Edition du 27-01-2021

La démographie des pharmaciens au 1er janvier 2017

Publié le jeudi 8 juin 2017

La démographie des pharmaciens au 1er janvier 2017L’Ordre national des pharmaciens vient de publier son panorama annuel des pharmaciens au 1er janvier 2017. Par rapport à l’année 2015, le nombre d’inscrits au tableau de l’Ordre est relativement stable pour l’ensemble de la profession (-0,42%), avec 74 44 pharmaciens enregistrés dans les différentes sections de l’Ordre.

L’âge moyen est également constant en 2016, s’élevant à 46,7 ans (soit +0,1 an par rapport à 2015). Cette très faible évolution depuis quelques années traduit une inversion de la tendance au vieillissement de la population pharmaceutique. Ainsi, la profession assure son renouvellement avec une prépondérance de pharmaciens âgés de moins de 33 ans, alors que les tranches des 48-52 ans et des 53-57 ans prédominaient respectivement en 2006 et 2011. Les départs à la retraite, pourtant retardés, sont compensés par l’arrivée de jeunes pharmaciens qui s’installent de plus en plus tôt.

Entre les métiers de la pharmacie, des contrastes sont toutefois à noter : les industriels ont en moyenne moins de 42 ans, les pharmaciens de la distribution en gros et des établissements de santé moins de 45 ans, alors que les titulaires d’officine et les pharmaciens biologistes médicaux sont plus âgés (respectivement 50,3 ans et 49,6 ans, en moyenne). De même, au sein des filières de la pharmacie, des nettes différences d’âge sont visibles : entre les adjoints et les titulaires d’officine, 6,6 ans les séparent en moyenne ; dans l’industrie et la distribution en gros, les pharmaciens responsables sont majoritairement plus âgés que leurs confrères exerçant d’autres fonctions (pour l’industrie, ils sont en moyenne de 12 ans plus âgés que les pharmaciens adjoints).
Enfin, la profession demeure majoritairement féminine, un constat particulièrement remarquable pour les pharmaciens adjoints d’officine, puisque plus de 80% d’entre eux sont des femmes, ou encore pour les pharmaciens en établissement de soins (métier à 75% féminin).

Un maillage territorial est particulièrement dense et équilibré

Par ailleurs, l’ordre constate que « le maillage territorial est particulièrement dense et équilibré, sécurisant l’accès aux médicaments et produits de santé, ainsi qu’aux actes biologiques ». Pour 100 000 habitants, on recense en moyenne 33 officines, 3,9 PUI et 5,7 laboratoires de biologie médicale.

Enfin, des regroupements de structures s’opèrent en nombre pour l’ensemble des métiers de la pharmacie. Les jeunes officinaux s’associent de plus en plus en société et de plus en plus tôt, même si l’exercice libéral demeure attractif. Sous l’effet de la réforme de la biologie médicale de 2010, on constate cette année encore une forte concentration des laboratoires de biologie médicale, le nombre de structures ayant été divisé par 2 (voire 3) en 6 ans. Entre établissements de santé, la coopération est le maître-mot avec une augmentation de plus de 17% des groupements de coopération sanitaire en 2016.

Ainsi, une nouvelle manière d’exercer se dessine. Les regroupements permettent notamment de partager la responsabilité, réduire le risque financier en le mutualisant et réaliser des économies d’échelle alors porteuses pour le développement des structures. « Cette tendance forte au regroupement est en adéquation avec l’évolution de la société et de l’équilibre vie personnelle/ professionnelle. L’avenir de la profession est à imaginer dans le sillage de cette nouvelle manière d’exercer », estime l’Ordre.

Les grandes tendances par métier de la pharmacie

. Pharmaciens biologistes (section G)
Sous l’effet de la réforme de la biologie médicale de 2010, la très importante restructuration duréseau
biologiste se poursuit : dans la plupart des régions, le nombre de laboratoires de biologie médicale a été divisé par 2, voire 3, en 6 ans. La moyenne d’âge des pharmaciens biologistes (49,6 ans) suscite une interrogation qu’il faudra surveiller.

. Pharmaciens de l’industrie (section B)
Le nombre d’inscrits en section B a légèrement augmenté (+81 pharmaciens en 2016), en faveur du dynamisme et de la jeunesse des pharmaciens de l’industrie. Toutefois, la moyenne d’âge des pharmaciens responsables augmente chaque année, mettant en évidence l’intérêt de former des jeunes pour assurer le renouvellement dans l’avenir.

. Pharmaciens de la distribution en gros (section C)
Le nombre d’établissements et de pharmaciens inscrits en section C reste stable malgré une rationalisation du réseau toujours en cours. Le métier de pharmacien dans la distribution reste très attractif du fait de l’industrialisation des processus et du renforcement de la sécurisation de la chaîne (traçabilité, sérialisation), ce qui permet d’assurer le renouvellement des effectifs.

. Pharmaciens titulaires d’officine (sections A)
La restructuration du réseau officinal s’effectue de manière progressive et les pharmaciens en sont les principaux acteurs. La tendance à l’exercice en association se poursuit : l’officine devient un outil de travail partagé entre une équipe. L’officine est toujours attractive puisque les installations se poursuivent et en particulier celles des jeunes.

. Pharmaciens adjoints d’officine et autres exercices (section D)
Les métiers de la section D sont particulièrement attractifs : les effectifs sont stables, avec un léger accroissement du nombre d’adjoints et une forte augmentation des pharmaciens chargés de la dispensation des gaz à usage médical (+10,4% en 2016). Le renouvellement est assuré puisque les pharmaciens inscrits en section D sont relativement jeunes : 43,7 ans en moyenne, soit 3 ans de moins que la moyenne générale.

. Pharmaciens des établissements de santé (section H)
La section H affiche une certaine stabilité, tant en nombre de pharmaciens exerçant en établissement de santé que de pharmacies à usage intérieur. Les groupements de coopérations sanitaires poursuivent quant à eux leur croissance (+17,4% en 2016).

 . Pharmaciens des départements et collectivités d’outre-mer (section E)
La progression du nombre de pharmaciens d’outre-mer reste modérée en 2016 (+1,5%). De même, la répartition par effectif et territoire est stable.

Pour en savoir plus l’Ordre des Pharmaciens propose de consulter sur son site :

. Les pharmaciens – Panorama au 1er janvier 2017
. Les pharmaciens – Panorama au 1er janvier 2017 – fascicules régionaux
. La démographie des pharmaciens








MyPharma Editions

COVID-19 : Sanofi va aider BioNTech à fabriquer son vaccin

Publié le 27 janvier 2021
COVID-19 : Sanofi va aider BioNTech à fabriquer son vaccin

Sanofi et BioNTech ont conclu aujourd’hui un accord aux termes duquel le laboratoire français prêtera son concours à la biotech allemande pour la fabrication et la fourniture de son vaccin COVID-19 qui est codéveloppé avec Pfizer. Sanofi donnera à BioNTech l’accès à son outil de production et à son savoir-faire afin de produire plus de 125 millions de doses du vaccin COVID-19 de BioNTech en Europe.

Corinne Blachier-Poisson, Directrice Générale d’AMGEN France, élue présidente de l’AGIPHARM

Publié le 26 janvier 2021
Corinne Blachier-Poisson, Directrice Générale d’AMGEN France, élue présidente de l’AGIPHARM

Le 26 janvier 2021, Corinne Blachier-Poisson, Directrice Générale d’Amgen France, devient la nouvelle Présidente de l’Agipharm (Association des Groupes Internationaux pour la Pharmacie de Recherche) pour un mandat d’un an. Elle succède ainsi à Pierre-Claude Fumoleau, ex-Président France d’AbbVie.

COVID-19 : l’Institut Pasteur arrête le développement de l’un de ses candidats vaccins

Publié le 26 janvier 2021
COVID-19 : l’Institut Pasteur arrête le développement de l’un de ses candidats vaccins

A la suite de résultats intermédiaires d’essai clinique de phase I, l’Institut Pasteur a annoncé l’arrêt du développement d’un de ses candidats vaccins, celui basé sur le virus du vaccin contre la rougeole. L’Institut Pasteur a confirmé la poursuite du développement d’autres candidats vaccins arrivés en fin de phase préclinique, et le maintien de sa forte mobilisation scientifique pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Takeda reçoit la certification internationale Top Employer pour la 4ème année consécutive

Publié le 26 janvier 2021
Takeda reçoit la certification internationale Top Employer pour la 4ème année consécutive

Takeda a annoncé faire partie des 16 entreprises à avoir obtenu la certification internationale Top Employer® (Meilleur employeur) pour 2021. Takeda a non seulement reçu cette certification mondiale pour la quatrième année consécutive, elle a également été certifiée comme Top Employer dans quatre régions et 38 pays.

COVID-19 : GeNeuro reçoit un financement pour accélérer la recherche sur le rôle des protéines HERV

Publié le 26 janvier 2021
COVID-19 : GeNeuro reçoit un financement pour accélérer la recherche sur le rôle des protéines HERV

GeNeuro, une société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les maladies neurodégénératives et maladies auto-immunes, telles que la sclérose en plaques (SEP), vient d’annoncer l’obtention d’un financement de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) pour son projet COVERI, qui vise à comprendre le rôle des protéines du rétrovirus endogène humain (HERV) dans la réponse immunitaire anormale ou les dommages neurologiques subis par d’importants sous-ensembles de patients atteints de COVID-19.

Nanobiotix : sa filiale Curadigm signe un accord de collaboration avec Sanofi axé sur le portefeuille de thérapies géniques

Publié le 26 janvier 2021
Nanobiotix : sa filiale Curadigm signe un accord de collaboration avec Sanofi axé sur le portefeuille de thérapies géniques

Nanobiotix, société française pionnière en nanomédecine développant de nouvelles approches thérapeutiques pour le traitement du cancer, a annoncé un nouvel accord de collaboration conclu par Curadigm, sa filiale détenue à 100%, avec Sanofi. Curadigm a été sélectionnée dans le cadre du Sanofi iTech Award Program : son projet de recherche intégrant la technologie Nanoprimer est considéré comme une option très prometteuse pour améliorer le portefeuille de thérapies géniques en développement.

NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d’intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

Publié le 25 janvier 2021
NovAliX et Chemical.AI vont développer des outils d'intelligence artificielle pour la découverte de nouveaux médicaments

NovAliX, société de recherche sous contrat (CRO) spécialisée dans la recherche et le développement de médicaments, et Chemical.AI, une société d’intelligence artificielle (IA) associant expertise humaine et technologie de pointe en IA pour les industries chimique et pharmaceutique, ont annoncé un partenariat stratégique dans le domaine de l’intelligence artificielle appliquée à la découverte de nouveaux médicaments.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents