Edition du 11-08-2022

Accueil » Cancer » Médecine » Recherche

Deux sous-populations de cellules souches identifiées dans les muscles squelettiques

Publié le mercredi 22 février 2012

Chez l’adulte, chaque organe possède des cellules souches spécifiques, capables de le régénérer en cas de besoin. Mais ces cellules souches sont loin d’être toutes identiques: les chercheurs de l’Institut Pasteur viennent de décrire deux populations qui composent les cellules souches des muscles squelettiques chez la souris. Cette découverte, publiée récemment dans Cell, ouvre la voie à d’importantes avancées en recherche fondamentale mais aussi thérapeutique, et éventuellement en cancérologie.

Dans les conditions normales nos mucles sont au repos et donc nos cellules souches de muscles squelettiques sont dites « quiescentes ». En revanche, suite à une activité physique ou à un traumatisme, les cellules souches se réveillent et entrent en action pour régénérer le muscle endommagé. Cependant toutes les cellules souches ne sont pas équivalentes: chez la souris, deux sous-populations de cellules souches de muscle squelettique exprimant le marqueur Pax7 viennent d’être caractérisées. Les cellules souches dites Pax7-low (car elles contiennent une faible quantité de la protéine Pax7) se divisent pour produire des cellules-filles de muscle squelettique et ainsi réparer la blessure. Les cellules souches dites Pax7-high (car elles contiennent une grande quantité de la protéine Pax7), quant à elles, se divisent pour produire en même temps des cellules souches et des cellules différenciées de muscle.

Le processus de division des cellules souches Pax7-high est dit “asymétrique” car chaque cellule donne naissance à deux cellules-filles différentes. Ce type de division particulier permet de maintenir la population de cellules souches à un niveau viable, tout en réparant le muscle blessé. Il implique que l’ADN se sépare également de manière asymétrique: c’est à dire que la totalité de l’ADN initialement présent dans la cellule souche migre dans la cellule-fille souche, alors que la totalité de l’ADN copié migre dans la cellule-fille de muscle squelettique.

“La mise en évidence de ces deux sous-populations de cellules souches, dont les comportements sont différents en cas de traumatisme dans le muscle squelettique est un pas en avant très important,” explique le Pr Shahragim Tajbakhsh, chef de l’unité Cellules souches et développement à l’Institut Pasteur. “Notre compréhension de plus en plus fine du rôle et des mécanismes liés aux cellules souches pourrait avoir des conséquences importantes en recherche fondamentale comme pour de futures innovations thérapeutiques.”

Les scientifiques ne savent pas encore pourquoi certaines cellules souches se divisent de façon asymétrique alors que d’autres le font de façon symétrique. Il apparait néanmoins que ce premier mode de division permet de maintenir une population stable de cellules souches dont les brins anciens d’ADN sont conservés. Deux hypothèses peuvent alors être avancées: tout d’abord qu’il s’agit d’une protection contre les erreurs de copie de l’ADN, ou qu’un message spécifique est associé à l’ADN d’origine qui permet d’orienter le destin des cellules-filles.

D’autre part, les chercheurs ont demontré que les gènes ayant un rôle prépondérant dans la division asymétrique sont souvent également des suppresseurs de tumeurs. Cette convergence entre les études sur les cellules souches normales, et les cellules souches « cancéreuses » nécessitera encore de nombreuses expérimentations pour être totalement éclairci, mais ces observations ouvrent déjà des perspectives passionnantes pour les chercheurs.

Pour finir, la caractérisation de ces deux sous-populations de cellules souches pourrait également être une base cruciale pour de potentielles applications en recherche biomédicale. En effet, l’identification de Pax7 comme un marqueur qui distingue ces deux populations permet de les isoler pour ensuite en obtenir des cultures homogènes. De telles cultures sont indispensables pour étudier l’information qui est retenue dans les brins anciens d’ADN lors de la séparation asymétrique, ainsi que pour élucider le mécanisme qui les sélectionne pendant la division cellulaire.

Source : Institut Pasteur

A subpopulation of adult muscle stem cells retains all template DNA strands after cell division – Cell – January, 19, 2012 ; Pierre Rocheteau1, Barbara Gayraud-Morel1, Irene Siegl-Cachedenier 2*, Maria Blasco2, and Shahragim Tajbakhsh1*

(1) Institut Pasteur, Stem Cells & Development, 2CNRS URA 2578, 25 rue du Dr. Roux, Paris, F-75015, France;
(2) Telomeres and Telomerase Group, Molecular Oncology Programme, Spanish National Cancer Centre (CNIO), Melchor Fernández Almagro, 3, 28029 Madrid, Spain








MyPharma Editions

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Gilead-Kite : autorisation d’accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Publié le 4 août 2022
Gilead-Kite : autorisation d'accès précoce accordée à Yescarta® en deuxième ligne de traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B

Kite, société du groupe Gilead, a annoncé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a accordé une autorisation d’accès précoce à sa thérapie cellulaire CAR T Yescarta® (axicabtagene ciloleucel) dans le traitement du Lymphome Diffus à Grandes Cellules B (DLBCL) réfractaire ou en rechute dans les 12 mois après la fin d’un traitement de première ligne et éligible à une chimiothérapie de rattrapage suivie d’une chimiothérapie d’intensification en vue d’une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques.

Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Publié le 3 août 2022
Ipsen : résultats de l’étude de Phase III RESILIENT évaluant Onivyde® comme monothérapie de 2ème ligne dans le cancer du poumon à petites cellules

Ipsen a annoncé aujourd’hui que l’étude de Phase III RESILIENT n’avait pas atteint son critère d’évaluation principal, à savoir la survie globale (OS), par rapport au Topotecan. L’étude évalue Onivyde® (injection d’irinotecan liposomal) par rapport au topotecan chez des patients atteints d’un cancer du poumon à petites cellules (SCLC) ayant progressé pendant ou après un traitement de première ligne à base de platine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents