Edition du 24-04-2018

Diabète : 2,5 millions de personnes atteintes en France

Publié le jeudi 22 octobre 2009

Diabète : 2,5 millions de personnes atteintes en France En 2007, la France comptait 2,5 millions de personnes traitées pour diabète, soit 40% de plus qu’en 2001. Selon l’assurance maladie, les dépenses pour les soins de ces malades augmentent d’un milliard d’euros par an. En 2007, elles culminaient à 12,5 milliards d’euros, soit plus de 9% des dépenses de soins de l’Assurance maladie. Les médicaments représentaient plus d’un quart des remboursements aux patients diabétiques, soit 3,4 milliards €.

« Notre système de soins doit ainsi relever un double défi : mieux traiter un nombre croissant de malades, tout en maîtrisant l’accroissement des dépenses qui sont liées à cette pathologie. », a expliqué jeudi l’Assurance maladie dans un point presse.

L’Assurance Maladie s’appuie sur les données de l’étude Entred 2007, menée par l’InVS en partenariat avec la HAS, l’Inpes, l’AFD, le RSI et la Cnam, ainsi que des études complémentaires propres afin d’analyser les modalités de la prise en charge des patients diabétiques et de mesurer l’évolution des dépenses liées à leurs soins.

Ainsi, en 2007, le nombre de diabétiques traités en France s’élève à 2,5 millions de personnes, contre 1,8 million en 2001. L’augmentation de la prévalence du diabète, le vieillissement de la population et l’allongement de l’espérance de vie des malades expliquent l’augmentation de ces effectifs. Entre 2001 et 2007, le suivi des diabétiques a enregistré des progrès importants. Les patients sont régulièrement suivis par leur médecin traitant tandis que les examens de surveillance sont plus fréquemment pratiqués (3 dosages de l’hémoglobine glycosylée : + 10 pts, dosages de lipides : + 8 pts, etc.).

Une intensification des traitements médicamenteux
La monothérapie, c’est-à-dire la prescription d’un médicament antidiabétique oral, est le traitement de première intention pour les patients diabétiques traités (42% d’entre eux). Ce taux est en baisse en 2007 par rapport à 2001 (- 5pts), conformément aux recommandations sanitaires qui privilégient les associations de médicaments lorsque l’équilibre glycémique n’est pas atteint.

La prise de 2 antidiabétiques distincts concerne en 2007 près d’1 malade sur 3 (+ 2 pts depuis 2001) tandis que 10% des diabétiques prennent un traitement associant au moins 3 molécules distinctes. L’insuline est prescrite chez 2 patients sur 10 environ, le plus souvent en association avec un antidiabétique oral (+ 4 points). A nouveau, cette évolution s’inscrit dans les recommandations sanitaires, favorables à une plus grande agressivité thérapeutique lorsque cela est nécessaire. Concernant les molécules d’antidiabétiques prescrits, la consommation de biguanides, recommandés en 1ère intention, a progressé de 12 pts sur la période (62% des personnes diabétiques).

Les traitements préventifs des maladies cardiovasculaires se sont également développés entre 2001 et 2007. Près de 80% des diabétiques de type 2 ont reçu un traitement antihypertenseur sur l’année 2007 (+ 7 pts). 60% d’entre eux ont bénéficié d’un traitement hypolipémiant pour contrôler leur taux de cholestérol, soit un bond de 18 points (avec + 24pts pour les statines). Si la prescription d’anti-agrégants plaquettaires ne concerne que 40% des patients, elle a en revanche progressé de 7 points depuis 2001 et se retrouve chez près de 80% des patients ayant développé une complication cardiovasculaire.

L’hospitalisation et les médicaments, 1ers postes de dépenses
Chaque année, les remboursements de soins pour les personnes diabétiques progressent d’un milliard d’euros environ. En 2007, ils atteignent 12,5 milliards d’euros soit plus de 9% des dépenses de soins de l’Assurance Maladie et une hausse de 80% depuis 2001. La hausse des dépenses s’explique principalement par l’augmentation des effectifs traités et l’intensification des traitements.

L’hôpital constitue, en 2007 comme en 2001, le 1er poste de dépenses pour les soins des patients diabétiques, avec 4,7 milliards d’euros au total. Sur la période, il a progressé de plus de 50%, représentant un montant remboursé d’environ 2 000 € par diabétique traité. Au second rang, les dépenses de médicaments regroupent plus d’un quart des remboursements aux patients diabétiques, soit 3,4 milliards € en 2007. En moyenne, un patient diabétique bénéficie de plus de 1 400 € de remboursements de médicaments sur l’année.

Des actions de maîtrise médicalisée
Selon l’Assurance-maladie, les dynamiques observées dans cette étude, à la fois dans la prise en charge du diabète et la croissance des dépenses, se poursuivront très probablement dans les années à venir.  L’Assurance Maladie poursuit ainsi un double objectif : améliorer la qualité de la prise en charge des malades diabétiques, tout en préservant l’équilibre financier du système de soins.

Pour cela, l’assurance maladie se focalise sur l’accompagnement des professionnels de santé pour promouvoir les recommandations sanitaires. Le développement du programme Sophia pour les assurés diabétiques tout comme le Contrat d’Amélioration des Pratiques Individuelles (CAPI) illustrent cette démarche.

Par ailleurs, les actions de maîtrise médicalisée menées par l’Assurance Maladie et le CAPI (volet optimisation des prescriptions) visent à favoriser les traitements les moins coûteux à efficacité thérapeutique équivalente, autour de 2 axes : privilégier le recours aux médicaments disposant d’un générique, hiérarchiser les prescriptions selon les recommandations sanitaires et l’état de santé du patient : par exemple, recourir à l’aspirine à faible dosage pour les patients traités par antiagrégants plaquettaires.

Source :
Assurance-maladie








MyPharma Editions

Régénération cardiaque cellulaire : CellProthera obtient l’autorisation d’essai clinique à Singapour

Publié le 24 avril 2018
Régénération cardiaque cellulaire : CellProthera obtient l’autorisation d’essai clinique à Singapour

Après avoir qualifié et validé avec succès durant l’année écoulée la méthode de production de son produit thérapeutique dans un centre partenaire de thérapie cellulaire basé à Singapour, la biotech française CellProthera vient d’obtenir les autorisations de la Health Science Authority (HSA) – équivalent singapourien des autorités réglementaires française (ANSM) – pour démarrer son essai clinique “SingXpand”.

Abeona : sa thérapie génique ABO-202 désignée médicament orphelin dans l’UE pour la maladie de Batten

Publié le 24 avril 2018
Abeona : sa thérapie génique ABO-202 désignée médicament orphelin dans l'UE pour la maladie de Batten

Abeona Therapeutics, une biotech américaine, a annoncé que le comité des médicaments orphelins de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a accordé la désignation « médicament orphelin » à son programme de thérapie génique ABO-202 pour le traitement des sujets atteints de céroïde-lipofuscinose neuronale, appelée aussi maladie de Batten, une maladie mortelle de stockage lysosomal qui affecte principalement le système nerveux chez l’enfant.

Sanofi : John Reed succède à Elias Zerhouni au poste de Président Monde de la R&D

Publié le 24 avril 2018
Sanofi : John Reed succède à Elias Zerhouni au poste de Président Monde de la R&D

Sanofi a annoncé le départ à la retraite du Président Monde de la R&D de Sanofi, Elias Zerhouni. Le groupe pharmaceutique français a nommé John Reed pour lui succéder à compter du 1er juillet. Ce dernier était depuis cinq ans Responsable Monde de Roche Pharma Recherche et Développement Précoce (pRED).

Oncodesign : Arnaud Lafforgue nommé au poste de Directeur Financier Groupe

Publié le 24 avril 2018
Oncodesign : Arnaud Lafforgue nommé au poste de Directeur Financier Groupe

Oncodesign, groupe biopharmaceutique spécialisé en médecine de précision, vient d’annoncer la nomination d’Arnaud Lafforgue au poste de Directeur Financier Groupe. Il succède ainsi à Laurent Gonthiez qui a décidé de poursuivre vers une autre voie, en accord avec la société, après plus de dix années passées à œuvrer pour le développement d’Oncodesign.

Sensorion et UConn Health identifient le 1er biomarqueur potentiel lié à la perte auditive induite par le bruit

Publié le 23 avril 2018
Sensorion et UConn Health identifient le 1er biomarqueur potentiel lié à la perte auditive induite par le bruit

Les résultats d’une nouvelle étude préclinique présentée à la 53ème réunion biannuelle de l’American Neurotology Society (ANS) ont mis en évidence le premier biomarqueur potentiel de la perte auditive causée par le bruit. Les résultats de cette étude collaborative ont été présentés conjointement par la société de biotechnologie française Sensorion et UConn Health, l’hôpital et centre de recherche médicale de l’Université du Connecticut, aux Etats-Unis.

Genfit : poursuite de l’essai de Phase 3 RESOLVE-IT évaluant elafibranor dans la NASH

Publié le 23 avril 2018
Genfit : poursuite de l’essai de Phase 3 RESOLVE-IT évaluant elafibranor dans la NASH

Genfit a annoncé que le Data Safety Monitoring Board (DSMB) – un comité de surveillance et de suivi indépendant – a formulé une recommandation positive pour la poursuite de l’essai clinique de Phase 3 RESOLVE-IT évaluant elafibranor dans la NASH sans aucune modification.

Lysogene : le Dr Peter Lichtlen nommé administrateur indépendant

Publié le 23 avril 2018
Lysogene : le Dr Peter Lichtlen nommé administrateur indépendant

Lysogene, société biopharmaceutique spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé la nomination du Dr Peter Lichtlen en qualité d’administrateur indépendant sans fonction de direction, à compter du 1er avril 2018.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite





MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions