Edition du 13-07-2020

Accueil » Industrie » Médecine » Recherche

Le Consortium PACIFIC entend redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP)

Publié le vendredi 25 janvier 2019

Le Consortium PACIFIC entend redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP)Sanofi, Servier, Medicen Paris-Région, Bpifrance, le Secrétariat Général Pour l’Investissement, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, l’Inserm, Bioserenity, Casis, Fealinx et Firalis ont annoncé le lancement du consortium PACIFIC (Physiopathologie, Classification, Innovation dans l’Insuffisance Cardiaque) pour redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP).

Les maladies cardiovasculaires sont de loin la première cause de mortalité dans le monde et parmi ces pathologies, l’insuffisance cardiaque (IC), qui affecte près d’un million de personnes en France1,est en constante augmentation. La moitié des patients en insuffisance cardiaque présente une forme dite à fraction d’éjection préservée (ICFEP), pathologie complexe, méconnue, très hétérogène et souvent associée à de multiples comorbidités.

La maladie est source d’un grand nombre d’hospitalisations, avec des répercussions importantes sur la qualité de vie des patients et un impact significatif sur les dépenses de santé. Le pronostic de cette pathologie reste sombre : un patient sur deux2décède dans les cinq ans qui suivent son apparition.

Le diagnostic de cette maladie est difficile car il n’existe aucun test diagnostic spécifique. A ce jour, aucun traitementdans l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée n’a fait ses preuves sur la réduction de la mortalité ou du nombre d’hospitalisations. L’ICFEP reste le plus grand besoin médical non satisfait en cardiologie.

Une nouvelle approche de la maladie, transdisciplinaire et structurante

La création du consortium PACIFIC a pour ambition de redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP), à travers une approche globale qui associe avancées scientifiques et technologies de rupture. L’objectif majeur est d’améliorer la prise en charge des patients et leur permettre de suivre un parcours de soins adapté.

PACIFIC est un Projet de recherche et développement Structurant Pour la Compétitivité (PSPC) de la recherche médicale française qui s’inscrit sur une durée de cinq ans. Opérés par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir, les PSPC ont pour vocation de structurer les filières industrielles ou d’en faire émerger de nouvelles, grâce à la collaboration de partenaires privés et académiques autour d’un projet ambitieux. PACIFIC a fait l’objet d’un appel à projet en 2017, lancé par les laboratoires Sanofi et Servier, conjointement avec le pôle de compétitivité Medicen Paris Région.

Le projet PACIFIC a pour objectif majeur de redéfinir l’ICFEP afin de :

. Mieux comprendre l’hétérogénéité des profils de patients (phénotypes) en mettant en place une étude clinique prospective pour collecter des données plus exhaustives.
. Pouvoir stratifier la population de patients dans des sous-groupes plus homogènes.
. Appliquer les innovations les plus récentes dans le domaine de l’intelligence artificielle (apprentissage machine non supervisé et supervisé) en santé, pour permettre une analyse approfondie des données et développer une médecine de précision.
. Développer des outils diagnostiques spécifiques.
. Structurer une filière d’innovation en France autour de l’ICFEP.

Un projet au service du parcours de soins du patient
Les avancées scientifiques et technologiques qui seront réalisées dans le cadre du projet PACIFIC, devraient permettre de proposer aux patients souffrant d’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP), un diagnostic personnalisé, simple et rapide ainsi qu’un parcours de soins optimisé en vie réelle.

Ces progrès seront possibles grâce au développement et la validation de nouveaux algorithmes permettant la stratification des patients. De plus, la progression des connaissances de l’ICFEP et les expériences acquises tout au long du projet, pourraient ouvrir la voie au développement de futurs traitements personnalisés pour chaque sous-population de patients atteints d’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP).

Un projet innovant et unique, réunissant des partenaires clés de la santé en France

Financé par des fonds publics et privés et coordonné par l’AP-HP qui assurera notamment la réalisation en tant que promoteur de l’étude clinique, le projet PACIFIC réunit au sein d’un consortium piloté par Sanofi, l’expertise clinique et de recherche de grands acteurs de la santé en France :

– Sanofi et Servier apporteront leurs compétences en matière de Data management, d’analyses biologiques et biostatistiques en vue de développer à moyen terme de nouvelles solutions thérapeutiques.

– Les cinq centres cardiologiques et d’investigations cliniques experts de l’AP-HP– Hôpital Européen Georges Pompidou (HEGP), Bichat, Henri-Mondor, Lariboisière, Pitié-Salpêtrière recruteront les patients sous la coordination du Pr Jean-Sébastien Hulot, HEGP.

– L’unité 979 / 7587 « Physique des ondes pour la médecine » (unité Inserm – CNRS-ESPCI), l’unité U970 « Paris Centre de Recherche Cardiovasculaire – PARCC » (Unité Inserm – Université Paris-Descartes) et l’unité 1146 « Laboratoire d’imagerie biomédicale – LIB »(unité Inserm – CNRS – Sorbonne Université) apporteront leur expertise dans le domaine des ultrasons biomédicaux et de l’analyse de l’imagerie cardiovasculaire.

– Les quatre PME développeront des technologies et logiciels innovants de mesure et d’analyse : Bioserenity (textiles connectés pour suivi des patients à distance), Casis (logiciels d’analyses d’images par IA), Fealinx (développement d’algorithmes d’IA), et Firalis (biomarqueurs diagnostiques solubles et moléculaires).

Cette collaboration, est possible grâce au soutien de Medicen-Paris-Région, fédérateur de l’ensemble des acteurs d’innovation en santé en Ile-de-France et de l’excellence de l’écosystème scientifique français.

Source : Communiqué de Sanofi, Servier, Medicen Paris-Région, Bpifrance, le Secrétariat Général Pour l’Investissement, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, l’Inserm, Bioserenity, Casis, Fealinx et Firalis – 21 janvier 2018








MyPharma Editions

Néovacs annonce le démarrage de son plan stratégique

Publié le 13 juillet 2020
Néovacs annonce le démarrage de son plan stratégique

Néovacs a annoncé le démarrage de son plan stratégique visant à relancer ses deux programmes de recherche, d’une part, et engager une activité d’investissement dans le des BioTech ou MedTech, d’autre part.

Boehringer Ingelheim : SPIE participe à la réalisation de sa nouvelle unité de production de vaccins vétérinaires à Jonage

Publié le 13 juillet 2020
Boehringer Ingelheim : SPIE participe à la réalisation de sa nouvelle unité de production de vaccins vétérinaires à Jonage

SPIE Industrie & Tertiaire, filiale française du groupe SPIE, leader européen indépendant des services multi-techniques dans les domaines de l’énergie et des communications, est actuellement mobilisée au service de la nouvelle unité de production de vaccins vétérinaires de Boehringer Ingelheim à Jonage dans le Rhône.

Vaccins : la BEI et la Commission européenne apportent un soutien financier de 75 millions d’euros à CureVac

Publié le 10 juillet 2020
Vaccins : la BEI et la Commission européenne apportent un soutien financier de 75 millions d'euros à CureVac

La Banque européenne d’investissement (BEI) et CureVac, une société biopharmaceutique clinique qui développe une nouvelle classe de médicaments transformateurs basés sur l’ARNm optimisé, ont conclu un accord de prêt de 75 millions d’euros afin de soutenir le développement en cours dans cette société de vaccins contre les maladies infectieuses, notamment son candidat vaccin CVnCoV visant à prévenir les infections par le SARS-CoV-2.

Transgene et Hypertrust Patient Data Care déploient la 1ère solution de blockchain appliquée à des essais cliniques de traitements personnalisés

Publié le 9 juillet 2020
Transgene et Hypertrust Patient Data Care déploient la 1ère solution de blockchain appliquée à des essais cliniques de traitements personnalisés

Transgene et Hypertrust Patient Data Care annoncent le lancement opérationnel de la première solution de blockchain dédiée aux essais cliniques de traitements personnalisés. Cette solution « cloud » repose sur le produit d’Hypertrust X-Chain for Clinical Trials. Elle permet de surveiller et d’orchestrer l’ensemble des processus liés à la conception et à la fabrication du vaccin thérapeutique individualisé TG4050 de Transgene.

Maladie d’Alzheimer : Biogen finalise la soumission à la FDA de la demande d’AMM de l’aducanumab

Publié le 9 juillet 2020
Maladie d’Alzheimer : Biogen finalise la soumission à la FDA de la demande d’AMM de l’aducanumab

Biogen et Eisai ont annoncé que Biogen a finalisé la soumission d’une demande d’Autorisation de Mise sur le Marché (licence de produit biologique – BLA) à la Food and Drug Administration (FDA) pour l’aducanumab, un médicament candidat dans la maladie d’Alzheimer. Cette soumission fait suite aux discussions menées par Biogen avec la FDA et inclut les données cliniques des études de phase 3 EMERGE et ENGAGE, et de l’étude de phase 1b PRIME.

Valbiotis : feu vert pour l’étude internationale de Phase II/III avec TOTUM-63 pour la réduction des facteurs de risque du diabète de type 2

Publié le 8 juillet 2020
Valbiotis : feu vert pour l'étude internationale de Phase II/III avec TOTUM-63 pour la réduction des facteurs de risque du diabète de type 2

Valbiotis, entreprise de Recherche et Développement engagée dans l’innovation scientifique, pour la prévention et la lutte contre les maladies métaboliques, a annoncé avoir reçu l’avis favorable du CPP et l’autorisation de l’ANSM de lancer l’étude clinique internationale de Phase II/III REVERSE-IT avec TOTUM-63, pour la réduction des facteurs de risque du diabète de type 2.

Genopole : Gilles Lasserre nommé directeur général

Publié le 8 juillet 2020
Genopole : Gilles Lasserre nommé directeur général

Mardi 7 juillet, l’assemblée générale du Groupement d’intérêt public (GIP) Genopole a nommé Gilles Lasserre, nouveau directeur général de Genopole. M. Lasserre entrera en fonction le 1er septembre succédant à Anne Jouvenceau, directrice générale adjointe qui a occupé le poste en intérim depuis le départ de Jean-Marc Grognet, en février 2020.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents