Edition du 16-05-2022

La 4-fluoroamphétamine classée comme stupéfiant

Publié le jeudi 17 mars 2011

Xavier Bertrand, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, a décidé de classer comme stupéfiant la 4-fluoroamphétamine par arrêté publié au Journal officiel du 16 mars 2011. Ce classement intervient en raison des propriétés pharmacologiques, des effets et des risques toxiques de ce produit, proches de ceux de l’amphétamine ou de la MDMA (ecstasy) ainsi que de sa diffusion en Europe.

 Cette décision fait suite à la proposition de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) après avis de la Commission nationale des stupéfiants et psychotropes. La 4-fluoroamphétamine (4-FA) est une drogue de synthèse, appartenant à la famille des amphétamines, ayant fait l’objet de plusieurs signalements récents en France et en Europe. Elle figure sur la liste des substances pour lesquelles l’Observatoire Européen des Drogues et Toxicomanies (OEDT) et EUROPOL ont recommandé une attention particulière. Elle est classée c omme stupéfiant en Israël (depuis 2007), au Danemark, en Suède, en Lituanie, en Croatie (depuis 2009) et en Suisse (depuis 2010).

L’Afssaps a diligenté une enquête d’addictovigilance qui a été conduite par le Centre d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance (CEIP) de Lille. Il s’agit d’une analyse des données disponibles en France et à l’étranger, y compris celles de la littérature.

La 4-FA est consommée par voie orale, nasale (« sniff »), sublinguale, intraveineuse ou encore rectale, dans des contextes récréatifs et/ou festifs. Elle est proposée  sur des sites Internet. Les études expérimentales chez l’animal montrent que la 4-FA entraîne la libération de neurotransmetteurs (sérotonine, dopamine et noradrénaline) et inhibe leur recapture. Elle possède par ailleurs un potentiel d’abus de type amphétaminique.

Il existe peu de données sur l’abus, la dépendance et la toxicité de la 4-FA chez l’Homme. Des consommateurs décrivent, dans des forums de discussion sur Internet, de nombreux effets positifs ressentis similaires à ceux de l’amphétamine ou de la MDMA (ecstasy). La 4-FA conduit également à des effets négatifs notamment des distorsions visuelles, une anorexie ou une insomnie pouvant durer plusieurs jours. La « descente », qui dure de 12h à quelques jours, peut se traduire par une sensation de fatigue et de faiblesse, des signes dépressifs et/ou de nervosité (voire une crise de panique) et, au niveau somatique, des nausées et vomissements, une tachycardie accompagnée de sueurs, ou des douleurs musculaires. Ces effets sont d’autant plus importants qu’il y a eu plusieurs prises successives.

Enfin, en 2009 deux décès liés à la consommation de 4-FA ont été notifiés en Grande-Bretagne.

La 4-FA a fait l’objet de nombreuses saisies en Europe depuis 2008. Elle a souvent été retrouvée dans les comprimés vendus comme de l’ecstasy. Des poudres et des liquides ont également été saisis. En France, trois collectes de 4-FA ont été rapportées en 2009 par le dispositif SINTES (Système d’Identification National des Toxiques et des Substances) de l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanie (OFDT). Le produit consommé avait à chaque fois été présenté comme de l’amphétamine.

Sur la base des critères établis par l’OMS pour l’examen des substances psychoactives en vue d’un contrôle international et compte tenu des éléments disponibles et des risques sanitaires liés à la consommation de la 4-fluoroamphétamine, la Commission nationale des stupéfiants et des psychotropes (CNSP) s’est prononcée, lors de sa réunion du 17 décembre 2010, en faveur de l’inscription de la 4-fluoroamphétamine sur la liste des stupéfiants. La proposition faite par l’Afssaps sur cette base a été retenue par le Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé.

 Source : Afssaps








MyPharma Editions

Sanofi : résultats positifs pour Sarclisa® en association dans le myélome multiple

Publié le 16 mai 2022
Sanofi : résultats positifs pour Sarclisa® en association dans le myélome multiple

Sanofi a annoncé que les derniers résultats de l’essai clinique IKEMA de phase III évaluant Sarclisa® (isatuximab) en association avec le carfilzomib et la dexaméthasone (Kd) montrent que cette association thérapeutique a permis d’obtenir une survie médiane sans progression de 35,7 mois (Hazard Ratio [HR] 0,58 ; intervalle de confiance [IC] à 95 % : 25,8 à 44,0 ; n=179), comparativement à 19,2 mois chez les patients ayant reçu le traitement Kd seulement (IC à 95 % : 15,8 à 25,1 ; n=123), selon l’évaluation réalisée par un comité indépendant.

Nicox annonce une nouvelle structure de gouvernance

Publié le 16 mai 2022
Nicox annonce une nouvelle structure de gouvernance

Nicox, société internationale spécialisée en ophtalmologie, a annoncé que son Conseil d’administration a décidé le 13 mai 2022 de nommer Andreas Segerros Directeur Général de Nicox à effet du 1er juin 2022 suite à sa décision de mettre fin au mandat de Michele Garufi, co-fondateur de Nicox et Président Directeur Général depuis sa création en 1996. Michele Garufi restera membre du Conseil d’administration.

COVID-19 : Valneva reçoit de la Commission Européenne un avis d’intention de résiliation de son contrat de fourniture de vaccins

Publié le 16 mai 2022
COVID-19 : Valneva reçoit de la Commission Européenne un avis d’intention de résiliation de son contrat de fourniture de vaccins

Valneva, société spécialisée dans les vaccins, a annoncé avoir reçu de la Commission Européenne un avis d’intention de résiliation de l’accord de fourniture de son candidat vaccin inactivé à virus entier contre la COVID-19, VLA2001.

Immuno-oncologie : Domain Therapeutics finalise un financement de €39m en Série A

Publié le 13 mai 2022
Immuno-oncologie : Domain Therapeutics finalise un financement de €39m en Série A

Domain Therapeutics, une société biopharmaceutique spécialisée dans la recherche et développement de traitements innovants en immuno-oncologie ciblant les récepteurs couplés aux protéines G (RCPGs), vient d’annoncer une levée de fonds Série A de €39m (US $42m) menée par Panacea Venture, CTI Life Sciences et 3B Future Health Fund, auxquels se sont joints adMare BioInnovations, Schroders Capital, Omnes, Turenne Capital, Theodorus, Viva BioInnovator et un investisseur déjà présent, Seventure Partners.

Accès aux nouveaux médicaments : les patients d’Europe du Sud et de l’Est attendent 6 fois plus longtemps

Publié le 13 mai 2022
Accès aux nouveaux médicaments : les patients d'Europe du Sud et de l'Est attendent 6 fois plus longtemps

Dans sa dernière étude, la Fédération Européenne des Industries et Associations Pharmaceutiques (EFPIA) révèle notamment d’importantes disparités d’accès aux nouveaux médicaments pour les patients en Europe mais également au sein même d’un pays. Un écart de 90 % dans l’accès des patients a été constaté entre les pays d’Europe du Nord et de l’Ouest et les pays d’Europe du Sud et de l’Est.

BioWin lance Urgence Talents, une initiative unique pour répondre aux défis du recrutement en Belgique

Publié le 12 mai 2022
BioWin lance Urgence Talents, une initiative unique pour répondre aux défis du recrutement en Belgique

BioWin, le pôle de compétitivité en santé de la Région Wallonne, vient d’annoncer le lancement d’Urgence Talents, une nouvelle initiative visant à relever les défis posés par le recrutement dans l’industrie biotech et medtech en Belgique. Pour la première fois, des acteurs publics et privés s’associent pour répondre aux besoins spécifiques et urgents des entreprises cherchant à recruter des talents dans le secteur des biotechnologies et de l’industrie de la santé.

GeNeuro : autorisation de Swissmedic pour initier une étude de Phase II évaluant le temelimab pour les syndromes neuropsychiatriques sévères post-COVID

Publié le 12 mai 2022
GeNeuro : autorisation de Swissmedic pour initier une étude de Phase II évaluant le temelimab pour les syndromes neuropsychiatriques sévères post-COVID

GeNeuro, société biopharmaceutique développant de nouveaux traitements pour les maladies neurodégénératives et auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP), la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et les conséquences neuropsychiatriques sévères du COVID-19 (post-COVID), a annoncé qu’elle a reçu l’autorisation de l’Autorité de Santé suisse (Swissmedic) pour lancer une étude de phase II évaluant le temelimab chez des patients atteints de syndromes neuropsychiatriques sévères post-COVID.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents