Edition du 19-01-2021

Les anesthésistes-réanimateurs face à la pénurie de médicaments

Publié le vendredi 19 août 2011

La Société Française d’Anesthésie‐Réanimation (SFAR) lance l’alerte face à la « pénurie » et à la « disparition » de médicaments « indispensables » qui menacent la sécurité des patients. Qu’elles soient liées à des pénuries temporaires ou à la décision des laboratoires de cesser la fabrication, les ruptures de stocks des médicaments d’anesthésie réanimation sont récurrentes depuis plusieurs années, expliquent les anesthésistes‐réanimateurs de la SFAR dans un communiqué.

« Souvent anciens, ces produits sûrs, aux effets documentés et au rapport bénéfice risque éprouvé ont pour point commun d’avoir un coût très faible, comme la plupart des médicaments utilisés quotidiennement en anesthésie‐réanimation, et d’être tombés dans le domaine public, c’est à‐dire d’être produits par des fabricants de génériques », indique la SFAR qui souligne que « dans bien des cas, on ne peut leur substituer aucune autre spécialité sans nuire à la qualité des soins et/ou augmenter considérablement le coût des interventions ».

Qu’elles soient liées à des pénuries temporaires ou à la décision des laboratoires de cesser la fabrication, les ruptures de stocks des médicaments d’anesthésie réanimation sont récurrentes depuis plusieurs années ; un phénomène qui s’intensifie au point d’inquiéter la SFAR. « Nous en venons à nous demander si nous pourrons continuer d’assurer la prise en charge des patients. Si l’on ne trouve pas de solution, le risque existe que l’on ne puisse plus réaliser d’anesthésie dans le cadre d’actes chirurgicaux ou diagnostiques », déclare le docteur Laurent Jouffroy, Président de la SFAR.

Les ruptures de stocks concernent des médicaments utilisés par les anesthésistes réanimateurs pour réaliser des anesthésies locales, locorégionales, péridurales (dont les péridurales obstétricales), des anesthésies générales, sans omettre la gestion de la douleur, notamment dans le cadre des soins d’urgence. Ainsi, récemment, le thiopental, un hypnotique utilisé depuis 1936, indiqué dans l’induction de l’anesthésie à séquence rapide chez les patients à l’estomac plein [1], mais aussi dans le traitement des traumatismes crâniens graves ou de certains états de mal épileptique, a cessé d’être commercialisé par le laboratoire américain qui approvisionnait les établissements hospitaliers français. Or, aucun autre produit ne permet, dans les indications du thiopental, d’assurer une sécurité équivalente au patient.

Le laboratoire a prévenu l’Afssaps de l’arrêt de la commercialisation de ce produit peu coûteux, 6 mois en amont de l’échéance, selon les dispositions prévues par le Code de la Santé (article L51246). Cependant, l’agence, qui a le pouvoir d’autoriser ou de suspendre des autorisations de mise sur le marché (AMM), ne dispose d’aucun moyen de contraindre un laboratoire à la commercialisation ou à la production d’un produit. Si dans un premier temps, le recours à un laboratoire allemand a permis d’éviter de justesse la pénurie, l’ampleur de la demande a nécessité, très vite, d’avoir recours à un fabricant de génériques, allemand lui aussi.

Selon la SFAR, d’autres médicaments sont aussi concernés par le risque de rupture de stock, comme la lidocaïne adrénalinée, dont la production par le laboratoire détenteur de la marque commerciale cesse : ce produit utilisé pour les péridurales, notamment lors des accouchements, ou encore les anesthésies locales ou locorégionales, fait partie de l’arsenal quotidien des professionnels de santé, dont les anesthésistes‐réanimateurs. Autre exemple, le propofol, un agent anesthésique au prix dérisoire (moins de 1 € l’ampoule) qui a révolutionné l’anesthésie générale (utilisé dans 90 % de ces actes) et contribue à la sécurité des patients.

La SFAR souligne que le dénominateur commun de ces ruptures de stocks semble être le faible prix des produits concernés, voire peut‐être, une très faible rentabilité de leur production et de leur commercialisation. Les anesthésistes‐réanimateurs de la SFAR sont inquiets pour les 8 millions de patients qu’ils prennent en charge, chaque année, et pour les millions d’autres qui auront besoin de médicaments ayant les mêmes caractéristiques et utilisés en chirurgie, dermatologie, dentisterie et soins d’urgence.

Les anesthésistes‐réanimateurs de la SFAR appellent leurs collègues professionnels de santé mais aussi les patients à être vigilants « afin de réagir en amont d’une nouvelle crise et d’éviter une dégradation de la qualité des soins préjudiciable à tous ».

Source : SFAR








MyPharma Editions

Quantum Genomics : lancement d’une étude Pivotale de Phase III dans l’Hypertension Artérielle Difficile à Traiter

Publié le 18 janvier 2021
Quantum Genomics : lancement d'une étude Pivotale de Phase III dans l'Hypertension Artérielle Difficile à Traiter

Quantum Genomics, entreprise biopharmaceutique spécialisée dans le développement d’une nouvelle classe de médicaments agissant directement sur le cerveau pour traiter l’hypertension artérielle résistante et l’insuffisance cardiaque, a annoncé le lancement de l’étude REFRESH dans l’hypertension artérielle difficile à traiter (1) ou résistante(2).

COVID-19 : les données intermédiaires de la phase 1/2a du candidat vaccin de Johnson & Johnson publiées dans le NEJM

Publié le 18 janvier 2021

Des données intermédiaires de phase 1/2a ont été publiées le 13 janvier 2021 dans le New England Journal of Medicine (NEJM)1. Celles-ci démontrent qu’une dose unique du candidat vaccin COVID-19 (JNJ-78436735) – en cours de développement par Janssen (Johnson & Johnson) – induit une réponse immunitaire qui a duré au moins 71 jours, la durée évaluée dans cette étude. Une partie de ces données intermédiaires a été publiée sur medRxiv en septembre 2020.

Genkyotex : des résultats de Phase 1 positifs démontrant un profil pharmacocinétique et de sécurité favorable du setanaxib à hautes doses

Publié le 18 janvier 2021
Genkyotex : des résultats de Phase 1 positifs démontrant un profil pharmacocinétique et de sécurité favorable du setanaxib à hautes doses

Genkyotex, société biopharmaceutique leader des thérapies NOX, a annoncé des données positives d’une étude de Phase 1 qui démontrent un profil pharmacocinétique et de sécurité favorable du setanaxib à hautes doses chez des sujets sains.

DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

Publié le 15 janvier 2021
DBV Technologies : des avancées règlementaires sur Viaskin™ Peanut pour les enfants âgés de 4 à 11 ans

DBV Technologies a annoncé la réception de réponses écrites de la part de la Food and Drug Administration (FDA) américaine aux questions figurant dans la demande de réunion de type A que la société a présenté en octobre 2020. La demande de réunion de type A a été formulée suite à la réception par la société d’une Lettre de Réponse Complète (CRL) en lien avec sa demande de licence de produits biologiques (BLA) pour Viaskin™ Peanut (DBV712), un patch épicutané expérimental, non invasif, à prise quotidienne unique, visant à traiter l’allergie aux arachides chez les enfants âgés de 4 à 11 ans.

Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Publié le 15 janvier 2021
Erytech : recrutement du 1er patient dans une étude de phase 1 conduite par un investigateur avec eryaspase dans le traitement de 1ère ligne du cancer du pancréas

Erytech Pharma, société biopharmaceutique de stade clinique qui développe des thérapies innovantes en encapsulant des médicaments dans les globules rouges, a annoncé le recrutement du premier patient dans une étude clinique de phase 1, nommée rESPECT, conduite par un investigateur (IST), avec son produit phare, eryaspase, dans le traitement en première ligne du cancer du pancréas.

Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Publié le 15 janvier 2021
Biogen lance une étude en collaboration avec Apple pour développer des biomarqueurs digitaux

Biogen, entreprise pionnière en neurosciences, a annoncé une nouvelle étude en ligne, en collaboration avec Apple, pour étudier comment mieux surveiller ses capacités cognitives et dépister tout déclin cognitif, y compris l’apparition de troubles cognitifs légers (TCL), grâce à son Iphone ou son Apple Watch.

Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Publié le 15 janvier 2021
Transgene : Gaëlle Stadtler nommée Directrice des Ressources Humaines

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, a annoncé la nomination de Gaëlle Stadtler au poste de Directrice des Ressources Humaines. Gaëlle rejoint le Comité de Direction et rapportera directement à Hedi Ben Brahim, Président-Directeur général de Transgene.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents