Edition du 22-08-2018

Accueil » Médecine » Recherche

Hépatite C : enfin un modèle au plus proche des cellules du foie humain

Publié le mardi 13 juillet 2010

600 000 à 800 000 cas d’hépatite C sont recensés en France, faisant de cette maladie du foie un problème de santé publique majeur. Pour la première fois, l’équipe de recherche « Virologie de l’Hépatite C » de l’Université Paris Descartes, dirigée par Arielle Rosenberg, a réussi à cultiver le virus de l’hépatite C dans des cellules hôtes correspondant au modèle le plus proche des cellules du foie humain. Ces résultats ouvrent la voie à la mise au point de nouveaux médicaments prenant en compte le métabolisme particulier du foie.

Le virus de l’hépatite C a été découvert en 1989 par une approche de biologie moléculaire, impliquant des étapes de clonage et de séquençage. Ce n’est qu’en 2005 que les scientifiques ont enfin cultivé le virus, dans une lignée de cellules cancéreuses du foie appelée Huh7. Ces travaux ont permis une meilleure compréhension des différentes étapes du cycle de multiplication du virus de l’hépatite C. Cependant ce modèle reste imparfait car il est loin de reproduire la physiologie normale des cellules hépatiques. En particulier, les cellules Huh7 métabolisent peu l’alcool et de nombreux produits (drogues, médicaments).
Conséquence des imperfections de ce modèle, plusieurs nouveaux médicaments antiviraux, a priori prometteurs, ont dû être retirés des essais cliniques en raison d’une toxicité qui n’avait pu être révélée en culture de cellules.

Afin d’obtenir un modèle cellulaire plus pertinent de la situation réelle, Philippe Podevin et Arnaud Carpentier de l’équipe « Virologie de l’Hépatite C » de l’Université Paris Descartes ont utilisé des cellules hépatiques humaines prélevées à l’occasion d’interventions chirurgicales. Après infection de la culture cellulaire par le virus de l’hépatite C, les scientifiques ont observé le cycle complet du virus et démontré l’importance de ce modèle par rapport à celui de la lignée cellulaire Huh7. En effet, des composants du sang qui sont normalement produits par le foie, tels que l’albumine et les transporteurs du cholestérol ou VLDL (lipoprotéines de très basse densité), sont sécrétés par les hépatocytes humains primaires mais peu ou pas par les cellules Huh7. De plus, « contrairement aux particules virales sortant des cellules Huh7, celles issues des hépatocytes humains primaires sont associées aux VLDL comme cela est le cas chez les malades atteints d’hépatite C », explique Arielle Rosenberg, maître de conférences à l’Université Paris Descartes et médecin virologiste à l’hôpital Cochin.

Grâce à ces recherches, il sera possible de réaliser une ultime validation in vitro des médicaments contre l’hépatite C avant les essais cliniques. Les effets pathologiques couplés de l’hépatite C et de l’alcool pourront également être étudiés ; ce phénomène fréquent dans la population française aboutit souvent à des complications sévères. Enfin, ce modèle pourra être utilisé afin de tester des « promédicaments », c’est-à-dire des molécules inactives qui, une fois métabolisées par le foie, libéreront le produit actif in situ. Deux avantages à cette technique : un meilleur ciblage des cellules infectées et la réduction des effets secondaires, puisque la molécule ne devient active que dans le foie.
Ces travaux ont pu être réalisés grâce au soutien de l’Agence nationale de recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS).

Production of infectious hepatitis C virus in primary cultures of human adult hepatocytes
Gastroenterology ; doi:10.1053/j.gastro.2010.06.058

Source : Université Paris Descartes








MyPharma Editions

Adocia : le tribunal arbitral statue en sa faveur contre Lilly

Publié le 21 août 2018
Adocia : le tribunal arbitral statue en sa faveur contre Lilly

Adocia a annoncé que le tribunal arbitral en charge de la procédure d’arbitrage engagée par Adocia à l’encontre de Eli Lilly & Company a statué en sa faveur en ce qui concerne sa première demande, et a accordé à Adocia un montant de 11,6 millions de dollars, au titre d’un paiement d’étape contractuel qui était contesté par Lilly.

Transgene finalise la vente des droits de TG6002 et TG1050 à Tasly Biopharmaceuticals pour la Grande Chine

Publié le 21 août 2018
Transgene finalise la vente des droits de TG6002 et TG1050 à Tasly Biopharmaceuticals pour la Grande Chine

Transgene, la société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers et les maladies infectieuses, a annoncé la finalisation des transactions signées le 10 juillet 2018 avec Tasly Biopharmaceuticals.

Mainstay Medical : Matthew Onaitis nommé Directeur financier

Publié le 20 août 2018
Mainstay Medical : Matthew Onaitis nommé Directeur financier

Mainstay Medical, une société de dispositifs médicaux dédiée à la commercialisation de ReActiv8®, un dispositif de neurostimulation implantable destiné à traiter la lombalgie chronique invalidante, a annoncé la nomination de Matthew Onaitis au poste de Directeur financier à compter du 20 août 2018.

Sensorion : feu vert européen pour son étude de phase II avec le SENS-401 sur la surdité brusque

Publié le 20 août 2018
Sensorion : feu vert européen pour son étude de phase II avec le SENS-401 sur la surdité brusque

Sensorion a annoncé avoir reçu de la part du HMA (Heads of Medicines Agencies, le réseau d’agences européennes du médicament), l’approbation de mener son essai clinique de phase 2 avec son candidat-médicament SENS-401 pour le traitement des surdités brusques (SensoriNeural Hearing Loss, SSNHL) chez l’adulte dans le cadre d’une procédure harmonisée (VHP- Voluntary Harmonisation Procedure).

Scientist.com parmi les dix sociétés privées à la croissance la plus rapide en Amérique

Publié le 17 août 2018

Scientist.com, la place de marché de services externalisés de recherche scientifique, a annoncé qu’elle avait été classée n° 9 dans la liste 2018 du magazine Inc. des 5 000 entreprises privées à la croissance la plus rapide en Amérique.

SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l’immunothérapie polyclonale de dernière génération

Publié le 17 août 2018
SAB Biotherapeutics : le virus Ebola neutralisé grâce à l'immunothérapie polyclonale de dernière génération

SAB Biotherapeutics a annoncé que son immunothérapie anti-Ebola (SAB-139) permettait de bénéficier d’« une protection à 100% contre une dose mortelle du virus Ebola », suite à une étude récente réalisée sur des animaux et dont les résultats ont été publiés dans la revue The Journal of Infectious Diseases.

Samsung Bioepis va initier l’essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Publié le 13 août 2018
Samsung Bioepis va initier l'essai clinique de phase 1 de la protéine de fusion ulinastatine-Fc SB26

Samsung Bioepis vient d’annoncer le lancement d’une étude de Phase 1 visant à évaluer SB26 chez des volontaires en bonne santé. SB26, également appelé TAK-671, est une protéine de fusion ulinastatine-Fc (UTI-Fc) destinée à traiter la pancréatite aiguë sévère. Des études de sécurité BPL non cliniques réalisées sur des singes et des rats ont appuyé des études antérieures sur l’homme avec SB26.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions