Edition du 21-09-2021

Le bilan 2015 des entreprises du médicament en France

Publié le mardi 30 août 2016

Industrie Pharma : le bilan 2015 du LeemLe Leem vient de publier son bilan économique des entreprises du médicament en France pour 2015. Ces dernières ont réalisé plus de 53 milliards € de chiffre d’affaires (CA exprimé en prix fabricant hors taxes) dont 25,40 M€ à l’exportation et 27,8 M€ dans l’hexagone.

Les médicaments en ville ont généré 20,2 milliards d’euros de CA (en prix fabricant hors taxes) en 2015, soit – 0,2 % par rapport à 2014. Il s’agit de la quatrième année de baisse consécutive, après – 2,0 % en 2014, – 2,4 % en 2013 et – 2,5 % en 2012. Le marché des médicaments remboursables a vu son chiffre d’affaires décroître de 0,9 % entre 2015 et 2014, les volumes enregistrant un recul de – 0,8 %. Le marché hospitalier a, quant à lui, très légèrement progressé de + 0,4 % par rapport à 2014, année au cours de laquelle le marché avait fortement augmenté suite à l’arrivée des nouveaux traitements de l’hépatite C. Au niveau des exportations de médicaments, celles-ci sont en croissance de + 1,5 %, soit un montant global de 25,4 milliards d’euros. « Cette légère reprise ne doit pas faire oublier la décroissance de – 5 % de 2014, dont les raisons demeurent d’actualité : prix français des médicaments en baisse, alors que ceux-ci sont utilisés comme prix de référence dans de nombreux pays, perte d’attractivité de la France pour la production des nouveaux produits et développement de la fabrication locale dans les pays émergents », indique le Leem.

Pour l’année 2015, le solde de la balance commerciale de médicaments s’établit à + 7,7 milliards
d’euros, soit une forte augmentation : + 29 % par rapport à 2014. Le solde de la balance commerciale nationale, quant à lui, est en baisse, à – 45,7 milliards d’euros.

« Un marché pharmaceutique français à contre-courant… »
« Dans le contexte d’un marché pharmaceutique très contraint, la situation économique du secteur en France interroge sur sa capacité à rester un atout industriel pour le pays », estime le Leem dans un communiqué. En effet, en 2015, la France est le seul pays d’Europe à ne pas avoir affiché de croissance de son chiffre d’affaires : les marchés allemands (+6% de croissance du CA en 2015), espagnols (+16%), italiens (+13%) et anglais (+10%) renouent avec une dynamique de croissance. A l’inverse, le marché français stagne en 2015, confirmant une tendance qui dure depuis quatre ans. À l’échelle mondiale, la part de marché pharmaceutique de la France diminue de manière significative : elle représentait 5,4% en 2005, 3,9% en 2014 et ne représente plus que 3,5% en 2015.

« La régulation économique a absorbé en 2015 l’impact de l’arrivée des innovations thérapeutiques pour soigner l’Hépatite C. Malgré les inquiétudes des pouvoirs publics sur l’équilibre des dépenses de l’Assurance maladie, les mesures d’économies – baisses de prix, maitrise des volumes de vente et régulation financière – ont totalement amorti l’impact pressenti de ces innovations », souligne également le Leem.


Les entreprises du médicament en France – Bilan… par LeemFrance

 » Une régulation économique toujours plus lourde », selon le Leem

Le Leem estime par ailleurs que « les plans successifs d’économies mis en place ces dernières années par les pouvoirs publics étouffent le secteur qui assume, à lui seul, 50% des efforts d’économies de l’Assurance Maladie, alors qu’il ne représente que 15% des dépenses de santé ». « En 2016, la contribution des entreprises du médicament s’élève à un niveau jamais atteint : 1,66 Md€ d’économies, dont 900 M€ de baisses de prix », poursuit-il.

À cette contribution annuelle du secteur par les baisses de prix et les baisses de volumes, s’ajoute une taxation spécifique à l’industrie pharmaceutique. Entre 2011 et 2015, la part des prélèvements sur le chiffre d’affaires taxable est ainsi passée de 3,6% à 6,3% alors que le taux de croissance du chiffre d’affaires taxable s’est réduit de +0,3% à – 0,6%. L’augmentation de la taxation, conjuguée à la récession du secteur, conduit à une érosion de la rentabilité du secteur.

Concernant les prix des médicaments français, le Leem indique qu’ils sont « parmi les plus bas d’Europe occidentale ». « Une étude du CEPS révèle que pour 93% des produits sous brevet et au chiffre d’affaires particulièrement élevé, les prix français sont inférieurs à la moyenne de ceux de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Espagne et de l’Italie », souligne l’organisation.

Le médicament, moteur de la balance commerciale de la France

Avec 7,7 Mds€ d’excédent en 2015, l’industrie du médicament est l’un des rares secteurs à conserver une balance commerciale positive. Les échanges commerciaux de médicaments entre la France et les autres pays sont en hausse de +1,5% par rapport à 2014. Toutefois, cette faible hausse en 2015 doit être nuancée. Elle intervient après une forte récession en 2014 (-5,0%), confirmée par les premiers chiffres de 2016 (-19 % en avril 2016).

« Pour les années à venir, l’attractivité de la France en matière de production industrielle est un enjeu majeur. L’appareil de production de médicaments en France est essentiellement dédié aux produits chimiques. Pour capter sur le sol français de nouvelles productions, et en particulier des productions de médicaments de biotechnologie, l’attractivité industrielle doit être encouragée », estime le Leem.

La dynamique de recrutement du secteur pharmaceutique reste importante

En 2015, les chiffres de l’emploi confirment la dégradation constatée depuis 2013 où le secteur est passé sous la barre des 100 000 salariés (98 810 collaborateurs en 2014, 99 453 en 2013). La baisse des effectifs en 2015 touche tous les métiers, même si la dynamique de recrutement du secteur pharmaceutique reste importante, avec 8 500 embauches en 2014.

« L’industrie du médicament est en capacité de rebondir en matière d’emploi à travers le développement de nouveaux métiers, mais les conditions d’attractivité doivent être réunies au préalable pour y parvenir », estime le Leem.

« Au moment où l’innovation thérapeutique revient par vagues successives, et dans un marché pharmaceutique français beaucoup trop contraint, il est urgent de repenser la politique du médicament. C’est pourquoi nous plaidons pour un objectif de dépenses (Ondam) « médicament » aligné sur l’Ondam général, ainsi que pour des réformes structurelles du système de santé, qui permettent à ce dernier de restituer les économies dégagées par ces innovations », déclare Patrick Errard, Président du Leem.

Consulter l’édition 2016 du bilan économique du Leem

Source : Leem








MyPharma Editions

Industrie du médicament : signature d’un accord sur le télétravail

Publié le 21 septembre 2021
Industrie du médicament : signature d’un accord sur le télétravail

Le Leem et cinq organisations syndicales de salariés représentatives de l’industrie pharmaceutique (CFDT, CFE-CGC, CFTC, UNSA et FO) sont parvenus le 9 septembre 2021 à la signature d’un accord majoritaire de branche portant sur le télétravail. Cet accord s’articule autour de deux grands volets, le premier visant à encadrer la mise en place du télétravail régulier dans les entreprises et le second sur le télétravail pour circonstances exceptionnelles ou cas de force majeure.

Bone Therapeutics : Lieve Creten nommée Directeur financier par intérim

Publié le 21 septembre 2021
Bone Therapeutics : Lieve Creten nommée Directeur financier par intérim

Bone Therapeutics, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie et dans d’autres pathologies, a annoncé la nomination de Lieve Creten en qualité de Directeur financier par intérim, en remplacement de Jean-Luc Vandebroek.

Néovacs poursuit le renforcement de sa plateforme technologique Kinoïde®

Publié le 21 septembre 2021
Néovacs poursuit le renforcement de sa plateforme technologique Kinoïde®

Néovacs a annoncé la poursuite de ses travaux pré-cliniques autour de sa plateforme technologique Kinoïde®. Dans ce cadre, Néovacs initie des expériences in vivo dans deux plateformes d’études fonctionnelles, afin, d’une part, de tester les optimisations des procédés de fabrication des Kinoïde® IL-4 et Kinoïde™ IL-13 et, d’autre part, d’explorer les possibilités d’utilisation de nouvelles technologies pour générer ses produits dans des programmes scientifiques en stade précliniques.

Poxel : recrutement finalisé des patients dans l’étude de Phase II du PXL065 dans le traitement de la NASH

Publié le 21 septembre 2021
Poxel : recrutement finalisé des patients dans l'étude de Phase II du PXL065 dans le traitement de la NASH

Poxel, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement de traitements innovants contre les maladies métaboliques, dont le diabète de type 2 et la stéatohépatite non alcoolique (NASH) et les maladies rares, a annoncé la finalisation du recrutement de DESTINY-1 (étude d’efficacité et de sécurité de la pioglitazone R (PXL065) stabilisée par substitution au deutérium dans le […]

Gustave Roussy : Sylvain Ducroz nommé directeur général adjoint

Publié le 20 septembre 2021
Gustave Roussy : Sylvain Ducroz nommé directeur général adjoint

Le Pr Fabrice Barlesi, directeur général de Gustave Roussy a nommé Sylvain Ducroz directeur général adjoint de l’Institut, après avis favorable du Conseil d’Administration. Il prend ses fonctions le 20 septembre et appuiera le Pr Barlesi aux côtés du directeur de la recherche et de la directrice médicale.

Bioproduction : CALIPSO, un projet pour révolutionner le pilotage des procédés

Publié le 20 septembre 2021
Bioproduction : CALIPSO, un projet pour révolutionner le pilotage des procédés

Sanofi, Capgemini, Ypso-Facto, GPC Bio, le CEA et CentraleSupélec ont annoncé le lancement du projet CALIPSO (Capteurs en Ligne de Procédés et Solutions Innovantes en Bioproduction). Ce projet, d’un budget total de près de 17,5 millions d’euros, reçoit un financement public de plus de 8 millions d’euros dans le cadre de l’appel à projets PSPC du Programme d’investissements d’avenir (PIA), opéré pour le compte de l’Etat par Bpifrance.

AB Science : autorisation de reprise des inclusions de patients dans l’étude de phase 2 du masitinib dans la COVID-19

Publié le 20 septembre 2021
AB Science : autorisation de reprise des inclusions de patients dans l'étude de phase 2 du masitinib dans la COVID-19

AB Science a annoncé avoir reçu l’autorisation du Ministère de la Santé russe (MoH) de reprise des inclusions de patients dans l’étude de phase 2 du masitinib dans la COVID-19 (AB20001).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents