Edition du 18-02-2019

Accueil » Industrie » Médecine » Recherche

Le Consortium PACIFIC entend redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP)

Publié le vendredi 25 janvier 2019

Le Consortium PACIFIC entend redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP)Sanofi, Servier, Medicen Paris-Région, Bpifrance, le Secrétariat Général Pour l’Investissement, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, l’Inserm, Bioserenity, Casis, Fealinx et Firalis ont annoncé le lancement du consortium PACIFIC (Physiopathologie, Classification, Innovation dans l’Insuffisance Cardiaque) pour redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP).

Les maladies cardiovasculaires sont de loin la première cause de mortalité dans le monde et parmi ces pathologies, l’insuffisance cardiaque (IC), qui affecte près d’un million de personnes en France1,est en constante augmentation. La moitié des patients en insuffisance cardiaque présente une forme dite à fraction d’éjection préservée (ICFEP), pathologie complexe, méconnue, très hétérogène et souvent associée à de multiples comorbidités.

La maladie est source d’un grand nombre d’hospitalisations, avec des répercussions importantes sur la qualité de vie des patients et un impact significatif sur les dépenses de santé. Le pronostic de cette pathologie reste sombre : un patient sur deux2décède dans les cinq ans qui suivent son apparition.

Le diagnostic de cette maladie est difficile car il n’existe aucun test diagnostic spécifique. A ce jour, aucun traitementdans l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée n’a fait ses preuves sur la réduction de la mortalité ou du nombre d’hospitalisations. L’ICFEP reste le plus grand besoin médical non satisfait en cardiologie.

Une nouvelle approche de la maladie, transdisciplinaire et structurante

La création du consortium PACIFIC a pour ambition de redéfinir l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP), à travers une approche globale qui associe avancées scientifiques et technologies de rupture. L’objectif majeur est d’améliorer la prise en charge des patients et leur permettre de suivre un parcours de soins adapté.

PACIFIC est un Projet de recherche et développement Structurant Pour la Compétitivité (PSPC) de la recherche médicale française qui s’inscrit sur une durée de cinq ans. Opérés par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir, les PSPC ont pour vocation de structurer les filières industrielles ou d’en faire émerger de nouvelles, grâce à la collaboration de partenaires privés et académiques autour d’un projet ambitieux. PACIFIC a fait l’objet d’un appel à projet en 2017, lancé par les laboratoires Sanofi et Servier, conjointement avec le pôle de compétitivité Medicen Paris Région.

Le projet PACIFIC a pour objectif majeur de redéfinir l’ICFEP afin de :

. Mieux comprendre l’hétérogénéité des profils de patients (phénotypes) en mettant en place une étude clinique prospective pour collecter des données plus exhaustives.
. Pouvoir stratifier la population de patients dans des sous-groupes plus homogènes.
. Appliquer les innovations les plus récentes dans le domaine de l’intelligence artificielle (apprentissage machine non supervisé et supervisé) en santé, pour permettre une analyse approfondie des données et développer une médecine de précision.
. Développer des outils diagnostiques spécifiques.
. Structurer une filière d’innovation en France autour de l’ICFEP.

Un projet au service du parcours de soins du patient
Les avancées scientifiques et technologiques qui seront réalisées dans le cadre du projet PACIFIC, devraient permettre de proposer aux patients souffrant d’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP), un diagnostic personnalisé, simple et rapide ainsi qu’un parcours de soins optimisé en vie réelle.

Ces progrès seront possibles grâce au développement et la validation de nouveaux algorithmes permettant la stratification des patients. De plus, la progression des connaissances de l’ICFEP et les expériences acquises tout au long du projet, pourraient ouvrir la voie au développement de futurs traitements personnalisés pour chaque sous-population de patients atteints d’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée (ICFEP).

Un projet innovant et unique, réunissant des partenaires clés de la santé en France

Financé par des fonds publics et privés et coordonné par l’AP-HP qui assurera notamment la réalisation en tant que promoteur de l’étude clinique, le projet PACIFIC réunit au sein d’un consortium piloté par Sanofi, l’expertise clinique et de recherche de grands acteurs de la santé en France :

– Sanofi et Servier apporteront leurs compétences en matière de Data management, d’analyses biologiques et biostatistiques en vue de développer à moyen terme de nouvelles solutions thérapeutiques.

– Les cinq centres cardiologiques et d’investigations cliniques experts de l’AP-HP– Hôpital Européen Georges Pompidou (HEGP), Bichat, Henri-Mondor, Lariboisière, Pitié-Salpêtrière recruteront les patients sous la coordination du Pr Jean-Sébastien Hulot, HEGP.

– L’unité 979 / 7587 « Physique des ondes pour la médecine » (unité Inserm – CNRS-ESPCI), l’unité U970 « Paris Centre de Recherche Cardiovasculaire – PARCC » (Unité Inserm – Université Paris-Descartes) et l’unité 1146 « Laboratoire d’imagerie biomédicale – LIB »(unité Inserm – CNRS – Sorbonne Université) apporteront leur expertise dans le domaine des ultrasons biomédicaux et de l’analyse de l’imagerie cardiovasculaire.

– Les quatre PME développeront des technologies et logiciels innovants de mesure et d’analyse : Bioserenity (textiles connectés pour suivi des patients à distance), Casis (logiciels d’analyses d’images par IA), Fealinx (développement d’algorithmes d’IA), et Firalis (biomarqueurs diagnostiques solubles et moléculaires).

Cette collaboration, est possible grâce au soutien de Medicen-Paris-Région, fédérateur de l’ensemble des acteurs d’innovation en santé en Ile-de-France et de l’excellence de l’écosystème scientifique français.

Source : Communiqué de Sanofi, Servier, Medicen Paris-Région, Bpifrance, le Secrétariat Général Pour l’Investissement, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, l’Inserm, Bioserenity, Casis, Fealinx et Firalis – 21 janvier 2018








MyPharma Editions

L’ANSM rend un avis favorable pour une ATU de cohorte pour le larotrectinib

Publié le 18 février 2019
L’ANSM rend un avis favorable pour une ATU de cohorte pour le larotrectinib

La Commission d’évaluation initiale du rapport entre les bénéfices et les risques de l’ANSM s’est prononcée le 31 janvier 2019 en faveur de la demande d’Autorisation temporaire d’utilisation de cohorte (ATUc) pour le larotrectinib, dans l’indication du Traitement des patients adultes et pédiatriques atteints de tumeurs solides localement avancées ou métastatiques présentant une fusion NTRK (Neurotrophic Tyrosine Receptor Kinase) réfractaires aux traitements standards ou en l’absence d’alternative thérapeutique appropriée.

Oncologie : Sanofi et NH TherAGuIX s’associent pour la production d’une nanoparticule innovante

Publié le 18 février 2019
Oncologie : Sanofi et NH TherAGuIX s’associent pour la production d'une nanoparticule innovante

AGuIX® est une nanoparticule innovante qui est issue de la découverte de NH TherAGuIX, une start-up française basée à Lyon et créée en 2015 par deux chercheurs, Géraldine Le Duc et Olivier Tillement. Ce médicament radiosensibilisant est en cours de développement clinique dans le traitement des tumeurs solides par radiothérapie, avec une entrée en Phase 2 prochaine sur l’indication des métastases cérébrales.

Lysogene : 1er patient traité dans l’essai de phase 2/3 évaluant une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA

Publié le 15 février 2019
Lysogene : 1er patient traité dans l’essai de phase 2/3 évaluant une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA

Lysogene, société biopharmaceutique spécialisée dans la thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), et Sarepta Therapeutics, , société leader dans la médecine de précision génétique pour les maladies rares, ont annoncé le traitement du premier patient dans l’étude clinique internationale de Phase 2/3 (AAVance), évaluant LYS-SAF302, une thérapie génique pour la mucopolysaccharidose de type IIIA (MPS IIIA).

Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

Publié le 14 février 2019
Dominique Pon et Laura Létourneau en charge de la transformation numérique en santé

A l’occasion du premier comité de suivi de Ma Santé 2022 à la fin de l’année 2018, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a nommé Dominique Pon responsable stratégique et Laura Létourneau déléguée opérationnelle d’une task force

Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Publié le 14 février 2019
Onxeo : cinq études précliniques démontrant le profil unique d’AsiDNA™ présentées au congrès 2019 de l’AACR

Onxeo a annoncé la présentation des résultats de cinq études précliniques démontrant le profil différencié d’AsiDNA™, inhibiteur first-in-class de la réponse aux dommages de l’ADN, renforçant son potentiel en clinique et mettant en évidence son mécanisme d’action unique, lors du prochain Congrès annuel de l’AACR (American Association for Cancer Research), qui se tiendra du 29 mars au 3 avril 2019 à Atlanta (Géorgie), États-Unis.

WeHealth by Servier et le MIT signent un partenariat dans la santé connectée à domicile

Publié le 13 février 2019
WeHealth by Servier et le MIT signent un partenariat dans la santé connectée à domicile

WeHealth by Servier, la direction e-santé du groupe Servier, et l’AgeLab, rattaché au Massachusetts Institute of Technology (MIT), ont annoncé aujourd’hui la signature d’un accord de partenariat qui vise à définir les nouvelles opportunités du marché des objets connectés à domicile.

Médicaments pédiatriques : les avis et recommandations du Comité de l’EMA

Publié le 13 février 2019
Médicaments pédiatriques : les avis et recommandations du Comité de l’EMA

L’ANSM vient de publier un point sur les derniers avis et recommandations du Comité des médicaments pédiatriques (PDCO) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) qui s’est réuni du 11-14 décembre 2018. Le PDCO a rendu au cours de cette session 6 avis favorables révisés de PIPs, dans les indications suivantes :

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents

L'application Iphone MyPharma Editions