Edition du 22-10-2020

Accueil » Industrie » Produits

Johnson Johnson annonce un candidat vaccin contre le COVID-19

Publié le mercredi 1 avril 2020

Johnson Johnson annonce un candidat vaccin contre le COVID-19Johnson & Johnson a annoncé la sélection d’un candidat vaccin COVID-19 à partir d’études sur lesquelles elle travaille depuis janvier 2020, l’élargissement significatif du partenariat existant entre Janssen, Pharmaceutical Companies de Johnson & Johnson et BARDA (Biomedical Advanced Research and Development Authority), ainsi que l’augmentation rapide de la capacité de production dans le but de fournir au niveau mondial plus d’un milliard de doses de vaccins.

La société prévoit de commencer les études cliniques chez l’homme de son candidat vaccin au plus tard en septembre 2020 et prévoit que les premiers lots d’un vaccin COVID-19 pourraient être disponibles pour une autorisation d’utilisation d’urgence au début de 2021, un délai considérablement accéléré par rapport au processus de développement habituel d’un vaccin.

Grâce à ce partenariat historique, BARDA – qui fait partie du Département américain de la santé et des services sociaux- et Johnson & Johnson ont engagé ensemble plus d’1 milliard de dollars d’investissement pour cofinancer la recherche, le développement et les essais cliniques de ce vaccin. Johnson & Johnson utilisera sa plateforme de vaccins validée et alloue ses ressources, comprenant du personnel et des infrastructures au niveau mondial, selon les besoins, pour se concentrer sur ces efforts. Par ailleurs, BARDA et J&J ont fourni un financement supplémentaire qui permettra d’étendre leurs travaux communs en cours pour identifier des traitements antiviraux potentiels contre le coronavirus.

Dans le cadre de son engagement, Johnson & Johnson développe également la capacité de production mondiale, notamment par la mise en place de nouvelles capacités de fabrication de vaccins aux États-Unis et par l’extension des capacités dans d’autres pays. Ces capacités supplémentaires contribueront à la production rapide d’un vaccin et permettront la fourniture de plus d’un milliard de doses d’un vaccin sûr et efficace dans le monde. J&J prévoit de commencer la production de façon imminente pour une utilisation d’urgence pendant la pandémie.

Alex Gorsky, Président-Directeur Général de Johnson & Johnson, a déclaré : « Le monde est confronté à une crise urgente de santé publique et nous sommes déterminés à mettre à disposition un vaccin COVID-19 dans le monde entier aussi rapidement que possible. En tant que première entreprise de soins de santé au monde, nous nous sentons profondément responsables d’améliorer chaque jour la santé des populations du monde entier. Johnson & Johnson est bien positionnée grâce à la combinaison de son expertise scientifique, de sa dimension mondiale et de sa force financière pour apporter ses ressources en collaboration avec d’autres afin d’accélérer la lutte contre cette pandémie ».

Paul Stoffels, M.D., Directeur du Comité Exécutif et Directeur Scientifique de Johnson & Johnson, a déclaré : « Nous apprécions grandement la confiance et le soutien du gouvernement américain pour nos efforts de R&D. L’équipe mondiale d’experts de Johnson & Johnson a œuvré pour la recherche et le développement pour ce vaccin à des niveaux sans précédent, et nos équipes travaillent sans relâche aux côtés de BARDA, des partenaires scientifiques et des autorités sanitaires mondiales. Nous sommes très heureux d’avoir identifié un candidat vaccin à partir des études sur lesquelles nous travaillons depuis janvier. Nous avançons selon un calendrier accéléré vers la phase 1 des essais cliniques chez l’homme au plus tard en septembre 2020 et, grâce à la capacité de production mondiale que nous augmentons parallèlement à ces essais, nous pensons qu’un vaccin pourrait être prêt pour une utilisation d’urgence au début de 2021 ».

Le candidat au vaccin COVID-19 de Johnson & Johnson

Johnson & Johnson a commencé ses efforts de recherche en janvier 2020, dès que la séquence du coronavirus (COVID-19) est devenue disponible, pour rechercher des candidats vaccins potentiels. Les équipes de recherche de Janssen, en collaboration avec le Beth Israel Deaconess Medical Center, qui fait partie de la Harvard Medical School, ont identifié et testé plusieurs candidats vaccins en utilisant la technologie Janssen AdVac®.

Grâce à des collaborations avec des scientifiques de plusieurs institutions universitaires, les vaccins identifiés ont ensuite été testés pour sélectionner ceux qui étaient les plus prometteurs pour produire une réponse immunitaire lors des essais précliniques.

Sur la base de ces travaux, Johnson & Johnson a identifié un candidat vaccin COVID-19 de premier plan. Grâce à un calendrier accéléré, J&J vise à lancer une étude clinique de phase 1 en septembre 2020, avec des données cliniques sur la sécurité et l’efficacité qui devraient être disponibles d’ici la fin de l’année. Cela pourrait permettre la disponibilité du vaccin pour une utilisation d’urgence au début de l’année 2021. À titre de comparaison, le processus classique de développement d’un vaccin implique un certain nombre d’étapes de recherche différentes, s’étendant sur 5 à 7 ans, avant même qu’un candidat ne soit considéré pour approbation.

Depuis plus de 20 ans, Johnson & Johnson a investi des milliards de dollars dans les antiviraux et les vaccins. Le programme de vaccins COVID-19 s’appuie sur les technologies éprouvées AdVac® et PER.C6® de Janssen qui permettent de développer rapidement de nouveaux candidats vaccins et de produire à grande échelle le candidat vaccin optimal. La même technologie a été utilisée pour développer et fabriquer le vaccin Ebola et construire nos candidats vaccins Zika, RSV et VIH qui sont en phase 2 ou 3 de développement clinique.

Recherche antivirale élargie

En plus des efforts de développement de vaccins, BARDA et Johnson & Johnson ont également élargi leur partenariat pour accélérer le travail en cours de Janssen dans le criblage des bibliothèques de molécules, y compris les molécules d’autres sociétés pharmaceutiques. L’objectif de J&J est d’identifier des traitements potentiels contre le coronavirus. Johnson & Johnson et BARDA apportent tous deux un financement dans le cadre de ce partenariat. Ces efforts de dépistage antiviral sont menés en partenariat avec l’Institut de recherche médicale de la Rega (KU Leuven/Université de Leuven), en Belgique.

Comme annoncé en février 2020, J&J et BARDA ont travaillé en étroite collaboration avec des partenaires mondiaux pour cribler la bibliothèque de molécules antivirales de Janssen afin d’accélérer la découverte de traitements potentiels contre le COVID-19.

Source : Johnson & Johnson








MyPharma Editions

Alnylam : avis positif du CHMP pour OXLUMO™ afin de traiter l’hyperoxalurie primitive de type 1

Publié le 22 octobre 2020
Alnylam : avis positif du CHMP pour OXLUMO™ afin de traiter l’hyperoxalurie primitive de type 1

Alnylam Pharmaceuticals, le chef de file des ARNi thérapeutiques, a annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis positif vis-à-vis de l’approbation du lumasiran, un ARNi thérapeutique expérimental qui cible l’ARNm de l’hydroxyacide-oxydase 1 (HAO1), codant la glycolate oxydase (GO), en cours de développement pour le traitement de l’hyperoxalurie primitive de type 1 (HP1). S’il est approuvé par la Commission européenne (CE), le lumasiran sera commercialisé en Europe sous la marque OXLUMO™.

Onxeo : recrutement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan

Publié le 22 octobre 2020
Onxeo : recrutement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan

Onxeo a annoncé une nouvelle étape dans le développement clinique d’AsiDNA™ avec le traitement de la première patiente de l’étude de phase 1b/2 Revocan1 destinée à évaluer l’effet d’AsiDNA™, son inhibiteur « first-in-class » de la réponse aux dommages de l’ADN (DDR), sur la résistance acquise à l’inhibiteur de PARP (PARPi) niraparib dans le traitement d’entretien en deuxième ligne du cancer de l’ovaire en rechute. De premiers résultats de cette étude sont attendus début 2021.

Genkyotex : le setanaxib obtient la désignation de médicament orphelin de la FDA pour le traitement de la CBP

Publié le 21 octobre 2020
Genkyotex : le setanaxib obtient la désignation de médicament orphelin de la FDA pour le traitement de la CBP

Genkyotex, société biopharmaceutique leader des thérapies NOX, annonce aujourd’hui que son principal candidat médicament, le setanaxib, a obtenu la désignation de médicament orphelin (Orphan Drug Designation – ODD) de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour le traitement de la cholangite biliaire primitive (CBP).

Valneva : résultats initiaux positifs pour la seconde Phase 2 du candidat vaccin contre la maladie de Lyme

Publié le 21 octobre 2020
Valneva : résultats initiaux positifs pour la seconde Phase 2 du candidat vaccin contre la maladie de Lyme

Valneva, société spécialisée dans les vaccins contre des maladies générant d’importants besoins médicaux, a annoncé des résultats initiaux positifs pour la deuxième étude de Phase 2 (VLA15-202) de son candidat vaccin VLA 15 contre la maladie de Lyme.

Inventiva : statut « Fast Track » de la FDA pour son candidat médicament au stade clinique odiparcil dans la MPS

Publié le 21 octobre 2020
Inventiva : statut « Fast Track » de la FDA pour son candidat médicament au stade clinique odiparcil dans la MPS

Inventiva vient d’annoncer que la Food and Drug Administration (FDA) américaine a accordé le statut « Fast Track » à odiparcil, son candidat médicament au stade clinique, pour le traitement de la MPS de type VI (MPS VI), une maladie génétique rare et progressive.

Lyonbiopôle et i-Care lancent le i-Care LAB dédié à l’innovation technologique en santé

Publié le 20 octobre 2020
Lyonbiopôle et i-Care lancent le i-Care LAB dédié à l’innovation technologique en santé

Lyonbiopôle, le pôle de compétitivité santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et le Cluster i-Care Auvergne-Rhône-Alpes, créé en 2011 et spécialisé dans les technologies médicales, unissent leurs forces et lancent le i-Care LAB, lab santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Son ambition : favoriser la création de nouvelles solutions pour accélérer la transformation des industries de santé.

Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Publié le 20 octobre 2020
Amolyt Pharma : 1ère administration de l’AZP-3601 dans son essai clinique de phase 1 pour le traitement de l’hypoparathyroïdie

Amolyt Pharma, société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques ciblant les maladies endocriniennes et métaboliques rares, a annoncé que le premier sujet de son essai clinique de phase 1 a reçu une administration d’AZP-3601, actuellement en développement pour le traitement de l’hypoparathyroïdie, une maladie endocrinienne rare et potentiellement invalidante. AZP-3601 est un analogue de la parathormone (PTH) qui cible une conformation spécifique du récepteur de la PTH, induisant ainsi une augmentation prolongée de la calcémie (taux de calcium dans le sang).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents