Edition du 12-04-2021

Journée mondiale contre le paludisme : « la communauté sanitaire mondiale doit investir davantage »

Publié le mercredi 25 avril 2012

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme qui se déroule le 25 avril 2012, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelle la communauté sanitaire mondiale à investir encore davantage dans les tests de diagnostic, les traitements et la surveillance du paludisme pour sauver plus de vies et faire un grand pas vers la réalisation, en 2015, des objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé.

En effet, la nouvelle initiative Tester Traiter Suivre (TTS), appelle les pays d’endémie et les donateurs à s’acheminer vers l’accès universel aux tests de diagnostic et au traitement antipaludique et à créer des systèmes solides de surveillance de la maladie.

«Au cours des dix dernières années, l’augmentation des investissements pour prévenir et combattre le paludisme a permis de sauver plus d’un million de vies»,a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan. «C’est un immense succès mais nous sommes encore loin de l’accès universel aux interventions qui permettent de sauver les personnes atteintes de paludisme», a-t-elle ajouté.

La forte accélération de la distribution de moustiquaires dans le monde, l’extension des programmes de pulvérisation d’insecticides à l’intérieur des bâtiments et l’accès accru à un traitement rapide du paludisme ont réduit les taux de mortalité attribuables à cette maladie de plus d’un quart au niveau mondial et d’un tiers en Afrique depuis 2000. Mais le maintien du rythme de progression actuel ne suffira pas à atteindre les cibles mondiales en matière de lutte contre le paludisme.

Accélérer les progrès

Les pays d’endémie devraient être en mesure de garantir que chaque cas suspect de paludisme fait l’objet d’un test, que chaque cas confirmé fait l’objet d’un traitement médicamenteux de qualité et qu’un suivi de la maladie est assuré par des systèmes permettant une surveillance précise en temps voulu.

L’OMS a élaboré des orientations techniques pour les trois volets de l’initiative TTS (tester, traiter suivre): elle a déjà publié des Directives pour le traitement du paludisme et elle publie aujourd’hui les deux derniers documents de cette série: Disease Surveillance for Malaria Control et Disease Surveillance for Malaria Elimination.

«Tant que les pays ne seront pas en mesure de dépister, de traiter et de notifier chaque cas de paludisme, nous ne viendrons pas à bout de cette maladie», a déclaré le Dr Margaret Chan, en visite en Namibie à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme. «Tous les pays d’endémie palustre et la communauté sanitaire mondiale doivent prendre un engagement politique ferme et durable pour mener cette lutte jusqu’à son terme», a-t-elle ajouté.

Dix ans de progrès dans la lutte contre le paludisme

Au cours de la dernière décennie, les efforts mondiaux pour prévenir et combattre le paludisme se sont intensifiés et des progrès remarquables ont été accomplis en Afrique subsaharienne, où surviennent l’immense majorité des cas. Le nombre de moustiquaires à imprégnation durable livrés aux pays d’Afrique subsaharienne où le paludisme est endémique est passé de 5,6 millions en 2004 à 145 millions en 2010. Les programmes de pulvérisation d’insecticides à l’intérieur des bâtiments ont également été élargis et le nombre de personnes ainsi protégées en Afrique subsaharienne est passé de 10 millions en 2005 à 81 millions en 2010.

La disponibilité de tests de diagnostic rapide a permis d’améliorer et d’étendre le diagnostic du paludisme. Le taux de test – dans le secteur public en Afrique – est passé de moins de 5% en 2000 à 45% en 2010. Dans le même temps, le nombre de CTA achetées par les ministères de la santé au niveau mondial a aussi augmenté de façon exponentielle, passant de 11 millions en 2005 à 181 millions en 2010.

Cependant, le paludisme se transmet encore dans 99 pays et représente toujours un très lourd fardeau pour les systèmes de santé de nombreux pays africains. On estime qu’en 2010, cette maladie, qu’il est tout à fait possible de prévenir et de traiter, a tué 655 000 personnes, dont environ 560 000 enfants, soit un enfant par minute.

Source : OMS








MyPharma Editions

Sanofi : des données cliniques intermédiaires valident le profil « non-alpha » de THOR-707, sa nouvelle IL-2 expérimentale

Publié le 9 avril 2021
Sanofi : des données cliniques intermédiaires valident le profil « non-alpha » de THOR-707, sa nouvelle IL-2 expérimentale

Sanofi a annoncé que les données intermédiaires d’un premier essai chez l’homme évaluant l’innocuité, l’activité thérapeutique et la dose maximale tolérable de THOR-707 (SAR444245), une interleukine-2 (IL-2) non-alpha hautement différenciée expérimentale, en monothérapie et en association avec un anti-PD-1, seront présentés dans le cadre d’une séance de posters de dernière minute au Congrès annuel de l’American Association for Cancer Research (AACR), qui comprendra des données supplémentaires mises à jour.

Microbiologie : dans les coulisses du site Merck à Molsheim avec la campagne Microbiotiful

Publié le 9 avril 2021
Microbiologie : dans les coulisses du site Merck à Molsheim avec la campagne Microbiotiful

Le groupe de sciences et technologies allemand Merck dispose de 11 sites d’activités en France, dont 7 de production. Son site de Molsheim en Alsace est le plus important en termes d’effectif et de chiffre d’affaires (le groupe a d’ailleurs annoncé en mars un nouvel investissement dédié de 25 millions d’euros). Il appartient à la branche Life Science, division dédiée au développement, à la production et à la commercialisation de produits et services pour l’industrie des sciences de la vie. Pour sensibiliser à ses métiers et valoriser son expertise, Merck France lance la campagne Microbiotiful.

Teva : AMM européenne pour Seffalair® Spiromax® et BroPair® Spiromax®

Publié le 8 avril 2021
Teva : AMM européenne pour Seffalair® Spiromax® et BroPair® Spiromax®

Teva Pharmaceuticals Europe a annoncé avoir reçu l’autorisation de mise sur le marché de l’UE pour Seffalair Spiromax et son homologue BroPair Spiromax (xinafoate de salmétérol/propionate de fluticasone, en doses de 12,75/100 et 12,75/202 microgrammes) comme traitement d’entretien de l’asthme chez les adultes et les adolescents de plus de 12 ans. Les premiers lancements sont prévus au Portugal, en Suisse, en Espagne et au Royaume-Uni.

Biogen : AMM européenne pour TYSABRI® sous-cutanée dans la SEP récurrente-rémittente

Publié le 8 avril 2021

Biogen vient d’annoncer que la Commission européenne a accordé une autorisation de mise sur le marché pour l’administration par voie sous-cutanée (SC) de TYSABRI® (natalizumab) pour traiter les adultes présentant des formes très actives de sclérose en plaques (SEP) récurrente-rémittente.

Cancer : OncoDNA et myNEO s’allient pour déployer l’utilisation de l’ARN messager à des fins thérapeutiques

Publié le 7 avril 2021
Cancer : OncoDNA et myNEO s’allient pour déployer l’utilisation de l’ARN messager à des fins thérapeutiques

OncoDNA, une société de théranostique et de génomique spécialisée dans la médecine de précision, et myNEO, une société d’intelligence artificielle spécialisée dans l’identification de cibles en immuno-oncologie, viennent de dévoiler une collaboration qui entend révolutionner le traitement du cancer. Les deux entreprises ont convenu de consolider leurs technologies afin de faciliter la production de vaccins personnalisés pour les patients à court de traitements.

Sanofi crée une entité à but non lucratif pour l’accès à des médicaments essentiels dans les pays les plus pauvres

Publié le 7 avril 2021
Sanofi crée une entité à but non lucratif pour l’accès à des médicaments essentiels dans les pays les plus pauvres

Paul Hudson, Directeur général de Sanofi, a présenté plusieurs projets clés que le groupe mettra en œuvre pour amplifier l’impact de sa stratégie de Responsabilité Sociétale. Intégré à la stratégie long terme de Sanofi, l’engagement de l’entreprise repose sur 4 piliers essentiels où Sanofi dispose des meilleurs atouts pour faire la différence : l’accès aux médicaments, le soutien aux communautés vulnérables, la préservation de l’environnement et l’inclusion et la diversité de ses collaborateurs.

Leem : Anna Braeken (Bayer HealthCare SAS) entre au Conseil d’administration

Publié le 7 avril 2021
Leem : Anna Braeken (Bayer HealthCare SAS) entre au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem (Les Entreprises du Médicament) a coopté, le 6 avril 2021, une nouvelle administratrice : Anna Braeken, Directrice générale la division Pharma France chez Bayer, dans la famille des laboratoires européens, en remplacement de Jost Reinhard.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents