Edition du 22-01-2021

L’industrie du médicament « proche du point de rupture », selon le Leem

Publié le lundi 25 juin 2012

Le Leem publie la nouvelle édition de son bilan économique annuel des entreprises du médicament opérant en France. Selon le syndicat professionnel de l’industrie pharmaceutique, l’année 2011 aura été marquée par un essoufflement économique et une pression accrue des mesures de régulation. Emploi, R&D, balance commerciale… L’industrie du médicament est aujourd’hui «très proche du point de rupture. », estime le Leem.

« L’année 2011 demeurera, pour beaucoup, comme une année de transition. Une année qui, sur le plan économique et social, aura durablement brouillé la lisibilité de la politique menée par les autorités françaises, analyse Christian Lajoux, Président du Leem. « Les industriels du médicament, qu’ils soient nationaux ou internationaux, ont besoin de lisibilité en matière de politique économique et sociale. Il est aujourd’hui nécessaire de réaffirmer le rôle central de la politique conventionnelle comme outil de maîtrise des dépenses, mais aussi comme moyen de garantir l’accès de tous au progrès thérapeutique. Il est urgent de rebâtir, en France, un modèle industriel et scientifique de référence car, que ce soit en matière d’emploi, de R&D ou de balance commerciale, l’industrie du médicament est aujourd’hui très proche du point de rupture. », estime-t-il.

Une évolution de chiffre d’affaires neutralisée par « l’ampleur de la régulation »
En 2011, le chiffre d’affaires du médicament en ville s’est élevé à 21,6 milliards d’euros (en prix fabricant hors taxes), soit une quasi-stagnation de + 0,3 %, égale à celle qui avait déjà été constatée en 2010 (contre + 2,4 % en 2009). Exprimé en unités, le marché des médicaments remboursables a décru de 0,4 % entre 2010 et 2011. Le chiffre d’affaires à l’hôpital affiche quant à lui une croissance zéro.

« Cette atonie est essentiellement imputable à la diversité des outils de régulation mis en place, ces dernières années, par les pouvoirs publics : baisses de prix, essor des génériques, référentiels de bon usage, Capi, durcissement des critères d’évaluation du médicament, encadrement des prescriptions hospitalières… », analyse le Leem.

Selon l’organisation, l’année 2012 sera, elle aussi, fortement impactée par les vagues sans précédent de baisses de prix décidées à l’automne 2011. « Les pouvoirs publics ont, en effet, privilégié des solutions de court-terme pour atteindre l’objectif des dépenses d’Assurance maladie, notamment au travers de baisses de prix des médicaments d’un niveau annuel de 910 millions d’euros, contre 400 à 500 M€ les années précédentes », souligne le Leem.

Autre grief du Leem, la rentabilité des entreprises opérant en France est affectée par le paiement de taxes spécifiques. Ces taxes représentaient 3,3 % du chiffre d’affaires en 2011. Pour l’année 2012 et les suivantes, l’augmentation de la taxe sur le chiffre d’affaires, passée de 1 % à 1,6 % pour financer le développement professionnel continu des médecins, ainsi que l’augmentation des taxes et redevances versées aux agences d’évaluation du médicament, devraient porter le ratio taxes / chiffre d’affaires à plus de 4 %.

Lui aussi frappé, fin 2011, par d’importantes mesures de maîtrise (de l’ordre de 290 M€), le médicament générique représente malgré tout, en volume, un médicament sur quatre vendus en France. Grâce à une offre étendue de génériques de qualité, l’Assurance maladie engrange chaque année 1,8 milliard d’euros d’économies. « Le développement de la rémunération à la performance des médecins et l’échéance brevetaire de nombreuses molécules vont conforter ce potentiel d’économies jusqu’aux années 2016-2017 », analyse le Leem.

Un mauvais signal à l’international et un net recul des exportations

Pour le Leem, cette évolution défavorable du chiffre d’affaires en France constitue un mauvais signal adressé aux investisseurs internationaux, et n’incite pas les groupes pharmaceutiques à renforcer leur présence sur le territoire, que ce soit en y installant des sites de production ou des centres de R&D. Elle se traduit également par l’érosion des positions françaises à l’exportation. Les exportations de médicaments ont décru de près de 9 %, en 2011 par rapport à 2010, atteignant 22 milliards d’euros (contre 16,7 Mds€ importés). Ce recul s’explique par une dégradation de la conjoncture des pays acheteurs (Maghreb, Moyen-Orient, Côte d’Ivoire, Japon…) mais aussi et surtout par des baisses de prix appliquées sur le médicament dans de nombreux pays européens (Grèce, Espagne, mais aussi Turquie…). Enfin, le Leem souligne que « la confusion » entourant la publication, début 2011, d’une liste controversée « des 77 médicaments sous surveillance renforcée » a eu des effets délétères sur les exportations françaises, notamment en Afrique ou en Asie.

In fine, pour l’année 2011, le solde de la balance commerciale de médicaments reste positif à + 5 milliards d’euros (contre + 7 Mds€ par an ces deux dernières années) tandis que le solde de la balance commerciale nationale, tous secteurs confondus, est déficitaire de 70 milliards d’euros.

Une conjoncture troublée, couplée à un recul des effectifs

« Dans ce contexte, il est de plus en plus difficile pour les entreprises présentes en France d’opérer la transition de leur modèle économique, scientifique et industriel, tout en préservant les effectifs de la branche », estime le Leem. Avec la crise économique mondiale, le phénomène de concentration dans l’industrie du médicament, la fin des médicaments dits « blockbusters », et la concurrence nouvelle de pays émergents, le risque d’une aggravation de la situation dans les années à venir existe, tant dans les entreprises que chez leurs sous-traitants pharmaceutiques. Avec 102 825 salariés recensés fin 2011 (dernières données connues, publiées en juin 20121), le secteur enregistre d’ores et déjà un recul de – 1 %, par rapport à 2010 (soit une perte de 1 075 emplois) et des inquiétudes existent pour 2012, du fait des nombreuses restructurations annoncées depuis 2009. Les DRH du secteur interrogés en avril 2012 estiment la baisse des effectifs à – 2 % pour 2012. Faute de lisibilité durable en matière économique et fiscale, les entreprises peineront à maintenir le « noyau dur » de leurs effectifs internes, socle indispensable au déploiement, à l’extérieur des entreprises, des nombreux emplois induits par leurs activités.

Enfin, la perte d’influence massive, courant 2011, de l’évaluation scientifique française, avec un recul brutal du pays dans le classement des pays rapporteurs d’AMM européenne, fait peser une menace sur les emplois tertiaires localisés en France. Même si, dans le même temps, les entreprises du médicament peuvent rencontrer des difficultés de recrutement, notamment en R&D.

« La lisibilité, clé de voûte de la régulation française »

« Comme l’a souligné, le 31 mai 2012, le Comité d’alerte sur l’évolution des dépenses d’assurance maladie, le médicament est l’un des deux postes de dépense (avec les indemnités journalières) qui a le plus ralenti en 2011, avec des « objectifs atteints et même dépassés », constate le Leem qui souligne que « le poste médicament, qui représente 18 % des remboursements de l’Assurance maladie, a constamment respecté les objectifs de progression fixés par le législateur, sans toutefois échapper à des mesures de maîtrise supplémentaires, décidées unilatéralement par la puissance publique ».

L’organisation estime ainsi que « le médicament ne peut assurer à lui seul le rétablissement des équilibres budgétaires ».  Pour le Leem, « les partenariats et les structures de dialogue mises en place depuis plusieurs années – à l’instar de l’accord-cadre avec le Comité économique des produits de santé ou du Conseil stratégique des industries de santé – demeurent « des références en termes de lisibilité de la régulation française ». La pérennisation de ces grands instruments de la vie conventionnelle est une donnée-clé de la poursuite, en France, d’une politique industrielle de santé », souligne enfin le Leem.

Source : Leem

1 Les données économiques publiées dans le bilan sont celles disponibles à fin avril 2012. Concernant l’emploi, le bilan présente les données disponibles au 31 décembre 2010.








MyPharma Editions

Deinove renforce son équipe Business développement

Publié le 22 janvier 2021
Deinove renforce son équipe Business développement

Deinove, société de biotechnologie française pionnière dans l’exploration et l’exploitation de la biodiversité bactérienne pour relever le défi urgent et planétaire de la résistance aux antimicrobiens, a annoncé le renforcement de son équipe en charge du Business développement avec l’intégration d’Hervé Ansanay au poste de Directeur et de Corentin Chaboud au nouveau poste de Grant Officer.

Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Publié le 21 janvier 2021
Maladies neurologiques : Servier et MiNA Therapeutics signent un partenariat de recherche

Le groupe pharmaceutique Servier et MiNA Therapeutics, une société pionnière dans les thérapies par activation de l’ARN, ont annoncé un partenariat de recherche pour identifier et développer des thérapies utilisant des petits ARN activateurs (saRNA) pour le traitement des troubles neurologiques.

Transgene : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Publié le 21 janvier 2021
Transgene  : 1er patient traité en France avec l’immunothérapie individualisée TG4050 dans un essai clinique de Phase I

Transgene, société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies du cancer reposant sur des vecteurs viraux, a annoncé que pour la première fois en France, TG4050, son immunothérapie individualisée innovante, a été administrée à un patient atteint d’un cancer de la tête et du cou. Ce nouveau vaccin thérapeutique est issu de la plateforme technologique myvac®, qui utilise une technologie d’Intelligence Artificielle (IA) pour personnaliser le traitement de chaque patient.

Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Publié le 21 janvier 2021
Vect-Horus clôture sa levée de fonds de 12 M€

Vect-Horus, une société de biotechnologies qui conçoit et développe des vecteurs permettant la délivrance de molécules thérapeutiques ou d’agents d’imagerie à des organes cibles, vient de clôturer sa série D. Un premier tour réalisé en septembre 2020 pour 6,7M€ vient d’être complété d’un second en décembre 2020 pour 5,3M€ auprès d’investisseurs privés portant ainsi le montant total de cette série à 12M€.

Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Publié le 20 janvier 2021
Ipsen : Gwenan White nommée Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques

Ipsen a annoncé la nomination de Gwenan White en tant que Vice-Président Exécutif, Communication et Affaires Publiques à compter de mars 2021. Basée à Boulogne (France), elle sera responsable de concevoir, mettre en oeuvre, diriger la stratégie et les activités de communication ainsi que les relations publiques d’Ipsen à l’échelle globale.

Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Publié le 20 janvier 2021
Leem : Denis Hello (AbbVie) et Stéphane Lepeu (Delpharm) entrent au Conseil d’administration

Le Conseil d’administration du Leem a coopté, le 19 janvier 2021, deux nouveaux administrateurs : Denis Hello, Vice-Président, General Manager d’AbbVie France, dans la famille des laboratoires américains en remplacement de Pierre-Claude Fumoleau et Stéphane Lepeu, Directeur Général Délégué-Commercial de Delpharm, en remplacement de Sébastien Aguettant. Nouveau Président de CDMO France[1], il représente les façonniers dans le collège des organisations professionnelles.

Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Publié le 19 janvier 2021
Servier annonce les derniers résultats de la survie globale de l'étude exploratoire de Phase II TASCO1 de Lonsurf® + bevacizumab

Servier a annoncé les résultats actualisés de l’étude exploratoire de Phase II TASCO1 évaluant LONSURF® (trifluridine/tipiracil) + bevacizumab et capécitabine + bevacizumab (C-B) en première ligne pour les patients atteints d’un cancer colorectal métastatique non résécable (mCRC) et non éligibles pour un traitement intensif.1 Ces données ont été présentées lors d’une présentation orale au Symposium sur les cancers gastro-intestinaux de l’ASCO 2021 (ASCO-GI).

Newsletter

Chaque lundi, notre newsletter gratuite

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER




MyPharma Editions
Recherche d'offres d'emploi
Fermer

Fermer

Les dernières offres d'emploi

Déposer votre cv Inscrivez-vous aux alertes emploi


Nominations

Documents