Edition du 04-07-2022

Les anesthésistes-réanimateurs face à la pénurie de médicaments

Publié le vendredi 19 août 2011

La Société Française d’Anesthésie‐Réanimation (SFAR) lance l’alerte face à la « pénurie » et à la « disparition » de médicaments « indispensables » qui menacent la sécurité des patients. Qu’elles soient liées à des pénuries temporaires ou à la décision des laboratoires de cesser la fabrication, les ruptures de stocks des médicaments d’anesthésie réanimation sont récurrentes depuis plusieurs années, expliquent les anesthésistes‐réanimateurs de la SFAR dans un communiqué.

« Souvent anciens, ces produits sûrs, aux effets documentés et au rapport bénéfice risque éprouvé ont pour point commun d’avoir un coût très faible, comme la plupart des médicaments utilisés quotidiennement en anesthésie‐réanimation, et d’être tombés dans le domaine public, c’est à‐dire d’être produits par des fabricants de génériques », indique la SFAR qui souligne que « dans bien des cas, on ne peut leur substituer aucune autre spécialité sans nuire à la qualité des soins et/ou augmenter considérablement le coût des interventions ».

Qu’elles soient liées à des pénuries temporaires ou à la décision des laboratoires de cesser la fabrication, les ruptures de stocks des médicaments d’anesthésie réanimation sont récurrentes depuis plusieurs années ; un phénomène qui s’intensifie au point d’inquiéter la SFAR. « Nous en venons à nous demander si nous pourrons continuer d’assurer la prise en charge des patients. Si l’on ne trouve pas de solution, le risque existe que l’on ne puisse plus réaliser d’anesthésie dans le cadre d’actes chirurgicaux ou diagnostiques », déclare le docteur Laurent Jouffroy, Président de la SFAR.

Les ruptures de stocks concernent des médicaments utilisés par les anesthésistes réanimateurs pour réaliser des anesthésies locales, locorégionales, péridurales (dont les péridurales obstétricales), des anesthésies générales, sans omettre la gestion de la douleur, notamment dans le cadre des soins d’urgence. Ainsi, récemment, le thiopental, un hypnotique utilisé depuis 1936, indiqué dans l’induction de l’anesthésie à séquence rapide chez les patients à l’estomac plein [1], mais aussi dans le traitement des traumatismes crâniens graves ou de certains états de mal épileptique, a cessé d’être commercialisé par le laboratoire américain qui approvisionnait les établissements hospitaliers français. Or, aucun autre produit ne permet, dans les indications du thiopental, d’assurer une sécurité équivalente au patient.

Le laboratoire a prévenu l’Afssaps de l’arrêt de la commercialisation de ce produit peu coûteux, 6 mois en amont de l’échéance, selon les dispositions prévues par le Code de la Santé (article L51246). Cependant, l’agence, qui a le pouvoir d’autoriser ou de suspendre des autorisations de mise sur le marché (AMM), ne dispose d’aucun moyen de contraindre un laboratoire à la commercialisation ou à la production d’un produit. Si dans un premier temps, le recours à un laboratoire allemand a permis d’éviter de justesse la pénurie, l’ampleur de la demande a nécessité, très vite, d’avoir recours à un fabricant de génériques, allemand lui aussi.

Selon la SFAR, d’autres médicaments sont aussi concernés par le risque de rupture de stock, comme la lidocaïne adrénalinée, dont la production par le laboratoire détenteur de la marque commerciale cesse : ce produit utilisé pour les péridurales, notamment lors des accouchements, ou encore les anesthésies locales ou locorégionales, fait partie de l’arsenal quotidien des professionnels de santé, dont les anesthésistes‐réanimateurs. Autre exemple, le propofol, un agent anesthésique au prix dérisoire (moins de 1 € l’ampoule) qui a révolutionné l’anesthésie générale (utilisé dans 90 % de ces actes) et contribue à la sécurité des patients.

La SFAR souligne que le dénominateur commun de ces ruptures de stocks semble être le faible prix des produits concernés, voire peut‐être, une très faible rentabilité de leur production et de leur commercialisation. Les anesthésistes‐réanimateurs de la SFAR sont inquiets pour les 8 millions de patients qu’ils prennent en charge, chaque année, et pour les millions d’autres qui auront besoin de médicaments ayant les mêmes caractéristiques et utilisés en chirurgie, dermatologie, dentisterie et soins d’urgence.

Les anesthésistes‐réanimateurs de la SFAR appellent leurs collègues professionnels de santé mais aussi les patients à être vigilants « afin de réagir en amont d’une nouvelle crise et d’éviter une dégradation de la qualité des soins préjudiciable à tous ».

Source : SFAR








MyPharma Editions

Sensorion : approbation en Australie de l’essai clinique de preuve de concept du SENS-401

Publié le 1 juillet 2022
Sensorion : approbation en Australie de l’essai clinique de preuve de concept du SENS-401

Sensorion, société biotechnologique pionnière au stade clinique dédiée au développement de thérapies innovantes pour restaurer, traiter et prévenir les pertes d’audition, vient d’annoncer que le lancement d’une étude clinique de preuve de concept (POC) du SENS-401 (Arazasetron) chez les patients devant bénéficier d’un implant cochléaire a été approuvé par les autorités réglementaires en Australie.

Pierre Fabre et la Fondation EspeRare administrent un traitement expérimental à leur 1er patient dans le cadre de l’essai EDELIFE portant sur la XLHED

Publié le 1 juillet 2022
Pierre Fabre et la Fondation EspeRare administrent un traitement expérimental à leur 1er patient dans le cadre de l'essai EDELIFE portant sur la XLHED

La Fondation EspeRare et le groupe Pierre Fabre ont annoncé aujourd’hui que, dans le cadre de l’essai clinique EDELIFE, le premier patient avait reçu les trois injections prévues. Cet essai pivot est le premier en son genre, car le traitement est administré au bébé atteint de XLHED (dysplasie ectodermique hypohidrotique liée au chromosome X) alors qu’il se trouve encore dans l’utérus de sa mère. L’objectif de cet essai est de confirmer l’efficacité et l’innocuité d’ER004 pour le traitement prénatal des garçons atteints de XLHED.

Onxeo : la demande initiale d’IND pour AsiDNA a reçu l’approbation « Study May Proceed » de la part de la FDA

Publié le 1 juillet 2022
Onxeo : la demande initiale d’IND pour AsiDNA a reçu l’approbation « Study May Proceed » de la part de la FDA

Onxeo, société de biotechnologie au stade clinique spécialisée dans le développement de médicaments innovants ciblant les mécanismes de réponse aux dommages de l’ADN tumoral (DDR) pour lutter contre les cancers rares ou résistants, a annoncé que la Food and Drug Administration (FDA) a approuvé la demande initiale d’Investigational New Drug (IND) pour AsiDNA, son candidat médicament « first-in-class ». Il s’agit de la première IND déposée par Onxeo depuis l’arrivée de l’équipe américaine en avril 2022.

Cellectis dévoile dans Nature Communications de nouvelles cellules CAR T universelles immuno-évasives dotées d’une persistance potentiellement améliorée

Publié le 1 juillet 2022
Cellectis dévoile dans Nature Communications de nouvelles cellules CAR T universelles immuno-évasives dotées d'une persistance potentiellement améliorée

Cellectis, société de biotechnologie de stade clinique, qui utilise sa technologie pionnière d’édition de génome TALEN® pour développer de potentielles thérapies innovantes pour le traitement de maladies graves, vient de publier des données de recherche sur ses nouvelles cellules CAR T universelles aux propriétés immuno-évasives dans Nature Communications, suite à sa présentation orale à l’American Society of Cell and Gene Therapy (ASGCT) le 16 mai dernier.

NèreS élit son nouveau conseil d’Administration et renouvelle son bureau

Publié le 30 juin 2022
NèreS élit son nouveau conseil d’Administration et renouvelle son bureau

Lors de son Assemblée générale annuelle, NèreS (ex. AFIPA), organisation professionnelle qui représente les laboratoires pharmaceutiques produisant et commercialisant des produits de santé et de prévention de premier recours disponibles en pharmacie sans ordonnance (médicaments, dispositifs médicaux et compléments alimentaires), a élu son nouveau Conseil d’administration pour les deux prochaines années. A cette occasion, Vincent COTARD a été reconduit comme Président de NèreS à l’unanimité.

Thérapies cellulaires : Galapagos acquiert CellPoint et AboundBio

Publié le 30 juin 2022
Thérapies cellulaires : Galapagos acquiert CellPoint et AboundBio

Galapagos, CellPoint et AboundBio ont annoncé aujourd’hui avoir conclu un accord définitif avec Galapagos, propulsant Galapagos dans la thérapie cellulaire de nouvelle génération tout en élargissant considérablement son portefeuille de recherche et ses capacités.

Amolyt Pharma : Mark Sumeray nommé au poste de Chief Medical Officer

Publié le 30 juin 2022
Amolyt Pharma : Mark Sumeray nommé au poste de Chief Medical Officer

Amolyt Pharma, société spécialisée dans le développement de peptides thérapeutiques ciblant les maladies endocriniennes rares, a annoncé le recrutement de Mark Sumeray, M.D., MS, FRCS, figure du secteur des biotechnologies, au poste de Chief Medical Officer. Mark Sumeray occupait la fonction de Chief Medical Officer d’Amryt Pharmaceuticals, depuis septembre 2016.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents