Edition du 08-05-2021

Déclaration des conflits d’intérêts : l’Ordre des médecins préconise un guichet unique

Publié le mardi 4 octobre 2011

Le Conseil National de l’Ordre des Médecins (CNOM) a présenté mardi ses propositions afin de garantir un dispositif de transparence dédié à la gestion et au contrôle des conflits d’intérêts entre les praticiens et l’industrie pharmaceutique. Parmi elles, la mise en place d’un guichet unique pour recenser et examiner les conventions médecins/industries, un pouvoir de sanction donné au CNOM en cas de non-respect de son avis sur un projet de convention et enfin une contribution financière des industries.

Première proposition du CNOM : établir un guichet unique pour recenser et examiner les conventions médecins/industries. L’Ordre est responsable de l’enregistrement et de l’examen des 80 000 conventions qui lui sont adressées chaque année. Cependant, il n’existe pas d’unité du recueil des données, ce qui rend difficile le recoupement et l’analyse des conventions enregistrées et par conséquent l’identification d’éventuels conflits d’intérêts. Le CNOM souhaite ainsi la création d’un véritable guichet unique accessible à tous, géré par les ordres professionnels et alimenté par les industriels. Le montant des rémunérations et autres avantages consentis aux professionnels de santé ainsi que l’identité du bénéficiaire seront inscrits dans ce fichier. Pour ce faire, le CNOM a développé et mis en place un logiciel pour gérer plus efficacement les relations entre médecins et industriels du médicament. Il dispose ainsi des moyens pour assurer un recueil complet et une analyse viable de l’ensemble des conventions et contrats entre médecins et industriels.

Deuxième préconisation de l’Ordre, rendre public l’ensemble des liens d’intérêts entre les médecins et l’industrie. Le CNOM souhaite garantir la transparence totale sur la nature et le montant des contrats et conventions passées entre médecins et industrie. Il propose de mettre à disposition de tout un chacun ces informations en les faisant figurer au sein de l’espace réservé à cet effet sur le tableau des médecins en exercice et en publiant une liste répertoriant les médecins ayant contracté des liens avec l’industrie pharmaceutique et biomédicale.

Un pouvoir de sanction
Par ailleurs, le CNOM souhaite se voir attribuer un pouvoir de sanction en cas de non-respect de son avis. Le CNOM a pour mission de rendre un avis – favorable ou défavorable – sur les projets de convention entre médecin et industriel qui lui sont soumis, mais ne dispose d’aucun pouvoir d’interdiction. Ainsi, les médecins et les industriels ne sont pas tenus de se conformer à son avis, ni de le tenir informé du devenir du contrat ou de la convention proposée au médecin. Seule la DGCCRF peut au vu du non-respect de l’avis, engager des procédures et des sanctions. Pour pallier cette lacune, l’Ordre souhaite disposer d’un pouvoir de sanction à l’encontre du praticien qui ne demanderait pas ou ne respecterait pas son avis sur un projet de convention. De même, l’Ordre demande la possibilité de signaler à la DGCCRF l’industriel qui ne respecterait pas ces mêmes conditions.

Une contribution financière des industriels
Enfin, le CNOM demande la mise en place d’une contribution financière des industriels. Les frais de gestion des dossiers relatifs aux liens d’intérêts sont gérés par le service Relations Médecins Industries (RMI) du CNOM et couverts avec les cotisations des médecins. « Faire peser le poids de cette gestion très lourde sur les seules cotisations de l’ensemble des médecins n’apparait pas équitable », a souligné Michel Legmann, Président du Conseil National de l’Ordre des Médecins. Le CNOM demande à ce que les industriels contribuent au financement de ce système. Parallèlement, les Ordres professionnels continueraient pour leur part à financer l’examen déontologique des contrats et conventions qui leur sont communiqués, sur les seules cotisations des professionnels de santé.

« Pour qu’elles puissent voir le jour, l’ensemble de ces préconisations nécessitent des adaptations réglementaires et législatives rapides », estime l’ordre. Ce dernier soumettra l’ensemble de ces préconisations aux pouvoirs publics afin que ces dernières puissent figurer au sein du projet de loi relatif au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament.

Source : CNOM








MyPharma Editions

Isabelle Van Rycke nommée présidente et CEO d’UPSA

Publié le 6 mai 2021
Isabelle Van Rycke nommée présidente et CEO d'UPSA

Le groupe Taisho Pharmaceutical vient d’annoncer la nomination d’Isabelle Van Rycke en tant que présidente et CEO du laboratoire UPSA à compter du 10 mai 2021.

GSK : Benlysta approuvé dans l’UE pour les patients adultes atteints d’une glomérulonéphrite lupique (GNL) active

Publié le 6 mai 2021
GSK : Benlysta approuvé dans l'UE pour les patients adultes atteints d’une glomérulonéphrite lupique (GNL) active

GlaxoSmithKline (GSK) vient d’annoncer que la Commission européenne a approuvé l’utilisation de BENLYSTA (bélimumab) par voie intraveineuse et sous-cutanée, pour le traitement des patients adultes atteints de glomérulonéphrite lupique (GNL) active, en association avec des immunosuppresseurs.

Immunologie : Sanofi noue une collaboration de trois ans avec Stanford Medicine pour intensifier sa recherche

Publié le 6 mai 2021
Immunologie : Sanofi noue une collaboration de trois ans avec Stanford Medicine pour intensifier sa recherche

Sanofi vient de conclure une collaboration de trois ans avec la Faculté de médecine de l’Université de Stanford. Ensemble, et grâce à des échanges scientifiques ouverts, les deux organisations et leurs chercheurs s’emploieront à approfondir les connaissances en immunologie et inflammation.

Gustave Roussy rejoint le consortium WIN pour la médecine personnalisée du cancer

Publié le 5 mai 2021
Gustave Roussy rejoint le consortium WIN pour la médecine personnalisée du cancer

Gustave Roussy et le consortium WIN (Worldwide Innovative Networking) pour la médecine personnalisée du cancer s’associent pour faire progresser la recherche et l’innovation en cancérologie.

GamaMabs Pharma : acquisition par Exelixis de son programme d’anticorps humanisés first-in-class pour l’oncologie

Publié le 5 mai 2021
GamaMabs Pharma : acquisition par Exelixis de son programme d'anticorps humanisés first-in-class pour l'oncologie

GamaMabs Pharma, société de biotechnologie française spécialisée dans le développement d’anticorps thérapeutiques en oncologie, annonce aujourd’hui la signature d’un accord avec Exelixis, Inc. (Nasdaq: EXEL) pour l’acquisition de tous les droits, titres et intérêts de la technologie d’anticorps AMHR2 de GamaMabs (lors de la réalisation de l’achat et selon certaines conditions prévues au contrat).

Nicox : partenariat avec Laboratorios Grin pour ZERVIATE au Mexique

Publié le 5 mai 2021
Nicox : partenariat avec Laboratorios Grin pour ZERVIATE au Mexique

Nicox, société spécialisée en ophtalmologie, a annoncé la signature d’un accord de concession de licence exclusif avec Laboratorios Grin, une filiale à 100% de Lupin, pour l’enregistrement et la commercialisation au Mexique de ZERVIATETM (solution ophtalmique de cétirizine), 0,24% pour le traitement du prurit oculaire associé aux conjonctivites allergiques.

Sanofi va aider Moderna à produire son vaccin COVID-19 aux États-Unis

Publié le 5 mai 2021
Sanofi va aider Moderna à produire son vaccin COVID-19 aux États-Unis

Sanofi va aider Moderna à produire son vaccin COVID-19Sanofi a annoncé avoir conclu un accord avec Moderna, aux termes duquel le groupe pharmaceutique français contribuera à la fabrication du vaccin contre la COVID-19 de la biotech américaine afin de remédier à la pandémie et de satisfaire à la demande mondiale de vaccins.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents