Edition du 22-09-2020

Le Bilan économique de l’industrie du médicament en France

Publié le mercredi 16 juillet 2014

Le Bilan 2013 de l'industrie du médicament en FranceLe Leem a publié mercredi son dernier Bilan économique de l’industrie du médicament en France. En 2013, le chiffre d’affaires des médicaments remboursables s’est établi à -2,3 % d’évolution, après une année 2012 déjà en décroissance de -3,3 % et deux années de stagnation en 2010 et 2011. Du côté de l’emploi, la décroissance devrait atteindre -2,1 % en 2013, faisant passer les effectifs salariés sous la barre des 100 000 personnes.

En 2013, le chiffre d’affaires en médicaments en ville s’est élevé à 20,6 milliards d’euros (en prix fabricant hors taxes), soit – 2,4 % par rapport à 2012, après – 2,3 % en 2012 et +0,3 % en 2011. Le marché des médicaments remboursables a vu son chiffre d’affaires décroître de 2,3 % entre 2013 et 2012, alors que les volumes enregistrent une évolution quasi stable de + 0,3 %.

Le marché hospitalier a, quant à lui, progressé de + 0,8 %, et les exportations de médicaments de 4 %, soit un montant global des exportations de 26,3 milliards d’euros. Les exportations retrouvent ainsi les grandeurs de 2008 à 2010, après une année 2011 marquée par une dégradation de la conjoncture des pays acheteurs de médicaments. Pour l’année 2013, le solde de la balance commerciale de médicaments s’établit à près de + 9 milliards d’euros (contre + 7 milliards d’euros en 2012), le solde de la balance commerciale nationale, quant à lui, est en baisse, à – 61,2 milliards d’euros.

« Parmi les grands marchés mondiaux, et plus particulièrement parmi les cinq grands acteurs européens du médicament, la France est le seul pays qui continue d’afficher une décroissance du chiffre d’affaires médicament remboursable en 2013 », constate ainsi le Leem rappelant que « la France continue de faire porter, chaque année, sur les industriels du médicament, l’essentiel des économies opérées sur les dépenses d’assurance maladie (50 % des économies sur le poste médicament, qui ne représente pourtant que 15 % des dépenses) ».


Des effectifs en baisse, pour la 5ème année consécutive

Globalement, le secteur atteint un effectif de 100 968 personnes en 2012 (101 926 en 2011). On sait que l’emploi de l’ensemble de la chaîne du médicament est d’environ 300 000 (étude Cemka, juillet 2006 complétée). D’après l’Unedic, l’industrie pharmaceutique représente 3 % de l’emploi industriel en France.

« Pour la cinquième année consécutive, elle a connu une baisse de ses effectifs en 2012, et le risque d’une aggravation de la situation dans les années à venir existe, dans les entreprises du secteur et chez leurs sous-traitants, dans la mesure où de nombreuses restructurations ont été annoncées depuis 2009, dont les conséquences sur l’emploi seront visibles sur les effectifs 2013 et 2014 », estime le Leem. La décroissance de l’emploi devrait atteindre -2,1 % en 2013, faisant passer les effectifs salariés sous la barre des 100 000 personnes.

Fait nouveau, les emplois de production sont, désormais, eux-aussi affectés. « Les investissements productifs dans le médicament, en France, ont d’ailleurs baissé de 44 % ces quatre dernières années », note le Leem.

Par ailleurs, le secteur du médicament devrait connaître plus de 14 500 départs à la retraite d’ici 2020 (14 % des effectifs), auxquels s’ajoutent près de 23 800 départs (22,9 %) liés au turnover naturel. Cela pose la question du renouvellement des effectifs à terme, qui sera fonction de la santé économique du secteur en France. Paradoxalement, dans un contexte actuel de baisse des effectifs, les entreprises du médicament rencontrent des difficultés de recrutement pour certains métiers en R&D ou en production ou pour les diplômes de pharmacien ou médecin, où une pénurie d’emploi est à craindre. « Ces difficultés existent alors que le secteur connaît des évolutions rapides, économiques, technologiques et réglementaires, dans un environnement fortement concurrentiel », souligne le Leem.

Des effectifs en baisse, pour la 5ème année consécutive

« Identifiée comme un secteur stratégique par le chef de l’Etat, l’industrie du médicament voit son dynamisme sapé par un alourdissement massif du poids des mesures de régulation et de fiscalité, analyse Patrick Errard, président du Leem. Après une année 2013 marquée par un recul inédit de l’emploi industriel dans notre secteur, et par un recul tout aussi alarmant des investissements productifs, la France doit – de toute urgence – se doter d’un nouveau modèle de régulation. Un modèle équilibré, qui permette à la France, comme le font ses grands compétiteurs européens, de réunir les conditions de la visibilité, de la lisibilité et de la prédictibilité pour les industries de santé. »

Consulter le Bilan économique de l’industrie du médicament en France

Source : Leem








MyPharma Editions

Advanced BioDesign : le Pr. Pierre Tambourin rejoint son conseil scientifique

Publié le 22 septembre 2020
Advanced BioDesign : le Pr. Pierre Tambourin rejoint son conseil scientifique

Advanced BioDesign, société française de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies innovantes contre les cancers résistants, vient d’annoncer que le professeur Pierre Tambourin rejoint la société en tant que membre du conseil scientifique.

Nicox : approbation de la demande d’autorisation d’étude clinique pour ZERVIATE en Chine

Publié le 22 septembre 2020
Nicox : approbation de la demande d’autorisation d’étude clinique pour ZERVIATE en Chine

Nicox, la société spécialisée en ophtalmologie, a annoncé que son partenaire Ocumension Therapeutics a reçu l’approbation des autorités réglementaires chinoises (Center for Drug Evaluation of the National Medical Products Administration) pour mener des études cliniques de phase 3 sur ZERVIATE™ (solution ophtalmique de cétirizine), 0,24% pour le traitement du prurit oculaire associé aux conjonctivites allergiques.

Neuraxpharm acquiert Buccolam® auprès de Takeda

Publié le 22 septembre 2020
Neuraxpharm acquiert Buccolam® auprès de Takeda

Le groupe Neuraxpharm, société pharmaceutique européenne de premier plan, spécialisée dans le système nerveux central (SNC), a annoncé l’acquisition du médicament de prescription, Buccolam® (midazolam, solution buccale) auprès du laboratoire japonais, Takeda. L’accord entre Neuraxpharm et Takeda comprend les droits mondiaux de Buccolam®. La transaction devrait se conclure d’ici fin 2020, conformément aux conditions légales et réglementaires habituelles.

Ceva Santé animale : Jean-Marcel Ciet nommé Chief Digital Officer

Publié le 21 septembre 2020
Ceva Santé animale : Jean-Marcel Ciet nommé Chief Digital Officer

Pour piloter sa nouvelle direction “Digital & Smart Solutions Accelerator”, Ceva Santé Animale, 5e laboratoire vétérinaire au monde et 1er français, vient de nommer Jean-Marcel Ciet, 33 ans, en qualité de Chief Digital Officer. Il rejoint à ce titre le Comité exécutif pour mener la transformation digitale interne et externe du Groupe.

LEO Pharma vend un portefeuille de quatre produits à Cheplapharm

Publié le 21 septembre 2020
LEO Pharma vend un portefeuille de quatre produits à Cheplapharm

LEO Pharma vient d’annoncer la vente d’un portefeuille de quatre produits non-stratégiques à la société Cheplapharm, une entreprise pharmaceutique familiale basée en Allemagne, pour un montant de 300 millions d’euros. Cet accord représente une étape importante dans le déploiement de la stratégie de LEO Pharma pour 2030, qui renforce l’orientation de la société vers de nouvelles solutions innovantes.

Oncologie : Precision BioSciences et Servier étendent leur collaboration de développement de CAR-T

Publié le 18 septembre 2020
Oncologie : Precision BioSciences et Servier étendent leur collaboration de développement de CAR-T

Servier et Precision BioSciences, une société biotechnologique développant des traitements par correction génique in vivo et à base de cellules CAR T allogéniques avec sa plateforme d’édition de génomes ARCUS®, ont annoncé que les sociétés avaient ajouté deux cibles supplémentaires pour le cancer hématologique au-delà de la protéine CD19 ainsi que deux cibles de tumeurs solides à son accord de développement et de licence commerciale concernant son traitement à base de cellules CAR T.

COVID-19 : Sanofi et GSK vont fournir jusqu’à 300 millions de doses de leur vaccin à l’UE

Publié le 18 septembre 2020
COVID-19 : Sanofi et GSK vont fournir jusqu'à 300 millions de doses de leur vaccin à l'UE

Sanofi et GSK ont signé le 18 septembre 2020 un accord définitif avec la Commission européenne (CE) en vue de la fourniture de jusqu’à 300 millions de doses d’un vaccin contre la COVID-19, dès lors que celui-ci sera approuvé. Le candidat-vaccin repose sur la technologie à base de protéine recombinante que Sanofi a employée pour produire un vaccin contre la grippe et sur l’adjuvant développé par GSK.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents