Edition du 03-07-2020

DBV Technologies : résultats positifs de Phase 3 sur Viaskin Peanut chez les enfants souffrant d’allergie à l’arachide

Publié le jeudi 9 janvier 2020

DBV Technologies : résultats positifs de Phase 3 sur Viaskin Peanut chez les enfants souffrant d’allergie à l’arachideDBV Technologies, laboratoire biopharmaceutique spécialisé dans le développement de médicaments, a annoncé aujourd’hui des résultats positifs de premier plan obtenus à l’issue de l’extension en ouvert de trois ans de l’essai de Phase III PEPITES (PEOPLE) évaluant l’efficacité et l’innocuité à long terme du médicament expérimental Viaskin® Peanut chez des enfants de 4 à 11 ans allergiques à l’arachide.

Les résultats ont démontré un bénéfice clinique à long terme, comme le montre l’augmentation de la dose réactive (DR), qui peut réduire la probabilité de réaction en cas d’exposition accidentelle aux arachides. Après trois ans, 75,9 % (107/141) des patients présentaient une augmentation de leur DR par rapport à leur valeur de référence et que 51,8 % (73/141) des patients étaient parvenus à une DR d’au moins 1 000 mg de protéine d’arachide à la troisième année.

« Ces nouvelles données à long terme confirment le bénéfice clinique global de Viaskin Peanut observé jusqu’à présent dans les essais cliniques de Phases II et III. Nous sommes particulièrement satisfaits de constater qu’environ trois participants sur quatre ont présenté une augmentation de leur dose réactogène au cours des trois ans, et ce, indépendamment de leur valeur individuelle de référence, avec environ 1 patient sur 7 capable de consommer 5 444 mg de protéines d’arachide sans réagir pendant le test de provocation alimentaire du mois 36.» a indiqué le Dr David Fleischer, investigateur principal de PEPITES et de PEOPLE, Directeur du Centre d’allergie et d’immunologie et Chef de service au Children’s Hospital Colorado. « La plupart des enfants allergiques à l’arachide réagissent à une seule arachide (300 mg de protéine d’arachide) ou moins, et certains réagissent même à une quantité aussi infime que 1 mg. C’est pourquoi de nombreux enfants et leurs familles vivent dans la crainte constante d’une exposition accidentelle à l’arachide, ne peuvent plus vivre une existence normale et sont confrontés à une diminution de leur qualité de vie. Ces nouvelles données étayent encore le fait que Viaskin Peanut pourrait réduire le risque de réaction à une exposition accidentelle en augmentant le seuil de réactivité grâce à une option thérapeutique qui pourrait être sûre et commode. »

L’étude PEOPLE est une étude d’extension en ouvert toujours en cours évaluant l’innocuité, la tolérabilité et l’efficacité à long terme de Viaskin Peanut 250μg chez les patients ayant participé à l’intégralité de l’essai de Phase III PEPITES. Sur les 213 patients randomisés dans le bras de l’étude PEPITES recevant le principe actif et qui ont participé aux 12 mois de l’étude, 198 patients ont choisi de participer à l’étude PEOPLE (population chez laquelle l’innocuité a été étudiée). Parmi ces patients, 148 sont considérés comme ayant complété l’étude et 141 patients ont reçu l’intégralité du traitement conformément au protocole de l’étude, et ce, sans déviation majeure. Les données relatives à l’efficacité ont été analysées sur ces 141 patients (per protocole).

Les principaux résultats obtenus lors de l’étude PEOPLE mettent en évidence la tolérabilité et le bénéfice clinique à long terme de Viaskin Peanut, et démontre une désensibilisation durable et un maintien de l’effet observé après 12 mois de traitement dans l’étude PEPITES. Après 36 mois, 51,8 % (73/141) des patients ont atteint une DR d’au moins 1 000 mg de protéines d’arachide, une augmentation par rapport au Mois 12, 40,4 % (57/141). Par ailleurs, 13,5 % (19/141) des patients ont complété le test de provocation orale (TPO) sans atteindre les critères d’arrêt au Mois 36 (Dose Cumulée Réactive (DCR) de 5 444 mg). Au mois 36, la DCR moyenne était de 1 768,8 mg (médiane 944 mg) comparativement à 223,8 mg (médiane 144 mg) au début du traitement.

Le profil d’innocuité de Viaskin Peanut coïncidait avec celui observé dans le programme clinique mené jusqu’à présent sur plus de 1 000 patients. Pendant l’essai PEOPLE, les événements indésirables les plus fréquents étaient des réactions cutanées légères ou modérées, localisées au niveau du site d’administration du traitement. Aucune utilisation d’adrénaline n’a été considérée associée au traitement. Aucun effet indésirable grave (EIG) considéré associé au traitement n’a été reporté. Un patient a présenté un cas d’anaphylaxie légère qui a été déterminée par l’investigateur comme étant possiblement liée au traitement, et qui s’est résolu sans traitement. L’observance du traitement est demeurée élevée tout au long de l’étude, avec une moyenne de 98 % au cours de la période de trois ans du traitement.

Des analyses exploratoires suggèrent que Viaskin Peanut pourrait offrir des bénéfices durables, même après une période sans traitement. Tous les participants parvenus à une DR ≥ 1 000 mg au Mois 36 étaient admissibles à la poursuite de l’étude pendant deux mois supplémentaires sans traitement, tout en conservant un régime alimentaire sans arachide. Un TPO supplémentaire en double aveugle contrôlé a été effectué à la fin de cette période (Mois 38) pour établir la DR. L’analyse a montré que 77.8% (14/18) des enfants ayant subi le TPO au Mois 38 sont restés désensibilisés avec une DR ≥ 1 000 mg.

« Exploitant les propriétés immunitaires considérables de la peau, l’immunothérapie épicutanée représente un mécanisme d’action potentiellement unique qui pourrait favoriser la désensibilisation prolongée observée dans cette étude après une période sans traitement. Ces données nous permettent de mieux comprendre le profil de Viaskin Peanut, actuellement examiné par la Food and Drug Administration américaine, qui pourrait constituer une option thérapeutique simple non invasive à prise uniquotidienne pour les enfants vivant avec une allergie à l’arachide dans la seconde moitié de l’année 2020, si ce médicament était approuvé » a dit le Dr Pharis Mohideen, Directeur Médical chez DBV Technologies. « Nous tenons à remercier sincèrement les enfants, les familles et les investigateurs ayant participé à cette étude, qui est l’essai à long terme le plus important pour cette pathologie mal prise en charge. »

La société prévoit de présenter l’ensemble des résultats de l’étude lors de futurs congrès médicaux et de les soumettre en vue d’une publication dans une revue à comité de lecture.

Source et visuel : DBV Technologies








MyPharma Editions

Covid-19 : Sanofi et Regeneron font le point sur l’essai de phase III consacré à Kevzara® aux États-Unis

Publié le 3 juillet 2020
Covid-19 : Sanofi et Regeneron font le point sur l’essai de phase III consacré à Kevzara® aux États-Unis

Sanofi et Regeneron Pharmaceuticals viennent d’annoncer que l’essai de phase III de Kevzara® (sarilumab) 400 mg mené aux États-Unis chez des patients présentant une infection Covid-19 nécessitant une ventilation mécanique n’a pas atteint ses critères d’évaluation primaire et secondaires lorsque Kevzara a été ajouté aux meilleurs soins de soutien, comparativement aux meilleurs soins de soutien seulement (placebo).

L’université de Tours et Theradiag signent deux accords simultanément

Publié le 3 juillet 2020
L'université de Tours et Theradiag signent deux accords simultanément

L’université de Tours et Theradiag, société spécialisée dans le diagnostic in vitro et le théranostic, ont annoncé avoir signé deux accords simultanément : un accord de licence exclusive portant sur la fabrication de protéines virales du Covid-19 et un accord de collaboration globale pouvant ouvrir à de nouveaux partenariats à l’avenir.

Ipsen rejoint une collaboration clinique pour évaluer le cabozantinib associé à l’atezolizumab dans le cancer du poumon et de la prostate métastatique

Publié le 2 juillet 2020
Ipsen rejoint une collaboration clinique pour évaluer le cabozantinib associé à l’atezolizumab dans le cancer du poumon et de la prostate métastatique

Ipsen a annoncé aujourd’hui que le Groupe rejoindra la collaboration clinique d’Exelixis et Roche et participera au financement des études pivotales internationales de phase III CONTACT-01 et CONTACT-02.

Covid-19 : Abivax traite un 1er patient dans l’essai de Phase 2b/3 d’ABX464

Publié le 2 juillet 2020
Covid-19 : Abivax traite un 1er patient dans l’essai de Phase 2b/3 d’ABX464

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique qui mobilise le système immunitaire afin de développer de nouveaux traitements contre les maladies inflammatoires, le cancer et les maladies virales, a annoncé que le premier patient dans l’essai de Phase 2b/3 d’ABX464 dans le COVID-19 a été traité au Centre Hospitalier Universitaire de Nice (CHU Nice).

Laurine Jung nommée Pharmacien Responsable de Creapharm Clinical Supplies

Publié le 2 juillet 2020
Laurine Jung nommée Pharmacien Responsable de Creapharm Clinical Supplies

A compter du 1er Juillet 2020, Laurine Jung prendra la fonction de Pharmacien Responsable au sein de l’entité Creapharm Clinical Supplies, pour ses deux établissements pharmaceutiques français de Reims et Le Haillan. Elle prendra à cette date le relais de Céline Cocollos qui continue son parcours chez Creapharm en tant que Pharmacien AQ / Affaires règlementaires.

Genkyotex : dosage des premiers sujets dans son étude de Phase 1 avec le setanaxib à haute dose

Publié le 1 juillet 2020
Genkyotex : dosage des premiers sujets dans son étude de Phase 1 avec le setanaxib à haute dose

Genkyotex, société biopharmaceutique leader des thérapies NOX, a annoncé le lancement d’une étude clinique de Phase 1 avec le setanaxib à haute dose chez des sujets sains.

Noxxon : recrutement du 1er patient de la 2ème cohorte de l’essai clinique évaluant NOX-A12 combiné à la radiothérapie

Publié le 1 juillet 2020
Noxxon : recrutement du 1er patient de la 2ème cohorte de l'essai clinique évaluant NOX-A12 combiné à la radiothérapie

Noxxon, société biopharmaceutique développant principalement des traitements contre le cancer en ciblant le microenvironnement tumoral (MET), a annoncé le recrutement et le premier traitement d’un patient récemment diagnostiqué d’un cancer du cerveau au sein de la cohorte de dose moyenne de son essai clinique de phase I/II. Cette étude évalue trois régimes de doses différents du NOX-A12 (200, 400 et 600 mg/semaine) en association avec une radiothérapie par faisceau externe chez des patients ayant été récemment diagnostiqués d’un cancer du cerveau.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents