Edition du 18-01-2021

Gilead : données de Phase 1 pour le GS-6615 dans le syndrome du QT-3 Long

Publié le samedi 10 mai 2014

Gilead Sciences a annoncé des résultats d’un essai clinique de Phase 1 (GS-US-279-0110) portant sur le GS-6615, un inhibiteur sélectif du courant sodique tardif à l’étude, qui montre un raccourcissement de l’intervalle QTc (l’intervalle de temps entre le début de l’onde Q et la fin de l’onde T dans le cycle électrique du cœur) chez des patients atteints du syndrome du QT-3 long (LQT3) .

Le LQT3 est une maladie génétique qui prolonge l’intervalle QTc du cœur et peut entraîner des arythmies cardiaques (rythme cardiaque anormal) mettant la vie en danger. Les résultats de cette étude (Résumé #AB34-05) seront présentées au congrès annuel de la Heart Rhythm Society à San Francisco.

Les syndromes de QT long (SQTL) congénitaux sont un groupe de maladies héréditaires qui touchent le système électrique du cœur et qui se caractérisent par un rythme cardiaque irrégulier ou rapide pouvant entraîner une syncope (perte de connaissance), un arrêt cardiaque ou une mort subite. Un intervalle QTc normal se situe entre 380 et 460 millisecondes (ms). Les patients atteints d’un SQTL ont en général un QTc supérieur à 470 ms. Les symptômes d’un SQTL peuvent survenir lors d’efforts physiques intensifs, d’une stimulation émotionnelle ou pendant le sommeil. Les types les plus courants sont le LQT1, LQT2 et LQT3. Le LQT3 est lié à une mutation du gène codant le canal sodique cardiaque (SCN5A). À l’heure actuelle, il n’existe pas de médicaments autorisés sur le marché pour les patients atteints de LQT3.

« Au cours des quelques dernières décennies, les connaissances sur le SQTL ont beaucoup progressé, notamment notre compréhension des phénomènes génétiques associés aux différentes formes de la maladie », a expliqué le Pr Arthur J. Moss, professeur de cardiologie de la faculté de médecine du CHU de Rochester dans l’état de New York. « Un exemple clé de ces progrès est le fait que l’on a découvert que le LQT3 est dû à des mutations du SC5NA dans les canaux sodiques cardiaques. Des explorations comme celle-ci ont permis la découverte et le développement de nouveaux traitements indispensables pour les patients atteints de cette maladie engageant le pronostic vital. »

Dans cette étude, dix patients atteints de LQT3 ont été évalués au Centre de recherche clinique de l’Université de Rochester, où ils ont reçu des doses orales uniques de GS-6615 allant de 10 mg à 60 mg. L’étude a recruté des patients présentant un QTc supérieur à 480 ms. La QTc avant la prise de la dose (Jour -1) a été comparée au QTc sous le médicament (Jour 1) durant des périodes de 12 heures à heures correspondantes. Dans l’étude, le raccourcissement du QTc a été observé à tous les niveaux de dose, le raccourcissement maximal du QTc allant de -44 ms à -80 ms. Aucun problème de sécurité n’a été observé durant l’administration du GS-6615.

« Les raccourcissements du QTc observés dans cette étude offrent des éléments de preuve cliniques qui laissent penser que le GS-6615 est un inhibiteur du courant sodique tardif, ayant le potentiel de jouer un rôle important dans le traitement de patients atteint d’un LQT3 », a affirmé le Pr Wojciech Zareba, investigateur principal pour l’étude de Phase 1 du GS-6615 et professeur de médecine, directeur de la recherche clinique en cardiologie et directeur du programme de suivi de recherche sur le cœur au CHU de Rochester.

Au vu de ces résultats, Gilead a l’intention de mettre en route une étude de Phase 2 du GS-6615 chez des patients atteints de LQT3 plus tard cette année. En outre, au vu des données précliniques pour le GS-6615 et les données cliniques concernant le rôle de l’inhibition du courant sodique tardif dans d’autres maladies cardiovasculaires, Gilead a l’intention de mettre en route des essais cliniques de Phase 2 chez des patients présentant une cardiomyopathie hypertrophique (CMH) et une tachycardie ventriculaire et fibrillation ventriculaire (TV/FV).

Source : Gilead Sciences








MyPharma Editions

COVID-19 : les données intermédiaires de la phase 1/2a du candidat vaccin de Johnson & Johnson publiées dans le NEJM

Publié le 18 janvier 2021

Des données intermédiaires de phase 1/2a ont été publiées le 13 janvier 2021 dans le New England Journal of Medicine (NEJM)1. Celles-ci démontrent qu’une dose unique du candidat vaccin COVID-19 (JNJ-78436735) – en cours de développement par Janssen (Johnson & Johnson) – induit une réponse immunitaire qui a duré au moins 71 jours, la durée évaluée dans cette étude. Une partie de ces données intermédiaires a été publiée sur medRxiv en septembre 2020.

Genkyotex : des résultats de Phase 1 positifs démontrant un profil pharmacocinétique et de sécurité favorable du setanaxib à hautes doses

Publié le 18 janvier 2021
Genkyotex : des résultats de Phase 1 positifs démontrant un profil pharmacocinétique et de sécurité favorable du setanaxib à hautes doses

Genkyotex, société biopharmaceutique leader des thérapies NOX, a annoncé des données positives d’une étude de Phase 1 qui démontrent un profil pharmacocinétique et de sécurité favorable du setanaxib à hautes doses chez des sujets sains.

DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

Publié le 15 janvier 2021
DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

DBV Technologies a annoncé la réception de réponses écrites de la part de la Food and Drug Administration (FDA) américaine aux questions figurant dans la demande de réunion de type A que la société a présenté en octobre 2020. La demande de réunion de type A a été formulée suite à la réception par la société d’une Lettre de Réponse Complète (CRL) en lien avec sa demande de licence de produits biologiques (BLA) pour Viaskin™ Peanut (DBV712), un patch épicutané expérimental, non invasif, à prise quotidienne unique, visant à traiter l’allergie aux arachides chez les enfants âgés de 4 à 11 ans.

Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Publié le 15 janvier 2021
Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé le recrutement du premier patient dans une étude clinique de phase 1, nommée rESPECT, conduite par un investigateur (IST), avec son produit phare, eryaspase, dans le traitement en première ligne du cancer du pancréas.

Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Publié le 15 janvier 2021
Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Biogen, entreprise pionnière en neurosciences, a annoncé une nouvelle étude en ligne, en collaboration avec Apple, pour étudier comment mieux surveiller ses capacités cognitives et dépister tout déclin cognitif, y compris l’apparition de troubles cognitifs légers (TCL), grâce à son Iphone ou son Apple Watch.

Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Publié le 15 janvier 2021
Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé la nomination de Gaëlle Stadtler au poste de Directrice des Ressources Humaines. Gaëlle rejoint le Comité de Direction et rapportera directement à Hedi Ben Brahim, Président-Directeur général de Transgene.

Thérapie cellulaire : Bone Therapeutics et Rigenerand signent un partenariat

Publié le 14 janvier 2021
Thérapie cellulaire : Bone Therapeutics et Rigenerand signent un partenariat

Bone Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires innovantes répondant aux besoins médicaux non satisfaits en orthopédie et dans d’autres pathologies graves, et Rigenerand, société de biotech qui développe et fabrique des produits médicinaux pour des applications dans la thérapie cellulaire, principalement en médecine régénérative et en oncologie, ont annoncé la signature d’un premier accord pour un partenariat de développement de processus.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents