approches d’immunomodulation tels que nangibotide.

Le Professeur Sébastien Gibot du CHRU de Nancy, médecin investigateur et coordinateur de l’étude, déclare : « Nous avons observé que la voie TREM-1 était activée dans les formes sévères de la COVID-19. Nangibotide est un inhibiteur de la voie TREM-1 avec un potentiel important pour restaurer une réponse immunitaire appropriée. Nous souhaitons démontrer que nangibotide réduira la durée de l’hospitalisation et la mortalité des patients sévèrement atteints par l’infection COVID-19 ».

Jean-Jacques Garaud, Président d’Inotrem, poursuit : « Nous sommes très heureux à la fois du soutien financier qu’a reçu notre étude et de l’approbation des autorités réglementaires qui nous permettent de démarrer notre essai clinique. L’administration française a été particulièrement efficace pour travailler de façon coordonnée et rapide à cette fin ».

Source et visuel : Inotrem








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents