Edition du 28-07-2021

L’industrie du médicament « proche du point de rupture », selon le Leem

Publié le lundi 25 juin 2012

Le Leem publie la nouvelle édition de son bilan économique annuel des entreprises du médicament opérant en France. Selon le syndicat professionnel de l’industrie pharmaceutique, l’année 2011 aura été marquée par un essoufflement économique et une pression accrue des mesures de régulation. Emploi, R&D, balance commerciale… L’industrie du médicament est aujourd’hui «très proche du point de rupture. », estime le Leem.

« L’année 2011 demeurera, pour beaucoup, comme une année de transition. Une année qui, sur le plan économique et social, aura durablement brouillé la lisibilité de la politique menée par les autorités françaises, analyse Christian Lajoux, Président du Leem. « Les industriels du médicament, qu’ils soient nationaux ou internationaux, ont besoin de lisibilité en matière de politique économique et sociale. Il est aujourd’hui nécessaire de réaffirmer le rôle central de la politique conventionnelle comme outil de maîtrise des dépenses, mais aussi comme moyen de garantir l’accès de tous au progrès thérapeutique. Il est urgent de rebâtir, en France, un modèle industriel et scientifique de référence car, que ce soit en matière d’emploi, de R&D ou de balance commerciale, l’industrie du médicament est aujourd’hui très proche du point de rupture. », estime-t-il.

Une évolution de chiffre d’affaires neutralisée par « l’ampleur de la régulation »
En 2011, le chiffre d’affaires du médicament en ville s’est élevé à 21,6 milliards d’euros (en prix fabricant hors taxes), soit une quasi-stagnation de + 0,3 %, égale à celle qui avait déjà été constatée en 2010 (contre + 2,4 % en 2009). Exprimé en unités, le marché des médicaments remboursables a décru de 0,4 % entre 2010 et 2011. Le chiffre d’affaires à l’hôpital affiche quant à lui une croissance zéro.

« Cette atonie est essentiellement imputable à la diversité des outils de régulation mis en place, ces dernières années, par les pouvoirs publics : baisses de prix, essor des génériques, référentiels de bon usage, Capi, durcissement des critères d’évaluation du médicament, encadrement des prescriptions hospitalières… », analyse le Leem.

Selon l’organisation, l’année 2012 sera, elle aussi, fortement impactée par les vagues sans précédent de baisses de prix décidées à l’automne 2011. « Les pouvoirs publics ont, en effet, privilégié des solutions de court-terme pour atteindre l’objectif des dépenses d’Assurance maladie, notamment au travers de baisses de prix des médicaments d’un niveau annuel de 910 millions d’euros, contre 400 à 500 M€ les années précédentes », souligne le Leem.

Autre grief du Leem, la rentabilité des entreprises opérant en France est affectée par le paiement de taxes spécifiques. Ces taxes représentaient 3,3 % du chiffre d’affaires en 2011. Pour l’année 2012 et les suivantes, l’augmentation de la taxe sur le chiffre d’affaires, passée de 1 % à 1,6 % pour financer le développement professionnel continu des médecins, ainsi que l’augmentation des taxes et redevances versées aux agences d’évaluation du médicament, devraient porter le ratio taxes / chiffre d’affaires à plus de 4 %.

Lui aussi frappé, fin 2011, par d’importantes mesures de maîtrise (de l’ordre de 290 M€), le médicament générique représente malgré tout, en volume, un médicament sur quatre vendus en France. Grâce à une offre étendue de génériques de qualité, l’Assurance maladie engrange chaque année 1,8 milliard d’euros d’économies. « Le développement de la rémunération à la performance des médecins et l’échéance brevetaire de nombreuses molécules vont conforter ce potentiel d’économies jusqu’aux années 2016-2017 », analyse le Leem.

Un mauvais signal à l’international et un net recul des exportations

Pour le Leem, cette évolution défavorable du chiffre d’affaires en France constitue un mauvais signal adressé aux investisseurs internationaux, et n’incite pas les groupes pharmaceutiques à renforcer leur présence sur le territoire, que ce soit en y installant des sites de production ou des centres de R&D. Elle se traduit également par l’érosion des positions françaises à l’exportation. Les exportations de médicaments ont décru de près de 9 %, en 2011 par rapport à 2010, atteignant 22 milliards d’euros (contre 16,7 Mds€ importés). Ce recul s’explique par une dégradation de la conjoncture des pays acheteurs (Maghreb, Moyen-Orient, Côte d’Ivoire, Japon…) mais aussi et surtout par des baisses de prix appliquées sur le médicament dans de nombreux pays européens (Grèce, Espagne, mais aussi Turquie…). Enfin, le Leem souligne que « la confusion » entourant la publication, début 2011, d’une liste controversée « des 77 médicaments sous surveillance renforcée » a eu des effets délétères sur les exportations françaises, notamment en Afrique ou en Asie.

In fine, pour l’année 2011, le solde de la balance commerciale de médicaments reste positif à + 5 milliards d’euros (contre + 7 Mds€ par an ces deux dernières années) tandis que le solde de la balance commerciale nationale, tous secteurs confondus, est déficitaire de 70 milliards d’euros.

Une conjoncture troublée, couplée à un recul des effectifs

« Dans ce contexte, il est de plus en plus difficile pour les entreprises présentes en France d’opérer la transition de leur modèle économique, scientifique et industriel, tout en préservant les effectifs de la branche », estime le Leem. Avec la crise économique mondiale, le phénomène de concentration dans l’industrie du médicament, la fin des médicaments dits « blockbusters », et la concurrence nouvelle de pays émergents, le risque d’une aggravation de la situation dans les années à venir existe, tant dans les entreprises que chez leurs sous-traitants pharmaceutiques. Avec 102 825 salariés recensés fin 2011 (dernières données connues, publiées en juin 20121), le secteur enregistre d’ores et déjà un recul de – 1 %, par rapport à 2010 (soit une perte de 1 075 emplois) et des inquiétudes existent pour 2012, du fait des nombreuses restructurations annoncées depuis 2009. Les DRH du secteur interrogés en avril 2012 estiment la baisse des effectifs à – 2 % pour 2012. Faute de lisibilité durable en matière économique et fiscale, les entreprises peineront à maintenir le « noyau dur » de leurs effectifs internes, socle indispensable au déploiement, à l’extérieur des entreprises, des nombreux emplois induits par leurs activités.

Enfin, la perte d’influence massive, courant 2011, de l’évaluation scientifique française, avec un recul brutal du pays dans le classement des pays rapporteurs d’AMM européenne, fait peser une menace sur les emplois tertiaires localisés en France. Même si, dans le même temps, les entreprises du médicament peuvent rencontrer des difficultés de recrutement, notamment en R&D.

« La lisibilité, clé de voûte de la régulation française »

« Comme l’a souligné, le 31 mai 2012, le Comité d’alerte sur l’évolution des dépenses d’assurance maladie, le médicament est l’un des deux postes de dépense (avec les indemnités journalières) qui a le plus ralenti en 2011, avec des « objectifs atteints et même dépassés », constate le Leem qui souligne que « le poste médicament, qui représente 18 % des remboursements de l’Assurance maladie, a constamment respecté les objectifs de progression fixés par le législateur, sans toutefois échapper à des mesures de maîtrise supplémentaires, décidées unilatéralement par la puissance publique ».

L’organisation estime ainsi que « le médicament ne peut assurer à lui seul le rétablissement des équilibres budgétaires ».  Pour le Leem, « les partenariats et les structures de dialogue mises en place depuis plusieurs années – à l’instar de l’accord-cadre avec le Comité économique des produits de santé ou du Conseil stratégique des industries de santé – demeurent « des références en termes de lisibilité de la régulation française ». La pérennisation de ces grands instruments de la vie conventionnelle est une donnée-clé de la poursuite, en France, d’une politique industrielle de santé », souligne enfin le Leem.

Source : Leem

1 Les données économiques publiées dans le bilan sont celles disponibles à fin avril 2012. Concernant l’emploi, le bilan présente les données disponibles au 31 décembre 2010.








MyPharma Editions

Ipsen renforce son portefeuille en oncologie en phase pré-clinique grâce à une collaboration mondiale exclusive avec BAKX Therapeutics

Publié le 28 juillet 2021
Ipsen renforce son portefeuille en oncologie en phase pré-clinique grâce à une collaboration mondiale exclusive avec BAKX Therapeutics

Ipsen renforce son portefeuille en Oncologie en phase pré-clinique grâce à une collaboration mondiale exclusive avec BAKX TherapeuticsLe groupe Ipsen et et la société américaine BAKX Therapeutics Inc. ont annoncé la signature d’un accord exclusif de collaboration mondiale pour la recherche, le développement, la fabrication et la commercialisation du BKX-001 dans le traitement potentiel de la leucémie, des lymphomes et des tumeurs solides.

Abionyx Pharma : avis favorable de l’EMA dans le cadre de la procédure de désignation de médicament orphelin pour CER-001

Publié le 28 juillet 2021
Abionyx Pharma :  avis favorable de l’EMA dans le cadre de la procédure de désignation de médicament orphelin pour CER-001

Abionyx Pharma a annoncé que le Comité des médicaments orphelins (COMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis positif sur la demande de désignation de médicament orphelin de la société pour son candidat-médicament CER-001, comme traitement potentiel de la déficience en lécithine-cholestérol acyltransférase (LCAT) caractérisée cliniquement par, d’une part, une anémie hémolytique et une insuffisance rénale, menant la plupart du temps à une transplantation rénale, et d’autre part, par des opacités cornéennes.

bluebird bio a reçu l’AMM de la Commission Européenne pour la thérapie génique Skysona

Publié le 27 juillet 2021
bluebird bio a reçu l’AMM de la Commission Européenne pour la thérapie génique Skysona

bluebird bio vient d’annoncer que la Commission Européenne (EC) a accordé une autorisation de mise sur le marché pour Skysona (élivaldogène autotemcel, Lenti-D™), une thérapie génique administrée en une seule fois pour le traitement de l’adrénoleucodystrophie cérébrale débutante chez les patients âgés de moins de 18 ans présentant une mutation du gène ABCD1 et n’ayant pas de donneur de cellules souches hématopoïétiques (CSH) apparenté, issu de la fratrie, HLA (antigène leucocytaire humain ) compatible disponible.

Genomic Vision élargit son offre de services dans le domaine de la découverte de médicaments contre le cancer

Publié le 23 juillet 2021
Genomic Vision élargit son offre de services dans le domaine de la découverte de médicaments contre le cancer

Genomic Vision, société de biotechnologie qui développe des outils et des services dédiés à l’analyse et au contrôle des modifications du génome, a annoncé aujourd’hui qu’elle étend ses services EasyComb dans le champ de la découverte de médicaments, en raison du besoin du marché de la santé de développer des médicaments novateurs et spécifiques afin d’arrêter la prolifération du cancer.

Pierre Fabre propose aux collaborateurs de son site de Château-Renard de rejoindre celui de Gien, son principal site de production pharmaceutique

Publié le 23 juillet 2021
Pierre Fabre propose aux collaborateurs de son site de Château-Renard de rejoindre celui de Gien, son principal site de production pharmaceutique

Confronté à une sous-activité structurelle de son site de Château-Renard (Loiret), le groupe Pierre Fabre a présenté le 21 juillet matin aux représentants du personnel du site, un projet de transfert de l’activité et du personnel. Il n’y aura aucune suppression d’emplois dans le cadre de ce projet, les 46 collaborateurs du site se voyant tous offrir une proposition de poste au sein de l’usine voisine de Gien (Loiret), le principal site de production pharmaceutique du Groupe.

Industrie pharmaceutique : extension de la Convention collective à l’ensemble des entreprises du secteur

Publié le 23 juillet 2021
Industrie pharmaceutique : extension de la Convention collective à l’ensemble des entreprises du secteur

A l’issue de deux années d’examen par le ministère du Travail pour contrôler la légalité des dispositions signées en 2019 entre le Leem et trois organisations syndicales de salariés (CFDT, CFTC, UNSA), le Ministère a publié le 13 juillet 2021 l’arrêté d’extension de la Convention collective nationale de l’industrie pharmaceutique (CCNIP IDCC176).

Noxxon Pharma : deuxième collaboration clinique avec MSD pour l’évaluation de la combinaison NOX-A12 / Keytruda®

Publié le 22 juillet 2021
Noxxon Pharma : deuxième collaboration clinique avec MSD pour l'évaluation de la combinaison NOX-A12 / Keytruda®

Noxxon Pharma, société de biotechnologie spécialisée dans l’amélioration des traitements contre le cancer par le ciblage du microenvironnement tumoral (MET), a annoncé la signature et le lancement d’un deuxième accord de collaboration clinique avec MSD dans le cadre de son prochain essai clinique de phase 2 évaluant son produit phare, le NOX-A12, en association avec le Keytruda® (pembrolizumab), le traitement anti-PD-1 de MSD, comme traitement de deuxième ligne du cancer du pancréas.

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER


Pagepersonnel

MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents