Edition du 09-12-2022

Le marché pharmaceutique de ville toujours en récession sur 2013

Publié le vendredi 21 mars 2014

Le marché pharmaceutique de ville français est en récession pour la 2ème année consécutive, selon les résultats de l’étude Intelligence.360 d’IMS Health. Évalué à 20 milliards d’euros en prix fabricant hors taxes, il affiche ainsi une récession de plus de 2 % en valeur et une stagnation en unités.

« Cette récession s’explique principalement par les baisses de prix décidées par le gouvernement dans le cadre de la Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 », constate le cabinet. Le taux de pénétration des génériques au sein du répertoire est demeuré élevé en 2013, aux environs de 80 %. Des pertes de brevets sont encore attendues, même si elles seront moins nombreuses qu’au cours des dernières années. Des évolutions du répertoire pourraient intervenir à la suite de l’avis de l’Autorité de la concurrence sur le paracétamol.

L’hôpital a affiché une croissance inférieure à 1 % en 2013, pour un chiffre d’affaires à prix réels de 6 milliards d’euros, les ventes à prix officiels avoisinant les 8 milliards d’euros. Claude Le Pen, professeur d’économie de la santé et consultant pour IMS Health, explique « qu’un peu moins de la moitié de ces achats sont financés sur la « liste en sus », dite liste DMI-MO (dispositif médical implantable-médicament onéreux), qui permet aux hôpitaux d’obtenir des financements particuliers pour acheter ces produits, constitués pour moitié d’anticancéreux ».

Enfin, toujours sur le marché français, le segment de l’automédication, définie comme la part des produits de prescription médicale facultative (PMF) achetée sans ordonnance, a connu une croissance faible mais positive en 2013 (1%). En revanche, la prescription médicale de ces produits de PMF a fortement diminué (-6%). Elle avait été gonflée en 2012 par le déremboursement de produits comme le Tanakan®.

Une nouvelle année de baisse attendue en 2014

En 2014 (et probablement en 2015), le marché français de ville devrait à nouveau enregistrer une baisse de l’ordre de 2 %, conduisant à une situation inédite de quatre années de récession… C’est la conséquence directe des mesures votées dans le cadre de la LFSS (2) pour 2014, notamment de nouvelles baisse de prix, « l’optimisation » des prescriptions et la « rationalisation » achats hospitaliers : au final, les mesures de régulation devraient à nouveau dépasser le milliard d’euros.

Pour 2015, Claude Le Pen estime que la situation dépendra de l’effort supplémentaire que le gouvernement demandera à la santé : « L’ONDAM (3), qui était cette année à 2,4 %, pourrait être inférieur à 2 % l’an prochain. Cela impliquerait de trouver plus 1 milliard d’euros d’économies supplémentaires s’ajoutant aux 2,4 Mds trouvés en 2014 ». Si la contribution du médicament est difficile à estimer à l’heure actuelle, il estime « que les baisses de prix ne sont pas éternellement reproductibles ».

Le métier de pharmacien à un tournant

Après la signature de la Convention avec les pharmaciens d’officine en Avril 2012 qui a introduit la rémunération à la performance, l’année 2013 a été dominée par les négociations sur la nouvelle marge officinale (avec un élément forfaitaire) et sur la rémunération des « nouvelles missions » définies par la loi HPST (4). Claude Le Pen note que « le métier de pharmacien est à un tournant. L’assurance-maladie cherche à déconnecter la rémunération du pharmacien de son CA et à promouvoir les services aux patients. Les syndicats sont préoccupés de trouver des compensations aux baisses de marges consécutives au tassement des ventes de médicaments ». Une convergence d’intérêt est donc possible même si certains désaccords subsistent notamment en ce qui concerne les effets redistributifs des nouvelles marges en fonction des caractéristiques des officines.

Biosimilaires : vers la substitution en France ?

La France a adopté à l’occasion du vote de la LFSS pour 21014 une législation pratiquement unique au monde pour la substitution en officine des produits dits « biosimilaires », c’est-à-dire la copie de produits biologiques hors brevet. La législation européenne a défini pour ces produits un cadre légal différent de celui des génériques, avec notamment la nécessité de produire des preuves d’efficacité clinique à l’enregistrement. L’enjeu est important, le marché des produits biologiques étant estimé à 7 Mds€ en 2013. Vincent Bildstein souligne toutefois que, « si le chantier est ouvert, les mesures annoncées suscitent un grand nombre de questions et que beaucoup d’éléments restent à préciser : liste des produits concernés, obligations des médecins et des pharmaciens, incitations à la substitution pour les pharmaciens… ».

Source : IMS Health (Etude Intelligence.360)








MyPharma Editions

Le Campus Biotech Digital noue un partenariat avec Oteci pour développer les modules de formation de la plateforme immerscio.bio

Publié le 9 décembre 2022
Le Campus Biotech Digital noue un partenariat avec Oteci pour développer les modules de formation de la plateforme immerscio.bio

La filière de bioproduction française, regroupée au sein du Campus Biotech Digital, consortium industriel de premier plan mené par bioMérieux, Sanofi et Servier, noue un partenariat avec Oteci (Organisation de la Transmission d’Expériences et de Compétences Intergénérationnelle), association d’experts seniors bénévoles. Ces derniers sont ainsi mobilisés afin de construire les modules de formation 100% digitaux de la plateforme immerscio.bio répondant aux critères de qualité et de conformité requis par l’industrie des biotechnologies.

PDC*line Pharma : 1ers résultats immunologiques de son essai de phase I/II avec PDC*lung01 présentés à l’ESMO-IO 2022

Publié le 9 décembre 2022
PDC*line Pharma : 1ers résultats immunologiques de son essai de phase I/II avec PDC*lung01 présentés à l'ESMO-IO 2022

PDC*line Pharma, une société de biotechnologie développant une nouvelle classe d’immunothérapies actives anti-cancéreuses, puissantes et facilement industrialisables, a annoncé les premiers résultats immunologiques de l’essai clinique de phase I/II PDC-LUNG-101 (NCT03970746) avec PDC*lung01, son candidat vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC).

Création d’une Graduate School dédiée aux maladies infectieuses émergentes

Publié le 8 décembre 2022
Création d'une Graduate School dédiée aux maladies infectieuses émergentes

Le projet « Maladies Infectieuses Émergentes 1H-EID », porté par Université Paris Cité, avec l’Institut Pasteur, l’École nationale vétérinaire d’Alfort, et Sorbonne Université, est lauréat de la deuxième vague de l’appel à manifestation d’intérêt « Compétences et Métiers d’Avenir » (AMI-CMA). Ce soutien de près de 5,9 M € pour 5 ans permettra de créer une Graduate School (École Universitaire de Recherche, EUR) offrant une formation multidisciplinaire d’excellence, basée sur la recherche, dans le domaine des maladies infectieuses émergentes.

Domain Therapeutics renforce son comité scientifique avec la nomination de deux spécialistes de l’immuno-oncologie

Publié le 8 décembre 2022
Domain Therapeutics renforce son comité scientifique avec la nomination de deux spécialistes de l’immuno-oncologie

Domain Therapeutics, société biopharmaceutique spécialisée dans la recherche et le développement de médicaments innovants ciblant les récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) appliqués à l’immuno-oncologie, a annoncé aujourd’hui la nomination des Prof Antoine Italiano et Prof John Stagg à son comité scientifique.

COVID-19 : SpikImm reçoit un financement de 15 millions d’euros attribué par France 2030

Publié le 7 décembre 2022
COVID-19 : SpikImm reçoit un financement de 15 millions d’euros attribué par France 2030

SpikImm, entreprise de biotechnologie créée en 2021 par Truffle Capital en collaboration avec l’Institut Pasteur, se voit attribuer une participation du programme France 2030 à hauteur de 15 millions d’euros sur son projet « PROPHYMAB » soutenu dans le cadre de la Stratégie d’Accélération « Maladies Infectieuses Emergentes et Menaces NRBC ».

OmniSpirant et EVerZom annoncent le lancement du projet INSPIRE pour développer une thérapie génique inédite dans le cancer du poumon

Publié le 7 décembre 2022
OmniSpirant et EVerZom annoncent le lancement du projet INSPIRE pour développer une thérapie génique inédite dans le cancer du poumon

OmniSpirant, société biopharmaceutique irlandaise spécialisée dans le développement de thérapies géniques régénératives inhalées first-in-class, et EVerZom, société biopharmaceutique spécialisée dans la bioproduction de vésicules extracellulaires (ou exosomes), ont annoncé avoir obtenu un financement de 12,8 millions d’Euros dans le cadre du programme de recherche et d’innovation Horizon Europe pour faire progresser le développement d’une thérapie génique régénératrice comme nouveau traitement dans le cancer du poumon.

Apmonia Therapeutics annonce le lancement du programme THROMBOTAX avec le soutien de l’ANR

Publié le 7 décembre 2022
Apmonia Therapeutics annonce le lancement du programme THROMBOTAX avec le soutien de l’ANR

Apmonia Therapeutics, société de biotechnologie développant de nouvelles stratégies thérapeutiques basées sur des approches peptidiques avec des applications thérapeutiques notamment dans le domaine de l’oncologie, a annoncé le lancement d’un programme de recherche et développement soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents