Edition du 19-10-2021

Les anesthésistes-réanimateurs face à la pénurie de médicaments

Publié le vendredi 19 août 2011

La Société Française d’Anesthésie‐Réanimation (SFAR) lance l’alerte face à la « pénurie » et à la « disparition » de médicaments « indispensables » qui menacent la sécurité des patients. Qu’elles soient liées à des pénuries temporaires ou à la décision des laboratoires de cesser la fabrication, les ruptures de stocks des médicaments d’anesthésie réanimation sont récurrentes depuis plusieurs années, expliquent les anesthésistes‐réanimateurs de la SFAR dans un communiqué.

« Souvent anciens, ces produits sûrs, aux effets documentés et au rapport bénéfice risque éprouvé ont pour point commun d’avoir un coût très faible, comme la plupart des médicaments utilisés quotidiennement en anesthésie‐réanimation, et d’être tombés dans le domaine public, c’est à‐dire d’être produits par des fabricants de génériques », indique la SFAR qui souligne que « dans bien des cas, on ne peut leur substituer aucune autre spécialité sans nuire à la qualité des soins et/ou augmenter considérablement le coût des interventions ».

Qu’elles soient liées à des pénuries temporaires ou à la décision des laboratoires de cesser la fabrication, les ruptures de stocks des médicaments d’anesthésie réanimation sont récurrentes depuis plusieurs années ; un phénomène qui s’intensifie au point d’inquiéter la SFAR. « Nous en venons à nous demander si nous pourrons continuer d’assurer la prise en charge des patients. Si l’on ne trouve pas de solution, le risque existe que l’on ne puisse plus réaliser d’anesthésie dans le cadre d’actes chirurgicaux ou diagnostiques », déclare le docteur Laurent Jouffroy, Président de la SFAR.

Les ruptures de stocks concernent des médicaments utilisés par les anesthésistes réanimateurs pour réaliser des anesthésies locales, locorégionales, péridurales (dont les péridurales obstétricales), des anesthésies générales, sans omettre la gestion de la douleur, notamment dans le cadre des soins d’urgence. Ainsi, récemment, le thiopental, un hypnotique utilisé depuis 1936, indiqué dans l’induction de l’anesthésie à séquence rapide chez les patients à l’estomac plein [1], mais aussi dans le traitement des traumatismes crâniens graves ou de certains états de mal épileptique, a cessé d’être commercialisé par le laboratoire américain qui approvisionnait les établissements hospitaliers français. Or, aucun autre produit ne permet, dans les indications du thiopental, d’assurer une sécurité équivalente au patient.

Le laboratoire a prévenu l’Afssaps de l’arrêt de la commercialisation de ce produit peu coûteux, 6 mois en amont de l’échéance, selon les dispositions prévues par le Code de la Santé (article L51246). Cependant, l’agence, qui a le pouvoir d’autoriser ou de suspendre des autorisations de mise sur le marché (AMM), ne dispose d’aucun moyen de contraindre un laboratoire à la commercialisation ou à la production d’un produit. Si dans un premier temps, le recours à un laboratoire allemand a permis d’éviter de justesse la pénurie, l’ampleur de la demande a nécessité, très vite, d’avoir recours à un fabricant de génériques, allemand lui aussi.

Selon la SFAR, d’autres médicaments sont aussi concernés par le risque de rupture de stock, comme la lidocaïne adrénalinée, dont la production par le laboratoire détenteur de la marque commerciale cesse : ce produit utilisé pour les péridurales, notamment lors des accouchements, ou encore les anesthésies locales ou locorégionales, fait partie de l’arsenal quotidien des professionnels de santé, dont les anesthésistes‐réanimateurs. Autre exemple, le propofol, un agent anesthésique au prix dérisoire (moins de 1 € l’ampoule) qui a révolutionné l’anesthésie générale (utilisé dans 90 % de ces actes) et contribue à la sécurité des patients.

La SFAR souligne que le dénominateur commun de ces ruptures de stocks semble être le faible prix des produits concernés, voire peut‐être, une très faible rentabilité de leur production et de leur commercialisation. Les anesthésistes‐réanimateurs de la SFAR sont inquiets pour les 8 millions de patients qu’ils prennent en charge, chaque année, et pour les millions d’autres qui auront besoin de médicaments ayant les mêmes caractéristiques et utilisés en chirurgie, dermatologie, dentisterie et soins d’urgence.

Les anesthésistes‐réanimateurs de la SFAR appellent leurs collègues professionnels de santé mais aussi les patients à être vigilants « afin de réagir en amont d’une nouvelle crise et d’éviter une dégradation de la qualité des soins préjudiciable à tous ».

Source : SFAR








MyPharma Editions

AB Science : autorisation de l’ANSM pour initier une étude avec la molécule AB8939 dans le traitement de la leucémie myéloïde aiguë

Publié le 19 octobre 2021

AB Science a annoncé avoir reçu l’autorisation de l’ANSM d’initier une étude clinique de Phase I/II (AB18001) évaluant la molécule AB8939 chez les patients atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) en rechute/réfractaire et de syndrome myélodysplasique (SMD) réfractaire. Cette autorisation intervient quelques semaines seulement après avoir reçu une autorisation similaire de l’autorité de santé canadienne [1].

Noxxon annonce l’expansion prévue de l’essai de phase 1/2 NOX-A12 dans le cancer du cerveau

Publié le 19 octobre 2021
Noxxon annonce l'expansion prévue de l'essai de phase 1/2 NOX-A12 dans le cancer du cerveau

Noxxon Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans le développement des traitements améliorés du cancer ciblant le microenvironnement tumoral (MET), a annoncé les plans d’expansion de son étude clinique de phase 1/2 en cours sur NOX-A12 en association avec la radiothérapie chez les patients atteints de glioblastome (cancer du cerveau).

Abivax rapporte d’excellents résultats d’efficacité à long terme dans l’étude de maintenance de phase 2b d’ABX464 dans la rectocolite hémorragique

Publié le 19 octobre 2021
Abivax rapporte d’excellents résultats d’efficacité à long terme dans l’étude de maintenance de phase 2b d’ABX464 dans la rectocolite hémorragique

Abivax, société de biotechnologie au stade clinique développant de nouveaux médicaments modulant le système immunitaire afin de traiter les maladies inflammatoires, les maladies virales et le cancer, rapporte les nouveaux résultats de son étude de maintenance de phase 2b en ouvert pour le traitement de la rectocolite hémorragique (RCH) avec une administration quotidienne de 50 mg d’ABX464 par voie orale.

Pharnext : les données de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A publiées dans l’Orphanet Journal of Rare Diseases

Publié le 19 octobre 2021

Pharnext, société biopharmaceutique à un stade clinique avancé, pionnière d’une nouvelle approche de développement de combinaisons de médicaments innovantes basée sur les Big Data génomiques et l’intelligence artificielle exploitant sa plateforme de PLEOTHERAPY(TM), a annoncé la publication des données de la première étude clinique de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (« CMT1A »), l’essai PLEO-CMT, dans l’Orphanet Journal of Rare Disease (« OJRD »).

Lysogene annonce une présentation de son programme LYS- GM101 à l’occasion de L’ESGCT 2021

Publié le 19 octobre 2021
Lysogene annonce une présentation de son programme LYS- GM101 à l’occasion de L’ESGCT 2021

Lysogene, société biopharmaceutique de phase 3 s’appuyant sur une plateforme technologique de thérapie génique ciblant les maladies du système nerveux central (SNC), a annoncé qu’elle fera une présentation orale à l’occasion de la conférence annuelle virtuelle de l’ESGCT 2021 sur son candidat-médicament de thérapie génique LYS-GM101 dans la gangliosidose à GM1.

Maladies génétiques : Qarnot et l’Institut Imagine démarrent des collaborations pour optimiser la puissance de calcul et accélérer la recherche

Publié le 19 octobre 2021
Maladies génétiques : Qarnot et l’Institut Imagine démarrent des collaborations pour optimiser la puissance de calcul et accélérer la recherche

Chaque année, Qarnot choisit une grande cause en mettant gratuitement de la puissance de calcul à la disposition d’associations ou de laboratoires de recherche. En 2021, Qarnot a choisi de soutenir l’Institut Imagine, premier centre de recherche, d’enseignement et de soins dédié aux maladies génétiques, sur le campus de l’Hôpital Necker-Enfants malades.

Ipsen et Accent Therapeutics signent un accord exclusif de collaboration mondiale

Publié le 18 octobre 2021
Ipsen et Accent Therapeutics signent un accord exclusif de collaboration mondiale

Ipsen et Accent Therapeutics ont signé un accord exclusif de collaboration mondiale pour la recherche, le développement, la fabrication et la commercialisation du programme METTL3 d’Accent. Cette collaboration avec Accent Therapeutics complète les partenariats annoncés dernièrement et soutient la stratégie d’expansion d’Ipsen dans les hémopathies malignes, avec un accent particulier sur la leucémie myéloïde aiguë.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents