Edition du 18-06-2019

Erreurs médicamenteuses : une initiative mondiale pour les diminuer par deux en 5 ans

Publié le vendredi 31 mai 2019

Erreurs médicamenteuses : une initiative mondiale pour les diminuer par deux en 5 ansL’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé depuis 2017 une initiative mondiale ayant pour objectif la réduction de 50% les effets graves évitables des erreurs de médication dans le monde d’ici 2022.

Cette initiative lancée depuis maintenant deux ans a pour objectif de remédier aux « faiblesses des systèmes de santé qui sont à l’origine des erreurs médicamenteuses et des graves conséquences qu’elles entraînent ». Pour cela, elle définit des pistes d’amélioration tant au niveau de la prescription, de la distribution et de la consommation des médicaments. Elle vise également à sensibiliser les patients aux risques liés aux mauvais usages des traitements.

Selon l’OMS, le phénomène n’épargne aucun pays. Rien qu’aux États-Unis, les erreurs médicamenteuses causent au moins un décès par jour et sont responsables chaque année de lésions chez 1,3 million d’individus. En effet, selon les estimations, la fréquence des événements indésirables du fait d’erreurs médicamenteuses, est relativement similaire aussi bien dans les pays à revenu faible et/ou intermédiaire que dans les pays à revenu élevé. Néanmoins, leur impact sur le nombre d’années de vie en bonne santé perdues est près de 2 fois supérieur. « Beaucoup de pays n’ont pas de données de bonne qualité. Elles seront justement recueillies dans le cadre de l’initiative », souligne par ailleurs l’OMS.

L’OMS estime ainsi le coût annuel des erreurs médicamenteuses dans le monde à environ 42 milliards de dollars, soit près de 1% de l’ensemble des dépenses de santé mondiales. Pour tenter de remédier à cette situation, l’Organisation articule son initiative autour de 4 axes: patients/public, professionnels de santé, médicaments en tant que produits et systèmes et pratiques de médication. L’objectif affiché est d’améliorer le processus de médication à chaque étape (prescription, distribution, administration, contrôle et utilisation des médicaments). En 2017, afin de réduire les erreurs médicamenteuses et leurs effets néfastes, l’OMS a appelé les pays à prendre rapidement des mesures sur certaines thématiques essentielles (médicaments avec un risque élevé d’effets préjudiciables si mal utilisés, patients polymédicamentés ou en phase de transition thérapeutique).

En France, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) indique recevoir régulièrement des signalements d’erreurs médicamenteuses en lien avec le conditionnement et/ou l’étiquetage des produits. Selon l’agence, près de 30% de ces signalements sont en lien avec l’étiquetage, dont 40% concernent des formes orales solides (comprimés, gélules…). Après analyse des conditionnements impliqués dans les signalements, l’agence a estimé que des améliorations étaient possibles.

C’est pourquoi, l’ANSM a publié l’année dernière ses recommandations sur l’étiquetage des médicaments délivrés avec ou sans ordonnance visant notamment à « faciliter l’identification du médicament et d’améliorer la visibilité, la lisibilité et la compréhension de son étiquetage, notamment des informations garantissant la sécurité des patients ». Une démarche qui s’inscrit également dans l’initiative lancée par l’OMS visant à diminuer de moitié les erreurs médicamenteuses au niveau mondial.








MyPharma Editions

Boehringer Ingelheim et OSE Immunotherapeutics : 1er patient traité dans l’essai de phase 1 avec BI 765063 dans les tumeurs solides avancées

Publié le 18 juin 2019
Boehringer Ingelheim et OSE Immunotherapeutics : 1er patient traité dans l’essai de phase 1 avec BI 765063 dans les tumeurs solides avancées

Boehringer Ingelheim et OSE Immunotherapeutics annoncent qu’un premier patient a été traité dans l’étude de phase 1 évaluant BI 765063, précédemment nommé OSE-172, un anticorps monoclonal first-in-class antagoniste sélectif de SIRPα, évalué dans les tumeurs solides avancées.

Sanofi : Paul Hudson succèdera à Olivier Brandicourt comme Directeur Général

Publié le 17 juin 2019
Sanofi : Paul Hudson succèdera à Olivier Brandicourt comme Directeur Général

Le conseil d’administration du groupe pharmaceutique Sanofi a désigné à l’unanimité, le 6 juin dernier, Paul Hudson comme Directeur Général du Groupe afin de succéder à Olivier Brandicourt qui fait valoir ses droits à la retraite.

Biophytis annonce une collaboration avec l’AFM-Téléthon

Publié le 17 juin 2019
Biophytis annonce une collaboration avec l’AFM-Téléthon

Biophytis, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de nouveaux traitements pour les maladies liées à l’âge, a annoncé avoir conclu un accord de collaboration avec l’AFM-Téléthon. Cet accord entre en vigueur à compter du 3 juin 2019 et porte sur le développement de Sarconeos (BIO101), le principal candidat médicament de Biophytis, pour le traitement de la Dystrophie Musculaire de Duchenne (DMD) dans le cadre de son programme clinique MYODA.

Bone Therapeutics : ALLOB valide les principaux critères d’évaluation de son étude de phase IIa dans la fusion vertébrale

Publié le 13 juin 2019
Bone Therapeutics : ALLOB valide les principaux critères d'évaluation de son étude de phase IIa dans la fusion vertébrale

Bone Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans les domaines de l’orthopédie et des maladies osseuses, a annoncé aujourd’hui qu’à l’issue d’une période de suivi de 12 mois, son produit de thérapie cellulaire allogénique, ALLOB, a complété avec succès l’essai de phase IIa mené chez des patients ayant subi une opération de fusion vertébrale.

Servier : la Commission européenne approuve la conversion de l’AMM conditionnelle de Pixuvri® en une AMM standard

Publié le 13 juin 2019
Servier : la Commission européenne approuve la conversion de l'AMM conditionnelle de Pixuvri® en une AMM standard

Servier a annoncé aujourd’hui que la Commission européenne (CE) a approuvé la conversion de l’autorisation conditionnelle de PIXUVRI® (pixantrone) en une autorisation de mise sur le marché standard pour le traitement en monothérapie des patients adultes atteints d’un lymphome non hodgkinien à cellules B agressif, multirécidivant ou réfractaire.

Domain Therapeutics : Sylvie Ryckebusch nommée au sein du conseil d’administration

Publié le 12 juin 2019
Domain Therapeutics : Sylvie Ryckebusch nommée au sein du conseil d’administration

Domain Therapeutics, société biopharmaceutique spécialisée dans la découverte et le développement de nouvelles molécules thérapeutiques ciblant les récepteurs membranaires pour des besoins médicaux non satisfaits en neurologie, en oncologie et dans les maladies rares, a annoncé aujourd’hui la nomination de Sylvie Ryckebusch au sein de son conseil d’administration.

Lysogene : traitement du 1er patient en Europe de l’essai de phase II/III dans la maladie de Sanfilippo de Type A

Publié le 12 juin 2019
Lysogene : traitement du 1er patient en Europe de l’essai de phase II/III dans la maladie de Sanfilippo de Type A

Lysogene a annoncé aujourd’hui le traitement d’un premier patient en Europe dans le cadre de l’essai de phase II/III AAVance avec LYS-SAF302, traitement de thérapie génique de la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA). Lysogene et son partenaire commercial pour LYS-SAF302, Sarepta Therapeutics, avaient annoncé en début d’année le traitement du premier patient de cet essai clinique aux Etats-Unis.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents