Edition du 17-08-2022

Accueil » Et aussi » Médecine

Les étapes de l’appareillage auditif

Publié le mercredi 29 juin 2022

L’ouïe est un sens qui peut être altéré à n’importe quel moment. Lorsqu’on n’arrive plus à entendre comme il faut, l’appareillage auditif intervient alors pour redonner une bonne audition. Ce processus de correction de l’audition s’effectue en plusieurs étapes : le contrôle de l’audition, le port de l’appareil auditif, le suivi des conseils d’un audioprothésiste, l’adaptation à l’appareil et son entretien.

Faire contrôler son audition par un professionnel

La première étape à respecter dans l’appareillage auditif est de soumettre ses oreilles au contrôle d’un professionnel. Il s’agit du bilan auditif qui consiste pour le professionnel à effectuer des tests en vue d’examiner les difficultés auditives du patient. De ces tests, il peut relever la cause du problème d’audition.

Le bilan auditif peut être effectué par un médecin généraliste disposant d’une expertise en otologie. Au cours du premier entretien, le médecin questionne le patient sur la qualité de son environnement sonore. Il cherchera à comprendre si ses problèmes d’audition sont dus à un fort bruit, un traumatisme phonique ou au stress. Selon le cas, celui-ci aura à passer des examens médicaux (prise de tension, otoscopie, acoumétrie…) pour déterminer précisément la cause de sa surdité. Les résultats obtenus, il peut prescrire l’appareil qu’il faudra se procurer à l’aide d’un audioprothésiste. Sous la direction du généraliste, le patient peut facilement découvrir un audioprothésiste sur Nantes s’il habite en Loire-Atlantique par exemple. En revanche, si son problème auditif est plus compliqué, le médecin généraliste l’enverra vers un spécialiste en ORL (oto-rhino-laryngologie).

Chez le médecin oto-rhino-laryngologiste, le processus d’examen est similaire. Cependant, celui-ci possède un matériel plus évolué pour réaliser des examens précis. Une fois le diagnostic établi, il pourra délivrer au patient une ordonnance médicale.

Bilan auditif

Si la perte auditive est diagnostiquée, il faut envisager le port d’appareils auditifs

La consultation d’un professionnel en audition peut déboucher sur la prescription de médicaments pour soulager son audition ou sur le port obligatoire d’un appareil auditif. Dans ce dernier cas, il faudra se procurer un appareil auditif convenable.

Porter un appareil auditif peut sembler embarrassant, mais il n’en est rien. Avec un appareil auditif, les aptitudes de compréhension de la parole sont préservées. Les signaux auditifs qui sont transmis sont mieux perçus par le sujet afin de maintenir une capacité de compréhension correcte. L’appareil auditif agit en stimulant le cerveau chaque jour afin d’empêcher une détérioration des aptitudes à entendre.

Grâce à un appareil auditif, l’impact de la surdité sur la santé est limité. En effet, la perte de l’audition favorise l’affaiblissement des facultés cognitives et entraîne le développement des pathologies telles qu’Alzheimer. En utilisant un appareil auditif, on permet à son cerveau de fonctionner comme il faut pour un mode de vie sain.

Par ailleurs, l’appareil auditif permet d’avoir une plus grande estime de soi-même afin de mieux se socialiser. On n’est plus mal à l’aise au quotidien et l’on peut facilement interagir avec son entourage. C’est un dispositif qui offre un meilleur confort de vie au quotidien.

Choisir son appareil auditif sur les conseils d’un audioprothésiste

Le choix d’un appareil d’audition ne s’improvise pas. Il faut être accompagné d’un audioprothésiste, le spécialiste des appareils auditifs pour choisir celui qui convient parmi les types de dispositifs existants.

L’audioprothésiste, le spécialiste des appareils d’audition

Diplômé d’État, l’audioprothésiste est un professionnel de l’audition compétent pour corriger les troubles auditifs en utilisant des dispositifs électroacoustiques. Il évalue l’audition et les conduits auditifs du patient pour lui élaborer un appareil auditif sur mesure. Il peut également lui proposer diverses solutions auditives et l’oriente pour choisir le plus adapté. Il s’agit là d’une activité paramédicale que l’audioprothésiste exerce en opérant un suivi régulier.

Le rôle de ce spécialiste est aussi d’assurer la protection des oreilles du patient contre les nuisances sonores et les effets néfastes du bruit grâce à des protections auditives. Son travail vient compléter celui des médecins sur le plan auditif.

Les différents types d’appareils auditifs

Les appareils auditifs sont répartis en 3 principaux types :

. l’auditif intra-auriculaire,

. l’auditif à mini-contour,

. l’auditif à contour d’oreille.

L’appareil auditif intra-auriculaire est un dispositif invisible conçu avec la technologie numérique. Il est adapté aux personnes qui préfèrent la discrétion. Il est disposé à l’intérieur de l’oreille et n’est rattaché à aucun boîtier visible à l’extérieur. C’est le dispositif le plus adapté aux personnes portant des lunettes et à celles qui présentent une gêne légère ou modérée de l’audition.

L’appareil auditif à mini-contour est semblable à des écouteurs. Encore appelé RIC, le mini-contour à écouteur déporté se porte également avec discrétion. Il est constitué d’un petit boîtier dans lequel se trouvent un amplificateur et un microphone. Disposé derrière l’oreille, il s’utilise facilement pour régler les problèmes d’audition moyens et légers.

Quant à l’appareil auditif à contour d’oreille, il est plus efficace pour résoudre toutes les difficultés d’audition surtout les plus sévères. Simple à utiliser, il est composé d’un léger tube transparent qui transmet le son de l’extérieur vers le conduit auditif. Avec ce type d’appareil, l’on a une meilleure perception des sons.

Quel que soit le type d’appareil auditif, seul l’audioprothésiste peut indiquer celui qu’il faut adopter. Pour ce faire, il tiendra compte du type d’affection auditive, du mode de vie et du budget de son patient.

L'appareil auditif à contour d'oreille

S’adapter au port des nouveaux appareils

Les appareils auditifs viennent modifier les habitudes de vie du patient pour améliorer son audition. Le cerveau qui était habitué à la surdité a besoin de temps pour recommencer à recevoir les sons à nouveau. Pour cela, il est nécessaire de suivre une période d’adaptation pour se faciliter la vie. La durée moyenne d’adaptation est de 3 mois pour une bonne adaptation.

Dès le début, il est recommandé de porter son appareil auditif au moins 6 h par jour pour permettre aux oreilles de s’y habituer. Cette durée peut être étendue un peu plus chaque jour pour accélérer l’adaptation. De plus, il faut bien ajuster l’appareil à son oreille, car un dispositif mal positionné cause plus de gêne.

Si une mauvaise perception des sons est remarquée, il faut se rendre chez l’audioprothésiste pour qu’il effectue le réglage de l’appareil.

Suivre les instructions des professionnels pour entretenir ses appareils et la santé de ses oreilles !

L’entretien de l’appareil auditif doit se faire suivant la méthode préconisée par l’audioprothésiste. Toutefois, il importe de vérifier chaque jour que son appareil n’a aucune saleté visible. Si c’est le cas, il faut le nettoyer avec un simple chiffon peu humide. Il est interdit d’utiliser de l’alcool, des ciseaux ou des aiguilles pour nettoyer son appareil. Dès qu’ils sont propres, il faut sécher les composantes de son appareil pour éviter que l’humidité ne les endommage.

De plus, il importe de respecter les prescriptions nutritives et habituelles de son médecin pour préserver sa santé auditive.








MyPharma Editions

Crossject obtient la certification ISO 13485

Publié le 16 août 2022
Crossject obtient la certification ISO 13485

Crossject obtient la certification ISO 13485Crossject, « specialty pharma » qui développe et commercialisera prochainement un portefeuille de médicaments dédiés aux situations d’urgence, a annoncé la délivrance par le BSI2 (organisme notifié) des certificats ISO 13485 : 2016 pour ses sites de Dijon et Arc les Gray (certificats No MD 735691).

Ipsen finalise l’acquisition d’Epizyme

Publié le 16 août 2022
Ipsen finalise l’acquisition d’Epizyme

Ipsen a annoncé la finalisation de l’accord de fusion définitif selon lequel le Groupe a acquis Epizyme. Selon les termes de la transaction, Ipsen acquiert la totalité des actions en circulation d’Epizyme au prix de 1,45 dollar par action auquel s’ajoute un Certificat de Valeur Garantie (CVG) de 1,00 dollar par action. Epizyme opère désormais comme « une société du Groupe Ipsen » suite à la clôture de l’acquisition.

Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Publié le 10 août 2022
Bone Therapeutics acquiert une participation majoritaire dans Medsenic

Bone Therapeutics, société de thérapie cellulaire répondant à des besoins médicaux non satisfaits en orthopédie, et Medsenic, société biopharmaceutique privée de stade clinique, basée en France et spécialisée dans le développement de formulations optimisées de sels d’arsenic et dans leur application aux conditions inflammatoires et à d’autres nouvelles indications potentielles, ont annoncé la signature d’un accord d’apport contractuel visant à combiner les opérations des deux sociétés par le biais d’un échange d’actions, sous réserve de l’approbation de l’assemblée des actionnaires.

Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Publié le 9 août 2022
Maladie de Lyme : Valneva et Pfizer lancent une étude de Phase 3 pour leur candidat vaccin

Pfizer et Valneva viennent d’annoncer l’initiation d’une étude clinique de Phase 3 intitulé « Vaccine Against Lyme for Outdoor Recreationists (VALOR) » (NCT05477524), pour évaluer l’efficacité, l’innocuité et l’immunogénicité de leur candidat vaccin expérimental contre la maladie de Lyme, VLA15.

Néovacs projette d’investir dans Pharnext pour financer l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Publié le 8 août 2022
Néovacs projette d'investir dans Pharnext pour financer l'étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la CMT1A

Néovacs a annoncé être entré en négociation avec la société Pharnext afin d’accompagner la société biopharmaceutique à un stade clinique avancé développant de nouvelles thérapies pour des maladies neurodégénératives sans solution thérapeutique satisfaisante. Le financement envisagé permettrait de soutenir les opérations et les besoins en trésorerie de Pharnext, notamment l’étude clinique pivot de Phase III de PXT3003 dans la maladie de Charcot-Marie-Tooth de type 1A (CMT1A).

Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Publié le 8 août 2022
Abivax : le programme clinique de phase 3 avec obefazimod dans la rectocolite hémorragique avance après l’approbation de l’IRB aux Etats-Unis

Abivax a reçu l’approbation du comité central d’éthique aux États-Unis (IRB – Institutional Review Board) permettant l’initiation du recrutement des patients aux États-Unis dans les études d’induction de phase 3 avec le candidat médicament obefazimod (ABX464) dans le traitement de la rectocolite hémorragique. L’inclusion d’un premier patient est anticipée d’ici la fin du troisième trimestre 2022.

Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Publié le 5 août 2022
Oncologie : Sanofi et Innovent Biologics nouent une collaboration stratégique en Chine

Sanofi et Innovent Biologics ont annoncé l’établissement d’une collaboration visant à mettre des médicaments innovants à la disposition des patients atteints de cancers difficiles à traiter en Chine. Innovent est une entreprise biopharmaceutique de pointe dotée de solides capacités de développement clinique et d’une large empreinte commerciale en Chine.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents