Edition du 21-08-2019

Erreurs médicamenteuses : une initiative mondiale pour les diminuer par deux en 5 ans

Publié le vendredi 31 mai 2019

Erreurs médicamenteuses : une initiative mondiale pour les diminuer par deux en 5 ansL’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé depuis 2017 une initiative mondiale ayant pour objectif la réduction de 50% les effets graves évitables des erreurs de médication dans le monde d’ici 2022.

Cette initiative lancée depuis maintenant deux ans a pour objectif de remédier aux « faiblesses des systèmes de santé qui sont à l’origine des erreurs médicamenteuses et des graves conséquences qu’elles entraînent ». Pour cela, elle définit des pistes d’amélioration tant au niveau de la prescription, de la distribution et de la consommation des médicaments. Elle vise également à sensibiliser les patients aux risques liés aux mauvais usages des traitements.

Selon l’OMS, le phénomène n’épargne aucun pays. Rien qu’aux États-Unis, les erreurs médicamenteuses causent au moins un décès par jour et sont responsables chaque année de lésions chez 1,3 million d’individus. En effet, selon les estimations, la fréquence des événements indésirables du fait d’erreurs médicamenteuses, est relativement similaire aussi bien dans les pays à revenu faible et/ou intermédiaire que dans les pays à revenu élevé. Néanmoins, leur impact sur le nombre d’années de vie en bonne santé perdues est près de 2 fois supérieur. « Beaucoup de pays n’ont pas de données de bonne qualité. Elles seront justement recueillies dans le cadre de l’initiative », souligne par ailleurs l’OMS.

L’OMS estime ainsi le coût annuel des erreurs médicamenteuses dans le monde à environ 42 milliards de dollars, soit près de 1% de l’ensemble des dépenses de santé mondiales. Pour tenter de remédier à cette situation, l’Organisation articule son initiative autour de 4 axes: patients/public, professionnels de santé, médicaments en tant que produits et systèmes et pratiques de médication. L’objectif affiché est d’améliorer le processus de médication à chaque étape (prescription, distribution, administration, contrôle et utilisation des médicaments). En 2017, afin de réduire les erreurs médicamenteuses et leurs effets néfastes, l’OMS a appelé les pays à prendre rapidement des mesures sur certaines thématiques essentielles (médicaments avec un risque élevé d’effets préjudiciables si mal utilisés, patients polymédicamentés ou en phase de transition thérapeutique).

En France, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) indique recevoir régulièrement des signalements d’erreurs médicamenteuses en lien avec le conditionnement et/ou l’étiquetage des produits. Selon l’agence, près de 30% de ces signalements sont en lien avec l’étiquetage, dont 40% concernent des formes orales solides (comprimés, gélules…). Après analyse des conditionnements impliqués dans les signalements, l’agence a estimé que des améliorations étaient possibles.

C’est pourquoi, l’ANSM a publié l’année dernière ses recommandations sur l’étiquetage des médicaments délivrés avec ou sans ordonnance visant notamment à « faciliter l’identification du médicament et d’améliorer la visibilité, la lisibilité et la compréhension de son étiquetage, notamment des informations garantissant la sécurité des patients ». Une démarche qui s’inscrit également dans l’initiative lancée par l’OMS visant à diminuer de moitié les erreurs médicamenteuses au niveau mondial.








MyPharma Editions

Inventiva : un nouveau brevet aux États-Unis renforce la protection de son candidat médicament phare lanifibranor

Publié le 21 août 2019
Inventiva : un nouveau brevet aux États-Unis renforce la protection de son candidat médicament phare lanifibranor

Inventiva, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement clinique de petites molécules administrées par voie orale pour le traitement de maladies dans les domaines de la fibrose, de la surcharge lysosomale et de l’oncologie, a annoncé que le bureau américain des brevets et des marques de commerce (USPTO) a approuvé le 20 août 2019 un nouveau brevet qui protège jusqu’en juin 2035 l’utilisation de lanifibranor dans le traitement de maladies fibrotiques.

Abivax : inclusion du 1er patient dans l’essai clinique de Phase 2b dans la rectocolite hémorragique

Publié le 20 août 2019
Abivax : inclusion du 1er patient dans l’essai clinique de Phase 2b dans la rectocolite hémorragique

Abivax, société de biotechnologie innovante ciblant le système immunitaire pour développer de nouveaux traitements contre les maladies inflammatoires, les maladies infectieuses ainsi que le cancer, a annoncé aujourd’hui l’inclusion du premier patient dans l’essai clinique de Phase 2b de l’ABX464 en une prise orale par jour visant le traitement de la rectocolite hémorragique (RCH) modérée à sévère.

Janssen : feu vert de l’UE pour une utilisation élargie d’Imbruvica® dans deux indications

Publié le 19 août 2019
Janssen : feu vert de l'UE pour une utilisation élargie d'Imbruvica® dans deux indications

Janssen vient d’annoncer que la Commission européenne (CE) a approuvé des modifications visant à élargir l’utilisation d’Imbruvica® (ibrutinib) dans deux indications. Ces modifications incluent l’utilisation d’ibrutinib combiné à l’obinutuzumab chez les patients adultes atteints de leucémie lymphoïde chronique (LLC) non précédemment traitée et l’utilisation d’ibrutinib plus rituximab pour le traitement des patients adultes atteints de la macroglobulinémie de Waldenström (MW).

ADC Therapeutics et Sophia Genetics s’associent dans un essai clinique pivot de phase II

Publié le 8 août 2019
ADC Therapeutics et Sophia Genetics s'associent dans un essai clinique pivot de phase II

ADC Therapeutics, société travaillant dans la découverte et le développement de médicaments en oncologie et spécialisée dans le développement de conjugués anticorps-médicaments (CAM), et Sophia Genetics, chef de file dans les médicaments fondés sur les données, ont annoncé avoir conclu une collaboration en vue d’identifier des marqueurs génomiques associés à une réponse clinique à l’ADCT-402 (loncastuximab tésirine).

DBV Technologies : demande de licence biologique à la FDA pour Viaskin Peanut dans l’allergie à l’arachide

Publié le 8 août 2019
DBV Technologies : demande de licence biologique à la FDA pour Viaskin Peanut dans l’allergie à l’arachide

DBV Technologies a annoncé avoir déposé une demande de licence biologique (BLA, Biologics License Application) auprès de la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicaments) pour Viaskin® Peanut dans le traitement des enfants de 4 à 11 ans allergiques à l’arachide.

Transgene fait un point de situation suite à l’analyse intérimaire de futilité de l’étude PHOCUS de Pexa-Vec dans le cancer du foie

Publié le 8 août 2019
Transgene fait un point de situation suite à l’analyse intérimaire de futilité de l’étude PHOCUS de Pexa-Vec dans le cancer du foie

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, fait un point de situation suite à l’analyse intérimaire de futilité de l’étude PHOCUS de Pexa-Vec dans le cancer du foie.

Sensorion : John Furey nommé membre indépendant du conseil d’administration

Publié le 7 août 2019
Sensorion : John Furey nommé membre indépendant du conseil d’administration

Sensorion, société biopharmaceutique qui développe des thérapies innovantes pour restaurer, traiter et prévenir les pathologies de l’oreille interne, a annoncé que John Furey, dernièrement directeur des opérations chez Spark Therapeutics, l’un des principaux développeurs mondiaux de thérapies géniques, rejoindra le conseil d’administration en tant que membre indépendant du conseil.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents